Vous aimez le Japon ? Les mangas ? Bleach ? Vous êtes au bon endroit !
 
AccueilAccueil    CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Premier tome de la saga Univers : La Princesse de la Pleine lune (fic vampire knight)

Aller en bas 
AuteurMessage
Manoncamille
Admin en chef & fondatrice
avatar

Messages : 671
Date d'inscription : 19/05/2011
Age : 25
Localisation : Suisse

MessageSujet: Premier tome de la saga Univers : La Princesse de la Pleine lune (fic vampire knight)   Dim 22 Mai - 10:24

Coucou, voici ma deuxième fic qui sera en deux tomes^^.
Le premier est presque fini, il me reste à écrire deux chapitres et il comptera dix chaps (mais des gros, le premier tome fait déjà 100 pages...)

Alors comme d'habitude j'ai de petites choses à vous dire :

- Tout d'abord, vous vous demandez sûrement quel rapport a Vampire knight avec l'univers et bien... Vous le découvrirez en lisant ma fic, les deux tomes plus précisément.

- Résumé : Et si Zero et Ichiru avaient une soeur humaine, enfin... ? Et si elle était à l'Académie Cross ? Et si Yuki était la vraie fille de Kaien ?
Venez lire ma version de l'histoire de Vampire Knight !

- Plusieurs personnages seront inventés par l'auteur, c'est à dire moi et seront très important pour la plupart.

- Ceux qui n'aiment pas les longues fics, passez votre chemin^^.

- Pas mal de mots sont des mots du manga alors si vous ne les connaissez pas ou si vous les avez oubliés, dites le moi, j'ai fait un glossaire et je le mettrai en cas de nécessité^^.

Bonne lecture et n'oubliez pas le commentaire Wink

_________________



et

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fanfictiongirl.skyrock.com/
Manoncamille
Admin en chef & fondatrice
avatar

Messages : 671
Date d'inscription : 19/05/2011
Age : 25
Localisation : Suisse

MessageSujet: Re: Premier tome de la saga Univers : La Princesse de la Pleine lune (fic vampire knight)   Dim 22 Mai - 10:26

La Princesse de la pleine lune

Premier chapitre : Désespoir au clair de lune


Un soir de pleine lune, une ombre s’approchait d’une maison isolée. Grande, avec des yeux carmin remplis d’une lueur de vengeance, elle est bien décidée à se venger...

Au même moment, à l’intérieur de la villa, une femme rangeait des affaires dans des cartons. L’humaine était élancée, mince, avec des cheveux couleur caramel et des yeux brun clair. Soudain, une petite voix tout ensommeillée retentit dans son dos.
— On déménage ? Mais on vient juste de s’installer ici !
La femme se retourna et sourit en voyant sa fille, âgée de onze printemps, se frotter les yeux et bâiller.
— Oui, tu as raison, mais nous n’avons pas le choix. Ton père et moi, nous sommes toujours pourchassé par des vampires bien décidés à venger nos victimes, alors nous devons voyager pour les semer, tu comprends ?
La jeune fille acquiesça et s’étira, puis elle s’assit par terre en tailleur et commença à contempler un katana d’environ soixante-dix centimètres qu’elle posa à plat sur ses genoux.
L’arme était magnifique, la tsuba était argentée tout comme le reste, c’est pour cette raison que ce joyau était appelé Fureur d’argent.
— Kisa, où sont tes frères ?
La jeune adolescente releva la tête et désigna la porte d’un hochement de tête, tandis qu’elle montrait le plafond d’une main.
— Ichiru est allé se promener et Zero se trouve en haut. Tu veux que j’aille les chercher ? s’enquit-elle de sa voix douce.
— Non, c’est bon, mais qu’as-tu ?!
Kisa s’était figée et regardait la porte avec effroi, puis elle s’élança vers cette dernière et sortit sur le perron en appelant son frère.

Soudain, une rafale de vent puissante la fit reculer tandis que le bruit d’une porte qui claquait retentissait derrière elle. Kisa aperçut une silhouette à quelques mètres devant elle et sentit une aura puissante, surpuissante même.
Un vampire, pensa-t-elle tout en posant sa main droite sur son arme, alors je ne m’étais pas trompée.
— Qui êtes-vous ?! cria-t-elle en avançant d’un pas et en se mettant en garde.
Une voix féminine, froide, mais tellement envoûtante retentit devant elle.
— Quel talent, tu as senti ma présence avant tes parents, tu ferais une bonne chasseuse... Mais cela n’arrivera jamais !
Kisa eut juste le temps d’apercevoir une forme floue ressemblant à une main foncer sur elle, avant qu’une voix familière ne lance :
— Non !
Quelqu’un s’interposa entre elle et la main, qui s’arrêta.
— Je vous en prie, ne lui faites pas de mal. Vous pourrez faire ce que vous voulez aux autres, mais pas à elle, supplia-t-il d’une voix déterminée, mais légèrement tremblante.
Le jeune garçon se retourna et regarda sa sœur avec indifférence et tendresse à la fois.
— Ichiru !
La jeune Kiryû se jeta dans les bras de son frère et regarda par-dessus son épaule, elle aperçut une vampire de grande taille aux superbes cheveux argentés et au regard glacial les observer avec intérêt.

Kisa recula et sentit un frisson parcourir sa colonne vertébrale, son instinct lui disait que la vampire était extrêmement dangereuse, bien plus que tous les autres vampires qu’elle avait affrontés, ensuite elle ficha son regard dans celui de son frère.
— Ichiru, que se passe-t-il ?! Que fais-tu avec ce monstre ? C’est un vampire !
— Et alors ?
Kisa tressaillit, le regard de son frère s’était durci et il serrait les poings.
Il poussa sa sœur contre la paroi et planta ses yeux légèrement violets dans ceux azurs de sa sœur .
— Écoute-moi Kisa, cette femme s’appelle Lady Shizuka Hio et ce n’est pas une vampire, mais une princesse. Elle va m’offrir un autre destin. J’ai décidé de la suivre, je ne peux plus vivre ici, avec nos parents hypocrites et les regards méprisants que les chasseurs de vampires me lancent. Mais toi aussi, tu peux nous suivre, réfléchis ! Notre famille ne fait que nous utiliser, nos parents et Zero se fichent de toi et moi, viens avec nous...
La jeune fille se dégagea, jeta un bref coup d’œil à Shizuka et ressentit un nouveau frisson la parcourir. Elle replanta son regard dans celui de son frère.
— Qu’as-tu voulu dire en disant qu’elle pourra faire ce qu’elle désire aux autres ?
Le jeune Kiryû détourna le regard, sa sœur recula, frappée d’horreur.
— Non, non, vous ne pouvez pas faire ça ! Et si vous devez les tuer, je ne suivrai jamais des assassins !
La porte explosa, Ichiru plaqua sa sœur par terre pour la protéger des débris et les hunters Kiryû apparurent, ils tressaillirent en voyant la Sang pur alors que Zero se précipitait vers son jumeau et leur sœur .
— Shizuka Hio ?! Que veux-tu ?! s’exclama le chef de famille.
— Me venger. Vous avez tué mon fiancé. Alors subissez ma colère.
Elle disparut et les chasseurs entendirent un cri, ils se retournèrent et aperçurent la Princesse de la folle efflorescence se tenir derrière Zero et l’immobiliser.
— Non, Zero ! cria Kisa en voyant Shizuka planter ses crocs dans la gorge de son frère, puis elle voulut les rejoindre, mais Ichiru l’en empêcha en la cognant à la nuque. La jeune fille sentit sa vision se troubler et elle s’effondra, inconsciente.

— Eh, Kisa, réveille-toi !
La jeune adolescente se réveilla en sursaut, couverte de sueur. Saki sa camarade de chambre se tenait à côté d’elle, l’air soucieuse, c’était une jeune fille aux cheveux caramel lui arrivant au bas du dos et aux yeux brun foncé, elle portait en ce moment un pyjama vert émeraude.
— Ça va ? Tu remuais et gémissais dans ton sommeil.
— Oui, j’ai juste fait un cauchemar, ne t’inquiète pas, répondit Kisa avec un sourire crispé.
Son amie la regarda, l’air sceptique.
— Hum, si tu le dis, mais où vas-tu ?
Kisa s’était levée et avait enfilé ses chaussures. Elle s’étira et attrapa sa veste, qu’elle enfila, puis elle se tourna vers la jeune fille qui la regardait et murmura :
— Nulle part, je vais juste me promener un moment.
La jeune Kiryû sortit et referma la porte derrière elle. Elle commença à marcher, plongée dans ses souvenirs, cela faisait déjà quatre ans...
Elle revoyait ses frères s’entraîner avec leur maître, ce dernier les féliciter en leur ébouriffant les cheveux. Ichiru se laissait toujours faire, tandis que Zero se dégageait en rouspétant et en criant contre Yagari. Elle revoyait leur mère les enlacer et leur souhaiter bonne nuit...

L’adolescente soupira et afficha un sourire triste, ses parents et Ichiru lui manquaient. Il ne se passait pas un jour ou une nuit sans qu’elle ne pense à eux. Ces personnes qui étaient là et qui ne seraient plus avec elle. Même si elle avait Zero et Saki, ainsi que ses autres amis auprès d’elle, ils ne pourraient jamais remplacer ceux qu’elle avait perdus. Elle serra les poings à l’idée d’avoir perdu l’être le plus cher à son coeur. Il n’était pas mort, non elle refusait d’y croire, mais il était loin et même si elle le revoyait, Zero ferait tout son possible pour empêcher leurs retrouvailles.
— Kisa ?
La voix douce, chaleureuse et gracieuse, avait retenti derrière elle. Elle se retourna et aperçut deux de ses amis de la nuit. Le premier, vampire aristocrate aux cheveux à la couleur du blé, l’observait avec curiosité et avec un léger sourire. Le deuxième, prince parmi les vampires, ses cheveux marron soyeux ondulant dans le vent et ses yeux chocolat l’observant avec une douceur infinie, se tenait à seulement quelques pas derrière elle, son meilleur ami se tenant à sa droite.
— Kaname, Takuma. Bonsoir.
Ce dernier lui adressa un signe de la main avant de s’excuser et de prendre congé tout en souriant.
Kisa et le Sang pur s’observaient, la première essayant de dissimuler son trouble et sa tristesse, le second essayant, au contraire, de déchiffrer les sentiments de son amie.
— Il est bien tard, pour une humaine, même si c’est une gardienne et une chargée de discipline, murmura-t-il en continuant d’observer sa protégée.
Celle-ci haussa les épaules et dit fermement.
— Je n’avais pas sommeil, alors j’ai décidé de sortir.
— Je vois... Mais dans ce cas, pourquoi avais-tu l’air si morose, à l’instant ?
Elle tressaillit et soudain se sentit plaquée contre cet homme, celui qui veillait sur elle depuis ce fameux jour, ce jour où elle avait enfin repris goût à la vie.
— Ka... Kaname, pourquoi ? chuchota-t-elle d’une voix faible tout en se serrant contre le « jeune » vampire.
— Pourquoi quoi, petite princesse ? s’enquit le Sang pur en caressant les cheveux couleur argent de la jeune humaine.
Cette dernière releva la tête, surprise. Petite princesse était le surnom affectueux
que le fils Kuran utilisait autrefois. Un jour, quelques mois après leur première rencontre, elle lui avait demandé pourquoi elle avait droit à ce surnom.
Il lui avait répondu en riant, mais parce que tu es petite et que tu as l’âme d’une princesse.
Kisa éclata en sanglots, décontenancé Kaname arrêta son geste et murmura :
— Mais qu’est-ce que tu as ? Ce n’est quand même pas le fait que j’aie réutilisé ce surnom qui t’as mise dans cet état ?
Elle secoua la tête et lui raconta tout d’une voix tremblante, son cauchemar, sa peur de ne pas savoir si Ichiru allait bien, son désir ardent de le revoir, son désespoir à l’idée de ne pas revoir ses parents...

Le président du pavillon de la lune l’écouta et la consola jusqu’à ce qu’elle se calme, ensuite il la ramena dans sa chambre en lui faisant promettre de dormir et de venir le voir après les cours, le lendemain.

Kaname referma la porte, soupira et commença à marcher. Tout d’un coup, il s’immobilisa et tourna la tête vers le couloir menant aux dortoirs des garçons.
Adossé à un mur, bras croisés, son regard chargé de haine et de mépris, Zero Kiryû l’observait.
— Tiens, Kiryû. Décidément, c’est de famille cette habitude de traîner la nuit, enfin... Peut-être, es-tu en train de t’habituer à la vie nocturne ?
L’autre tressaillit et le fusilla du regard. Puis, il se reprit et demanda froidement.
— Que faisais-tu dans la chambre de ma sœur , Kuran ?
— Je la consolais, vois-tu, elle a fait un cauchemar, et est partie se promener, ensuite Takuma et moi nous l’avons trouvée et elle a fini par me confier ses angoisses...
— Quelles angoisses ?! le coupa sèchement Zero.
Son rival le regarda avec dédain, puis répondit d’une voix froide et moqueuse.
— Ses angoisses. Le fait qu’elle se demande si... Hum, voyons comment s’appelle-t-il déjà, ah oui, Ichiru. Si, il est vivant et s’il va bien, si elle le reverra un jour, je continue ?
Zero tressaillit violemment. Et porta la main à son pistolet anti-vampire, au dernier moment, il la laissa tomber, et commença à s’éloigner.
— Une dernière chose, Kiryû.
Le jeune chasseur ne put s’empêcher de s’arrêter, peut être à cause d’un des pouvoirs du vampire ou peut être juste par curiosité.
— La prochaine fois que je vois Kisa dans cet état, je te jure que tu le paieras, d’une manière ou d’une autre. Après tout, c’est ta sœur , c’est à toi de prendre soin d’elle... Ah et, bonne chance, tu en auras besoin.
Zero se retourna, Bloody Rose à la main, mais Kaname avait déjà disparu. Le jeune homme trembla de rage et donna un coup de poing contre la paroi.

Regardant par une fenêtre, quelqu’un avait été témoin de toute la scène, il soupira tristement et murmura en laissant retomber le rideau mauve.
— Ouais, et ben ce n’est pas pour demain.
Dans le ciel, la lune fut obscurcie par un nuage, comme si elle partageait le désespoir, la tristesse et la rage, de ceux qui ont souffert sous son règne.

_________________



et

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fanfictiongirl.skyrock.com/
Manoncamille
Admin en chef & fondatrice
avatar

Messages : 671
Date d'inscription : 19/05/2011
Age : 25
Localisation : Suisse

MessageSujet: Re: Premier tome de la saga Univers : La Princesse de la Pleine lune (fic vampire knight)   Dim 22 Mai - 10:26

Deuxième chapitre : Rencontre sous le soleil



Le lendemain matin, Kisa et Saki se levèrent, enfilèrent leur uniforme de la Day Classe et descendirent dans le couloir menant aux classes de jour, elles n’avaient pas faim et de toute façon, les deux adolescentes n’avaient pas le temps d’aller au réfectoire. Le soleil brillait et il faisait une chaleur d’enfer, Kisa jeta un coup d’œil à la fenêtre et afficha un sourire amusé.
Les vampires doivent souffrir aujourd’hui, eux qui n’aiment pas le soleil, pensa-t-elle.
— Eh Yuki !
Le cri de sa camarade de chambre sortit la jeune fille de ses pensées, elle tourna la tête et aperçut ses deux autres meilleures amies, Yuki Cross, fille du Directeur et également gardienne et chargée de discipline. Yuki était au courant pour le secret de la Night Classe.

En fait à l’Académie, seuls Yuki, Kisa, Zero, les professeurs de la Night Classe et le Directeur étaient au courant. En face de la jeune Cross se tenait Yori Wakaba, élève douée et camarade de chambre de Yuki. Cette dernière avait de longs cheveux couleur cacao et d’immenses yeux chocolat, elle portait une veste noire avec d’élégantes lignes blanches et un gros ruban rouge, une jupe également noire, des collants de la même couleur et des bottines brunes.
Cet ensemble était en fait l’uniforme officiel des filles de la Classe de jour.
Yori avait des cheveux roux et des yeux couleur marron clair, elle portait la même tenue. Kisa, quant à elle, avait de magnifiques et grands yeux bleu azur et des cheveux argentés lui arrivant au milieu du dos.

Les quatre adolescentes étaient dans la même classe, Saki étant la plus âgée puisqu’elle avait seize ans, les trois autres en avaient quinze. Yuki se retourna et leur adressa un signe de la main. Saki courut jusqu’à elles tandis que Kisa suivait plus lentement. Les adolescentes discutèrent un moment, puis entrèrent en classe.
La plupart des élèves étaient assis et Kisa repéra son frère assis à sa place, il regardait par la fenêtre et semblait plutôt calme, mais sa sœur comprit que ce n’était qu’une façade, elle le connaissait mieux que quiconque.
Un groupe de filles discutait devant le bureau, elles semblaient excitées, en tout cas plus que d’habitude. Curieuse, elle se rapprocha et commença à comprendre leur conversation.
— Il paraît qu’il est beau gosse.
— Ah oui ?!
— Mais dans ce cas, il devrait aller dans la Night Classe, non ?
— Pas forcément, après tout, nous avons Zero qui est plutôt pas mal.
— Euh, excusez-moi...
Kisa s’incrusta et leur demanda de qui elles parlaient.
— Quoi ?! Tu n’es pas au courant ?!
— Euh, non, c’est pour ça que je vous le demande...
L’élève hocha la tête et se rapprocha avec des airs de conspiratrice.
— Eh bien, on va avoir un nouveau camarade !
— Vraiment ? s’enquit Kisa, étonnée, mais on se trouve au milieu de l’année !
— Oui, mais d’après les rumeurs, avant il aurait eu un empêchement, une maladie, je crois.
Soudain la porte s’ouvrit et leur professeur d’histoire entra.
— Mesdemoiselles, veuillez-vous asseoir, s’il vous plaît.
Elles obtempérèrent, Kisa étant la plus rapide. La jeune Kiryû adorait l’histoire, d’ailleurs elle était la meilleure de la classe dans cette branche. Elle était assise au deuxième rang, près des fenêtres et trois rangs devant son frère. Quant à ses amies, Saki se trouvait de l’autre côté au premier rang et Yuki et Yori étaient assises côte à côte, au dernier rang.

Kisa leva la tête et frissonna. Un jeune homme venait d’entrer à son tour, aussi beau que l’avaient annoncée les élèves, grand, svelte, des cheveux noirs coupés courts et brillants. Ses yeux gris clair étaient étonnants, il portait l’uniforme des garçons de la Day Classe et il dégageait une aura impressionnante pour un humain.

Le jeune adolescent alla se mettre à côté du bureau des professeurs, Kisa tressaillit, elle venait de croiser son regard, ils se fixèrent pendant quelques secondes, puis il détourna le regard.
Le maître tapa dans ses mains et appela au silence.
— Bon, comme vous l’avez remarqué, vous avez un nouveau camarade. Tu peux te présenter ?
Le nouvel élève acquiesça et tourna la tête vers la classe.
— Enchanté, je m’appelle Ayamé Hinamori. J’ai dix-huit ans. J’aime le sport, tout particulièrement le football et le basket-ball, je lis volontiers, surtout si ce sont des livres fantastiques, hum c’est tout, dit-il en souriant.
Le professeur rétablit le calme, puis se tourna vers le jeune homme.
— Très bien, Ayamé, tu peux aller t’asseoir à côté de Shindo, dit-il en désignant une élève portant des lunettes assise au premier rang.
Ayamé hocha la tête, remercia le maître et alla s’asseoir.
Kisa frissonna derechef, son instinct lui disait que le nouveau était dangereux, pourtant ce n’était probablement qu’un humain ordinaire, elle haussa les épaules et se concentra sur le cours.

Plusieurs heures plus tard, les cours de la journée étaient terminés, on pouvait apercevoir le coucher du soleil par les grandes fenêtres de la classe. La jeune Kiryû soupira et remarqua que le jeune Hinamori était encerclé par un groupe d’élèves, en fait plus de la moitié des étudiants l’assaillait de questions. Il y répondait en souriant et avec un plaisir évident. Kisa fronça les sourcils, attrapa son sac et commença à descendre les escaliers. Soudain une main se posa sur son épaule, elle s’immobilisa et tourna la tête, Zero la regardait avec son habituel regard froid, mais là, il avait l’air légèrement en colère.
— Où est ce que tu vas comme ça ? demanda son frère, l’air soupçonneux.
— Au pavillon de la lune, et de toute façon cela ne te regarde pas.
— Oh que si, ça me regarde justement. Après tout, je suis ton frère, mais visiblement ça t’est égal, puisque tu préfères te confier à Kuran Kaname plutôt qu’à moi.
La jeune fille fit volte-face et fusilla du regard le chargé de discipline.
— Comment est-tu au courant ?!
— Disons que j’ai eu une petite conversation avec ton prince charmant, expliqua-t-il en haussant les épaules.
Sa sœur l’observa une fraction de secondes, puis commença à s’éloigner en direction de la porte, le jeune Kiryû la laissa faire, sachant très bien qu’il n’arriverait pas à la faire changer d’avis. La porte claqua sous les regards étonnés des étudiants, Zero resta immobile un bon moment avant de sortir à son tour, sous le regard songeur d’Ayamé.
Ce dernier se tourna vers Shindo et lui demanda gentiment.
— Dis-moi, les deux élèves qui viennent de sortir, qui sont-ils ?
La jeune fille sourit et répondit joyeusement.
— Ah, c’est Kisa et Zero Kiryû, ils sont frères et sœur . Kisa a quinze ans et Zero dix-sept, pourquoi ? interrogea-t-elle.
— Oh pour rien, merci, murmura-t-il en fixant à nouveau la porte.

Kisa se dirigea rapidement vers le bâtiment réservé aux vampires et s’arrêta devant la porte, elle pouvait entendre des bruits de voix à l’intérieur, apparemment une dispute était en train de se dérouler, elle toqua, attendit une réponse, puis la jeune fille entra.
Quelques aristocrates étaient assis sur de confortables et luxueux canapés couleur vanille. L’un d’eux était Takuma, il tourna la tête, l’observa quelques secondes, puis lui sourit.
— Ah Kisa ! Bonsoir, on se demandait si tu allais venir aujourd’hui.
— Bonsoir, répondit-elle en souriant.
Puis elle se tourna vers deux vampires, face à face et qui se criaient dessus tout en se lançant des injures.
L’un était un jeune homme avec des cheveux blonds et hérissés, il avait des yeux bleu azur et portait le traditionnel uniforme de la Night Classe. L’autre était une fille avec de longs cheveux brun clair et des yeux également bruns, mais beaucoup plus foncés, elle portait une robe mauve légèrement décolletée. Ils ne portèrent aucune attention à la jeune apprentie qui afficha un sourire amusé. Après tout, ce n’était pas nouveau, ces deux-là ne pouvaient pas se supporter, elle s’approcha des canapés et s’assit à côté de l’autre vampire féminin de la pièce.
Celle-ci était rousse avec des yeux bleu clair et elle portait également l’uniforme de la Classe de nuit. A côté de la jeune vampire se tenait son petit ami, il avait les cheveux violets et les yeux mauves très pâles. Tout comme sa copine, il portait son uniforme. Le dernier vampire était très grand, aussi mince que ses camarades, les cheveux roux et hérissés et les yeux couleur rouille.

Kisa se tourna vers le rouquin et lui demanda avec intérêt en désignant les deux vampires en train de s’injurier.
— Dis, Kain, quelle est la raison de leur dispute ?
Le vampire soupira longuement et s’enfonça dans le canapé.
— Oh, comme d’habitude, ils veulent savoir qui aura le privilège de s’asseoir à côté de Kaname demain en classe.
La jeune adolescente pouffa et se tourna vers Takuma qui venait de lui poser une question.
— Oui, ça s’est bien passé, on a eu l’histoire en début de matinée et... Ah, oui ! on a un nouveau camarade classe.
— Ah bon, s’étonna le jeune aristocrate, et comment est-il ?
La jeune fille haussa les épaules et soupira sous les regards curieux de ses amis.
— Il est très mystérieux, plutôt sympa et...
La jeune fille hésita, elle ne savait pas si elle devait parler à ses amis de l’aura de Ayamé et du fait que son instinct lui disait qu’il était plus qu’un seul humain.
De toute façon, ils finiront bien par le rencontrer et, à ce moment-là, ils pourront analyser son aura et pour mon instinct c’est certainement parce que je suis à cran ces derniers temps, pensa-t-elle.
— Kisa ? ça va ? appela Shiki d’une voix inquiète.
— Oui, désolée, j’étais perdue dans mes pensées, dit-elle en souriant.
Le vampire qui s’était penché pour la regarder se redressa et l’observa d’un air sceptique.
— T’es sûr que c’est pas plutôt à cause de tes hormones ?
Gênée, Kisa détourna le regard, Rima tapa la tête de son petit ami en levant les yeux au ciel, Kain et Takuma soupirèrent, exaspérés, Ruka regarda son ami avec incrédulité et Aido lui cria dessus en disant qu’il n’y avait que LUI qui pouvait embêter la jeune Kiryû.
Soudain une voix douce et légèrement sévère retentit au-dessus d’eux.
— Arrête Shiki, tu vois bien que tu la mets dans l’embarras, Kisa rejoins-moi.
Kaname les observait depuis le haut des escaliers, le Sang pur était appuyé à la rambarde et regardait son cousin avec sévérité, celui-ci soupira et s’excusa auprès de son amie, la jeune fille sourit, amusée, se leva, salua ses amis et monta l’escalier pour rejoindre son protecteur, ce dernier se dirigea vers sa chambre, suivie de la jeune adolescente.

Kaname referma la porte derrière elle et se dirigea vers un canapé couleur grenade, puis il s’assit, adossé au dossier et avec les jambes croisées. Notre héroïne, elle, observa la chambre pour au moins la troisième fois tout en avançant. La pièce était grande, lumineuse grâce à la grande fenêtre se trouvant au fond de la pièce, à cette heure de la journée, les rideaux violets placés de chaque côté étaient fermés. Un immense lit à baldaquin blanc occupait presque tout le côté droit de la pièce, à côté se tenait une petite table de nuit avec une lampe posée dessus ainsi qu’un livre. Sur la gauche se tenait une bibliothèque entièrement remplie de livres de différentes tailles, genres et contenus. Le sol, recouvert de moquette proupre, était très propre et en ordre. Un bureau se tenait au milieu de la pièce, il était jonché de divers papier et affaires de bureau en tout genre.

Kisa s’assit à côté du jeune président qui commença à lui caresser tendrement les cheveux. Elle ferma les yeux et murmura.
— Merci Kaname.
— Hum, pourquoi ?
— Pour hier. Sans ta présence, je... Je ne crois pas que j’aurai tenu le coup.
— De rien, c’est normal de s’aider entre amis et puis tout le monde a ses angoisses et ses soucis, humains ou vampires.
La jeune fille le regarda avec reconnaissance. Il avait toujours été là pour elle, que ce soit pour l’aider à faire ses devoirs, pour la consoler, pour la rassurer quand elle s’inquiétait du fait que Zero était peut-être en danger lors de ces missions...

Oui, depuis ce fameux jour, il y a quatre ans, le Sang pur était devenu comme un troisième frère pour Kisa...
Flash-back
Cela faisait un mois que les deux jeunes Kiryû vivaient avec le Directeur Cross et sa fille Yuki. Kisa n’avait eu aucun mal à s’intégrer, certes elle pensait encore à ce qui s’était passé lors du massacre et il lui arrivait de faire des cauchemars, mais contrairement à son frère qui était devenu froid et peu bavard, elle avait continué à être elle-même.
Ce soir-là, il faisait froid et l’on pouvait voir que le temps était vraiment mauvais, le vent soufflait fort et la lune était cachée par d’épais nuages noirs. Yuki regarda par la fenêtre et soupira tristement, sa nouvelle amie qui était assise à côté d’elle l’interrogea.
— Est-ce que ça va ? tu as l’air inquiète.
La jeune Cross tourna la tête vers Kisa et sourit joyeusement.
— Oui, ça va. C’est juste que je me demande si notre visiteur va pouvoir venir vu le temps qu’il fait.
— Notre visiteur ? On va avoir de la visite ?
Yuki hocha la tête en souriant, elle avait l’air d’être impatiente que ce mystérieux visiteur arrive.
Le Directeur et Zero qui revenaient dans la salle à manger allèrent s’asseoir à leur place. Kaien Cross sourit à sa fille et lui dit gentiment.
— Allons, Yuki, tu sais bien qu’il viendra, quoi qu’il arrive et qu’il est sans doute impatient de te revoir, lui aussi.
Soudain, on toqua à la porte, et une voix masculine se fit entendre.
— Monsieur le Directeur ? Yuki ? Vous êtes là ?
La jeune fille se leva et se précipita dans l’entrée. Kisa et Zero échangèrent un regard, se demandant qui était l’inconnu.
— Kaname, vient voir, j’aimerais te présenter à des amis, ils viennent d’arriver à la maison.
— Ah oui, et qui ça ?
Yuki tirait sur la manche d’un jeune homme, enfin en apparence, celui-ci apparut dans l’entrebâillement, il était grand, mince, avec des cheveux couleur chocolat et des yeux de la même couleur, il portait un manteau noir.
Il regardait les deux jeunes Kiryû avec curiosité, quant à ces derniers, ils s’étaient figés, Zero paraissait furieux, Kisa, elle, était effrayée.
Soudain le jeune chasseur se leva, attrapa un couteau et fonça sur le vampire. Kaname réagit extrêmement vite, il poussa Yuki avec un bras et para le coup avec son autre bras.
— Espèce de monstre s’exclama Zero en continuant de tenir l’arme improvisée.
— T’es pas blessé, s’inquiéta Yuki.
— Eh bien, j’ai connu plus chaleureux comme accueil, repose ce couteau, ordonna le Sang pur avec calme.
— Je te défends de me donner des ordres, sale vampire, tu dégages exactement la même aura qu’elle.
— La même aura qu’elle... Alors tu dois être Zero Kiryû, murmura Kaname.
Il jeta un bref regard vers Kisa, qui soutint son regard. Le jeune Kuran reprit calmement, tandis que Zero serrait les dents et lui lançait un regard assassin.
— Je suis sincèrement désolé pour ce qui est arrivé à votre famille, mais ce n’est pas une raison suffisante pour te laisser me tuer.
Kaname arracha le couteau et le fit retomber plus loin. Zero, lui, recula.
Kisa se précipita vers son frère et l’enlaça par derrière.
— Arrête ! Ce n’est pas de lui qu’on doit se venger ! Il n’y est pour rien !
Zero se dégagea et sortit de la pièce, suivi de Yuki, Kisa regarda la porte sans bouger. Le Directeur soupira et se tourna vers Kaname.
— Désolé, Kaname, je ne pensais pas qu’il réagirait ainsi.
— Ne vous excusez pas, vous n’y êtes pour rien.
Le Sang pur observa la jeune fille, puis lui demanda.
— Pourquoi m’as-tu défendu ? Tu devrais également me haïr.
Kisa le fixa, puis murmura tristement.
— Je sais bien que vous êtes un vampire, mais vous n’êtes pas celle qui a tué ma famille. Contrairement à mon frère, je sais que tous les vampires ne sont pas mauvais. Et c’est pour ça que j’ai décidé de devenir chasseuse spécialisée afin de pouvoir tuer uniquement les vampires que je veux tuer comme les level E.
— Tu m’as l’air bien jeune pour être chasseuse, quel âge as-tu ?
— Onze ans. Je suis encore en apprentissage, et vous ? vous avez quel âge ?
Kaname esquissa un sourire amusé, cette petite lui plaisait bien, elle avait bien plus de cran que Yuki et était tout aussi mignonne. Quant à son aura, elle était puissante, tout en étant fragile.
— J’ai dix-sept ans, tu peux me tutoyer si tu veux. Je m’appelle Kaname Kuran.
Kisa tressaillit, Kuran... Ce nom était très connu dans le monde vampirique et dans le monde des chasseurs. C’était celui de la plus puissante et de la plus prestigieuse des lignées de Sangs purs, des vampires n’ayant pas la moindre goutte de sang humain dans les veines, des vampires aux pouvoirs incroyables et des vampires extrêmement dangereux. Mais les Kuran avaient la réputation d’être pacifique, alors Kisa sourit sincèrement et s’inclina.
— Enchantée, je suis Kisa Kiryû.
— Kisa ?
La jeune fille sursauta et regarda son protecteur qui l’observait avec inquiétude.
— Désolée, je pensais à notre première rencontre.
Kaname parut surpris, puis il sourit et murmura.
— Oui, un de mes meilleurs souvenirs.
— Même si mon frère a tenté de te tuer ? le chicana Kisa.
Il s’esclaffa, puis regarda dehors. Il commençait à faire nuit, et la jeune adolescente devait partir faire sa ronde.
Elle soupira et se leva, elle devait y aller maintenant sinon elle finirait par arriver en retard et son frère trouverait certainement un prétexte pour l’empêcher de voir la Night Classe.
— Je te raccompagne, murmura Kaname en se levant.
Ils sortirent de la pièce et se dirigèrent vers l’entrée, leurs amis n’étaient plus là, ils devaient sans doute être dans leur chambre ou en train se promener dehors.
Kaname effleura la joue de la jeune fille et murmura.
— Je ne serais pas là demain après-midi et demain soir, je dois aller au Sénat. Si tu as un problème, parles en à Takuma.
Kisa hocha la tête et sortit du pavillon, ensuite elle se dirigea vers l’entrée de l’Académie.

Elle leva la tête et aperçut Zero qui était adossé au mur, il releva la tête et fixa sa sœur . Il soupira et désigna l’école d’un signe de tête.
— Va inspecter les couloirs et les salles de l’Académie, je m’occupe des pavillons.
— D’accord, dit sa sœur en souriant. Heu, Zero ?
— Oui ?
Son frère la regarda avec curiosité, se demandant ce que lui voulait la jeune fille, puis il cligna des yeux, surpris. En effet, elle s’était rapprochée et l’avait enlacé, le jeune homme ne put s’empêcher de la repousser gentiment. Il adorait sa sœur , mais n’était pas enclin aux démonstrations d’affection, surtout en plein milieu de l’Académie et alors que n’importe quel vampire de la Night Classe pouvait les surprendre. À cette idée, le jeune Kiryû frissonna, non, il avait une réputation à tenir.
— Qu’est-ce qui te prend, marmonna-il en regardant sa sœur avec étonnement et agacement.
Celle-ci lui sourit malicieusement.
— Ben, je voulais juste m’excuser pour tout à l’heure et te montrer que tu comptes beaucoup pour moi...
Zero soupira et posa sa main sur la tête de sa sœur .
— Idiote, va, tu n’as rien fait de mal.

Soudain, ils se figèrent et tournèrent la tête, une aura puissante venait de se manifester, ainsi qu’une forte odeur de sang. Le frère et la sœur échangèrent un regard inquiet avant de s’élancer dans le parc. Kisa avait dégainé Fureur d’Argent et son frère avait fait de même avec son Bloody Rose. Kisa dépassa bientôt son frère et quelques minutes plus tard, elle arriva à destination. Une petite place normalement charmante avec un banc, une fontaine et une statue représentant le Directeur. Elle se figea et se sentit prise de nausées.
La statue, le banc et la fontaine étaient entièrement détruits, anéantis même, l’eau de la fontaine s’était répandue par terre et était bizarrement rouge.
Rouge à cause du sang se vidant du corps de deux malheureux élèves de la Classe de jour allongés près des restes de la fontaine et immobiles. La jeune fille se ressaisit et se précipita vers eux, elle vérifia leur pouls, et constata avec soulagement qu’ils étaient encore vivants, certaine qu’ils étaient dans un cas critique, elle les observa afin de déterminer l’origine des saignements.
Elle tressaillit en remarquant une profonde et large blessure au bas-ventre chez la fille et à la cuisse chez le garçon. Des blessures faites probablement par un objet coupant comme un couteau ou un poignard.
Kisa pansa rapidement les plaies et se leva, puis elle se tourna afin de constater les dégâts et sursauta.

Ayamé se tenait devant elle et l’observait avec curiosité et avec une légère inquiétude.
La jeune fille le regarda avec méfiance, premièrement l’aura qu'elle et Zero avait ressenti ressemblait à celle du jeune homme, deuxièmement elle ne lui faisait pas confiance et pour finir, ne disait-on pas que le coupable revenait toujours sur le lieu de son crime...
— Que fais-tu là ? interrogea-elle froidement.
Il la regarda, l’air impassible, puis se passa une main dans les cheveux.
— Hum, rien de spécial. J’ai entendu du bruit, alors je voulais voir ce qui se passait.
Il jeta un bref coup d’œil aux deux élèves, puis regarda derechef la jeune fille.
— Et toi ? Que faisais-tu là ?
Elle tressaillit imperceptiblement et répondit toujours aussi froidement.
— La même chose que toi.
— Hum, je vois.
Ayamé se rapprocha de quelques pas, Kisa voulut reculer, mais en fut incapable.
Elle était attirée irrésistiblement par ses prunelles nacrées et son léger sourire.
Qu’il est beau et mystérieux, pensa-t-elle en ignorant la petite voix dans sa tête qui lui disait de reculer.
Le jeune homme s’approcha davantage et souleva sa main afin de toucher le visage de celle qui l’avait intrigué. Il s’arrêta, remarquant le raidissement anormal de la jeune fille et ses yeux fermés. Il recula juste à ce qu’un espace suffisant soit créé, puis s’excusa d’une voix douce.
— Désolé. Je ne sais pas ce qui m’a pris, après tout on se connaît à peine.
— Ce... Ce n’est pas grave, bredouilla Kisa en souriant nerveusement.
Ayamé l’observa quelques secondes avec le même air impassible, ensuite il reporta son attention sur les deux élèves évanouis et remarqua avec amusement.
— On a intérêt à se dépêcher de les conduire à l’infirmerie si on ne veut pas avoir deux cadavres sur les bras.
Kisa s’apprêtait à lui répondre quand des voix chargées d’inquiétude se rapprochèrent.
— Kisa !
— Qu’est-ce qui s’est passé ?!
Elle tourna la tête et remarqua avec soulagement que Aido et Kain couraient dans leur direction.
Soudain elle craqua, c’était trop, la place détruite, tout ce sang... Elle sentit sa vision se troubler, se sentit tomber, entendit quelqu’un crier son nom, puis plus rien...

_________________



et

Spoiler:
 


Dernière édition par Manoncamille le Dim 17 Juil - 9:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fanfictiongirl.skyrock.com/
Manoncamille
Admin en chef & fondatrice
avatar

Messages : 671
Date d'inscription : 19/05/2011
Age : 25
Localisation : Suisse

MessageSujet: Re: Premier tome de la saga Univers : La Princesse de la Pleine lune (fic vampire knight)   Dim 22 Mai - 10:27

Troisième chapitre : La Prophétie de la Princesse de la Pleine Lune


Kisa se réveilla doucement, elle constata rapidement qu’elle se trouvait dans un lit de l’infirmerie. Celle-ci était une pièce de taille moyenne, aux murs bruns et au sol carrelé de blanc, plusieurs lits côte à côte dont deux étaient occupés par les deux élèves blessés lors de l’incident de la place, des armoires contenant médicaments divers et autre matériel médical, un bureau servant au médecin en chef et une chaise constituaient le mobilier de cette salle. La jeune Kiryû remarqua qu’elle n’était pas seule, en plus d’une infirmière en train de ranger des flacons dans une des armoires, il y avait également Zero assis sur une chaise à côté du lit qui observait sa sœur avec inquiétude. Quand elle ouvrit les yeux et remua, le jeune homme parut soulagé, il soupira et murmura.
— Enfin. Je commençais à me demander si tu allais te réveiller un jour.
— Très drôle. J’ai dormi longtemps ? interrogea Kisa en se redressant.
— Plusieurs heures, c’est le matin maintenant. Mais qu’est-ce qui t’a pris ?! Tu savais pourtant que c’était stupide d’y aller sans moi et de discuter calmement avec Hinamori. Nous ne savons absolument rien de lui.
Sa sœur fronça les sourcils et répliqua.
— Premièrement, je ne suis plus une débutante, je t’ai dépassé parce que je savais que je pouvais m’en sortir dans n’importe quelle situation. Et ensuite pourquoi t’en prendre à Ayamé ?! Il n’a rien fait de mal.
Son frère soupira et changea de sujet.
— Comment tu te sens ?
— Très bien et je meurs de faim, dit la jeune fille en souriant.
Zero leva les yeux au ciel, mais ne put s’empêcher d’abhorrer un sourire amusé.

Puis, la porte s’ouvrit et Dan Inzuki, le médecin en chef de l’Académie et professeur d’histoire de la Night Classe, entra dans la pièce, suivi de Kaname.
L’aîné des Kiryû se renfrogna en voyant le Sang pur, il détestait certes tous les vampires et en particulier les Sangs purs, mais il haïssait par-dessus tout Kaname Kuran, après Shizuka Hio bien sûr.
Dan sourit et s’approcha du lit, jeune homme de vingt-trois ans, aux cheveux bruns assez longs et attachés en queue-de-cheval et aux yeux noisette, il portait un pantalon blanc et un T-shirt écru.
— Comment va ma patiente ? s’enquit-il doucement en observant attentivement la jeune humaine.
— Très bien, je n’ai pas mal et je me sens en pleine forme, répondit-elle en espérant pouvoir sortir rapidement.
Le médecin hocha la tête et l’ausculta rapidement.
Cinq minutes plus tard, Kisa se levait et mangeait une banane avec avidité. Dan discutait avec Zero des derniers détails concernant la santé de la jeune Kiryû.
Kaname, lui, se posait des questions sur ce qui s’était passée la veille.
Kain et Aido lui avaient fait leur rapport et il se demandait qui avait bien pu agresser ces deux élèves et surtout qui à l’Académie avait assez de pouvoir pour pouvoir détruire la place et ne pas se faire repérer. Il n’y avait pas trente possibilités, peu d’élèves de la Night Classe avaient assez de pouvoir pour le faire, et la plupart faisaient partie de ses amis proches, c’est-à-dire : Aido, Kain, Shiki, Rima, Takuma, Ruka et Seiren, sa garde du corps et celle de Kisa. À part les élèves de la Classe de nuit, il y avait le Directeur, lui-même et...
Le jeune vampire tourna la tête vers Zero Kiryû, certes il n’avait pas entièrement terminé sa transformation, mais étant un chasseur de vampire, il aurait très bien pu obtenir un pouvoir particulier. Mais même si Kaname le détestait, il devait admettre qu’il n’avait aucune preuve et que c’était le frère de sa protégée, en plus les blessures avaient été faites par des armes style poignard et non par des canines ou une arme à feu. Mais si personne à l’intérieur de l’école n’avait agressé les étudiants, cela voulait dire que quelqu’un avait pu s’introduire à l’intérieur sans se faire voir et cette idée ne plaisait absolument pas au président du pavillon de la lune.

Il jeta un coup d’œil vers Kisa et sentit son coeur se serrer, si quelque chose lui arrivait, il ne se le pardonnerait jamais. Elle était tout pour lui... Soudain, il pensa au nouvel élève de la Day Classe, d’après ce que Kain et Aido lui avaient dit, Hinamori n’avait pas paru surpris par ce qu’il avait vu, alors que pour un simple humain il y avait de quoi être choqué. Visiblement le jeune Ayamé n’était pas celui qu’il prétendait être, à moins que ce ne soit qu’une coïncidence.
Kaname soupira et se redressa. Il croisa le regard de son rival et lui adressa un sourire froid, puis le Sang pur sortit de la pièce et se dirigea vers le bureau du Directeur.
Peu après, Kisa et Zero sortirent également de la pièce et retournèrent au pavillon du soleil.

Au même moment, dans une salle de classe, on pouvait remarquer deux personnes, la première était Ayamé. Le jeune homme était debout et observait l’autre personne, une fille, aux longs cheveux couleur miel et aux yeux violets. Elle était assez petite, était habillée avec un pull noir en cachemire, d’un pantalon gris, de chaussures noires et une fleur de cerisier était attachée dans sa chevelure. Une ceinture couleur nuage fermait son pantalon et plusieurs armes blanches dont deux poignards et une dague y étaient attachés, deux petites sacoches se trouvaient également sur la ceinture. Une aura puissante et glaciale se dégageait de la vampire.
L’inconnue jouait avec un Hira shuriken et regardait par la fenêtre, juchée sur une table et remuant les jambes, de la classe on pouvait apercevoir les deux Kiryû retournant à leur pavillon.
— Que fais-tu là Amy ? interrogea le jeune homme avec une certaine froideur, mais teintée de respect et de crainte.
La jeune fille tourna la tête vers lui et lui adressa un sourire moqueur.
— Si je suis là, c’est pour accomplir la mission que notre lieutenant en chef m’a confié, mon petit Ayamé.
Ce dernier serra discrètement les dents, il ne supportait plus les remarques moqueuses et l’attitude prétentieuse de sa coéquipière et s’il le pouvait, il l’aurait déjà éliminé, mais voilà c’était impossible. D’abord, parce que Amy Coverage était son aînée et avait énormément plus d’expérience et de pouvoirs que lui, ensuite parce qu’elle était une des favorites du grand maître et un des plus puissants et dangereux membres de leur organisation.
— Quelle est cette mission ?
— Hum, accomplir la prophétie. Et pour ça, nous devons découvrir l’élue et nous en emparer, murmura la vampire, avec une expression sérieuse et en serrant légèrement l’étoile de métal qu’elle tenait dans sa main droite.
Son cadet tressaillit, c’était lui qui avait été chargé par un de leurs supérieurs, un des lieutenants secondaires, de remplir cette mission. Mais apparemment, on avait jugé qu’il ne pouvait pas y arriver seul.

Comme si elle avait lu dans ses pensées et d’ailleurs c’était peut-être le cas, il ne connaissait pas bien tous les pouvoirs de la jeune vampire, Amy sourit et dit, l’air supérieur.
— Yalissan-sempaï a jugé que je te serais utile et à mon avis, il n’a pas tort. Tu n’y arriveras jamais seul, je suis sûr que Kaname Kuran a déjà des soupçons, ce n’est pas le plus puissant Sang pur du pays pour rien. Et ce Zero Kiryû aussi m’a l’air redoutable bien qu’il ne soit encore qu’un simple chasseur et humain de surcroît. Bref, tu as besoin de mon aide et d’ailleurs tu n’as pas le choix.
Ayamé soupira et répliqua.
— Même si je suis obligé de t’obéir et de travailler avec toi, je peux quand même te donner mon avis. C’est toi qui as attaqué les deux élèves de la Day Classe et détruit la Place des Souvenirs, pas vrai ? Pourquoi ? ça ne servait à rien.
Son aînée sourit, l’air amusée et secoua son doigt comme si elle le grondait.
— Tu as encore beaucoup à apprendre, Aya, cela a permis de leur montrer que leur Académie n’est pas tout à fait un havre de paix et qu’un danger les guette. En plus, quand les élèves vont découvrir le désastre, ils vont paniquer et il nous sera plus facile de repérer l’élue de la prophétie puisque qu’elle révèle ses pouvoirs uniquement quand elle éprouve une forte émotion, comme la peur, la colère ou la jalousie.
Le jeune homme devait admettre qu’elle avait raison. Cela faisait plus de quatre ans que lui, Amy et le reste de l’organisation recherchaient l’élue de la prophétie de la Princesse de la Pleine Lune. Une prophétie qui parlait d’une fille ayant des pouvoirs incroyables et dont leur chef suprême rêvait de s’emparer.
Soudain, Amy tourna rapidement la tête et fronça les sourcils sous le regard surpris de son coéquipier.
— Qu’est-ce que... Commença-t-il.
Ne parle pas et écoutes-moi. Je te parle par télépathie, c’est un de mes pouvoirs. Quelqu’un de puissant se rapproche, je vais te laisser.
Normalement, tu devrais t’en sortir seul, mais en cas de problème, je ne serai pas loin. Bye et essaie de la trouver avant moi.

La vampire disparut et au bout d’une minute, Ayamé fit volte face. Kaname Kuran se trouvait derrière lui et le regardait, bras croisés et le regard méfiant. Le jeune homme frissonna, il n’avait jamais rencontré le Prince, comme on l’appelait, mais il savait à quel point il était dangereux et... Perspicace.
— À qui parlais-tu ? Et que faisais-tu là ? Les élèves de la Day Classe ne sont-ils pas censés avoir cours ce matin ? interrogea le Sang pur froidement.
Ayamé retint un soupir de soulagement, lui et Amy avaient eu chaud, si sa coéquipière n’avait pas repéré l’aura du vampire, il les aurait surpris et même si ensemble, les deux membres étaient très puissants, contre un Sang pur, ils auraient eu du mal.
— Pour répondre à vos questions monsieur, sachez que je ne parlais à personne, j’ai juste entendu du bruit alors j’étais curieux et oui je devrais être en classe, mais je voulais d’abord me rendre à l’infirmerie, répondit-il avec respect et en soutenant le regard du fils Kuran.
Celui-ci parut sceptique, soudain il réalisa ce que son opposant venait de dire et lui demanda d’une voix glaciale.
— Et qui voulait-tu voir à l’infirmerie ?
— Euh, Kisa Kiryû pourquoi ? répondit Ayamé, surpris par la question.
— Cela ne te regarde pas, mais sache Ayamé Hinamori, que si tu veux être proche de Kisa, tu as intérêt à faire profil bas et ne rien faire ou dire qui pourrait la mettre en danger. C’est clair ?
Ayamé fronça les sourcils, se demandant pourquoi Kisa paraissait aussi importante pour le vampire.
— Oui, c’est très clair, maintenant excusez-moi, mais je dois y aller, répondit-il froidement.
Kaname le regarda le dépasser et se diriger vers la porte, alors que le jeune homme s’apprêtait à sortir, le Sang pur murmura.
— Attends. Sache qu’à partir de maintenant, tu seras surveillé vingt-quatre heures sur vingt-quatre par les membres de la Night Classe, je n’ai aucune confiance en toi.
Ayamé l’ignora et s’éloigna rapidement. Il savait qu’il était en difficulté, surveillé par Kaname Kuran, sa mission serait beaucoup plus difficile.
Le jeune homme soupira, il se doutait qu’Amy avait vu la scène et qu’il aurait droit à une remontrance pour s’être mis le président du pavillon de la lune sur le dos.

Pendant ce temps très loin du japon, en Angleterre, et plus précisément dans un immeuble de la capitale, un vampire se tenait agenouillé en signe de respect devant un autre vampire debout face à une fenêtre et qui lui tournait le dos. Une troisième personne se tenait adossée au mur, bras croisés.
Cette dernière personne, un humain, était grande, svelte, avec des cheveux gris attachés en catogan, des yeux couleur charbon, un sabre était accroché à son dos et deux poignards étaient suspendus à sa ceinture.
Il portait un pull gris clair et un pantalon blanc, aux pieds, il avait des chaussures noires et blanches. Il avait le regard impassible, il semblait tout voir et tout ressentir autour de lui et semblait âgé d’une trentaine d’années à peine.

Le vampire qui regardait par la baie vitrée était de taille moyenne, de longs cheveux blonds pendaient dans son dos et il avait des yeux chocolat.
Il dégageait une aura très puissante et bizarrement « chaude ». L’inconnu abhorrait un sourire satisfait et l’on pouvait apercevoir ses canines.
— Alors, comme ça, Amy a rejoint Ayamé. Parfait, à eux deux, personne ne les arrêtera, murmura-t-il d’une voix douce et victorieuse.
Le vampire agenouillé tressaillit imperceptiblement, ce que ne manqua pas de remarquer l’homme appuyé contre le mur qui fronça les sourcils.
— Euh, maître, bredouilla le vampire en relevant la tête.
Le maître, qui visiblement était le vampire face à la fenêtre, tourna la tête et lança un regard glacial à son subordonné qui frissonna.
— Qu’y a-t-il ?
— Eh bien... Ne pensez-vous pas que Kaname Kuran, Kaien Cross ou encore ce Zero Kiryû pourraient nous mettre des bâtons dans les roues ?
L’homme esquissa un sourire et répliqua.
— Kaien Cross est certes le Chasseur Légendaire, mais tout le monde sait qu’il ne chasse plus les vampires et franchement je ne pense pas qu’il puisse arrêter nos deux champions. Quant à Kiryû, ce n’est qu’un novice.
— Mais...
— Tu as entendu notre lieutenant en chef, les chasseurs de vampires ne sont pas dangereux pour nous, enfin pas pour Amy en tout cas, murmura le maître d’une voix doucereuse en tournant la tête vers le vampire agenouillé.
Quant à ce cher Kaname, je le connais, il ne fera rien avant d’être parfaitement sûr que Ayamé est suspect et d’ici là, je suis sûr qu’il sera trop tard. Yalissan ?
Ce dernier tourna la tête vers son supérieur et l’interrogea du regard.
— Contacte Amy et dis-lui de se dépêcher.
Le vampire se tourna vers son subordonné et lui fit signe de partir. Yalissan finit par s’éloigner, lui aussi. Une fois seul, le vampire se retourna et se dirigea vers un tableau accroché à l’un des murs, il représentait une fille aux longs cheveux argentés et avec une robe blanche parsemée de paillettes, en haut de l’oeuvre, une lune pleine et des étoiles.
L’individu posa sa main sur le visage de la femme et murmura en souriant.
— Un jour, tu seras à moi, princesse.

De retour à l’Académie Cross, Kisa était en classe et répondait aux questions de son professeur d’histoire.
— Très bien, Mademoiselle Kiryû, ce sera tout pour le moment.
La jeune fille se rassit en souriant, soudain elle frissonna. Une semaine s’était écoulée depuis son réveil à l’infirmerie et même si elle se montrait sûre d’elle et courageuse, afin de ne pas inquiéter son frère et ses amis, à l’intérieur d’elle-même, elle avait peur, peur de ce qui s’était passé sur la Place des Souvenirs, peur des conséquences de sa discussion avec Ayamé et enfin, peur du mystérieux agresseur. Il devait être extrêmement puissant pour avoir attaquer deux élèves et détruit la place sans se faire repérer. En effet, en plus de Zero, elle et le Directeur, certains professeurs de la Night Class comme Dan ou encore les membres de la Night Class, auraient dû repérer l’aura bien avant.
Soudain la porte s’ouvrit et un élève de dernière année apparut.
— Monsieur, le Directeur demande Kisa Kiryû dans son bureau.
Tous les regards se tournèrent vers la concernée qui cligna des yeux, surprise.
— Euh, très bien, jeune homme, merci. Kisa, vous pouvez y aller, murmura le professeur.
La jeune fille descendit les escaliers et se dirigea vers la sortie, croisant au passage les regards inquiets de son frère, de ses amies et bizarrement celui d’Ayamé.

Une fois dehors, elle se dirigea lentement vers le bureau tout en se demandant ce que lui voulait le Directeur. Elle finit par s’arrêter devant une porte banale et toqua, puis entra.
Kaien Cross se tenait assis derrière son bureau, l’air soucieux, il leva la tête et sourit en voyant entrer la jeune fille.
— Ah Kisa. Approche, s’il te plaît.
La jeune apprentie chasseuse s’exécuta et fronça les sourcils en voyant la feuille de papier que lui tendait l’ancien chasseur, la lut rapidement, ensuite elle murmura.
— Une mission... Mais pourquoi ?! La guilde n’a pas fait appel à Zero et moi depuis quatre ans. Alors pourquoi maintenant ?!
La jeune Kiryû serrait les poings en essayant de garder son calme, la guilde et son président pensaient sans doute pouvoir l’utiliser à leur guise, mais ils se trompaient, elle n’était pas du genre à obéir aveuglément, sauf que... Sauf que si elle n’acceptait pas cette mission, personne ne la ferait et des innocents humain se feraient sans doute tuer par les level E.
Elle releva la tête, une lueur déterminée dans ses yeux couleur océan et déclara d’une voix forte sous le regard inquiet du Directeur.
— J’accepte la mission, Monsieur. Je pars immédiatement.
Elle fit volte face et attrapa la poignée de la porte.
— Kisa ?
La jeune fille tourna la tête et interrogea du regard le Chasseur légendaire.
— Sois prudente, murmura ce dernier en l’observant gravement.
Elle sourit, hocha la tête et partit dans sa chambre afin de récupérer son katana, indispensable dans ce genre de mission.

Une fois dehors, elle se dirigea vers l’imposant portail de l’Académie et commença à descendre les innombrables marches d’escaliers, ne se doutant pas qu’elle était observée depuis la fenêtre du bureau du Directeur.
Par un homme, grand, mince, avec des muscles d’acier, vêtu d’un long manteau en cuir brun, un chapeau de cow-boy posé sur son épaisse et élégante chevelure couleur aile de corbeau. De longues bottes et un fusil attaché sur son épaule complétaient l’ensemble, l’inconnu avait également des yeux de braise et une cigarette dans la bouche.
— Je ne pensais pas qu’elle accepterait, elle a bien mûri depuis quatre ans, dit-il d’une voix impassible.
— Ouais, et attends de la voir à l’oeuvre. Elle est vraiment redoutable à présent, même Kaname le reconnaît, dit joyeusement Kaien en fouillant dans une malle, et au fait Tôga, tu ne m’as pas dit ce que tu venais faire ici. Serait-ce pour reprendre l’entraînement de Kisa ?
— En partie. Je veux également surveiller son frère, l’heure approche malheureusement.
Kaien Cross soupira tristement, il considérait les deux Kiryû comme ses enfants et savoir que la vie du jeune homme allait basculer lui était insupportable.
Tôga Yagari tourna la tête, et plissa les yeux. Puis il attrapa son fusil et sortit rapidement sous le regard étonné de son ami.
— Mais... Bredouilla Kaien en regardant la porte ouverte.

Yagari se précipita dehors et s’accroupit afin d’examiner le sol, soudain il entendit un faible bruit et dévia le poignard qui avait essayé de lui transpercer la poitrine et qui ne fit qu’effleurer son épaule. Le chasseur se redressa et tournant la tête vers un des piliers qui soutenaient le couloir ordonna sèchement.
— Je sais que tu es là, montre-toi.
Il entendit un rire moqueur, puis une voix féminine et froide s’éleva.
— Je n’ai pas l’intention de me montrer devant un des meilleurs chasseurs de vampires du moment, Monsieur Tôga Yagari, je ne suis pas suicidaire.
Le chasseur bondit en arrière pour éviter un serpent composé uniquement d’eau qui venait de lui foncer dessus, la créature visiblement créée par la mystérieuse inconnue se désagrégea et forma une flaque sur le sol. Le hunter se dirigea rapidement vers la colonne et retint un juron en remarquant la disparition de la vampire, il essaya en vain de repérer l’aura de son adversaire et revint vers la flaque d’eau.
— Tôga !
Kaien Cross arriva en courant et se figea en voyant la blessure de son ami.
— Tu es blessé, s’inquiéta-t-il, que s’est-il passé ?!
Son ami soupira et se redressa. Il jeta un coup d’œil à sa blessure, puis serra les dents.
— Ce n’est rien, juste une égratignure. Par contre, il y a un intrus dans l’enceinte de l’Académie.
L’ancien chasseur le regarda pendant quelques secondes, puis soupira en passant une main dans ses cheveux.
— Kaien ? interrogea son camarade, encore plus inquiet qu’avant.
— Suis-moi.
Ils retournèrent au bureau du Directeur où celui-ci raconta à l’autre les événements des derniers jours et ses soupçons ainsi que ceux de Kaname.

Quinze minutes plus tôt, Kisa venait d’arriver en ville, elle s’arrêta quelques secondes pour regarder le plan de la cité, puis elle se dirigea vers un vieux bâtiment décrépi et apparemment abandonné.
Elle tendit l’oreille et entendant un cri, se précipita dans la demeure tout en dégainant son arme. La jeune fille regarda autour d’elle, sur ses gardes, il faisait affreusement sombre, puis entendant un gémissement marcha vers une forme recroquevillée dans un coin. Une fillette d’environ dix ans pleurait, tremblait, en touchant régulièrement sa gorge où l’on pouvait voir du sang s’écouler.
Kisa s’accroupit devant elle et parlant d’une voix douce et rassurante lui demanda.
— Bonjour, je m’appelle Kisa, je suis là pour t’aider, comment tu t’appelles ?
— Nat... Natsumi.
— Très bien Natsumi, que s’est-il passé ? lui demanda la jeune Kiryû tout en soignant la morsure.
La petite la regarda, effrayée, puis bredouilla.
— Je ne sais pas, je... J’étais en train de jouer dans mon jardin, quand quelque chose m’a assommée et m’a emmenée ici. Quand je me suis réveillée, j’ai vu un... Un homme et il m’a agrippé fortement les cheveux, il a posé sa bouche sur mon cou et il... il... il m’a mordu...
Elle éclata en sanglots tandis que la jeune chasseuse la prenait dans ses bras.
Soudain, elle entendit un bruit à l’étage, visiblement la créature séjournait toujours ici. Kisa souleva la fillette et la fit sortir de la demeure, puis elle se concentra, vérifiant que le vampire se trouvait bien dans la maison.
— Natsumi, écoutes-moi, tu vas prendre mon téléphone et appeler ta famille pour qu’ils viennent te chercher et surtout reste en dehors de la maison. Tu as bien compris ?
Elle hocha la tête et s’éloigna de la villa,

Kisa l’observa quelques secondes, dégaina derechef son katana et entra à nouveau dans la maison. Elle ferma les yeux, se concentrant sur l’aura de sa proie et eut juste le temps de parer un coup de griffe venant de derrière. La créature se tenait derrière elle et avait essayé de l’attaquer, elle ressemblait vaguement à un humain avec ses yeux rouges dans lesquels se reflétait une lueur de folie, ses canines qu'on pouvait distinguer sans problème le vampire ayant la bouche ouverte, ses mains aux longues griffes et enfin son air de pure démence.
Kisa grimaça, ce n’était pas la première fois qu’elle voyait un level E, mais à chaque fois, elle était écoeurée, le monstre attaqua de nouveau, en grognant des paroles incompréhensibles et en fixant la gorge de la jeune fille avec avidité. Kisa finit par remarquer une ouverture et faucha le monstre en deux. Ce dernier la regarda d’un air stupide avant de se transformer en poussière.
La jeune chasseuse soupira, rengaina son katana et se figea, apparemment inquiète, elle se précipita dehors et s’arrêta net. Un mélange composé de level E et apparemment de vampires autrefois humains lui bloquait le passage. La jeune fille serra les dents et se morigéna.
Comment avait-elle pu être aussi stupide, un piège, c’était forcément un piège et elle était tombée droit dedans.
Un des vampires se plaça face à elle et sans prévenir bondit sur elle...

_________________



et

Spoiler:
 


Dernière édition par Manoncamille le Dim 17 Juil - 9:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fanfictiongirl.skyrock.com/
Manoncamille
Admin en chef & fondatrice
avatar

Messages : 671
Date d'inscription : 19/05/2011
Age : 25
Localisation : Suisse

MessageSujet: Re: Premier tome de la saga Univers : La Princesse de la Pleine lune (fic vampire knight)   Dim 22 Mai - 10:28

Quatrième Chapitre : Disparition, travail d’équipe inattendu et révélations !


Zero marchait dans le couloir menant au bureau du Directeur, le jeune homme était inquiet, ne pas savoir ce que l’ancien chasseur voulait à sa sœur le tourmentait. Bien sûr, il savait que Kaien ne ferait jamais de mal à Kisa, mais il avait un mauvais pressentiment. Il finit par arriver devant la porte du bureau et posa sa main sur la poignée, s’apprêtant à l’ouvrir.
— Zero !
Il soupira et tourna la tête vers Saki Fujimura, la camarade de chambre de Kisa, et lui demanda d’un air agacé.
— Qu’est-ce que tu veux ?
Saki paraissait soucieuse et elle lui demanda timidement.
— Sais-tu où est Kisa ? je m’inquiète pour elle...
Le jeune soupira derechef et répliqua sèchement.
— Aucune idée.
— Ah... D’accord, ce n’est pas grave, murmura la jeune fille en s’éloignant.

Il la regarda partir, puis poussa la porte et se figea.
En plus de Kaien Cross assis à son bureau, il y avait également un homme que le jeune chasseur reconnut immédiatement. Il soupira, referma la porte et fit face au bureau, bras croisés et ignorant complètement son ancien professeur demanda.
— Où est ma sœur ?
Le directeur soupira et répondit laconiquement.
— En mission.
— Mais... QUOI ?! s’exclama le jeune Kiryû, stupéfait et inquiet.
— Euh, oui, j’ai reçu un ordre de mission de la Guilde à son nom et elle est partie immédiatement, expliqua Kaien, mal à l’aise.
— Mais qu’est-ce qui vous a pris ?! Kisa n’a que quinze ans et elle n’est qu’une apprentie, s’inquiéta Zero, furieux, en secouant le directeur.
Soudain le jeune homme sentit une main sur son épaule et on le força à reculer, ce qu’il fit de mauvaise grâce.
— Du calme, Zero, ordonna Tôga Yagari.
Il soutint le regard furieux de son ancien élève.
— Ta sœur est assez grande pour mener cette mission à bien, de plus même si elle est une apprentie, elle doit apprendre à se débrouiller seule.
Son ancien disciple rétorqua sèchement et d’un ton ironique.
— Comment pouvez-vous le savoir, maître ? vous ne l’avez pas vu depuis quatre ans et moi non plus d’ailleurs. Où étiez-vous passé pendant tout ce temps ?!
Tôga soupira et regardant le jeune Kiryû droit dans les yeux expliqua calmement.
— Premièrement, je sais que ta sœur est plus forte qu’avant parce que cela se voit tout simplement. Ensuite, j’étais en mission à droite et à gauche et crois-moi je vous ai cherchés pendant ces quatre dernières années. Je ne savais pas où vous étiez, mais je suis content de te revoir, crois-moi.
Son disciple hocha la tête et marmonna.
— Moi aussi, sensei...
Soudain la porte s’ouvrit à la volée, les deux chasseurs se retournèrent, surpris, un jeune homme venait d’entrer, l’air soucieux, il tenait un objet dans sa main.
— Takuma, s’étonna le directeur, que se passe-t-il ?
L’aristocrate s’approcha et murmura.
— Désolé de vous déranger, mais je pense que c’est important. Shiki vient de me téléphoner, ils sont été en ville chasser un level E avec Rima et là-bas ils ont trouvé de la poussière en grande quantité, du sang et...
Le vampire semblait hésiter, Zero tressaillit, il avait un mauvais pressentiment, quand le jeune Ichijô ouvrit la main, il manqua de s’effondrer.
Dedans se trouvait un médaillon en forme de coeur, doré et qui avait dû coûter cher, des lettres avaient été gravées dessus afin de former le nom Kisa. Cet objet appartenait à la jeune fille depuis quatre ans et elle y tenait comme à la prunelle de ses yeux.

Son frère se plaça devant le vampire et le plaqua contre le mur, Takuma ne broncha pas, il aurait pu l’éviter ou se dégager avec facilité, mais il comprenait la fureur et la détresse du jeune homme.
— Où est-elle ? interrogea froidement le jeune homme.
— Je n’en sais rien, mais Shiki et Rima sont partis à sa recherche, Seiren est allé prévenir Kaname et Aido, Ruka et Kain nous attendent.
Zero le fusilla du regard et rétorqua sèchement.
— Je n’ai absolument pas besoin de votre aide et surtout pas celle d’un Sang pur.
Il s’éloigna d’un pas rageur et sortit sous le regard stupéfait et inquiet des autres.
— Attends Zero, c’est bien trop dangereux, tu ne sais pas à qui on a affaire et en plus tu n’as aucun indice, remarqua Yagari, de plus l’aide d’un Sang pur ne sera pas de trop, même si je te comprends.
Son disciple soupira et se retourna, il s’approcha et récupéra le médaillon. Puis il s’appuya contre le mur
— Alors, que fait-on ? demanda-t-il sèchement en regardant l’aristocrate.
Celui-ci soupira et sentant les regards des trois chasseurs posés sur lui exposa leur plan.
— On va se séparer en trois groupes, le premier ira donner un coup de main à Shiki et Rima, le deuxième ira rejoindre Kaname et le troisième fera des recherches pour savoir qui aurait pu en vouloir à Kisa et surtout pourquoi. Chaque équipe aura son chef et devra lui obéir. Cela vous convient-il ?
Yagari et Zero acquiescèrent et Kaien Cross sourit, l’idée était bonne, astucieuse même. Maintenant, il restait à savoir qui ferait quoi.
Dix minutes plus tard, ils avaient formé les équipes, Zero avait tenté de protester pendant cinq minutes, mais il avait fini par admettre que c’était la meilleure solution. Et cela donnait ceci.

Équipe 1 Équipe 2 Équipe 3
Shiki Kaname Kaien
Rima Seiren Yagari
Aido Zero Ruka
Kain Takuma

Yagari soupira, il détestait devoir rester à l’Académie faire des recherches, mais savait que lui et Kaien ainsi que la jeune Soen étaient les plus aptes à le faire. Jetant un regard inquiet vers son ancien élève, il espéra qu’il ne ferait pas l’immense bêtise de se disputer avec Kuran.

On toqua à la porte, Kaien Cross leur dit d’entrer d’une voix ferme et le panneau de bois s’ouvrit sur les trois membres de la Night Classe. Ruka, Aido et Kain jetèrent un regard surpris vers Tôga Yagari, célèbre pour être le meilleur chasseur du moment, autant que chez ces derniers que chez les vampires. Puis Kain se tourna vers le directeur et de sa voix calme demanda.
— Que fait-on ?
Le directeur sourit et croisant ses mains sous son menton répondit.
— Zero et Takuma vont rejoindre Kaname et ils essaieront de retrouver la trace de Kisa. Toi et Aido vous allez rejoindre Shiki et Rima et enquêter sur le lieu de la disparition, si vous trouvez quelque chose, vous nous contacterez, moi, Tôga et Ruka. Quant à nous, nous allons faire des recherches sur les raisons de cette disparition, c’est clair ?
Kain hocha la tête et jeta un coup d’œil au jeune Kiryû. Il ne l’aimait pas particulièrement, le trouvant odieux avec leur maître, entêté, mais il devait admettre qu’il aimait vraiment sa sœur et pour le jeune Akatsuki cela valait tout le reste.
Puis il regarda son cousin et déglutit en le voyant lancer un regard haineux au jeune chasseur.
Aido adorait certes la jeune Kiryû, mais il haïssait son frère et ne supportait vraiment pas son comportement envers Kaname. De plus, il était certainement jaloux de savoir que Zero allait être dans la même équipe que le Sang pur.
Quant à Ruka, elle devait être dans le même état d’esprit, même si elle paraissait plus inquiète pour son amie qu’autre chose. Zero, lui, était mécontent de devoir faire équipe avec Kuran et surtout de devoir lui obéir. Mais si cela lui permettait de retrouver et de sauver sa sœur , il ferait avec. Aido et Kain partirent en premier, promettant de les prévenir en cas de nouvelles.

Puis Zero sortit, après avoir fourré le médaillon dans sa poche et prévenu le meilleur ami de son ennemi qu’il devait aller chercher un objet dans sa chambre et qu’il le rejoignait dans le couloir juste après. Takuma s’apprêtait à le suivre quand le maître de Kisa lui attrapa le bras. Surpris, le jeune vampire le regarda d’un air interrogateur.
— Oui ? s’enquit-il.
— Je compte sur toi si jamais ton chef et Zero se disputent. J’ai entendu parler de toi et je sais que tu es le plus apte à les séparer en cas de besoin. Je compte sur toi, d’accord ?
Takuma sourit et hocha la tête.
— Je ne suis pas sûr d’arriver à les séparer, mais je ferais de mon mieux. De toute façon, vu la situation, je ne pense pas qu’ils vont se battre.
Yagari hocha la tête et le lâcha, le jeune aristocrate sortit et rejoignit le jeune chasseur qui l’attendait avec impatience, inquiet pour sa sœur . Ils se mirent en route rapidement. Yagari, Ruka et Kaien se dirigèrent vers la bibliothèque afin de faire des recherches et espérant trouver quelque chose d’utile pour les missions de leurs amis.

Pendant ce temps, Kisa se réveillait lentement dans une cellule sombre et froide. Elle essaya de s’asseoir, mais une très forte douleur parcourut son dos, sa nuque et sa tête et elle retomba par terre en criant de douleur. L’adolescente dut fermer les yeux tant la douleur était insupportable.
Au bout d’un moment, la jeune fille parvint à les rouvrir et elle attendit prudemment que la douleur cesse. Une fois celle-ci partie, elle se rassit très, très lentement et regarda autour d’elle. La cellule était très petite et presque vide, il n’y avait que le lit inconfortable sur lequel elle était assise et une table où était posée une carafe d’eau ainsi qu’un verre. Assoiffée, la jeune chasseuse essaya de se lever, mais dès qu’elle se redressait un peu plus, elle voyait sa vision se troubler. Et visiblement le sol était trop dur pour qu’elle prenne le risque de tomber dessus comme une masse... Au prix d’acrobaties, elle arriva enfin à attraper le pot et le verre et la jeune fille but avidement le liquide froid et rafraîchissant. Une fois ceci fait, elle regarda plus attentivement l’extérieur du cachot glauque et aperçut d’autres cellules, vides, à part quelques squelettes ce qui la fit grimacer. Soudain, elle entendit des bruits de pas, et fronçant les sourcils, elle tourna la tête vers la direction du son, reconnaissant son ravisseur, elle blêmit et bredouilla.
— Non, pas vous, mais pourquoi ?!
Il la regarda sans un mot et un son se fit entendre, une sorte de sifflement dans l’air. Puis Kisa se sentit à nouveau faible et luttant en vain s’effondra sur le lit. L’inconnu ouvrit la porte, entra et la prit dans ses bras, puis il disparut sans un mot. Une ombre sortit d’une cellule et attrapant son portable composa un numéro...

Au même moment, un jeune vampire et sa petite amie étaient en train d’inspecter soigneusement une maison désaffectée.
— Shiki !
Le jeune aristocrate tourna la tête et passant une main dans ses cheveux violets s’approcha de la rouquine en train d’examiner le sol. Curieux, il se pencha et fronça les sourcils, prudemment il attrapa l’objet et marmonna.
— Ça sent les ennuis, Kisa n’utilise jamais d’arme à feu. Alors je ne vois qu’une solution...
— Quelle solution ?
Ils se tournèrent vers leurs coéquipiers, c’était Kain qui venait de parler. D’habitude si calme, là il semblait vraiment soucieux et n’arrêtait pas de serrer son poing. Aido n’allait pas mieux, lui si bavard et moqueur en temps normal, il se taisait et affichait un air sérieux. Shiki désigna le pistolet anti-vampire qu’il tenait et ils froncèrent les sourcils. Discutant avec animation pendant que Rima ayant pris son Nokia parlait à Ruka de leur découverte, elle changea soudain d’interlocuteur pendant un moment, puis raccrocha.
— C’est mauvais, d’après Yagari, les seuls à avoir accès à ce genre d’armes sont les chasseurs d’élite de la Guilde.
Trois regards sombres et inquiets se tournèrent vers elle et ils reprirent leurs recherches avec soin après avoir déchargé le pistolet et l’avoir rangé dans un sac.

Au haut-conseil des vampires, un Sang pur tapa ses mains sur la table devant lui et les membres du conseil le regardèrent avec surprise, désapprobation, colère ou encore pitié.
— Vous me dites que cela n’a pas d’importance ?!!! Mais bien sûr que ça en a ! Ma protégée a disparu et vous me dites de ne pas m’en faire ?! Vous...
— Ça suffit, Kaname ! s’exclama un individu installé confortablement dans un fauteuil. Ce n’est pas en t’en prenant à nous que tu vas la retrouver alors calme-toi s’il te plaît, ordonna le vampire qui dégageait une aura de puissance et qui soutint sans broncher le regard du jeune Prince.
— Vous avez raison mon oncle, s’excusa Kaname calmement et en se détendant, en partie du moins.
Rido Kuran hocha la tête avec satisfaction et contempla son neveu avec compassion et fierté
(ndla : Dans ma fic, sachez que Rido est un gentil vampire... Enfin aussi gentil que peut l’être un Sang pur. Et ce n’est pas lui qui a tué Juri et Haruka Kuran.)
— De toute façon. Je ne vois pas pourquoi vous vous en faites pour cette fille, maître Kaname. Ce n’est qu’une simple humaine et une chasseuse de surcroît, remarqua un conseiller avec mépris.
Il tressaillit devant le regard glacial, méprisant et furieux du Sang pur. Il avait de la chance que Kaname soit pacifique, car le jeune maître se retenait de toutes ses forces pour ne pas commettre un meurtre. Par respect pour ses défunts parents et aussi car l’homme qui venait de parler faisait partie de la famille de son meilleur ami. Mais également parce qu’il savait très bien que cela n’arrangerait rien.
— Ichiou, cela suffit, répliqua Rido. Cette jeune fille est une apprentie chasseuse et en plus la protégée de mon cher neveu. Ce n’est pas qu’une simple humaine. Compris ?
Son collègue acquiesça sèchement.

Au bout d’un moment, Kaname sortit et soupirant rejoignit son meilleur ami et son rival. Takuma leva la tête et regarda le jeune Sang pur avec compassion.
Il savait très bien à quel point son ami souffrait, il aimait aussi Kisa en tant qu’ami, mais comparé à l’amour du jeune Kuran, ce n’était rien. De plus, il savait que son ami en tant que dernier survivant de sa famille proche avait beaucoup de responsabilité. Zero regardait son rival et ennemi avec impassibilité, du moins en apparence, car en réalité il se retenait de se moquer de lui, de le provoquer, de le haïr... Il savait pertinemment que sans le jeune Kuran et ses amis, lui, Zero Kiryû, n’avait pratiquement aucune chance de retrouver et de sauver sa sœur ... Si elle était toujours vivante. Se maudissant de penser à cette éventualité, il sortit le médaillon et le contempla avec espoir. Pour la première fois depuis ce maudit jour, il aurait voulu que son jumeau soit avec eux. Ichiru avait toujours été meilleur que lui pour la traque et il était persuadé que son frère aurait déjà retrouvé leur sœur s’il avait été à sa place.

Kaname regarda son rival avec attention, il le jugeait responsable de la disparition de celle qu’il considérait comme sa sœur et peut-être un peu plus... Soupirant, il s’approcha et demanda au jeune Ichijô avec un espoir totalement idiot, mais tellement réel.
— Des nouvelles ?
Alors que son ami allait répondre par la négative, le portable du jeune Kiryû sonna. Ce dernier décrocha, inquiet et attentif.
— Oui ?
— Salut Zero, ça va ? fit une voix masculine et amusée.
Le jeune homme se figea et chancela sous le choc. Les deux vampires le regardèrent avec inquiétude. Zero se ressaisit et répondit d’une voix glaciale.
— Qu’est-ce que tu veux ?
— Moi aussi, je suis content de t’entendre, ironisa la voix.
— Je n’ai rien à te dire, Ichiru, rétorqua son frère en s’apprêtant à raccrocher.
— Attends, si tu raccroches, on perdra notre sœur , le prévint son frère d’une voix tendue.
Le chasseur se figea derechef, ferma les yeux et demanda d’une voix ferme.
— Comment ça ?!
Un rire amusé mais également nerveux se fit entendre à l’autre bout du fil.
— Eh bien, je viens de voir ton cher président de la guilde l’enlever, l’enfermer dans une cellule glauque et revenir la chercher, inanimée et en piteux état, j’ai dû me retenir pour ne pas commettre un meurtre ce soir et tu peux me croire quand je dis cela, je ne jouerai pas avec la vie de Kisa, répondit son frère d’une voix tremblante de rage et de peur.
— J’ai dû mal à croire que tu éprouves encore des sentiments pour nous après ce que tu as fait ce jour-là, rétorqua son jumeau d’une voix glaciale.
Un soupir triste, mais résigné lui répondit.
— Écoute, je suis en train de désobéir aux ordres de vampires qui pourraient me tuer en un claquement de doigts pour pouvoir te prévenir. Kisa est la personne qui compte le plus à mes yeux, peut-être même plus que lady Shizuka.
Alors je t’en prie, malgré la haine que tu as pour moi, va la sauver, elle se trouve au quartier général de la guilde, dans une partie secrète que seul le président et les chasseurs d’élite connaissent. Sauve la Zero, je t’en prie...
Avant que son frère n’ait pu rajouter quoique ce soit, il avait raccroché. Le jeune Kiryû resta debout sans bouger pendant un long moment avant de se ressaisir et de se tourner vers les deux vampires.
— Je sais où elle se trouve.

Ichiru soupira et passa une main dans ses cheveux. Beau jeune homme de dix-sept ans, il ressemblait beaucoup à son jumeau, ses cheveux étant jusqu’un peu plus longs et un long poignard étant attaché à sa ceinture. Il portait un pull bleu et un pantalon beige et ses yeux étaient remplis d’inquiétude. Il regarda le parc se déroulant à l’horizon et posa la tête sur l’immense fenêtre qui permettait aux rayons de l’astre du jour d‘éclairer sa chambre. Soudain la porte s’ouvrit et une voix féminine et perçante cria son nom alors qu’une ombre apparaissait à toute vitesse et se retrouvait assise sur une commode. L’adolescente, du moins en apparence, le regarda avec amusement et fit remarquer en riant.
— Ça fait longtemps que je ne t’ai pas vu dans cet état, mon cher Ichiru. On dirait que le monde vient de s’effondrer. Ce n’est quand même pas ma nouvelle apparence qui te met dans cet état ?
Le jeune homme se redressa pour faire face à celle qui l’avait fait abandonner toute sa famille et qui lui avait permis de survivre.
— Non, lady Shizuka, ce n’est pas ça et je vais très bien.
Shizuka Hio le regarda avec attention, puis demanda d’une voix redevenue sérieuse en remarquant le portable posé sur le rebord de la fenêtre.
— Dis-moi, Ichiru, qui viens-tu d’appeler ?
Le jeune Kiryû se raidit, ce qui en passant n’est pas forcément une bonne idée quand on fréquente une Sang pur aux sens plus affectés qu’un simple vampire et répondit d’une voix nerveuse et beaucoup trop innocente pour paraître sincère.
— Personne. Je n’ai appelé personne.
Il tressaillit quand la vampire fut devant lui en un quart de seconde et qu’elle leva la tête pour le regarder. Il baissa la tête et croisa les yeux gris de sa maîtresse, il soutint son regard et quand elle le força à reculer jusqu’à ce qu’il soit acculé contre la fenêtre, il sentit des frissons le parcourir et visiblement cela amusa beaucoup la Sang pur qui eut un rire cristallin.
— Que me caches-tu, mon cher ami ? Et ne me dit pas de mensonges. Je sais quand tu dis la vérité ou un mensonge. Alors ? demanda-t-elle d’une voix ferme et qui ne laissait place à aucune réplique.
Le jeune Kiryû savait qu’il n’avait pas le choix, espérant qu’il ne serait pas trop puni, il murmura d’une voix étrangement calme.
— J’ai appelé mon frère. La vampire fronça les sourcils, intriguée, mais lui fit signe de continuer. Comme vous le savez, je suis allé faire un tour à la Guilde des chasseurs pour voir ce qu’ils mijotaient et là...
Le jeune homme prit une profonde inspiration et reprit. Et là, j’ai vu des vampires autrefois humains amener au président une humaine. Ma sœur pour être plus précis. Le président l’a prise et emmené dans une cellule, puis il est reparti. Je voulais la prendre et l’emmener, mais elle s’est réveillée et je me suis défilé, puis le chef des chasseurs est revenu, l’a droguée et l’a emmenée ailleurs. Je ne savais pas quoi faire alors j’ai appelé Zero.
— C’est tout ?
Il hocha la tête et ne broncha pas quand elle le gifla, il savait qu’elle n’y avait pas mis toute sa force, sinon il ne serait plus en état de vivre, mais cela lui faisait vraiment mal.

Il baissa la tête et murmura des excuses. À moitié hystérique, elle lui lança au visage.
— Je me fiche de tes excuses ! C’est impardonnable ! Comment as-tu osé agir sans ma permission ?! Je... Je comprends que tu aies des sentiments pour ta sœur et d’ailleurs je m’en fiche, mais appeler Zero, c’est... C’est...
Elle fronça les sourcils et ordonna d’une voix sèche.
— Sébastien ?
La porte s’ouvrit et un majordome, vampire apparemment, entra avant de s’incliner.
— Madame ?
— Conduis Ichiru dans un de nos cachots et veille à ce qu’il y reste au moins trois jours, ah et veille aussi à ce qu’il n’ait que le strict minimum pour survivre.
Son serviteur acquiesça après l’avoir regardé avec étonnement et s’écarta pour laisser passer le favori de sa maîtresse. Ce dernier avança sans un mot et alors qu’il sortait entendit son nom, il s’immobilisa et sans la regarder l’écouta.
— Ça me fait mal de faire ça, mais c’est pour ton bien. Va, maintenant.
Lui et Sébastien sortirent avant de refermer la porte. La vampire s’approcha de la fenêtre et posa la main dessus.
— Zero, Kisa, où êtes-vous, murmura-t-elle en souriant, se disant que l’heure approchait. Puis on toqua et une vampire entra.
— Oui, Sofia?
Sa garde du corps temporaire lui tendit un téléphone posé sur un coussin de soie et curieuse la vampire répondit.
— Oui ?
— Bonjour, chérie, répondit une voix amusée, mais tendre.
Le visage de Maria Kurenai s’éclaira et elle commença une conversation intéressante...

Loin d’ici, à l’Académie, Ruka parcourait un livre à toute vitesse ne lisant que ce qui lui semblait important. Elle soupira et le referma, rien, rien du tout.
Elle s’appuya contre le mur et leva les yeux vers le plafond, elle était morte d’inquiétude, cela ne lui ressemblait pas.
— Je croyais que la Night Classe n’avait pas le droit d’être à l’Académie le jour ? demanda une voix amusée.
Elle se tourna et aperçut Ayamé Hinamori en train de la regarder avec amusement et attention.
— J’ai une autorisation, rétorqua Ruka, qu’est-ce que tu veux ?
— Oh, rien de spécial, en fait je cherche Kisa Kiryû, vous l’avez vu ? demanda le jeune homme d’un ton détaché.
Ruka l’observa attentivement et il soutint son regard en souriant.
— Non, je ne l’ai pas vue, qu’est-ce que tu lui veux ? répondit sèchement la vampire.
Il parut surpris et continuant à sourire expliqua en haussant les épaules.
— Je l’aime bien et je voulais l’inviter à faire un tour, mais je peux l’attendre.
— Elle a déjà quelqu’un, rétorqua Ruka qui se méfiait de lui.
De plus, même si ce n’était pas tout à fait exact, elle savait que son maître avait des vues sur la jeune Kiryû, alors elle était réservée.
— Ah bon, s’étonna Ayamé, j’ai pourtant entendu dire qu’elle était libre.
Soudain l’atmosphère autour du jeune Hinamori changea, devint plus lourde, plus dangereuse, la jeune Soen avait de l’expérience et sentit le danger, lentement pour ne pas éveiller ses soupçons, elle se déplaça vers la porte.

Ayamé la regarda et rapide comme l’éclair ferma la porte et sortit une arme de sa veste.
Ruka se figea en reconnaissant une arme anti-vampire et lui lança un regard perçant.
— Qui es-tu vraiment ?
— C’est moi qui poses les questions, rétorqua-t-il avec sérieux. Alors dis-moi où est Kisa et avec qui elle a une relation.
Même si je me doute de la dernière réponse. Et inutile d’essayer de sortir, de me battre ou d’appeler de l’aide. C’est clair ?
Elle le fusilla du regard, mais il ne broncha pas et approcha son doigt sur la détente. Effrayée, elle répondit rapidement.
— Je ne sais pas où est Kisa, elle a été enlevée et on n’a plus de nouvelles. Quant à ta deuxième question, je... Je t’ai menti. Elle ne sort pas avec un garçon, mais Kaname a un faible pour elle alors tu n’as pas intérêt à t’approcher d’elle.
Ayamé s’était figée en apprenant que son amie avait été enlevée, il aimait sincèrement la jeune fille et était prêt à tout pour l’avoir. Mais il s’était renseigné sur la jeune Kiryû et avait appris plusieurs choses essentielles. La première était que son frère et Kaname Kuran ainsi que les autres membres de la Night Classe étaient vraiment protecteurs avec elle. Ensuite, Kuran l’aimait et pour finir Kisa n’aimait pas être forcée. Il jeta un coup d’œil à sa victime et sachant pertinemment qu’il ne devait pas laisser de témoins, appuya sur la détente...

Un poignard se ficha alors dans son épaule et grimaçant de douleur, il recula. Tôga Yagari apparut et se posta devant la vampire qui s’était effondré par terre.
— Ça va, gamine ? interrogea le chasseur avec calme sans quitter des yeux le jeune élève qui l’observait avec indifférence.
Fronçant les sourcils à cause du gamine, Ruka répondit faiblement que oui et rassuré, le chasseur demanda au fautif.
— Qui es-tu ?! Et que veux-tu ? Tu n’es pas un chasseur, je ne t’ai jamais vu, alors comment t’es-tu procuré une arme anti-vampire ? Réponds !
— Je n’ai pas d’ordre à recevoir de vous, monsieur le chasseur, rétorqua l’élève d’une voix froide.
Soudain des pas se firent entendre et Kaien Cross apparut, inquiet.
— Tôga, que se passe-t-il ?
Il se tut, repéra son élève, son ami et le jeune homme avec un pistolet anti-vampire, l’ancien chasseur écarquilla les yeux et demanda faiblement.
— Ayamé, mais...
Le jeune Hinamori le regarda sans rien dire et un fumigène apparut devant lui dégageant une fumée violette irritante. Se protégeant le visage avec son bras, le chasseur d’élite fonça vers le milieu de la pièce et serra les dents. Trop tard. Le jeune adolescent avait disparu, Tôga rejoignit les deux autres et regarda son meilleur ami relever la jeune vampire. Ruka avait honte, elle venait de trahir celle qu’elle considérait comme sa petite sœur et l’homme qu’elle aimait, elle leva les yeux vers les deux chasseurs et prenant une inspiration murmura.
— Kisa est en danger, j’ai été idiote, je lui ai dit qu’elle a été enlevée et que Kaname l’aimait, il va sans doute essayer de la retrouver.
Yagari tressaillit et la fusilla du regard avant de sortir, encore plus inquiet qu’avant.

— Tu es fou ?! On peut dire adieu à notre couverture maintenant. Comment on va faire, hein ?
Ayamé grimaça, sa coéquipière se mettait rarement en colère, mais quand elle s’énervait cela ressemblait à une tornade. Soudain le portable de la jeune fille sonna et après avoir échangé quelques mots avec son interlocuteur, elle raccrocha et souriant elle regarda son coéquipier et lui annonça calmement.
— Changement de plan. On doit aller aider une vieille connaissance.

_________________



et

Spoiler:
 


Dernière édition par Manoncamille le Dim 17 Juil - 9:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fanfictiongirl.skyrock.com/
Manoncamille
Admin en chef & fondatrice
avatar

Messages : 671
Date d'inscription : 19/05/2011
Age : 25
Localisation : Suisse

MessageSujet: Re: Premier tome de la saga Univers : La Princesse de la Pleine lune (fic vampire knight)   Dim 22 Mai - 10:29

Cinquième chapitre : Espoir, danger, peur et joie


Le chasseur plaqua son supérieur contre le mur et lui lança un regard glacial.
— Ne mentez pas ! Je sais de source sûre qu’elle se trouve ici et je n’hésiterai pas à détruire ce bâtiment pour retrouver ma sœur ! Alors maintenant dites-moi où elle est !
— Votre informateur a pu se tromper ou vous mentir, rétorqua calmement le président en souriant. Allons, Zero, ne faites pas de bêtise.
Zero le fusilla du regard et répliqua avec un sourire moqueur.
— Non, je sais que mon informateur dit vrai, et ce uniquement parce qu’Ichiru est mon jumeau. Il ignora le tressaillement de son supérieur et continua. Et aussi parce que je sais immédiatement quand il me ment. Et réciproquement. Alors maintenant fini de jouer.
Soudain une vampire apparut à côté de la victime qui se retrouva avec une main munie de doigts acérés contre la gorge. Une perle de sang perla. Seiren, redoutable vampire hyper rapide et garde du corps de Kaname Kuran, venait de montrer sa supériorité. Le jeune Kiryû lui lança un regard noir et demanda froidement.
— Pourquoi es-tu intervenue ?
— Du calme, Kiryû, c’est moi qui lui ai demandé d’intervenir. Ce cher Monsieur allait appuyer sur le bouton qui sert d’alarme et on aurait eu droit à un combat contre ses chasseurs. Ce n’est pas que je refuse un combat, mais contre un Sang pur, un aristocrate de haut rang, une garde du corps et un chasseur d’élite, ils n’auraient pas eu la moindre chance alors autant s’épargner un combat inutile, expliqua Kaname avec un sourire froid et une voix doucereuse en s’approchant, et maintenant, président, je vous prierai de nous dire où se trouve Kisa. Elle compte beaucoup pour moi et je n’aimerai pas devoir utiliser la force pour vous faire parler.
Ses yeux rougeoyèrent et il parut vraiment dangereux. Takuma et Seiren ne bronchèrent pas, mais le président parut terrifié et Zero lança un regard méfiant au Prince.
— Dans les cachots, bredouilla rapidement l’homme, elle se trouve dans les cachots !
— Parfait. Pouvez-vous nous y conduire ? s’enquit poliment Zero en refermant sa prise sur le torse de son chef.
Seiren enleva sa main et se replaça derrière son maître. Takuma soupira,
parfois il trouvait que son meilleur ami en faisait vraiment trop.

Cinq minutes plus tard, ils arrivèrent devant une cellule et tous, excepté le cruel président, sursautèrent. Zero et Kaname serrèrent les dents et les poings et se retinrent pour ne pas commettre un meurtre.
Seiren ferma les yeux, la jeune femme avait vu plein de choses dans sa vie et était impassible la plupart du temps, mais elle appréciait Kisa et elle lança un regard noir à l’homme qui se tenait devant elle. Takuma détourna la tête et le vampire calme et joyeux la plupart du temps eut soudain envie de faire payer leur crime aux responsables de cette violence.
La jeune fille se tenait assise par terre, ses bras étant au-dessus d’elle et ses poignets étant attachés à des chaînes. Du sang séché se voyait sur ses bras et ses jambes et du sang suintait de sa tête et de son torse. Extrêmement pâle, la jeune fille avait la tête posée sur sa poitrine et ne semblait pas être en mesure de bouger. Ses habits étaient déchirés et son katana couvert de sang gisait par terre.
Kaname se tourna vers le bourreau et lui ordonna d’une voix glaciale en tendant la main.
— La clé !
Tremblant, il la lui donna et le Sang pur pénétra dans la cellule suivi du chasseur. Kaname brisa les chaînes avec violence et prenant délicatement la jeune inanimée dans ses bras l’allongea doucement sur le lit. Puis il posa ses mains sur les blessures et des lueurs mauves entourèrent ses paumes et refermèrent les blessures. Zero ne broncha pas, il savait que son ennemi pouvait la soigner mieux que lui et il sortit de la cellule, puis des cachots.

Rageur, jaloux et triste, il soupira, s’appuya contre un mur et leva la tête quand une voix surprise s’éleva devant lui.
— Zero ? C’est vraiment toi ? ça alors, moi qui croyais que tu étais un revenant depuis le temps.
Un jeune homme qui devait avoir deux ou trois ans de plus que lui se tenait en face du jeune Kiryû. Brun avec des yeux noisette, il souriait, l’air moqueur et jouait avec un poignard. Il dégageait une aura de sauvagerie et semblait être un chasseur expérimenté.
— Kaito, marmonna son ami en soupirant. Je vois que ton sens de l’humour n’a pas changé.
— Si, mon vieux, il a changé, assura Kaito en souriant, mais dis-moi que fais-tu ici ? Je ne t’ai plus vu depuis quatre ans. Avoue que c’est amusant comme coïncidence.
Zero soupira et hésita, devait-il parler de ce qui se passait en bas ? Il savait que l’ex-apprenti de son maître aimait bien sa sœur et qu’il était réputé pour son manque de réflexion avant de se battre. Il réfléchit et pendant ce temps son ami ne le quitta pas des yeux une seule seconde.

Pendant ce temps, dans la cellule, Kaname avait fini de soigner sa protégée et avait placé son manteau sur elle pour la réchauffer.
Il caressa les cheveux poisseux de sang et de sueur et au bout d’un moment, elle gémit et finit par ouvrir péniblement les yeux. Elle aperçut le visage soulagé du vampire et murmura en tentant de se redresser.
— Ka... Kaname... Que... Que s’est-il passé ?
— Reste allongée, murmura-t-il tendrement en caressant sa tête avec douceur. J’ai soigné tes blessures, mais tu es encore faible. Tu as faim ?
Elle hocha la tête et Takuma s’approcha en souriant, il lui tendit un pot de yoghourt liquide avec une paille. Elle le remercia d’un faible sourire et soutenue pas le Sang pur avala le liquide crémeux. Le président voulut sortir, mais la voix sèche de Kaname l’arrêta dans son élan.
— Où allez-vous comme ça, Monsieur le président ? Vous ne pensez quand même pas vous en sortir comme ça après ce que vous avez fait ? Seiren ?
— Oui, maître ? demanda la vampire, docile.
— Ne le laisse surtout pas s’enfuir et préviens mon oncle de la situation. Quant à nous, je pense que l’on va rentrer.
— Entendu.
La vampire se tourna vers le président de la Guilde et effrayé, il s’effondra, évanoui probablement à cause du trop plein d’émotions. Elle disparut avec lui après l’avoir attaché et Takuma se tourna vers son ami, intrigué.
— Tu l’emmènes ? Mais Zero...
— Préviens le. Il est hors de question qu’elle reste ici. Et s’il l’abandonne, alors tant pis pour lui, rétorqua son ami.
Il prit sa protégée, de nouveau endormie, dans ses bras et lui lança un regard tendre.
Elle était tout pour lui, absolument tout, il l’aimait de tout son coeur. Parfois courageuse, parfois fragile, parfois déterminée, parfois peureuse, parfois forte, parfois triste, parfois en colère, la jeune fille était incroyable. Avec ses longs cheveux argentés, ses yeux bleu azur remplis la plupart du temps d’une étincelle de vie, elle était l’amour de sa vie. Bien sûr, cela n’avait pas été toujours le cas, jusqu’il y a peu, il la considérait plus comme une sœur qu’autre chose, mais ses sentiments avaient fini par changer. Il ne savait pas si c’était réciproque, mais il ne la forcerait pas à l’aimer. Il lui laisserait le choix et le temps qu’il lui faudrait. Le Prince de Sang pur et son amie disparurent dans un tourbillon de vent.

Takuma soupira et recula, il connaissait les sentiments de son ami, n’avait pas eu besoin de le lui demander, il le connaissait suffisamment et depuis assez longtemps pour le savoir.
Kaname Kuran, Prince de Sang pur et l’un des plus respectés et craints au monde s’était épris pour une humaine et une future chasseuse.
Il ne fallait pas croire qu’il n’appréciait pas le fait que son ami ait enfin trouvé une fille qu’il aimait.
Il était heureux pour son plus ancien ami, mais ne savait que trop bien que certains vampires, dont son grand père, ne voyait pas cet amour d’un très bon œil. Pour eux, un vampire de Sang pur devrait épouser un autre Sang pur.
Takuma s’inquiétait aussi pour Kisa, la jeune fille était plus fragile qu’elle ne le montrait et naïve.

Soudain, il leva la tête et aperçut Zero et un autre chasseur qu’il n’avait jamais vu descendre les escaliers et il se demanda qui il était. Puis les deux chasseurs le rejoignirent et Zero lui demanda froidement.
— Où est-elle ?
— Kaname l’a emmenée à l’Académie, expliqua le vampire, il a pensé que c’était mieux pour elle d’être loin de cet endroit.
— Très bien, répliqua Zero, merci, marmonna-t-il à contrecoeur.
Il devait admettre que le jeune Ichijô était un vampire plutôt sympathique et que Kuran avait eu raison en emmenant rapidement sa sœur . Le jeune homme brun regarda son ami avec amusement et posa une main sur son épaule.
— T'inquiète, vieux, Kisa est tout à fait capable de se débrouiller, enfin si elle n’a pas changée depuis la dernière fois où l’on s’est vu. Mais en fait, comment avez-vous su qu’elle était ici ? interrogea Kaito, songeur.
— Zero a reçu un appel, expliqua Takuma, et son informateur lui a dit que Kisa était ici. Par contre je ne sais pas qui s’était.
— Alors, c’était qui ? s’enquit le jeune chasseur en se tournant vers le jeune Kiryû.
Ce dernier se raidit et passa à côté du chasseur d’élite. Serrant les dents, il s’arrêta et murmura avec colère, tristesse et espoir.
— C’était Ichiru...
Kaito se figea et lui lança un regard choqué. Mais déjà le chasseur sortait en claquant la porte de la salle. Takuma le regarda faire, surpris et murmura.
— Qu’est-ce qui lui prend et qui est Ichiru ?
— Son jumeau. Il a assisté sans rien faire au massacre de leurs parents et à la morsure de Zero. Et il est parti avec la princesse de la folle efflorescence. Je le croyais mort et Zero aussi.
Il soupira et murmura d’un air songeur et amusé.
— Maintenant que j’y pense, Kisa a toujours été sa préférée et réciproquement. Ichiru et elle passaient leurs journées ensemble et Zero était assez solitaire. Mais bon, tout ça c’est fini, dit-il en haussant les épaules et en soupirant.
Takuma ne répondit pas et rentra à l’Académie tandis que le jeune Takamiya rentrait chez lui.

Tôga, Kaien et Ruka étaient en train de réfléchir dans le bureau du directeur, ils étaient soucieux. Ayamé avait l’air décidé à enlever Kisa et cela ne leur plaisait pas. Soudain, ils relevèrent la tête et se levèrent brusquement. La jeune vampire et l’ancien chasseur se détendirent en constatant que Kaname apparaissait petit à petit dans la pièce, Tôga regardait avec détachement le Sang pur. Kaname Kuran était une légende, un Dieu ou un Diable suivant l’opinion.
Pour le chasseur d’élite, il était juste un Sang pur comme les autres, enfin il devait admettre qu’il appréciait plus ce « jeune » vampire que certains de ses congénères. Plus que Shizuka Hio en tout cas. Kaname s’approcha d’eux et il baissa la tête pour regarder son ami, Kaien Cross.
— On l’a retrouvée grâce à un appel que Zero a reçu, elle était à la Guilde. En mauvais état.
Kaname avait prononcé avec froideur ces derniers mots, il était clair que les chasseurs qui étaient au courant de ce qu’avait vécu la jeune humaine allaient souffrir... Beaucoup.
Il commença à se diriger vers la sortie pour retourner à son pavillon quand la voix sèche de Tôga Yagari l’arrêta.
— Que comptes-tu faire Kuran ? Je me doute que tu ne vas pas laisser mon président tranquille, mais sans la Guilde, ce monde ne restera pas en paix !
Le charismatique vampire se retourna vers lui et le fixa de ses grands yeux chocolat où luisait une lueur de douleur mêlée de colère.
— Je ne ferai rien pour le moment, le plus important c’est de s’occuper de Kisa et je sais qu’elle aura besoin de tous ses proches pour se remettre de ses tourments. Présents et lointains. Et je ne pense pas que ce monde soit réellement en paix. Vous savez aussi bien que moi que Hinamori n’en restera pas là, il ignora les regards surpris des trois personnes et rajouta sombrement. Et Shizuka étant vivante, Kisa et Zero auront affaire à elle, tôt ou tard. Sur ce...
Il sortit rapidement et Ruka le suivit, courant après le Prince de Sang pur.
Kaien Cross et Tôga Yagari échangèrent un regard grave, oui ils auraient sans doute des ennuis tôt ou tard....

Une semaine passa. Une semaine pendant laquelle Kisa passa la plupart de son temps avec la Night Classe, en effet elle était en convalescence et Zero étant en mission assez souvent et devant passer le reste de son temps aux cours, elle n’avait pas trop le choix, ne voulant pas rester seule. Mais elle passait aussi du temps avec son frère et Tôga qui d’ailleurs lui avait assuré que dès qu’elle irait mieux, ils reprendraient l’entraînement. Saki, Yori et Yuki, inquiètes pour leur amie passaient la voir après leurs cours et même si elle avait dit la vérité à la jeune Cross, elle avait menti à ses deux autres amies.
Ce matin-là, elle était dans son lit et dessinait un paysage nocturne. Kisa adorait dessiner, elle avait hérité des dons de dessin de sa mère et elle était assez douée selon elle. D’ailleurs ses amis avaient chacun un de ses dessins. Seul Zero n’en avait pas, cela lui était trop douloureux lui rappelant des souvenirs. La jeune fille termina le dernier trait et observa le dessin avec satisfaction, un immeuble au clair de lune avec une chauve-souris géante dans le ciel.

Soudain on toqua et elle releva la tête avant de dire entrez. Un élève de sa classe entra et l’informa que le directeur voulait la voir. Elle rangea son dessin et se dirigea vers le bureau. Une fois arrivée, elle entendit des bruits de conversation et intriguée, elle toqua.
Entendant une permission d’entrer, la jeune Kiryû poussa la porte et pénétra dans la pièce. Et là elle se figea. Une fille était devant elle, portant l’uniforme de la Night Classe, elle avait de longs cheveux argentés, de grands yeux gris et un grand sourire.
Sans savoir pourquoi la jeune humaine sentit un frisson parcourir sa colonne vertébrale et elle se sentit bête. La vampire n’était sans doute qu’une vampire comme tous les autres, elle ne devait pas avoir peur. La jeune convalescente referma la porte et s’approcha interrogeant son directeur du regard.
— Vous m’avez fait appelé ? demanda-t-elle poliment.
— Oui en effet, mais comment vas-tu ? mieux j’espère ? s’enquit l’ex-chasseur avec inquiétude.
Elle sourit et lui assura qu’elle allait bien. Rassuré, le directeur désigna la vampire et dit joyeusement.
— Kisa, voici Maria Kurenai, une nouvelle élève de la Night Classe. Maria, je te présente Kisa Kiryû l’une des gardiennes et ta guide. Elle va te faire visiter l’Académie et répondre à tes éventuelles questions.
— Enchantée de te connaître, Kisa, assura Maria en souriant et en lui adressant un clin d’œil.
Amusée la jeune chasseuse répondit que c’était réciproque et elles sortirent.

Cinq minutes plus tard après avoir visité le reste de l’école, elles se dirigèrent vers la salle de classe de la Classe de nuit. Soudain la vampire s’immobilisa, surprise la jeune Kiryû l’imita.
— Maria ? un problème ?
— Tu vas sans doute me trouver stupide, mais j’ai peur de la réaction des autres vampires, ils ne vont pas m’apprécier...
— Tu te trompes, le vice-président est très gentil, pareil pour les autres élèves. Et le président, Kaname, est super sympa et sera ravi de t’aider, j’en suis sûre, assura Kisa en souriant.
La vampire l’observa avec gravité pendant un moment, puis souriant elle s’approcha et la prit dans ses bras.
— Merci Kisa, je vais mieux, mais dis-moi tu m’as l’air de beaucoup apprécier ce Kaname, non ? remarqua-t-elle avec malice.
— Moi ?! Mais non, c’est juste un ami, c’est tout, bredouilla-t-elle gênée et en rougissant.
Maria rit, puis lui demanda de l’accompagner, elle attrapa sa main et derechef Kisa se sentit mal à l’aise. Elle enleva discrètement sa main et elles se dirigèrent vers la classe, Kisa toqua et poussa la porte.

Plusieurs regards vampiriques se tournèrent vers elle, mais les vampires présents savaient parfaitement qu’elle était la protégée du corps d’élite de leur pavillon et surtout celle de leur Prince, alors ils ne bronchèrent pas.
— Kisa, que se passe-t-il ? demanda Kaname d’un ton soucieux en refermant brusquement son livre. Un problème ?
— Non, le rassura sa protégée, j’ai juste amené votre nouvelle camarade, Maria Kurenai.
Le Sang pur fronça les sourcils et hocha la tête. Jeta un coup d’œil à la vampire, puis il assura qu’il la prenait personnellement en charge et regarda la jeune humaine refermer la porte en sortant.
La vampire sourit et alla s’asseoir sur une chaise vide.
Elle tourna la tête et croisa le regard de Aido qui l’observait avec intérêt, elle lui sourit et le jeune vampire tressaillit et détourna la tête. Cette vampire était déconcertante et effrayante malgré ses airs de gamine...

Plus tard dans la soirée, dans le bureau de Kaname, quatre personnes étaient en train de parler. L’une d’elles était Kaname, le Sang pur se tenait assis à son bureau et jouait avec une pièce de son échiquier, l’air songeur. Son meilleur ami se tenait derrière lui, appuyé au mur il observait le jeune homme masqué se trouvant près de la porte. Cheveux argentés, masque de la même couleur sur le nez, il portait un long manteau vert et un sabre y était attaché.
Un garde du corps, pensa l’aristocrate, il dégage quelque chose qui ne m’est pas inconnu, qui est-il vraiment...
Maria Kurenai se tenait devant le bureau et regardait la pièce avec intérêt.
— Que viens-tu faire ici ? s’enquit soudain Kaname, je ne pense pas que tu sois vraiment passionnée par les études, alors qu’es-tu venu chercher ou plutôt qui ? demanda le Sang pur froidement et avec suspicion.
— Allons Kaname, tu es vraiment trop méfiant, je suis juste venu m’amuser et je ne suis pas déçu. Cette petite apprentie chasseuse me plaît beaucoup, s’amusa Maria en s’approchant de la fenêtre.
Takuma et le garde du corps tressaillirent et le Prince releva la tête. L’atmosphère devint brusquement tendue autour du jeune Kuran et il répliqua d’une voix glaciale et menaçante.
— J’ai promis à Kaien de ne rien tenter contre toi, Shizuka, mais je te préviens, si tu tentes quoique ce soit contre Kisa, la mordre, la tuer ou la blesser, je te promets que je te tuerai de mes propres mains !
Le jeune homme qui accompagnait la vampire se tendit et posa sa main sur son sabre, Takuma jeta un regard incrédule vers son meilleur ami, Shizuka Hio, alors c’était ça...

Il regarda ensuite la vampire qui éclata de rire et s’assit sur une commode.
Elle fit un signe de tête à son escorte et il lâcha son arme avant d’enlever son masque. Takuma le contempla avec stupeur et Kaname avec froideur. Devant les deux vampires se tenait un deuxième Zero, les mêmes cheveux argentés, mais légèrement plus longs, les mêmes yeux violets, la même assurance, les seules différences étaient que le jumeau du chasseur préférait visiblement les armes blanches que les armes à feu et qu’il semblait loyal à la vampire qui avait massacré ses parents.
— Ichiru Kiryû, murmura le président du pavillon de la lune en le fixant.
Je te remercie d’avoir prévenu ton frère de l’endroit où était retenue ta sœur , cela lui a sans doute sauvé la vie. Je suis content de te rencontrer, j’ai beaucoup entendu parler de toi.
— Tout le plaisir est pour moi, dit le jumeau en s’inclinant et en affichant un sourire moqueur. Moi aussi j’ai beaucoup entendu parler de vous, Kaname Kuran, je vous remercie d’avoir pris soin de ma petite sœur , puisque apparemment mon idiot de frère en est incapable.
Shizuka jeta un coup d’œil à son protégé, puis s’inclinant avec ironie, elle sortit suivie d’Ichiru qui referma la porte.
Un silence tendu suivit leur départ et Kaname se leva en soupirant, s’approchant de la fenêtre, il contempla le paysage nocturne où pleuvaient des cordes. Takuma s’approcha et posa une main inquiète sur l’épaule de son ami.
— Kaname, tu savais depuis le début qui ils étaient n’est-ce pas ? Alors pourquoi les as-tu laisser venir ?! Kisa et Zero vont sans doute avoir des ennuis et je déteste l’idée qu’une Sang pur comme elle s’approche de Kisa.
— Je sais Takuma, moi non plus je n’aime pas ça, mais je ne peux rien contre Shizuka, du moins pour le moment, elle est trop puissante. Au mieux, cela se terminera par un match nul et on sera tous les deux vivants ou au pire ce sera le contraire, murmura Kaname en soupirant. Excuse-moi je dois parler à quelqu’un.
Takuma hocha la tête et sortit avec son ami. Ils se séparèrent et Kaname se dirigea vers l’Académie.

Kisa dormait dans sa chambre paisiblement, Saki la regardait dormir avec un sourire, puis elle entendit quelqu’un frapper et alla ouvrir. Zero se tenait sur le pas de la porte, il baissa la tête et croisa les yeux curieux de la camarade de chambre de sa sœur .
— Oui ?
— Rien, je voulais parler à Kisa, mais je vois qu’elle dort, alors tant pis. Bonsoir.
Saki lui souhaita une bonne nuit et ferma la porte. Alors que le jeune Kiryû marchait vers la sortie, il se figea et se retourna, les sens en alerte. Il aperçut une élève de la Night Classe qui l’observait en souriant. Il la regarda avec méfiance.
— Je croyais que les élèves de la Classe de nuit n’avaient pas le droit de venir au pavillon du soleil, tu ne connais pas le règlement ? dit-il sèchement alors qu’un frisson le traversait.
Elle sourit derechef et d’une voix désolée s’excusa.
— Je vous demande pardon, j’étais juste curieuse, je n’aurais pas dû.
Elle s’arrêta à sa hauteur et murmura avec un air sérieux qui tranchait avec son comportement enfantin.
— Je suis désolée de t’avoir fait attendre mon prince, mais maintenant que je suis là, tu vas pouvoir te réveiller.
Zero s’immobilisa, son corps tremblait et des pointes de douleur le traversa, il tomba à genoux et serra les dents. Livide, il releva la tête et la fusilla du regard.
— Vous... Vous êtes...
— Possible, rétorqua-t-elle en souriant, mais tu ne m’as pas l’air d’être en forme alors peut-être te trompes-tu ?

Elle sortit en riant. Soudain une voix familière et qu’il détestait s’éleva derrière lui, une voix méprisante et froide.
— Alors Zero, tu n’avais rien remarqué ? après tous ces événements, tu aurais dû savoir que cela arriverait tôt ou tard, non ? Mais tu as encore la possibilité de sauver Kisa, si tu ne le fais pas, tu la perdras pour toujours. C’est ta dernière chance, Zero, ne l’oublie pas.
Kaname et le chasseur se regardèrent avec haine, le jeune Kiryû savait qu’il était en train de changer et que bientôt il deviendrait un de ces monstres qu’il détestait. Kaname, lui, savait que bientôt sa protégée devrait choisir entre plusieurs hommes. Lui, Zero, Ichiru, Ayamé... Lequel serait celui qui aurait le privilège de vivre avec elle pour l’éternité ? Seul le futur le leur dirait...

Très loin d’ici à Londres, un vampire et un humain se battaient dans un parc immense. Le vampire, noiraud aux yeux gris, utilisait la terre comme arme. Créant des séismes, détachant des roches, il était rapide et efficace. L’humain utilisait un sabre et parait chaque attaque avec une redoutable efficacité. Yalissan Evans sourit et rengaina son arme, il fit un signe en balayant l’air de sa main et le vampire aristocrate s’immobilisa.
— Pas mal du tout, Jay. Tu as beaucoup progressé.
Jay hocha la tête et s’approcha, il soupira et demanda avec respect et en même temps colère.
— Pourquoi avez-vous confiez cette mission à Ayamé, maître ? Je me doute qu’Amy peut être utile, mais Ayamé est...
— Plus fort que tu ne le penses, rétorqua son supérieur en souriant. Je sais que vous ne vous appréciez pas tellement, mais ton coéquipier a des capacités qui nous sont très utiles, mais rassure-toi, s’il échoue à cette mission, je doute que le maître le laissera tranquille très longtemps. Ayamé est certes utile, mais bien moins que toi ou Amy. Vous n’êtes pas les commandants de notre meilleure escouade pour rien.
Jay hocha la tête et sourit.
— Vous avez raison, excusez-moi.
— Ce n’est rien. Ne t’inquiètes pas pour ça, c’est fini pour le moment, tu peux disposer.
Le vampire acquiesça et s’éloigna rapidement. Son supérieur le regarda partir puis rentra dans le bâtiment, au bout de cinq minutes, il s’arrêta et tendit l’oreille.

Son chef était en train de parler avec animation. Il poussa la poignée et rentra dans un le luxueux bureau.
Le vampire qui se tenait assis dans un grand fauteuil couleur sang releva la tête et sourit à l’humain avant de reprendre sa conversation.
— Bien, c’est parfait, chérie. Merci encore et n’oublie pas que cette jeune sucrerie, j’en ai besoin vivante. Et utilise mes sbires autant de fois que nécessaire, j’attends de tes nouvelles.
Il raccrocha et soupira tout en jouant avec une de ses mèches de cheveux.
— Comment s’est passé l’entraînement avec Jay ? demanda-t-il avec curiosité.
— Plutôt bien, il a progressé. Par contre, il est jaloux d’Ayamé. Mais ce n’est pas nouveau, répondit l’ancien chasseur en haussant les épaules. C’était ta fiancée ?
— Exact. Elle est à l’Académie, elle voulait s’y rendre de toute façon alors je lui ai demandé de me rendre un service et je lui ai prêté Amy et Ayamé.
— Un service ? s’étonna son lieutenant. Tiens donc, que pourrait-elle te donner ?
— Je m’intéresse à une humaine, murmura le Sang pur en souriant et il se trouve qu’elle est à l’école de ce fou de Cross. Kisa Kiryû pour être exact, elle pourrait être celle que l’on recherche, mais pour le moment je dois dire qu’elle me paraît intéressante pour d’autres raisons. Ce cher Kaname a l’air d’y tenir beaucoup alors je dois terminer ce que j’ai commencé, il y a dix ans. Autrement dit, lui enlever d’une manière ou d’une autre tout ce qui compte pour lui ricana le vampire en souriant avec méchanceté.
Mais même comme ça, il restait aussi beau qu’à l’accoutumée avec ses longs cheveux blonds, ses yeux chocolat et son peignoir couleur grenat. Son ami sourit et se tourna vers le seul tableau de la pièce, il l’observa avec attention et murmura.
— Nous touchons au but, pas vrai Silver ?
— Oui, et bientôt la princesse sera à nous, dit Silver avec sérieux en cessant de rire, ou à moi... Murmura-t-il trop doucement pour que son collègue l’entende.

Pendant ce temps, Jay entrait dans sa chambre en claquant la porte. Un vampire qui était couché dans un fauteuil se réveilla en sursaut et lui lança un regard noir.
— Qu’est-ce qui te prend ?! Il y en a qui dorment à cette heure, je te signale !
L’autre l’ignora et s’approcha de la fenêtre, il regarda à l’extérieur et demanda sèchement.
— Où est Natacha ?
— Ta fiancée, répondit le vampire affalé en insistant sur le mot, est sortie.
— Lyam, je suis sérieux, où est-elle ?
— Mais je n’en sais rien, je ne suis pas sa nounou et en plus je n’ai vraiment pas envie de partir en mission, je suis trop inquiet, marmonna Lyam en croisant les bras et en affichant un air boudeur.
Son ami regarda le vampire aux cheveux roux très courts et aux yeux violets qui lui servait de meilleur ami et demanda avec suspicion.
— Comment sais-tu que nous partons en mission ?
— C’est simple, c’est grâce à mes dons de clairvoyance, plaisanta l’aristocrate avant de soupirer en le voyant s’impatienter, ok, j’ai juste deviné et j’ai gagné. Euh, Jay ?
— Hum ?
— Je peux te demander où on va ?
— Bien sûr.
Un silence suivit ces mots et le rouquin finit par s’impatienter à son tour.
— Je t’ai demandé où on va !
— Non, tu m’as questionné pour savoir si tu pouvais me le demander, rétorqua Jay, j’ai dit que tu pouvais, mais je n’ai jamais dit que j’y répondrais.
— Hé ! C’est pas du jeu !
Son ami s’arrêta et lança par-dessus son épaule avant de sortir.
— Appelle ma fiancée, nous partons rejoindre ta sœur et son crétin de coéquipier.
Étonné Lyam le regarda et demanda avec inquiétude.
— T’as la permission ?
— Non, mais je vais l’obtenir.

Pendant ce temps au Japon, une jeune fille ruminait de sombres pensées. Kisa s’était réveillée en sursaut après avoir fait un cauchemar. Soupirant, elle s’était rendue à la salle de bain et s’était aspergé le visage d’eau. Maintenant elle se trouvait sur un balcon du dortoir et contemplait le ciel étoilé, elle avait toujours aimé regarder le ciel et cela l’avait souvent apaisée. Mais ce soir, ses pensées étaient trop confuses.
Tout d’abord il y avait eu le massacre de ses parents, la disparition de son frère, sa rencontre avec Kaname, quatre années de bonheur excepté quelques problèmes sans gravité, puis l’arrivée d’Ayamé, l’incident de la place et son mystérieux auteur, sa mission et son enlèvement et enfin l’arrivée de Maria.
Elle soupira et hésita. Elle savait qui n’y avaient que deux personnes capable de l’aider et puisque qu’elle ignorait où l’une d’elles se trouvait, elle n’avait pas le choix.
Elle enjamba la rambarde et sauta. Elle était au deuxième étage, mais pour une future chasseuse comme elle, cela ne posait pas de problèmes, atterrissant sans problème sur le sol, elle se releva et se dirigea vers le pavillon de la lune. Arrivée à la porte d’entrée, elle l’ouvrit en silence et la referma. Le hall était désert, mais cela ne l’inquiétait pas, elle savait qu’à cette heure, les élèves aimaient rester dans leurs chambres, seuls ou en groupes. Elle s’approcha de l’escalier et alors qu’elle avait le pied sur la première marche, elle se figea en entendant la voix de son frère.
— Que m’as-tu fait ?!
Un rire cristallin se fit entendre et la voix de Maria lui répondit.
— Rien, excepté accélérer le processus. Et au fait, je crois que nous avons de la visite. Amy ?
— Oui madame ? s’enquit une autre voix féminine.
— Va dans le hall et ramène notre invitée.
— Avec plaisir.
Kisa tressaillit et voulut crier, sachant pertinemment que Kaname ou l’un de ses autres amis l’entendraient, mais elle n’en eut pas le temps.

Une vampire sortit d’une pièce et la regarda avec attention. Petite, cheveux dorés, yeux mauves, elle dégageait quelque chose qui incita la jeune humaine à se taire.
— Si vous vouliez bien entrer de votre propre initiative, je n’aurais pas besoin d’utiliser la force, dit la jeune Coverage avec un sourire discret.
Kisa la regarda avec méfiance, la dépassa et entra dans une grande pièce ressemblant à une salle de bal. Là son frère faisait face à Maria Kurenai et derrière cette dernière se trouvaient deux hommes. Le premier était masqué et lui semblait curieusement familier quant au deuxième... Elle tressaillit et croisa le regard d’Ayamé. Elle se demanda brièvement qui il était vraiment et rejoignit son frère qui paraissait soucieux.
— Que fais-tu là ? Va-t-en, dit-il en serrant les dents.
— Désolée, mais elle n’ira nulle part, rétorqua Maria d’une voix sérieuse et calme. Dis-moi Kisa, tiens-tu à Zero ?
Stupéfaite, cette dernière regarda la vampire et rétorqua sèchement.
— Bien sûr, c’est mon frère et pour moi personne ne compte plus que mes frères !
Les personnes dans la salle eurent des comportements différents en entendant sa déclaration. Zero et « l’inconnu » tressaillirent, Amy jeta un coup d’œil amusé à Ayamé en le voyant serrer les dents et lancer un regard noir au chasseur, Maria sourit aussi mais c’était un sourire froid.
— Je vois. A vrai dire je m’en doutais, mais je voulais en être sûre. Sache petite, que Zero est à moi. Et que je n’ai pas l’intention de le partager, d’ailleurs si cela ne tenait qu’à moi je t’éliminerais sur le champ, mais une personne qui m’est chère m’a demandée de t’épargner. Alors au lieu de te tuer, je vais te faire souffrir. Sache que ton frère adoré ne sera bientôt plus le même et que tu vas le perdre tout comme tu as perdu mon cher Ichiru.
Kisa la regarda avec incompréhension. Puis elle comprit et tressaillit.
— Vous êtes Shizuka Hio ?!
— En effet. Je vois que tu es aussi perspicace que tes frères présents dans cette pièce.
Kisa et Zero la regardèrent sans rien dire alors qu’une voix, si familière, s’échappa de l’inconnu masqué.
— Toujours aussi naïf, cher jumeau. Tu ne t’es pas douté une seule seconde que c’était moi...
Ichiru Kiryû ôta son masque et quelques mèches argentées tombèrent sur son visage.
Il n’a pas changé, pensa Kisa en déglutissant, toujours le même sourire moqueur mais si doux...
— Ichiru, murmura-t-elle en regardant son frère avec joie.
Il la regarda et constata qu’elle avait l’air plus en forme que quand il l’avait vue à la Guilde. Du moins physiquement.
— Coucou, petite sœur , dit-il doucement. Je suis content de voir que tu vas mieux.
Elle le regarda avec étonnement puis comprit et se tournant vers son deuxième frère lui cria dessus.
— C’est Ichiru qui t’a prévenu ! Et tu ne m’en as même pas parlé... Comment as-tu pu me cacher ça ?! Je... J’espère depuis quatre ans d’avoir de ses nouvelles et toi, tu... Tu me caches que tu as pu lui parler et qu’il était vivant !
Zero la regarda avec désespoir et murmura que c’était pour son bien. Mais au lieu d’apaiser sa sœur , cela la rendit hystérique.
— Pour mon bien ?!
Un rire moqueur s’éleva et la jeune Kiryû lança un regard noir à Amy qui était plié en deux tellement elle riait.
— Qu’y a-t-il de si drôle ? grogna Kisa.
— Tu... Tu prétends qu’il compte pour toi alors que visiblement ce n’est pas le cas, rigola la vampire.
Levant les yeux au plafond, l’humaine l’ignora et se retourna vers son autre frère.

Ichiru soutint son regard et se dit avec inquiétude qu’elle risquait gros en montrant son attachement envers lui ou envers son jumeau,
— Pourquoi ?
Un mot. Une question. Même si c’était vague, il comprit tout de suite et murmura.
— Je te l’ai déjà dit. J’en avais marre de vivre au milieu du mépris des chasseurs et de mes propres parents. J’ai toujours été plus faible que Zero ou toi, je n’ai jamais été apprécié ou capable de tuer un vampire en tant que chasseur alors je n’avais pas le choix.
Elle le regarda avec tristesse, puis fit demi-tour et murmura d’une voix tremblante.
— Moi je t’appréciais. Et c’est toujours le cas. Tu es mon grand frère et je n’ai pas oublié tout ce qu’on a vécu ensemble.
Soudain elle tressaillit et se tournant vers son autre frère pâlit. Zero était tombé à genoux et tremblait, couvert de sueur. Puis il cria, hurla... Shizuka esquissa un sourire et murmura.
— Enfin...
— Zero, bredouilla sa sœur , que t’arrive-t-il ?
Elle voulut avancer, mais fut retenue par une poigne ferme. Elle tourna la tête et vit Ichiru la retenir.
— N’y va pas. Il va... Ce serait dangereux. Tu es humaine...
— Et alors ? rétorqua sa sœur .
Puis elle se souvint de son sentiment que Hio était plus dangereuse que les autres vampires, qu’elle semblait respectée voir crainte...
— Non, hurla-t-elle en se débattant et en tentant de le rejoindre, c’est faux, il ne va pas...
— Si, répliqua une voix froide, il va bientôt devenir un sale level E et ce sera bien fait pour lui.
Elle se tourna vers Ayamé et le fixa avant de se dégager et de s’approcher. Elle leva la tête et fixa le visage impassible du jeune homme. Puis elle le gifla et sans un mot rejoignit son frère. Elle s’accroupit et posa une main sur son dos. Ignorant ses paroles lui ordonnant de partir, elle resta avec lui, il finit par sombrer dans l’inconscience et quand elle releva la tête, elle remarqua qu’il ne restait que Shizuka et son larbin.

Elle jeta un regard de pure haine à son ennemie qui la regarda avant de disparaître. Ichiru s’approcha, regarda son frère, puis murmura sans croiser le regard de sa sœur .
— Je suis désolé. Je... Je ne voulais pas qu’on en arrive là. J’espère que tu le comprends.
Il se retourna et commença à marcher. Il sentit quelqu’un le percuter et se figea.
Kisa enfonça son visage dans son dos et bredouilla un reste, je t’en prie.
La gorge serrée, il se dégagea et sortit. Elle tomba par terre et sanglotant resta dans la pièce, seule avec un frère inconscient, pendant dix bonnes minutes avant qu’une voix familière, inquiète, s’élève devant elle.
— Que s’est-il passé ?!

_________________



et

Spoiler:
 


Dernière édition par Manoncamille le Dim 17 Juil - 9:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fanfictiongirl.skyrock.com/
Manoncamille
Admin en chef & fondatrice
avatar

Messages : 671
Date d'inscription : 19/05/2011
Age : 25
Localisation : Suisse

MessageSujet: Re: Premier tome de la saga Univers : La Princesse de la Pleine lune (fic vampire knight)   Dim 22 Mai - 10:30

Sixième chapitre : Décision dangereuse, règlement de compte ou comment faire souffrir ses proches...


Elle releva la tête et eut juste le temps d’apercevoir Ruka qui la fixait avec inquiétude avant de tomber inconsciente, trop choquée par ce qui s’était produit et aussi à cause du fait qu’elle n’était pas entièrement remise physiquement de son emprisonnement. La vampire la rattrapa et la posa délicatement sur le sol, puis elle sortit rapidement de la pièce pour aller chercher de l’aide. Montant quatre à quatre les escaliers, elle se précipita vers la chambre de son ami. Ne prenant même pas le temps de frapper, la jeune Soen rentra dans la chambre du jeune Kuran et se figea en le voyant torse nu allongé sur son canapé. Ses cheveux étaient dégoulinant d’eau et son bras droit pendait dans le vide tandis que le gauche tenait un livre ouvert. Il releva la tête et la fixa d’un air interrogateur.
Elle le regarda bêtement et quelques secondes s’écoulèrent.
Mon dieu qu’il est beau, pensa-t-elle avant de se rappeler la raison de sa présence ici et de bredouiller.
— Kisa... Elle a des ennuis !
Le vampire se tendit et quelques secondes plus tard, se retrouva rapidement devant son amie, la dominant de toute sa hauteur, muscles tendus, mâchoire serrée.
— Où est-elle ?! demanda-t-il avec rudesse.
Ruka frissonna et le lui expliqua. Puis elle se retrouva seule dans la pièce se trouvant pathétique.
Elle s’était juré de ne plus éprouver de sentiments envers le ténébreux vampire sachant parfaitement que pour lui, seul comptait l’amour qu’il éprouvait pour la jeune Kiryû. Pourtant elle n’avait pas pu s’empêcher de le désirer en le voyant en cet instant. Plongée dans ses pensées, elle n’entendit pas les bruits de pas et la voix masculine soucieuse retentir derrière elle.
— Ruka ?

Kaname entra dans la salle et furieux empoigna Zero et le força à s’éloigner de sa sœur , le jeune homme n’eut pas la force de résister et le Sang pur se plaça devant sa protégée. Ignorant son frère, il contempla son amie avec inquiétude. Pâle, elle était immobile et tenait un objet dans sa main. Il l’ouvrit délicatement et reconnut le médaillon doré. La prenant dans ses bras, il daigna accorder un regard à son rival et le fixa avec colère.
— Je t’avais prévenu, Zero. Tu avais une chance de la protéger et tu ne l’as pas saisi. Alors ne t’étonne pas si tu la perds, je ne te laisserai plus la faire souffrir. Je lui laisserai le choix, mais ça m’étonnerait qu’elle te choisisse à ma place. Et si tu ne contrôles pas ta soif de sang, je serai obligé de t’abattre, souviens-t’en. Au revoir Zero.
Il quitta la pièce et remonta à l’étage, il pénétra dans sa chambre et remarqua Kain qui visiblement l’attendait.

Le rouquin le regarda allonger Kisa dans le lit et l’installer le plus confortablement possible. Le Sang pur s’assit près d’elle et releva la tête.
— Que signifie ce regard noir, Kain ?
Le vampire soutint son regard et répondit froidement.
— Juste que je ne supporte pas de voir Ruka souffrir à cause de toi.
— Que veux-tu dire ? demanda froidement Kaname en fronçant les sourcils, je ne lui ai rien fait du tout.
— Justement ! Elle t’aime Kaname, elle t’a toujours aimé, tu as cette chance et toi tu la gaspilles !
Le calme Kain Akatsuki avait disparu, ce vampire-là semblait fou de rage et désespéré. Il fit demi-tour et s’immobilisa.
— Je sais que tu aimes Kisa. Et je sais que Ruka le comprend, mais réfléchis aux sentiments des autres avant de faire ton choix.
Et sur ces paroles mystérieuses, il quitta la pièce.
Soupirant longuement, Kaname remit une mèche des cheveux de son amie en place et lui embrassa le front.

Le lendemain matin, la jeune Kiryû se réveilla. Constatant rapidement qu’elle ne se trouvait pas dans sa chambre et remarquant qu’elle se trouvait dans la chambre de celui qu’elle considérait comme la personne la plus chère à son coeur, elle se leva et s’approcha de la bibliothèque.
La jeune fille regarda les livres et en remarqua un avec le titre « les différentes espèces de vampires » et le prit. Entendant un bruit de pas, elle le remit et se retourna. Kaname se tenait sur le pas de la porte et la regardait en souriant.
— Excuse-moi, murmura Kisa, gênée. Je n’aurais pas dû le prendre sans ta permission.
— Ce n’est rien, assura son ami, tu es chez toi dans cette pièce.
Il s’approcha et s’arrêta devant elle, levant la tête pour le regarder, elle se souvint de ce qui s’était passé la veille et éclata en sanglots. Elle se serra contre le vampire qui serra ses bras autour d’elle.
— Allons, ne pleure pas. Je suis là, je ne laisserai plus jamais quelqu’un te faire souffrir, je t’en fais la promesse, murmura-t-il.
— Pourquoi Kaname ? Je... Je ne suis qu’une humaine. Future chasseuse de surcroît et je ne suis même pas capable de me débrouiller seule, je suis pathétique, dit-elle en sanglotant.
Il attrapa son menton et lui releva la tête, plongeant son regard chocolat dans ses yeux couleur ciel et murmura avec ferveur et tendresse.
— Tu es bien plus qu’une humaine, Kisa. Tu es une lumière dans ma vie faite de ténèbres, tu es comme le soleil, tu réchauffes mon coeur gelé, Avant de te connaître, j’étais mort. De plus, je me fiche complètement que tu sois une future chasseuse de vampire car je sais que tu ne me feras jamais de mal. Je t’aime Kisa, je t’aime malgré nos différences, malgré mes inquiétudes concernant la réaction de nos pairs. Chasseurs comme vampires pourraient te faire du mal à cause de notre relation et ça, je ne le supporterais pas. Néanmoins je suis prêt à prendre le risque, du moins si tu partages mes sentiments. Je ne te forcerai pas à m’aimer, alors m’aimes-tu, petite princesse ?
Stupéfaite, ahurie, abasourdie, ébahie, interloquée, Kisa le regarda pendant de longues secondes, puis se dégagea doucement et sentit son coeur se serrer en voyant la tristesse envahir les prunelles du vampire.
— Je vois, désolé de t’avoir infligé ça, tu peux y aller.
— Non, protesta Kisa, ce n’est pas ce que tu crois !
Surpris le vampire la regarda. Hésitante, elle murmura.
— Ta... Ta déclaration était très belle, Kana, je crains de ne pouvoir t’en offrir une aussi belle, mais sache que moi aussi je t’aime ! Je me sens tellement bien à tes côtés, perdre Ichiru a été insupportable et l’est toujours, mais près de toi je vis tout simplement.
Mais je ne te mérite pas et tu devrais trouver une Sang pur qui pourra t’offrir richesse et pouvoir.
Elle voulut partir, mais il la retint et la plaqua sur le lit.

Se mettant au-dessus d’elle, il la regarda, puis approcha sa bouche de son oreille et répondit à sa remarque avec fermeté.
— C’est toi que je veux et toi seule, Kisa.
Il retira lentement sa bouche et s’approcha de la bouche de la jeune fille voulant l’embrasser, elle se raidit et ferma les yeux. Kaname s’arrêta et la contempla sans rien dire.
— J’avais huit ans, je... J’étais à l’école dans la cour attendant mes frères qui étaient en retenue. Des... Des garçons sont arrivés, ils étaient plus âgés, plus grands et plus forts que moi. Il n’y avait personne d’autre, alors ils m’ont traînée dans une ruelle et ils ont commencé à jouer avec mon corps.
Le Sang pur serra les dents et sentit la haine l’envahir, s’asseyant à côté d’elle, il lui caressa la tête en veillant à ne pas l’effrayer. Elle reprit après un moment.
— Ils ne m’ont pas violée, mais ils en avaient l’intention. L’un d’eux s’est accroupi et a baissé mon pantalon pendant que les autres m’immobilisaient. Puis Zero et Ichiru sont arrivés avec un professeur. Ils se sont enfuis et Zero ainsi que le professeur se sont lancé à leur poursuite. Pendant ce temps, Ichiru s’est occupé de moi. Je suis désolé, mais même si je t’aime, je ne peux pas. Pas encore.
Seul le silence lui répondit. Inquiète, elle releva la tête et remarqua que le vampire qu’elle aimait la contemplait, le visage rongé par les doutes.
— Kaname ?
Sans répondre, il se leva et soucieuse elle l’imita et se rapprocha.
— Kaname, qu’est-ce tu as ? Tu m’inquiètes, parles-moi.
Soudain avec une rapidité inhumaine, elle se retrouva dans ses bras et il lui souffla quelque chose à l’oreille. Rassurée, elle posa sa tête contre son torse et murmura faiblement.
— Merci...

Pendant ce temps, dans un avion, une équipe composée de trois jeunes vampires s’apprêtait à arriver au Japon. L’un d’eux, un vampire aux cheveux noirs, était plongé dans ses pensées sous le regard inquiet de sa fiancée, une vampire aux longs cheveux couleur aile de corbeau.
Flash-back
Jay marchait d’un pas rapide en direction du bureau de son chef. Il ouvrit la porte sans prendre la peine de s’annoncer et pénétra dans la pièce. Levant la tête de la pile de documents qu’il était en train de lire, Silver Light, chef suprême de l’organisation secrète de Moonlight demanda avec un sourire.
— Jay, quelle surprise, je ne crois pas t’avoir demandé. Que veux-tu ?
Soutenant le regard scrutateur de son supérieur, le jeune Simpson répondit calmement, mais avec une légère note de supplication.
— Obtenir la permission d’aller à l’Académie Cross et prendre le commandement de mon équipe complète.
Le Sang pur l’observa un moment, notant les muscles tendus, la mâchoire serrée, le regard froid et donna sa réponse avec sérieux,
— Soit, tu l’as.
— C’est vrai ?!
— Oui, mais tu dois me promettre de ne pas utiliser la force pour convaincre Kisa Kiryû de nous rejoindre. Je veux qu’elle le fasse de sa propre initiative et si possible devant témoins.
Prudent, Jay demanda avec respect.
— Puis-je savoir pourquoi ? Ce serait plus simple de la capturer par la force et cela prendrait moins de temps.
— Effectivement. Mais savoir que celle qu’il aime rejoint ses ennemis de son plein gré n’en sera que plus douloureux aux yeux de ce cher Kaname et de plus on aura une puissante alliée. Et je pense qu’elle pourrait être celle que l’on recherche, conclut Silver en souriant.
Le vampire tressaillit et demanda avec ferveur.
— Vous... Vous pensez vraiment qu’elle est la Princesse ?!
— Oui, mais cette information est confidentielle alors pas un mot à tes coéquipiers, c’est clair ?
— Très clair Monsieur.

— Jay ? Jay !
Sursautant légèrement, le vampire se tourna vers sa fiancée qui venait de l’appeler et qui semblait fâchée.
— Quoi ?
— Oh rien, minauda Natacha avec un rire mielleux, je me demandais juste à quoi tu pensais.
— Mais oui, on va te croire, tu ne pense qu’à ton maquillage, à tes tenues et à ton horrible apparence, se moqua Lyam.
— Répète si tu l’oses !
— En clair, tu n’es qu’une snobinarde.
— Ça suffit !
Les deux opposants regardèrent leur chef qui semblait furieux.
— Nous sommes sur le point de commencer une mission capitale pour Moonlight, pour nous ainsi que pour Silver, alors arrêtez vos enfantillages et concentrez-vous. Me suis-je bien fait comprendre ?!
Ils acquiescèrent et reprirent leur activité très instructive, le silence.

À l’Académie, un jeune humain, enfin plutôt un ancien humain se réveillait.
Grognant de douleur, il se redressa et aussitôt ses yeux s’illuminèrent de rouge et une soif terrible l’envahit. Poussant un grognement de rage, il donna un coup de poing sur le mur qui se fissura. Regardant la fissure, il ferma les yeux et se maudit d’être devenu un de ces buveurs de sang qu’il détestait tant. Il pensa ensuite à sa sœur et sentit une vague de frustration mêlée à de la culpabilité l’envahir à l’idée de ne pas lui être utile.
— Zero, tu es un pitoyable grand frère, marmonna-t-il en passant une main dans ses cheveux argentés. T’es même pas capable de protéger celle qui comptes le plus pour toi. Kuran la protéges, lui.
Admettre que le Sang pur pouvait la sauver et l’aider plus que lui était insupportable au jeune homme, mais si vrai...
Il donna un nouveau coup de poing contre le mur et rageur but le liquide carmin se trouvant dans un verre posé sur sa commode. Grimaçant, il regarda la boîte de bloods tablets se trouvant à côté. Il détestait devoir en prendre, mais cela valait mieux que de mordre des humains et de s’abreuver de leur substance vitale, du moins pour le moment. (Ndla : Dans ma fic, il peut en prendre sans problème, mais contrairement aux autres vampires, cela n’étanche pas sa soif à cent pour cent...)
Puis il se rappela que le bal annuel approchait et soupira, cela serait sans doute d’un ennui mortel, mais lui permettrait de surveiller les personnes qui étaient trop proches de sa sœur à son goût, humains comme vampires...

Pendant ce temps dans le pavillon de la lune, les vampires se préparaient pour la soirée à venir. Takuma en riant, se réjouissant d’avance de pouvoir danser avec quelques jeunes filles, Shiki en lâchant régulièrement de gros soupirs, se doutant que tout ça serait d’un mortel ennui. Sa copine s’en fichait comme de la dernière pluie, Aido jubilait d’avance de pouvoir comploter afin d’embêter Zero, son cousin était indifférent et espérait juste pouvoir danser avec Ruka, cette dernière se regardait dans la glace et se trouvait belle, même si cela ne suffirait pas aux yeux de Kaname.

Ce dernier était dans sa chambre et repensait à ce qui s’était passé plus tôt, il était heureux que Kisa partage ses sentiments. La jeune fille lui avait avoué à quel point être amoureuse l’effrayait. Mais il serait là pour la guider et pour la soutenir, il sourit et regarda par la fenêtre. Des élèves de la Day Classe s’approchaient avec enthousiasme du pavillon puisque pour la première fois depuis l’ouverture de l’Académie Cross le bal se passerait dans une salle du dortoir de la lune. Kaname repéra Zero dans la foule, le nouveau vampire avait enfilé son uniforme et semblait de mauvaise humeur, les autres étudiants l’évitaient soigneusement. Soudain le jeune chasseur tourna la tête et croisa le regard sombre du Sang pur lui envoyant un regard noir, Kaname s’éloigna de la fenêtre et s’approcha de son échiquier, déplaçant le fou, il murmura.
— Fou, si tu crois que je vais te laisser approcher ma bien-aimée, tu te trompes. Entre, ordonna-t-il en tournant la tête vers la porte.
La porte s’ouvrit et Takuma apparut sur le pas de la porte, il contempla avec admiration son ami si ténébreux et lui sourit. En effet, le fils Kuran avait revêtu un pantalon de soie noire, une chemise blanche se voyait dessous son pull noir et était légèrement ouverte, une cravate rouge sang et des chaussures noires complétaient l’ensemble.
— Kaname, tu es très élégant. C’est pour Kisa ? demanda malicieusement le jeune Ichijô.
Ignorant la question de son ami, il répliqua.
— Toi aussi, tu as fière allure, Takuma.
Le jeune aristocrate portait un pantalon beige, un pull bleu en cachemire et des chaussures blanches. Les vêtements étaient certes fort simples, mais étaient composés de matière noble.
— Allons-y proposa le jeune vampire avec enthousiasme.
Son ami acquiesça et lui emboîta le pas.

Kisa observa la pièce et sourit. Jeunes humains comme jeunes vampires parlaient, dansaient et s’amusaient ensemble. Elle qui ne voyait pas de raisons à la mésentente entre les deux espèces était contente de voir cette paix se former. Apercevant un de ses amis, elle s’approcha.
— Coucou Kain, dit-elle gentiment, sais-tu où se trouve Kaname ?
— La dernière fois que je l’ai vu, il se trouvait sur la terrasse, répondit le jeune Akatsuki avec nonchalance.
— Merci, amuse-toi bien.
Elle fila et le jeune homme se tourna vers Ruka qui regardait la jeune humaine avec tristesse.
— J’aurais pas dû lui dire ? s’enquit-il avec détachement.
— Si. Cela ne me regarde pas, de plus Kaname n’est jamais aussi heureux que quand il la fréquente, répondit-elle avec amertume,
Son ami la regarda sans rien dire et s’inclina.
— M’accorderais-tu une danse, Ruka ?
Elle hésita, puis prit la main que lui tendait son ami et dansa avec lui.

Au même moment, Kaname se tenait appuyé contre la rambarde et regardait le parc avec nostalgie quand il entendit des pas et une voix timide retentirent derrière lui.
— Bonsoir, Kaname.
Il se retourna et sourit en voyant Kisa vêtue d’un pantalon noir et d’une blouse argentée. Ses cheveux étaient attachés en chignon, un collier entourait son cou et elle portait des sandales noires.
— Bonsoir, princesse. Tu es ravissante, murmura le Sang pur avec douceur en effleurant sa joue.
Elle frissonna et murmura à son tour.
— Toi aussi, tu es très beau. Je me demandais...
— Tu veux savoir pourquoi je m’intéresse à toi ?
Surprise, elle releva la tête et acquiesça.
Il la regarda, puis murmura.
— Ne doute pas de mon amour, s’il te plaît. M’accorderais-tu une danse ?
Elle sourit et attrapa sa main. Ils dansèrent la valse un long moment serrés l’un contre l’autre. Mais Kisa avait la tête ailleurs, elle pensait à sa rencontre avec Maria après la déclaration du Sang pur. En effet elle venait de sortir du pavillon, vraiment heureuse depuis très longtemps, quand sentant une aura familière elle s’était précipitée dans le parc, Shizuka semblait l’attendre, assise sur un muret.
Souriante et visiblement sûre d’elle, elle lui avait parlé du seul moyen de sauver Zero, bien sûr ce ne serait pas gratuit. Kisa avait le choix entre deux possibilités et elle avait déjà choisi...
— Kisa ?
Elle regarda le Sang pur en souriant et feignant d’être joyeuse lui dit.
— Excuse-moi, mais j’ai à faire.
Elle sauta par-dessus la barrière et s’élança dans la nuit. Kaname la regarda partir, puis soupira et murmura.
— Tu est tellement loyale, ma princesse...
— Kaname ?
Se tournant vers l’utilisateur de la voix sèche qui avait retenti derrière lui, il constata que Zero le regardait avec indifférence.
— Où est Kisa ?
Le Sang pur le regarda et sans répondre disparut. Le chasseur cogna le mur et fila dans la nuit à son tour.

Immobile, souriante, Maria Kurenai ou plutôt Shizuka Hio était assise et regardait la jeune fille qui lui faisait face.
— Alors Kisa ? Tu as fait ton choix ? Que choisis-tu, me rapporter le corps de Kaname ou te sacrifier ?
— Je ne trahirai pas Kaname, Shizuka, je ne sais pas pour quelle raison tu le détestes, mais je ne lui ferais pas de mal !
— Très bien, puisque c’est ce que tu veux... Approche.
La jeune fille obéit, elle s’assit à côté de la Sang pur et demanda.
— Connaissez-vous vraiment le moyen de sauver Zero ?
Shizuka fronça les sourcils et se leva, s’approchant de son vrai corps allongé sur un fauteuil dans un coin de la pièce. Elle ferma les yeux et le corps de Maria Kurenai tomba par terre. La vraie Shizuka se releva et domina la jeune humaine de toute sa taille. Celle-ci soutint son regard et ne broncha pas quand la princesse de Sang pur approcha ses canines de son cou.
— Oui, je peux le sauver. Tu es courageuse, Kisa, tu sais pourtant ce qui arrivera si une Sang pur comme moi te mord.
— Oui, mais vous ne le ferez pas, rétorqua une voix glaciale derrière la vampire.
Kisa fixa Ayamé avec incompréhension, le jeune homme menaçait la princesse de la folle efflorescence avec colère et tenait un pistolet anti-vampire dans sa main la menaçant avec.
— Ayamé, puis-je savoir à quoi tu joue ? demanda Shizuka avec irritation. Je croyais que Silver t’avait demandé de m’assister.
— En effet. Mais il vous a aussi demandé de ne pas toucher Kisa, non ?
Shizuka le regarda longtemps, puis passa à l’attaque sans prévenir. Ayamé tira, mais sa balle n’effleura même pas la Sang pur qui esquiva toutes les balles qui lui arrivaient dessus. Le jeune Hinamori serra les dents et jeta son arme qui lui était devenu inutile.

Ayamé jeta un œil à celle qu’il aimait, puis disparut. Shizuka soupira et s’approcha de son repas, mais à mi-chemin, elle se figea et grimaça de douleur en sentant son épaule exploser.
Elle se retourna et soutint le regard noir de Kaname qui se tenait devant la porte. Le jeune Kuran ordonna d’une voix ferme sans toutefois quitter du regard son ennemie.
— Kisa, va-t-en.
Elle ne broncha pas et ignora la tension de son amoureux.
— Kisa !
— Je ne partirai pas, Kaname, répliqua la jeune fille, elle est le seul moyen de sauver Zero !
— Et tu crois vraiment aider ton frère en devenant une des créatures qu’il méprise ? réfléchis Kisa.
Elle tressaillit et frissonna, il avait raison, elle n’avait pas le droit de faire souffrir encore plus ses frères.
— Kaname te ment, jeune fille, s’amusa Shizuka, la seule raison pour laquelle il ne veut pas que je te transforme c’est parce qu’il veut le faire lui-même. Pas vrai Kaname ?
Le vampire ne répondit pas et regarda la jeune Kiryû avec inquiétude. Celle-ci se leva et le rejoignit, il la poussa derrière lui et elle murmura.
— Ça m’est égal que tu veuilles me transformer, je t’aime et si c’est le seul moyen de rester éternellement à tes côtés, alors je veux bien devenir une vampire.
Il la regarda, puis reporta son attention sur sa rivale et murmura.
— Il est hors de question que je te transforme, Kisa. Même si c’est ce que je veux, je n’ai pas le droit de te faire ça, de faire ça à tes frères, ni aux autres personnes qui t’aiment chacun à leur manière. Shizuka, il est temps de payer pour tes crimes. Kisa, pars, je ne veux pas que tu voies ce que je vais faire.
Sa protégée hésita, puis répondit fermement.
— Non.
— Pardon ? demanda le vampire.
— Tu m’as très bien entendue, je reste.
Kaname serra les dents, mais ne répondit pas, se contentant de la pousser vers la sortie et de commencer un combat intense. Au bout de cinq minutes, Shizuka ne put éviter l’attaque fatale et s’effondra. Kisa détourna la tête et entendit juste son amour parler avec la Sang pur même si elle ne put entendre les paroles, puis elle entendit Kaname boire le sang pur de la princesse. Bizarrement, cela ne la dégoûta pas, elle aurait dû avoir peur du jeune Kuran, il venait de tuer un être vivant, de s’abreuver de sa substance vitale et pourtant Kaname serait toujours Kaname.

Elle l’entendit s’approcher, s’accroupir et bientôt elle se retrouva dans ses bras.
— Excuse-moi. Je n’aurais pas dû faire ça en ta présence. Ça va ?
Elle acquiesça et sourit devant son air sceptique.
— Je vais bien, Kana, c’est vrai que j’ai eu peur, mais de la situation et de ma bêtise, pas de toi. Je ne pourrais jamais avoir peur de toi.
— Pourtant tu devrais, murmura-t-il en soupirant. Je suis un démon venu des enfers.
— Pour moi, tu es un Dieu, rétorqua-t-elle.
Il sourit et l’embrassa sur le sommet du crâne.
— Et toi, tu es mon ange.
Soudain il se raidit et se releva. Kisa leva la tête et tressaillit en remarquant ses frères. Zero lui lança un regard noir, il avait sûrement tout entendu. Ichiru, lui, s’était figé, stupéfait et inquiet. Puis il se ressaisit et se précipita vers celle qui avait partagé quatre années de sa vie. Sa sœur sentit son coeur se serrer devant la détresse apparente de son frère, sans la présence rassurante de Kaname, elle serait sans doute dans le même état, mais pas pour les mêmes raisons.
— Ichiru, murmura-t-elle en s’approchant. Je...
— Non, ne dis rien, répondit le jeune homme d’une voix blanche. Ne dis rien, petite sœur , sinon je vais faire quelque chose que je regretterais certainement. J’aimais Shizuka, je l’aimais vraiment, malgré ce qu’elle a fait. Sache que je n’ai jamais cessé de penser à toi et à... Il se tut et levant la tête croisa le regard indéchiffrable de son jumeau. Il esquissa un sourire triste et continua. Je vous aime tous les deux, cependant je comprendrais que ce ne soit plus réciproque.
— Tu te trompes, rétorqua Zero. Tu seras toujours notre frère, je ne te déteste pas, enfin plus maintenant.
Ichiru sourit et se tourna vers sa sœur qui leva la tête et plongea ses yeux dans ceux de son frère.
— Zero a raison. Tu es mon frère et c’est tout ce qui compte. Vous êtes les personnes les plus chères à mon coeur.
— Allons, sœur ette, tu sais bien que c’est faux. Il y a une personne qui comptes bien plus que nous pour toi, murmura Ichiru d’un air mélancolique et triste en regardant Kaname qui soutint son regard. Et le pire, c’est que je n’arrive pas à vous haïr, lui et toi.
— Ichiru...
— Non, ne dis rien. Tu sais que c’est la vérité et je dois partir. Mais un dernier conseil, méfie-toi d’Hinamori et des membres de Moonlight, petite sœur , ils ne te veulent pas que du bien.
— Moonlight, s’étonna Kisa, mais...
— Au revoir, murmura son frère en s’apprêtant à sauter par la fenêtre. Ah j’oubliais, Kuran ?
— Hum ?
— Tu as intérêt à prendre soin d’elle. Parce que si elle souffre d’une manière ou d’une autre, tu le regretteras. Et sache que je me fiche de ce que vous faites ensemble du moment qu’elle est heureuse.
Il sauta et ignora les supplications de sa sœur lui criant de revenir.
Kisa voulut sauter pour le rattraper, mais elle fut arrêtée par son frère qui l’attrapa par le bras.
— Lâche-moi, protesta-t-elle, on ne peut pas le laisser seul !
— C’est ce qu’il veut ! Il vient de perdre la seule femme qu’il ait jamais aimée et il vient de comprendre que tu aimes son meurtrier. Tu crois vraiment qu’il a envie d’être près de toi ?!
Elle tressaillit violemment et sentit des larmes couler à flots sur ses joues, elle s’assit sur le sol, ramena ses jambes et se mit en boule, se sentant à moitié morte. Kaname sentit son coeur se serrer en la voyant dans cet état, il se retint de justesse de ne pas tuer Zero, se contentant de lui montrer toute sa haine dans un seul regard. Le chasseur l’ignora et s’éloigna dans le couloir. Kaname s’approcha de la jeune Kiryû et la prit dans ses bras. Elle ne broncha pas, se contentant de regarder dans le vide et de ressasser ses pensées. Le Sang pur s’éloigna dans un tourbillon de vent emportant son fragile paquet, plus fragile que jamais.

Pendant ce temps, à la guilde, Kaito sortait du bureau de son supérieur, venant de faire un énième rapport. Il sortit son portable et répondit avec agacement, il était crevé et voulait juste qu’on lui fiche la paix.
— Ouais ? marmonna-t-il.
— Kaito, j’ai besoin de toi.
Le chasseur se figea, puis eut une brève conversation avec son interlocuteur et une fois que ce fut terminé, il passa sa main dans ses cheveux emmêlés et poussa un long soupir. Visiblement la paix ne serait pas pour tout de suite...

Au même moment, à l’aéroport de Tokyo, une jeune rouquine attendait son frère et deux amoureux avec irritation. Tapant du pied, elle releva la tête en entendant une voix familière, légèrement moqueuse, retentir devant elle.
— Salut, sœur ette ! T’es toute seule ?
Elle lança un regard noir à son jumeau qui grimaça, préférant se taire plutôt que de subir le courroux de sa sœur .
— Où est Ayamé ? demanda Jay avec agacement, vous deviez pourtant nous attendre ensemble.
— Moi aussi, je suis contente de te voir Jay, ironisa Amy. Je ne sais pas où il est, il a disparu soudainement. Mais il va revenir.
— Hum. Bon, quelles sont les nouvelles ?
— Shizuka est morte. Kuran l’a tuée, mais vu qu’elle s’apprêtait à transformer Kisa, cela n’est pas une grande perte. Ah et Ichiru a disparu après avoir vu sa sœur avouer qu’elle ne pourrait jamais avoir peur du meurtrier de sa belle.
Ils se tournèrent vers Ayamé qui venait d’arriver. Le jeune homme semblait morose et Lyam le regarda avec inquiétude, cela ne lui ressemblait guère.
— Kisa... Je te trouve bien familière avec cette fille, quel est ton lien avec elle ? interrogea Jay avec froideur.
— Cela ne te regarde pas, rétorqua le jeune humain tout aussi froidement.
Ils se lancèrent des regards noirs, puis Jay leur expliqua leur mission et ils partirent ayant décidé de ne pas intervenir tout de suite.

— Shiki ?
Rima se tourna vers son petit ami qui regardait Takuma en train de danser avec une élève de la Day Classe. Il leva la tête et regarda la jeune vampire avec son indifférence habituelle.
— Hum ?
— T’en veux ?
Le vampire regarda la boîte de mikados en chocolats dont il raffolait et soupira.
— Non merci, j’ai pas faim.
Elle haussa les épaules et en croqua un feignant l’indifférence. Néanmoins, elle était soucieuse, Shiki n’avait jamais refusé une friandise depuis qu’ils se connaissaient, il ne lui avait jamais parlé avec tant de nonchalance et par-dessus tout elle avait un mauvais pressentiment les concernant....

_________________



et

Spoiler:
 


Dernière édition par Manoncamille le Dim 17 Juil - 10:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fanfictiongirl.skyrock.com/
Manoncamille
Admin en chef & fondatrice
avatar

Messages : 671
Date d'inscription : 19/05/2011
Age : 25
Localisation : Suisse

MessageSujet: Re: Premier tome de la saga Univers : La Princesse de la Pleine lune (fic vampire knight)   Dim 22 Mai - 10:31

Septième chapitre : Vacances inattendues et paisibles se révélant pas si tranquille que ça


Une jeune fille se reposait dans un lit confortable et douillet à souhait. Takuma était assis sur une chaise à côté du lit et lisait un livre. Une semaine s’était écoulée depuis le meurtre de Shizuka et le départ d’Ichiru. Les mots que Zero lui avaient lancés et la nouvelle disparition d’Ichiru lui avait fait très mal, mais quand au bout de trois jours Kaname avait prié le directeur d’accorder un congé à son groupe et à Kisa et que Kaien ayant accepté, ils étaient partis dans une résidence secondaire des Ichijô, cela l’avait aidé et elle allait mieux. Soudain elle remua et s’assit. Takuma sourit et dit joyeusement.
— Coucou, bien dormi, j’espère ?
— Oui, que lis-tu ?
— Une fantastique histoire ! Celle d’une princesse, d’un prince ténébreux et des frères de la princesse bien décidé à empêcher son union avec le prince qui se révèle être un vampire ! Pas mal, hein ?
— Takuma, marmonna son amie en soupirant, c’est mon histoire que tu viens de raconter, pas celle de ton fichu bouquin.
— Ah ? Je ne l’ai pas fait exprès, s’excusa le jeune vampire avec un sourire innocent.
Kisa sourit malgré elle et se leva.
— Bon, ce n'est pas que tu m’embêtes, mais je meurs de faim. A plus !
Elle sortit sous le regard affectueux de son ami et se dirigea vers le rez-de-chaussée.

Elle s’apprêtait à descendre l’escalier en colimaçon quand deux voix familières visiblement en colère d’après le ton montant dans les aigus se firent entendre. La jeune fille cligna des yeux, surprise, et commença à descendre.
Bizarre, je crois que c’est la première fois que je les entends se disputer comme ça, pensa--t-elle d’un air songeur et légèrement inquiet.
— C’est bien beau tes excuses, mais ce n'est pas ça qui va remplacer ma veste, en plus elle m’a coûté cher !
— Si Madame n’est pas contente, elle n’a qu’à en acheter une autre. De toute façon ce n’est qu’une simple tâche, marmonna un vampire en passant sa main dans ses cheveux mauves ébouriffés.
— QUOI ?! une simple tâche, mais on ne voit qu’elle Shiki et...
— Aïe, gémit une voix familière, quelle idiote !
Les deux vampire s’immobilisèrent et regardèrent leur amie humaine assise sur les marches et qui visiblement en avait raté une et avait fait toboggan presque jusqu’en bas.
— Kisa, ça va ? s’inquiéta Rima en la rejoignant. C’était une sacré glissée.
— Oui, je vais bien. Ce sont mes fesses qui ont mal, plaisanta la jeune Kiryû en se relevant péniblement.
Shiki les rejoignit tranquillement et se plaçant devant la jeune fille la prit sur son épaule comme un sac de patates.
Ignorant les protestations de la concernée et ses gesticulations, il finit de descendre et se dirigea vers la cuisine. Jusqu’avant d’y être, il déposa son fardeau et ne broncha pas quand elle lui donna une tape sur l’épaule vu qu’il faisait au moins une bonne tête de plus et qu’elle ne pouvait atteindre sa tête.
— Idiot, marmonna l’humaine en levant les yeux au ciel, c’était vraiment pas nécessaire.
Il haussa les épaules et pénétra dans la pièce imité par les deux autres.

Kain était adossé au mur du fond, une tasse de café à la main, Aido assis sur une chaise avait posé sa tête sur la table et fermait les yeux. Enfin, Ruka était en train de faire griller des toasts.
Elle tourna la tête et échangea un sourire avec Kisa. La jeune fille alla s’asseoir sur un tabouret à côté du jeune Hanabusa et sourit en le voyant remuer et se redresser.
— Comment fais-tu pour être en forme dès le matin ? marmonna son ami en grimaçant, je suis crevé.
— C’est l’un des avantages à être humaine, rétorqua son amie en souriant.
— Mouais. Excuse-moi, mais je préfère être un vampire. D’ailleurs, dit-il avec une voix malicieuse, j’ai une petite faim, je peux te manger ?
— Aido. Qu’est-ce c’est que ces manières ?
Le concerné se crispa et tournant la tête vers la porte manqua de défaillir. Kaname se tenait près de la porte et le regardait avec sévérité.
— Ce n’est rien, dit Kisa en souriant, je sais qu’il plaisante.
Le Sang pur soupira et la rejoignit. La jeune fille s’appuya contre son amant et se tourna vers la jeune rousse.
— Un chocolat chaud et des croissants, s’il te plaît.
Rima acquiesça et commença les préparatifs.
Cinq minutes plus tard, elle posa une tasse fumante et une assiette devant la jeune Kiryû et s’assit en posant une assiette et un verre rempli d’un liquide rougeâtre devant elle. Tout le monde, excepté son petit ami qui était appuyé contre le mur près de Kain, la regarda avec étonnement. La jeune femme fit semblant de ne pas remarquer leur surprise et croqua dans une pomme, Shiki se redressa et fouillant dans sa poche en sortit un mikado au chocolat qu’il croqua avant de s’approcher de Kisa. Il lui tendit le paquet et demanda de sa voix détachée.
— T’en veut ?
Elle sourit et en prit deux avant de le remercier. Puis il fourra le paquet dans sa poche et retourna à sa place. Un silence gêné et pesant s’ensuivit, visiblement soucieuse d’éteindre le silence la jeune humaine demanda avec curiosité.
— En fait, où est passé Takuma ?
— Je crois qu’il est dans sa chambre, répondit Kaname. Tu le connais, il aime bien bouquiner le matin.
Elle acquiesça et jeta un coup d’œil surpris au jeune Senri qui sortait de la pièce.

Elle aperçut sa petite amie le regarder avec tristesse et résignation. Se promettant d’interroger ses deux amis sur leur relation un de ces jours, elle revint à son repas.
Shiki grimpa les escaliers lentement et soupirant passa sa main dans ses cheveux, les ébouriffant un peu plus. Il finit par arriver devant une porte et toqua après un instant d’hésitation.
— Entrez ! s’exclama une voix joyeuse.
Esquissant un mini sourire, le vampire poussa la porte et s’arrêta net. Son ami se tenait allongé sur le ventre et sur le lit, feuilletant un magazine.
Ses cheveux dorés luisaient sous la lumière et quand il leva la tête, le vampire insouciant fut plongé dans un univers émeraude. Une étincelle de joie brillait dans ces immenses yeux couleur forêt.
— Shiki ? Que se passe-t-il ?
— Euh... Rien. Je voulais juste te voir, murmura le jeune homme en contemplant plus attentivement que nécessaire un tableau accroché à un mur et représentant un ange, mais en lui jetant des coups d’œil furtifs.
— Viens là, dit son ami en souriant.
Shiki s’approcha du lit et s’assit, les mains dans les poches. Takuma le regarda avec inquiétude. Il savait bien que son ami n’était pas bavard de nature, mais ce silence-là n’était pas naturel, alors il demanda avec curiosité.
— Tout va bien, Shiki ?
Soupirant son ami tourna la tête vers le tableau et murmura.
— Takuma, je ne peux plus continuer
Surpris le vampire le regarda, puis sourit.
-Ah. Pourtant je croyais qu’on était d’accord à ce sujet. C’est à cause de Rima ?
— Oui, murmura son ami en fermant les yeux. Je ne veux plus la faire souffrir et lui mentir.
On se dispute sans arrêt ces temps avoua-t-il en baissant la tête avec honte.
Le jeune blond le fixa.
— Je vois, murmura-t-il.
Un lourd silence suivit ses simples mots, pendant que les deux vampires se demandaient comment ils allaient s’en sortir.

Pendant ce temps, en bas dans la cuisine, Rima finissait de ranger la vaisselle. Elle tourna la tête et croisa le regard songeur de son amie.
— Oui ?
— Je dois te parler, viens s’il te plaît.
Inquiète du sérieux et de l’autorité inhabituelles de la jeune fille, la vampire la suivit dans le couloir.
— Qu’y a-t-il ?
— Je vais être directe. Que se passe-t-il entre Shiki et toi en ce moment ? demanda la jeune Kiryû avec sérieux.
Rima tressaillit et répliqua sèchement.
— Rien du tout. Et de toute façon, cela ne te regarde pas.
— Oh que si ça me regarde ! Toi et Shiki vous faites partis de mes meilleurs amis alors je ne vais pas rester à vous regarder vous disputer sans rien faire.
Son amie éclata alors en sanglots, la surprenant, elle la prit dans ses bras et lui caressa le dos en essayant de l’apaiser.

— Shiki ?
— Oui ?
— Tu m’aimes, oui ou non ?
Interloqué, le jeune vampire regarda son ami avec indignation.
— Bien sûr que je t’aime ! Je ne pourrai pas vivre sans toi...
— C’est pareil pour moi.
Ils se regardèrent, puis Shiki n’y tenant plus attrapa le visage de son amant et l’embrassa avec fougue. Le blond répondit au baiser, mais plus doucement.
Au bout d’un moment, ils s’écartèrent et se regardèrent, amoureux, mais un peu gênés. Shiki s’appuya contre le torse du blond et ce dernier murmura en regardant par la fenêtre le soleil.
— C’est beau, tu ne trouves pas ?
— Pas autant que toi, rétorqua son amour en fermant les yeux.
Souriant avec tendresse, son ami le regarda, puis tourna rapidement la tête vers la porte imité par son amant qui s’était redressé. Un cri étouffé venait de se faire entendre ainsi que des sanglots et des pas de course.

Comprenant qui réagissait ainsi, Shiki bondit hors du lit et contempla sa petite amie qui courait loin de lui tout en pleurant.
— Rima ! cria le jeune vampire, en commençant à courir, attends ce n’est pas ce que tu crois !
— Arrête toi ! ordonna une voix glaciale.
Il s'arrêta et se tournant remarqua son amie en haut des escaliers lui lançant un regard noir.
— Kisa, je...
— Tais-toi ! Comment as-tu osé lui faire ça ?! Je me fiche de savoir avec qui tu es, mais tu aurais pu avoir le courage et surtout le tact de la prévenir que tu voulais rompre au lieu de continuer à lui donner de l’espoir alors que toi et Takuma...
Elle ne termina pas sa phrase, se contentant de soupirer.
— Bref, tu vois où je veux en venir. En attendant, je te conseille de laisser Rima tranquille et d’éviter de montrer votre amour devant elle. Et Shiki ?
— Oui ?
— Vous êtes tous les trois mes amis, ne l’oublie pas.
Shiki sourit tristement et acquiesça. La jeune fille lui sourit aussi, puis se passant une main sur son front redescendit. Takuma s’approcha de son petit ami et murmura.
— Excuse-moi. Je ne voulais pas qu’on en arrive là...
— Je sais, mais de toute façon, on ne peut pas revenir en arrière.
Ils se regardèrent, puis regagnèrent leur chambre.

Pendant ce temps, au conseil des vampires, Kaname attendait patiemment la fin d’une réunion. Il soupira et passa sa main dans ses cheveux soyeux quand une voix féminine retentit à sa droite.
— Bonjour, Kaname.
Il tourna la tête et aperçut la jeune Sara de la famille Shirabuki. Une des dernière familles de Sang pur du Japon avec la sienne. Il l’observa attentivement et remarqua qu’elle avait mis une robe somptueuse, couleur crème, avec plein de dentelle, rubans et autres bricoles du même genre, mais cela lui allait bien. Elle portait également un collier lourd en argent, un sac rouge de marque et enfin de petites chaussures blanches. Elle était magnifique, splendide, envoûtante pour la plupart des hommes, mais insignifiante pour le jeune Kuran. Elle lui avait souvent demandé d’être à elle, ce qui bien sûr signifiait un mariage ou pire et à chaque fois avait reçu la même réponse, un non catégorique. Il connaissait une jeune fille bien plus belle et respectable à ses yeux. Sa Kisa.
— Sara, dit-il poliment, mais avec indifférence. Je ne m’attendais pas à te voir ici. Surtout à cette heure.
Elle lui sourit, puis s’assit sur une chaise en face de lui en veillant à laisser ses jambes dénudées et à montrer son décolleté. Kaname releva la tête de façon à ne voir que le mur et ne bougea pas quand elle parla de sa voix douce.
— J’ai rendez-vous avec Ichiou. Je ne crains pas le soleil et à vrai dire je l’apprécie particulièrement. Et toi Kaname, que fais-tu ici ?
Il ne répondit pas tout de suite, puis tout en veillant à prendre un ton parfaitement détaché expliqua.
— Je viens voir mon oncle. J’ai des choses à lui dire et à lui demander.
— Intéressant, dit-elle en riant doucement. Mais mystérieux, au fait as-tu réfléchi à ma proposition ?
— Non. La réponse sera toujours la même. À jamais.
— Je vois. Ah, je crois qu’ils ont fini.
En effet, la porte s’ouvrit et les membres du conseil commencèrent à sortir.

S’inclinant avec respect en voyant les deux Sangs purs, ils commencèrent à s’éloigner, mais l’un d’eux s’arrêta. Grand, de forte stature, des cheveux et une barbe couleur blond poussière, portant un costume chic, Asato Ichijô surnommé Ichiou qui signifiait l’Ancien s’inclina devant Kaname.
— Lord, c’est un réel plaisir de vous revoir, dit d’une voix mielleuse
— Tout le plaisir est pour moi, Ichiou, répondit le Prince avec froideur, mon oncle est-il là ?
— Oui. Il est encore dans la salle.
— Merci. Ichiou, Sara, je vous dis au revoir.
Le Sang pur entra dans la pièce et referma la porte.
— Imbécile, marmonna Ichiou en fusillant la porte du regard.
— J’espère que ce n’est pas de mon Kaname dont vous parlez, remarqua Sara en souriant. Non, je plaisante. Enfin, à moitié...
— Il a enfin accepté votre demande ? demanda l’Ancien avec espoir.
— Non, mais je suis sûr qu’il prendra la bonne décision un jour ou l’autre. J’ai tout mon temps, murmura la jeune vampire avec un sourire froid.
— J’ai entendu dire qu’il aimait bien la jeune Kisa Kiryû...
Il se sentit soudain vulnérable quand elle lui lança un regard mauvais.
— Une humaine. Et une vulgaire humaine ne m’empêchera pas d’avoir Kaname.
J’en fais mon affaire.
Ils s’éloignèrent ensemble pour préparer leurs plans.

Kaname referma la porte derrière lui. Son oncle étais assis dans un fauteuil et dégustait un verre de sang frais provenant sans doute de l’hôpital. Rido Kuran releva la tête et sourit à son neveu.
— Ah, Kaname. Que puis-je pour toi ?
— J’ai besoin d’informations, répondit simplement le jeune Kuran en se plaçant devant lui. Avez-vous déjà entendu parler de Moonlight ?
L’homme se figea et ferma les yeux.
— Je me doutais que ce nom nous rattraperait un jour ou l’autre...
Il poussa un soupir et regarda celui qu’il considérait comme son fils droit dans les yeux.
— Bien, il est temps que je te révèle une partie de la vérité. Te souviens-tu que je t’avais dit que tes parents avaient été assassinés ? dit-il avec sérieux.
— Oui. Mais vous ne m’avez jamais révélé l’identité de leur assassin.
— Je sais, j’avais de bonnes raisons, mais maintenant je n’ai plus le choix. Sache que le vampire qui a tué tes parents est anglais et que son nom est Silver Light.
— Qui est-ce ?
Rido fixa le jeune homme avec attention. Kaname n’avait pas l’air de ressentir quoique ce soit. Aucune tristesse, colère ou autre sentiment. Comme s’il les avait enfermés à double tour. Il en douta, puis murmura.
— Un Sang pur. Il était un ami de tes parents autrefois, mais un jour ces derniers ont essayé de l'arrêter, alors il les a tués. Vois-tu Silver est obsédé par la légende de la Princesse de la Pleine Lune. Une légende qui parle d’une jeune fille qui aurait été créée par les dieux qui l’auraient envoyée sur terre. Cette fille, humaine malgré ses origines, posséderait de titanesques facultés. Elle ne pourrait les libérer qu’à la condition d’éprouver des émotions violentes. Je ne sais pas si elle existe vraiment, mais ce fou de Light le pense suffisamment pour avoir créer une organisation dont le seul but serait de la retrouver. Moonlight.
Kaname ferma les yeux, il comprenait enfin, mais si ce qu’il pensait était vrai alors les conséquences seraient désastreuses. Il n’avait plus le choix désormais. Il aurait aimé lui laisser plus de temps, mais il n’en avait plus à disposition.
— Merci. Vous n’imaginez pas à quel point ces informations vont m’être utile.
— Kaname ?
— Oui ?
— Sois prudent. Et salue mon fils adoré de ma part.
Acquiesçant, le vampire sortit de la salle et disparut dans un tourbillon de vent. Il avait encore quelque chose à faire avant de rentrer.

— Kaito ?
Le chasseur brun releva la tête et regarda son récent colocataire avec agacement.
— Ouais ?
— Pourrais-tu poster ceci à ma place ?
Le jeune homme baissa le regard et remarqua l’enveloppe posée sur la table.
— Pas de problème, mais à qui est-elle destinée ?
— Ça ne te regarde d’aucune façon, répliqua son ami. Hé !
L’ignorant, le traqueur attrapa la feuille et lut l’adresse. Puis il écarquilla ses mirettes et lança un regard ahuri à son interlocuteur.
— Ichiru, à quoi tu joues ?
— À rien. Et je te l’ai dit, cela ne te concerne pas.
Le jeune Kiryû se leva, attrapa un blouson et sortit de la maison d’un pas rapide. À l’intérieur Kaito observa l’adresse avec suspicion.
Mademoiselle Maria Kurenai.
Rue printanière, 21.
Tokyo

Debout sur une branche d’arbre, Ayamé observait le manoir Ichijô. Il aperçut Kisa sortir par la porte principale et se diriger vers le jardin. Elle s’assit sur un banc et regarda la mare où habitaient quelques canards, poissons et autres animaux aimant l’eau.
Le jeune homme sentit une main sur son épaule et tournant la tête remarqua son coéquipier le regarder avec interrogation. Il acquiesça et ils sautèrent sur le sol, ensuite ils s’approchèrent et se figèrent. Quelqu’un venait de rejoindre la jeune fille et ce quelqu’un, c’était Kaname. Le jeune Hinamori serra les dents et entraîna Lyam en arrière, à eux deux ils ne pourraient pas gêner le Sang pur, il valait mieux attendre les renforts.
Kaname tourna légèrement la tête et fronça les sourcils sans rien dire. Il s’assit près de sa protégée et mettant un bras derrière son dos l’attira contre lui. Kisa posa sa tête contre son épaule et murmura.
— Tu es au courant ?
— Oui. J’ai parlé avec Takuma, d’après lui, Shiki ne va pas bien. Et d’après Ruka, Rima est encore plus mal.
Le jeune Kuran soupira et se demanda ce qui attendait ses amis.
— Ce n’est pas étonnant, remarqua la jeune fille, mais j’espère qu’ils se remettront vite, je n’aime pas les savoir dans cet état.
Son petit ami (ndla : eh ben oui, vu leurs relations, ce n’est plus un simple ami) la regarda avec tendresse, elle aimait ses proches et d’ailleurs c’était une de ses qualités.

Soudain un objet jaillit dans leur direction, le vampire tourna la tête et un bouclier invisible se créa déviant le poignard. Kisa écarquilla les yeux et se leva, imité par le Prince des vampires qui la poussa à l’abri derrière lui.
— Qui est là ? Ou plutôt montrez vous, membres de Moonlight ! ordonna-t-il d’une voix glaciale et menaçante.
Moonlight, pensa la jeune Kiryû, c’est le nom qu’a mentionné Ichiru, mais alors...
— Bien joué, Kuran. Je vois que votre réputation n’est pas surfaite.
Un vampire sortit des buissons, noiraud, grand, mince, il abhorrait un sourire arrogant et Kisa le détesta immédiatement. Derrière lui apparurent une jeune femme, belle mais visiblement aussi méprisable que son coéquipier, la vampire qui était avec Shizuka, un autre homme qui lui ressemblait beaucoup, mais qui semblait plus amical et enfin...
— Ayamé, murmura la jeune fille tout en croisant le regard impénétrable de son ancien ami. S’il l’avait été un jour.
Kaname jeta un regard froid au jeune humain, puis reporta son attention vers celui qui semblait être le chef du petit groupe.
— Que voulez-vous ? Et qui êtes-vous, à part votre appartenance à Moonlight ?
— Je m’appelle Jay Simpson. Je suis le chef de l’unité d’élite de notre organisation. Et voilà Natacha Lenoir, Amy et Lyam Coverage et enfin Ayamé Hinamori. Le seul humain du groupe. Quant à notre venue ici... Je crois que vous la connaissez.
Il tourna la tête et regarda Kisa qui se sentit brusquement mal à l’aise.

Elle se recroquevilla et Kaname serra les dents.
— Vous n’aurez pas Kisa, alors dégagez.
— Je crois que vous vous surestimez, Kaname, rétorqua Jay avec un sourire froid. Nous n’avons pas l’intention de rentrer sans votre protégée, mais c’est à elle de choisir son camp.
— Dans ce cas, c’est vite vu, rétorqua l’humaine, je ne vois pas pourquoi je suivrai des inconnus.
— Ne dis pas de bêtise, rétorqua Ayamé, ce n’est pas avec cet homme que tu seras heureuse, à moins que tu aimes les menteurs.
Elle tressaillit, tandis que Kaname lançait un regard noir au jeune homme.
Jay lança un rapide coup d’œil à son coéquipier et ordonna.
— Ayamé et Lyam, vous savez ce que vous avez à faire. Amy et Natacha avec moi.
Les deux garçons reculèrent tandis que le jeune homme et les deux filles foncèrent vers le Sang pur.
Un serpent d’eau apparut et Kaname l’évita sans problème, il détruit d’un seul regard les morceaux de roche qui venaient de jaillir de terre et continua son combat sans remarquer qu’il s’éloignait de plus en plus de son amour.

Cette dernière voulut le rejoindre, mais une rafale de vent la força à reculer.
— Désolé, dit Lyam en souriant, mais si on ne te retient pas, on va avoir des ennuis.
Elle lança un regard noir au jeune homme qui ne parut pas déstabilisé. Il donna une accolade à son coéquipier et plaisanta.
— Tu ne m’avais pas menti, Elle a un sacré caractère, mais vu ceux de ma sœur et de Nat je suis habitué.
Ayamé ne répondit rien, habitué des plaisanteries de son coéquipier. Kisa dégaina son arme et dit froidement.
— Laissez-moi passer. Je ne suis pas d’humeur.
Elle s’élança vers les deux garçons et tenta d’asséner un coup de lame à Lyam.
Ce dernier la regarda arriver puis lui asséna un coup sur le bras ce qui la fit lâcher son katana qui retomba plus loin.
Elle recula en serrant les dents et les fixa avec colère.
— Du calme, s’amusa le jeune vampire, on n’est pas là pour se battre, mais pour discuter.
— Discuter ? Ne te moque pas de moi, on est ennemis, rétorqua la jeune Kiryû et d’ailleurs pourquoi voulez-vous me parler ?! Je ne suis qu’une humaine, contrairement à Kaname.
— Kuran ne nous intéresse pas, dit Ayamé froidement, mais toi... As-tu déjà entendu parler de la Princesse de la pleine lune ?
— Non, qui est-ce ? demanda Kisa, intéressée malgré elle.
— D’après la légende, ce serait une envoyée des Dieux, répondit doucement Ayamé.
Devant le regard sceptique de la jeune fille, Lyam ajouta.
— Ces derniers l’auraient créée pour l’utiliser, mais se seraient attachés à elle, la considérant finalement comme leur fille, alors ils l’ont envoyé sur Terre car étant humaine, ils pensaient qu’elle serait plus heureuse sur la planète des Hommes. Enfin, c’est ce que raconte la légende. Mais d’après nos découvertes, elle existerait vraiment, ici, au Japon. Et on pense qu’il s’agit de toi, Kisa Kiryû.
Cette dernière tressaillit et le regarda avec des yeux ronds. Elle, une humaine fabriquée par des Dieux ?! Impossible. Car si c’était vrai, cela voulait dire qu’elle n’était pas la sœur de Zero et Ichiru. Elle sentit des larmes remplir ses yeux à cette pensée. Malgré leurs nombreux défauts, elle les aimait vraiment, Soudain une autre pensée encore plus intolérable lui vint à l’esprit. Si elle était vraiment celle que prétendaient ses adversaires, cela voudrait dire qu’elle était un monstre, une aberration et que si ses proches apprenaient la vérité, ils ne voudraient plus être avec elle et Kaname... Oui, Kaname n’aurait plus aucune raison de l’aimer.

Elle poussa un cri de désespoir et tomba à genoux, commençant à trembler, puis elle sentit une violente douleur à la poitrine et dans ses mains. Une vague d’énergie l’entoura soudainement et créa une onde de choc autour d’elle détruisant une partie du terrain autour d’elle.
Ayamé voulut avancer, mais son coéquipier l’arrêta. Kaname et ses trois adversaires arrêtèrent leur combat et tournèrent la tête vers elle.
— Kisa, murmura Kaname avec inquiétude, alors c’était donc vrai...
— Enfin ! s’exclama Jay avec un sourire triomphant, on l’a trouvé !
— Trouver qui ? interrogea sa fiancée.
— La Princesse, idiote, murmura Amy en soupirant, je m’en doutais.
Le tourbillon d’énergie continuait à entourer la jeune Kiryû sans vouloir diminuer, soudain des éclairs bleus jaillirent du remous fonçant vers les membres de Moonlight et Kaname. Le sang pur créa rapidement un bouclier pour se protéger alors que ses ennemis sw protégeaient grâce à leurs pouvoirs. Lyam avec son vent, sa sœur avec son eau, Jay avec sa terre, Natacha en créant des boucliers de lumière et enfin Ayamé esquivait tant bien que mal n’ayant pas de pouvoirs particuliers.
— Kisa, arrête, protesta le jeune Hinamori, tu vas finir par tous nous tuer !
— Euh, c’est un peu de notre faute, murmura le jeune Coverage en se grattant la tête, c’est nous qui lui avons raconté ça...
— La ferme Lyam.
Soudain Natacha fut projetée contre un arbre et s’évanouit, un filet de sang à la bouche qui disparut aussitôt. Jay soupira et regarda le Sang pur qui dégageait une aura sombre. Ses yeux rouges fulminaient et quand il commença à parler ce fut d’une voix menaçante et glaciale à faire froid dans le dos.
— Partez sur le champ ou je vous tue,
— Tu n’arriveras pas à l’arrêter tout seul, Kuran, rétorqua Ayamé.
— On s’en va, dit Jay en soupirant, mais on reviendra. Lyam, occupe-toi de Nat, Amy et Ayamé vous partez devant.
— Ok, dit la vampire en souriant avant de disparaître dans un nuage de brouillard.
Son coéquipier ne bougea pas, regardant Kisa avec inquiétude, puis devant un regard glacial de son supérieur, il sauta sur une branche et disparut.
Lyam portant Natacha et le petit ami de cette dernière finirent par partir à leur tour dans une bourrasque de vent.

Les yeux du Sang pur redevinrent chocolat et il s’approcha lentement de son amour ignorant les éclairs qui tombaient autour de lui.
— Kaname !
Takuma, Shiki, Kain, Ruka, Seiren et Rima arrivaient en courant. Le jeune Ichijô rejoignit son meilleur ami et comme les autres fut stupéfait du spectacle.
Leur jeune amie flottait à un mètre du sol, yeux fermés, enveloppée d’une énergie dense bleuâtre qui brûlait si on la touchait comme Kain en fit l’expérience en tendant sa main qu’il retira tout de suite en hâte.
— Que se passe-t-il ? murmura le jeune Akatsuki avec inquiétude,
Kaname hésita, puis tout en fixant la jeune fille murmura.
— On a reçu la visite de membres de Moonlight...
— Moonlight ? demanda Aido avec curiosité, qu’est-ce que c’est ?
Le Sang pur lui lança un regard réfrigérant, n’appréciant pas d’être interrompu, l’aristocrate le devina et il se tut, l’air penaud.
— Moonlight est une organisation criminelle anglaise. Leur quartier général se situe à Londres, leur chef s’appelle Silver Light et c’est un Sang pur. Ils recherchent tout ce qui peut être lié à une légende appelée Princesse de la Pleine lune et qui raconte l’histoire d’une humaine créée et envoyée sur Terre par les Dieux.
Un silence suivit ses paroles et au bout d’un moment Shiki demanda avec scepticisme.
— Sans vouloir te contredire, cousin, je ne vois pas le rapport avec Kisa.
Le jeune Kuran ferma les yeux et décidé à faire confiance à ses amis expliqua calmement.
— J’y viens, à vrai dire il y en a plusieurs, le premier c’est qu’ils croient que Kisa est la Princesse de la pleine lune.
Ses amis eurent des réactions différentes. Rima et Aido levèrent les yeux aux ciel, Kain parut étonné, Takuma, Ruka et Shiki échangèrent des regards inquiets.
Kaname reprit après les avoirs regardés.
— Ensuite, Silver me déteste, détestait mes parents, les a assassinés et je le soupçonne de vouloir me faire souffrir en s’en prenant à celle que j’aime ou en la retournant contre moi. Je pense aussi qu’il veut utiliser ses pouvoirs pour détruire le monde ou le dominer.
— Dis-moi que tu n’y crois pas Kaname ! Tout ça est grotesque, marmonna Aido en croisant les bras, Kisa une extraterrestre ? c’est ridicule !
— Peut-être pas, murmura Takuma l’air songeur, après tout elle n’est pas un vampire, et ce pouvoir est bien réel.
Cela expliquerait aussi pourquoi la guilde l’a torturée, pourquoi Shizuka la voulait et pourquoi Moonlight s’intéresse à elle.
Ils se regardèrent avec inquiétude, puis Shiki sans tenir compte des avertissements de tous ses amis, excepté Rima, s’avança et murmura en regardant la jeune humaine.
— Kisa, j’ignore si tu m’entends, mais si c’est le cas écoute-moi bien. Qui tu te sois, on aura toujours besoin de toi et tu seras toujours notre amie. Réfléchis, combien de fois as-tu aidé quelqu’un ? Que ce sois-moi, Takuma, Kaname, un autre ami, tes frères, un inconnu.... Tu es importante à nos yeux, tu te fiches de nos défauts, du fait que l’on soit des vampires et tu es toujours là pour nous soutenir. Alors maintenant c’est à nous de t’aider. Le fait que tu sois une envoyée des dieux m’importe peu et je suis sûr que je ne suis pas le seul dans ce cas, pas vrai ? demanda-t-il en se tournant vers ses amis.
Takuma sourit d’un air amusé et s’approcha de son petit ami avant de poser une main sur son épaule.
— Cet idiot a parfaitement raison, tu es importante à mes yeux et qui tu sois, je te considérerai toujours comme ma petite sœur .
Kain s’approcha à son tour et de sa voix grave, mais douce affirma.
— Je pense que tu es important pour beaucoup de personnes, humains comme vampires, et même si tu n’es pas celle que l’on pensait, tu seras toujours vitale pour nous et pour moi.
Ruka hésita, puis s’avança d’un pas décidé sous le regard tendre du rouquin, d’une voix forte et autoritaire la jeune Soen déclara.
— Kisa, je t’ordonne de revenir, j’ai besoin de tes conseils de fille et tu es ma meilleure amie, sans toi cela serait trop triste et vide.
— Elle a raison ! Si tu t’en vas, comment vais-je passer le temps, moi ?! Je ne veux pas perdre mon « jouet » et ma meilleure amie supplia Aido en se tordant les mains, et si tu n’es plus là, Ruka et Kaname....
Il ne termina pas sa phrase, gêné.
— Moi et Ruka ? Que veux-tu dire Aido ? demanda le Sang pur d’un ton faussement détaché en lui lançant un regard perçant.
— Euh, rien, rien du tout, s’empressa d’ajouter le jeune aristocrate.
Retenant son agacement, le jeune Kuran s’arrêta à quelques pas devant ses amis et fixant celle qu’il aimait par-dessus tout, il murmura d’une voix chargée d’amour.
— Kisa, ce qu’ils ont dit est parfaitement exact, je veux juste rajouter certaines choses. La première c’est qu’il faut que tu penses à tes frères, ils ont besoin de toi plus que jamais, même s’ils ne l’admettent pas. La deuxième, c’est que j’ai besoin de toi, vraiment, je me fiche complètement de savoir qui tu es, pour moi tu seras toujours Mademoiselle Kisa Kiryû, une jeune fille énergique, courageuse, passionnée, que j’aime au point de lui demander sa main.

Un silence stupéfait suivit sa déclaration, Takuma et Shiki échangèrent un sourire, Rima et Ruka quoique heureuses pour leurs amis baissèrent la tête en pensant que leur propre histoire d’amour ne se passait pas si bien.
Aido retint un cri de joie étant soulagé de ne pas avoir à obéir à Ruka, Kain jeta un regard inquiet vers Ruka, mais fut ravi pour ses deux amis.
Kaname reprit après une brève pause et murmura avec tendresse.
— Je t’aime, petite princesse, malgré ce que tu es ou plutôt grâce à ce que tu es, alors je t’en prie, reviens vers moi.
Le tourbillon bleu commença à se dissiper et la jeune fille retomba sur terre, debout, mais tremblante et chancelante, ses yeux remplis de larmes de frayeur et de joie se posèrent sur celui qu’elle aimait et comme une petite fille perdue tendit ses bras vers ce dernier qui s’empressa de la prendre dans ses bras.
Il lui murmura des mots doux à l’oreille tout en lui caressant la tête et le dos.
Les autres, un peu rassurés, décidèrent ensemble de les laisser seuls et s’éloignèrent discrètement.

Pendant ce temps, à l’Académie, Zero s’exerçait au tir tout en ressassant ses pensées.
Il s’en voulait d’avoir dit à sa sœur que leur frère ne voulait plus d’elle, mais cela avait été trop pour lui, le retour de Shizuka et celui d’Ichiru, sa brutale transformation, la mort de la Sang pur et les révélations de son frère.
Il s’inquiétait pour sa sœur et aurait voulu la revoir, mais il savait que pour le moment ce ne serait pas possible.
Serrant les dents, il actionna la gâchette et tira une rafale de balle droit dans sa cible.

Ichiru était assis dans un fauteuil et plaisantait gaiement avec la vampire qui était devenue sa petite amie tout en sirotant du thé.

Kaito rengaina son sabre et soupira, dixième level E pour la journée, il commençait à en avoir marre.
Mais il n’avait pas le choix, enrageant à l’idée que son colocataire était tranquillement en train de s’amuser, il serra le pommeau de son arme et s’éloigna d’un pas rageur.

Debout face à une fenêtre, la Sang pur observa l’allée menant à chez elle, esquissant un sourire en voyant son invité remonter le chemin d’un pas rapide et se dit que son plan se déroulait à merveille.

S’inclinant avec respect et servitude, l’équipe d’élite faisait face au regard désapprobateur de son chef. Cela n’allait pas être une partie de plaisir...

_________________



et

Spoiler:
 


Dernière édition par Manoncamille le Dim 17 Juil - 10:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fanfictiongirl.skyrock.com/
Manoncamille
Admin en chef & fondatrice
avatar

Messages : 671
Date d'inscription : 19/05/2011
Age : 25
Localisation : Suisse

MessageSujet: Re: Premier tome de la saga Univers : La Princesse de la Pleine lune (fic vampire knight)   Dim 22 Mai - 10:32

Huitième chapitre : Amour intense, prise de conscience ou comment être à la mode


À la villa Ichijô, Ruka était en train de lire un passionnant roman d’amour, elle adorait les histoires où un garçon exceptionnel tombait amoureux d’une fille banale. Ou le contraire... Elle avait toujours aimé Kaname, depuis leur première rencontre il y avait de cela douze ans. A l’époque, elle en avait six, elle jouait dans la cour des Hanabusa avec Aido et Kain qui avaient respectivement quatre et six ans quand il était apparu. Jeune vampire déjà très mignon âgé de neuf ans, il aurait apparemment aimé s’amuser avec eux comme un simple enfant vampire. Mais il n’était pas un simple enfant, c’était le fils de Juri et Haruka Kuran, des Sangs purs. Elle lui avait parlé timidement et avait tout de suite été séduite par sa gentillesse et sa voix douce. Mais déjà à l’époque, il ne s’intéressait pas à elle et maintenant qu’il avait Kisa, elle savait bien qu’elle n’avait aucune chance. De plus apprendre la réelle identité de son amie avait créé encore plus de distance, même si elle était une vampire, elle devait avoir moins de pouvoirs que la jeune Kiryû.
Sans s’en rendre compte, la jeune vampire serrait les dents et les poings, non de rage, mais de résignation. Il lui fallait arrêter de rêver, elle pouvait se trouver un vrai prince charmant et un qui l’aimait sincèrement.
— Ruka ?
Elle tressaillit et tourna la tête vers sa porte.

Le jeune Akatsuki se tenait dans l’entrée, mains dans les poches de son élégant pantalon brun. Il portait en plus une chemise rouge qui laissait apparaître une partie de son torse et des chaussures noires, il était élégant à sa façon et la jeune Soen sentit son coeur battre la chamade sans qu’elle sache pourquoi.
— Kain ? Que veux-tu ? demanda-t-elle calmement.
— Te parler. Je m’inquiète, depuis que Kaname et Kisa se sont enfermés dans sa chambre, tu n’es plus sortie de la tienne et cela fait quand même cinq heures.
Elle le regarda un long moment en silence, puis se leva. Le jeune homme sentit son coeur s’emballer, elle était superbe, comme à son habitude. Elle avait enfilée une robe de soie noire, légèrement décolletée, recouverte de dentelle noire et des sandales également couleur aile de corbeau. Elle s’approcha et murmura d’une voix légèrement sèche.
— Ne t’inquiète pas Kain, je sais très bien que je n’ai aucune chance de sortir avec Kaname un jour. Kisa est trop... Bref, leur amour est trop intense. Je ne me fais aucune illusion.
— Et notre amour à nous Ruka ? demanda le jeune vampire d’une voix grave.
Elle sursauta et fixa son ami d’un air étonné.
— Notre amour ? Que veux-tu...
Elle n’eut pas le temps de finir, il l’avait attrapé par la taille et l’embrassait avec force.

Elle lui rendit son baiser et comprit soudainement, elle l’aimait.
Lui, Kain Akatsuki et non Kaname Kuran. Elle avait cru aimer ce dernier alors que c’était faux, comment avait-elle pu être aussi aveugle et idiote...
Au bout d’un moment, ils se séparèrent et se regardèrent en silence, mais les lueurs dans leurs yeux valait tous les mots.
Elle se serra contre lui et sans rien dire il l’enlaça, ils restèrent ainsi un long moment, puis se dirigèrent vers le lit de la jeune femme après avoir fermé la porte à clé, puisque depuis sa rupture Rima dormait également dans la pièce.
En effet, il valait mieux de ne pas être dérangé dans ces moments-là...

Pendant ce temps dans la chambre de Kaname, la jeune Kiryû réfléchissait intensément. Elle n’en revenait toujours pas, elle croyait avoir rêvé quand elle avait entendu la deuxième déclaration de son Prince, mais non il l’aimait vraiment au point de lui demander d’être sa femme.
Mais elle n’avait que quinze ans, avait un frère qui détestait les Sangs purs, un autre qui avait perdu celle qu’il aimait, sans compter les autres personnes qu’un mariage entre une simple humaine et le dernier des Kuran pourrait déranger.
Elle soupira et ferma les yeux, elle aimait sincèrement Kaname, elle n’en doutait plus, mais se marier ? A son âge ? Malgré tous les problèmes que cela engendrait ? Elle n’en était pas sûre, mais une chose était certaine, c’était bien clair, Kaname ne la forcerait jamais. Il lui avait bien fait comprendre, c’était à elle et à elle seule de décider. Il pouvait attendre des jours, des semaines, des mois ou des années, du moment qu’elle restait avec lui. Concernant la découverte de sa réelle identité, elle préférait ne pas y penser pour l’instant. Elle voulait d’abord résoudre le problème des fiançailles, cela lui faisait nettement moins peur.
La jeune fille se redressa en entendant des coups à la porte, elle se concentra brièvement sur l’aura de son visiteur, puis surprise se leva et alla ouvrir.

Rima se tenait debout dans le couloir, l’air décontractée. Elle portait un pantalon brun clair et un top brun chocolat, ses cheveux étaient pour une fois détachés et cascadaient le long de son dos. Elle leva la tête et sourit en voyant son amie.
— Je peux te parler ? Je pense que tu vas avoir besoin de conseils d’une fille pour ce qui t’arrive, expliqua-t-elle doucement.
Sans répondre Kisa la regarda, se demandant avec étonnement comment son amie pouvait prendre la situation aussi bien alors qu’elle venait de rompre avec Shiki, en plus du fait qu’elle était plus qu’une simple humaine. Comme si elle avait lu dans ses pensées, la jeune Toya sourit et dit avec sérieux.
— Tu sais, le plus important à mes yeux c’est qu’il soit heureux et je sais qu’il l’est grâce à Takuma, de plus mes sentiments amoureux envers lui ont disparu et tu es mon amie alors...
Elle haussa les épaules et dit en fixant les yeux bleus de la jeune Kiryû.
— Je ne veux pas que tu fasses la même erreur que moi Kisa. Je me doute ou plutôt je sais que Kaname ne te trahira pas, mais réfléchis bien à tes véritables sentiments envers lui et écoute ton coeur avant de choisir. Ce n’est qu’en l’écoutant et en te fiant à ton instinct que tu pourras faire le bon choix.
— Merci Rima, dit son amie avec sincérité, à vrai dire je doutais de plein de choses avant ton arrivée, notamment au sujet de mes frères, je ne pense pas qu’ils seront enchantés d’apprendre que je vais me marier à mon âge et avec un Sang pur de surcroît.
— Ça, cela ne les regarde d’aucune façon, rétorqua Rima en fronçant les sourcils, tu es la seule à pouvoir décider de ta vie et je suis persuadée qu’ils seront contents que tu sois heureuse, du moins si tu l’es avec Kaname.
— Je le suis, assura la jeune humaine, je n’ai jamais été aussi heureuse que depuis que je le connais.
— Tant mieux, je vais te laisser réfléchir à tout ça, dit-elle en s’éloignant.
— Rima, merci, tu m’as beaucoup aidé ! cria Kisa en mettant ses mains en porte-voix.
Son amie leva la main sans se retourner. La jeune Kiryû resta un instant sur le pas de la porte, puis décidée rentra dans la pièce, attrapa une feuille de papier et commença à dessiner avec passion.

Au bout d’une demi-heure, elle entra dans la cuisine et aperçut Shiki et Takuma assis à la table en train de parler. Takuma leva la tête et sourit en la voyant, son petit ami se contentant de la regarder.
— Hé, félicitation, s’exclama le jeune Ichijô en se levant et en l’enlaçant, alors comme ça t’a des pouvoirs super puissants ? Avec un peu de chance, tu es plus forte que Kaname, plaisanta-t-il.
Son petit ami esquissa un sourire tandis que la jeune humaine se dégageait et levait les yeux au ciel.
— Arrête Takuma, premièrement je suis toujours la même et deuxièmement je ne serai jamais plus forte que Kana. En parlant de lui, savez-vous où il est ?
Son ami blond la regarda, puis souriant demanda d’un air coquin.
— Pourquoi ? Tu veux l’embrasser ?
— Takuma ! protesta Shiki alors que leur amie rougissait.
— Désolé, je crois qu’il est dans le jardin et qu’il t’attend.
Elle acquiesça, les remercia et se dirigea dehors.
Shiki la regarda disparaître, puis demanda à celui qu’il aimait tout en croquant un mikado au chocolat.
— Tu crois qu’elle va dire oui ?
— Qui sait, Shiki, qui sait, murmura-t-il avec un sourire.

Le beau brun se tenait adossé à un arbre, les yeux rivés sur un chat qui se lavait à grands coups de langues. L’animal se figea et leva la tête plongeant ses pupilles dans le regard chocolat du vampire.
Il détala sans demander son reste, son instinct animal le prévenant du danger potentiel. Kaname esquissa un sourire, amusé de voir que même les animaux craignaient les Sangs purs.
Il se retourna en entendant un bruit de pas feutré et sourit tendrement en voyant sa protégée et petite amie. Elle s’était changée et portait désormais un pull violet à col roulé et un jean blanc en plus de baskets clairs. Ses cheveux argentés étaient attachés en queue-de-cheval et ses yeux bleus brillaient de bonheur.
Le Sang pur s’approcha et murmura de sa voix douce.
— Je pensais que tu ne viendrais plus, je commençais à douter de tes sentiments.
— Je t’aime Kaname, rétorqua-t-elle calmement. N’aie pas de doutes là-dessus, mais j’avais besoin de réfléchir. Et maintenant c’est fait.
— Et ? demanda-t-il avec un brin d’espoir.
Elle plongea ses yeux couleur ciel dans les siens couleur cacao et dit fermement et avec tendresse.
— Et je ne pourrai pas vivre sans toi, alors malgré les conséquences que cela pourrait avoir, j’accepte de devenir ta femme.
Sans rien dire, le Prince des vampires l’enlaça et la serra contre lui, elle lui rendit son étreinte avec force. Le vampire leva la tête vers les étoiles et eut une pensée pour ses parents disparus.
Père, Mère, si vous pouvez me voir de là où vous êtes, n’ayez crainte car je suis le plus heureux des Sangs purs.
— Kaname ?
— Hum ?
— Je... j’ignore comment vont réagir mes frères à cette décision, avoua la jeune fille d’une voix anxieuse.
— Connaissant Zero, il ne va pas apprécier, admit le jeune Kuran en soupirant. Mais pour être franc, je me fiche de son avis. Quant à Ichiru, il peut te comprendre, après tout il avait aussi des sentiments pour une Sang pur.
— Je sais, mais Zero est mon frère et je ne veux pas être en conflit avec lui, murmura Kisa, lui et Ichiru sont ma seule famille.
— Ne t’inquiète pas ma princesse, on trouvera une solution, assura son fiancé en souriant. J’ai un cadeau pour toi.
Il plongea sa main dans une de ses poches et en sortit une petite boîte carrée en métal, il l’ouvrit d’un geste raffiné, dévoilant son contenu.

Kisa écarquilla les yeux et s’écarta du vampire.
— C’est... c’est trop, bredouilla-t-elle, elle a dû te coûter une fortune, je ne peux pas accepter.
— Elle ne m’a pas coûté un centime, rétorqua le jeune homme avec sérieux, elle appartenait à ma mère. Je veux que ma future femme ait la plus belle bague du pays, non du monde.
Hésitante, la jeune fille finit par prendre la boîte et à admirer son contenu. Argentée, couverte de saphirs, elle était magnifique.
Relevant la tête, elle sourit et dit dans un murmure.
— Moi aussi j’ai un cadeau pour toi.
Curieux, le vampire la regarda sortir un rouleau de papier de son pull et le dérouler, elle lui tendit la feuille et murmura avec anxiété.
— Je sais qu’il est ridicule comparé à la bague, mais...
— Chut, murmura le vampire en posant un doigt sur ses lèvres, il est magnifique une vraie œuvre d’art.
Elle le remercia, puis demanda avec une note d’excitation.
— On prévient les autres ?
Amusé, il hocha la tête et lui prenant la main l’entraîna vers la maison éclairée par des lampadaires.

Au même moment dans un appartement de Tokyo, un jeune homme contemplait la ville depuis un balcon, attendant l’arrivée de son amie partie faire une retouche de maquillage.
Il porta la main à sa poche et serra le grelot s’y trouvant. Puis il le lâcha et ne put s’empêcher de penser à son jumeau et à sa sœur.
Il savait que ce qu’il avait fait quatre années plus tôt était mal et qu’il n’aurait jamais dû suivre Shizuka. Mais il était étouffé chez lui, il ne supportait plus sa vie et avait eu besoin de s’éloigner. Le visage de sa sœur apparut dans son esprit, il aimait sa sœur et s’en voulait de l’avoir traité comme il l’avait fait, après tout si quelqu’un pouvait comprendre l’amour qu’elle éprouvait pour Kaname Kuran, c’était lui, il avait profondément aimé Shizuka Hio.
— Ichiru ?

Il se retourna et croisa le regard de Maria Kurenai, une parente de Shizuka. Il sourit tristement et se détourna regardant à nouveau le ciel étoilé.
Le jeune homme ne broncha pas quand elle l’enlaça par derrière.
— J’ignore ce qui te tracasse, mais sache que je suis là pour toi, murmura-t-elle d’une voix douce.
Il sourit derechef et se retourna, plongeant son regard mauve dans les yeux de la même couleur de sa petite amie.
— Excuse-moi, j’oublie trop souvent que j’ai la chance de t’avoir.
Riant, elle demanda avec curiosité.
— Pensais-tu à ton frère et à ta sœur ?
Acquiesçant, le jeune Kiryû soupira.
— Je ne sais pas comment ils vont réagir en me voyant la prochaine fois qu’on se verra... Ni en apprenant notre liaison. Ils vont sans doute me détester, surtout Kisa...
— C’est faux ! protesta Maria avec ferveur.
Surpris, il la regarda avec des yeux ronds.
— Pardon ?
— Je suis sûr que tu te trompes, même si je ne les ai jamais rencontrés en face à face, tu m’en as assez dit sur eux pour que je sache qu’ils t’aiment. Kisa n’est pas du genre à détester son frère pour des broutilles, j’en suis sûre !
Quant à ton jumeau, il t’a dit lui-même qu’il ne t’avait jamais haï, pas vrai ? Alors arrête de te tracasser.
Ichiru sourit et l’embrassa.
Il l’aimait. Certes il n’avait pas oublié Shizuka, mais Maria avait su conquérir son coeur et grâce à elle, il parvenait à vivre. La vampire répondit au baiser, puis s’écarta et dit en souriant.
— Tu devrais y aller. Il commence à se faire tard et il vaut mieux ne pas traîner dans les rues en pleine nuit.
Le jeune Kiryû acquiesça et attrapant ses affaires sortit après avoir salué les parents de sa petite amie.

Une fois dans la rue, il se mit à réfléchir à différentes choses et plus particulièrement à Moonlight.
Que voulait l’organisation à sa sœur ? Certes, Kisa était une future chasseuse venant de la célèbre famille Kiryû, mais de là à vouloir la capturer à tout prix...
Le jeune homme soupira, selon lui sa petite sœur avait suffisamment souffert comme ça. Il y a quatre ans de cela, elle avait perdu ses parents et son frère cadet et cette année elle s’était faite enlevée, torturée, persécutée...
Il serra les dents et se promit de ne plus faire la même erreur. Si sa sœur et dans une moindre mesure son jumeau avaient besoin de lui, il serait près d’eux.

Loin de Tokyo, au quartier général de Moonlight, Ayamé réfléchissait dans sa chambre. Allongé sur son lit, les yeux rivés sur le plafond, il pensait à ce qui s’était passé quelques heures plus tôt. Lui et ses coéquipiers s’étaient rendus dans le bureau de leur supérieur pour faire leur rapport et avaient morflé. Il serra son poing et chose rare chez lui eut une bouffée de rage pour Silver Light.
Flash-back
S’inclinant avec respect et servitude, l’équipe d’élite faisait face au regard désapprobateur de son chef, ils venaient de raconter les événements de l’Académie, notamment la découverte de la Princesse. Ce dernier leur tournait dos et faisait face à la baie vitrée. Son second se tenait appuyé à un mur et observait la scène sans intervenir.
— Alors comme ça, vous avez échoué ? Encore. Enfin pour certains d’entre vous. Amy, Ayamé, approchez, ordonna le Sang pur avec froideur
Les deux concernés se levèrent et s’avancèrent jusqu’à se trouver devant leur maître.
La main du Sang pur bougea à une vitesse indétectable pour l'œil humain et gifla la vampire avec une rare violence.
Ayamé se retint de lancer un regard noir à son supérieur en voyant un filet de sang apparaître avant de disparaître sur le visage de sa coéquipière et celle-ci baisser la tête avec servitude.
Il ne l’appréciait peut-être pas beaucoup, mais pas au loin de vouloir sa souffrance. Lyam se raidit, Jay et Natacha ne bronchèrent pas.
— Qu’as-tu à dire pour ta défense, ma jolie ? interrogea le tyran d’une voix doucereuse.
Amy releva la tête et murmura d’une voix tremblante, chose extrêmement rare chez elle.
— Je... Je suis désolée. Tout est de ma faute, je n’aurais pas dû échouer la première fois. Maître, je vous en prie, ne soyez pas trop dur avec Ayamé, il n’y est pour rien.
Silver la regarda un moment, puis sourit. Attrapant le menton de la vampire, il serra lentement ce dernier et murmura.
— Vraiment ?
Il serra plus fort et la vampire ne put s’empêcher de pousser un gémissement. Pourtant elle soutint le regard de son chef et répéta d’une voix ferme.
— Oui. Ayamé est innocent.
— C’est faux !
Imbécile, pensa la jeune Coverage avec angoisse.
Silver tourna la tête et observa avec amusement le jeune humain qui avait crié avec rage.
— C’est faux ? Dis-moi Ayamé, dis-moi ce qui est faux.
— Je suis aussi responsable de ce qui est arrivé au japon qu’Amy. Alors si vous voulez la punir, il faudra en faire de même avec moi.
Sa coéquipière lui lança un regard noir, elle n’avait pas fait tout ça pour qu’il s’expose aussi ouvertement. Étant humain il était bien plus vulnérable qu’elle ou que leurs coéquipiers.
Esquissant un sourire sadique, l’obsédé des légendes appela d’une voix neutre.
— Yalissan ?
— Oui ? demanda ce dernier avec intérêt en se tournant vers son ami.
— Puisqu’Ayamé reconnaît ses échecs, emmène-le faire un tour dans notre salle de correction, il n’a pas été génial ces derniers temps.
Les autres, excepté le concerné et le maître d’armes, tressaillirent. Yalissan était un expert de la torture et ils savaient que leur coéquipier allait passer un sale quart d’heure.
Amy et Lyam jetèrent un coup d’œil inquiet vers le jeune Hinamori qui passa à côté d’eux sans parler, le visage fermé. Jay murmura doucement un « imbécile» alors que Natacha se contentait de soupirer.
Une fois les deux humains sortis, Silver se retourna vers la baie et dit d’une voix impassible.
— Vous pouvez disposer. Reposez-vous, la suite ne devrait pas tarder.
Ils obéirent pendant que leur ami se faisait fouetter pour ses « fautes ».

Le jeune homme passa un doigt sur son dos, une blessure à vif s’étendait du haut de son dos jusqu’au milieu de ce dernier et mesurait au moins trente centimètres.
Comment un supérieur pouvait-il traiter ses subalternes de cette façon sans être un tyran ?
Pourquoi Silver Light, Sang pur aux multiples pouvoirs, s’intéressait-il à Kisa ?
Pour la première fois de son existence, Ayamé Hinamori se posait des questions sur les agissements et les motivations de son maître.
Peut-être bien que ce dernier était moins blanc que ce qu’il semblait...

Dans la maison des Ichijô, une petite réunion était organisée dans le salon.
Kain, Aido et Ruka se tenaient adossés aux murs alors que Takuma, Shiki et Rima étaient assis sur des canapés. Quant aux deux principaux protagonistes, à savoir Kaname et Kisa, ils se tenaient en face de leurs amis.
— Désormais Kisa est ma fiancée. Vous lui devrez donc autant de respect et de soutien qu’à moi, est-ce clair ?
— Tu n’as pas besoin de nous le demander, Kaname, affirma Kain d’un air solennel. Kisa est notre amie après tout et on ferait n’importe quoi pour elle.
Reconnaissante, la jeune humaine lui sourit. Soudain un domestique arriva et toussa discrètement.
— Que se passe-t-il, Sébastien ? s’enquit Takuma en souriant, tournant la tête vers le majordome de sa famille.
— Votre grand-père arrive, Monsieur, j’ai pensé qu’il valait mieux vous prévenir avant son arrivée...
— Tu as bien fait, merci bien.
S’inclinant avec respect, le vampire d’un certain âge sortit de la pièce.

Soupirant le jeune héritier passa une main dans ses cheveux et jeta un regard penaud vers son meilleur ami.
— Excuse-moi Kaname, je ne sais pas comment il a su que tu étais ici, mais j’aurais aimé qu’il te laisse tranquille.
— Ce n’est rien Takuma, nous allons voir ce qu’il nous veut, on avisera ensuite.
Kisa ?
— Oui ? s’enquit cette dernière.
— Je veux que tu restes dans le salon. Ichiou est absolument contre l’union d’une humaine et d’un vampire, particulièrement si ce dernier est un Sang pur. Je ne veux pas qu’il puisse te faire du tort. D’accord ?
— Je comprends, mais néanmoins, je refuse de rester en arrière, non écoute-moi, je ne veux pas lui donner l’occasion de croire que étant humaine je suis peureuse, stupide et incapable de jouer le rôle de la fiancée du plus grand vampire de tous les temps alors je vais me faire belle et lui montrer qu’un membre de la famille Kiryû ne se laisse pas dicter sa conduite !
Ses amis et son fiancé la regardèrent avec étonnement, puis Aido éclata de rire, plié en deux.
— Ha, Ha, Ha, toi alors, ha, ha... Aïe Ruka ! ça fait mal, protesta-t-il en se tenant la tête et en fusillant du regard la vampire.
— C’était le but, répliqua celle-ci avec dédain. Tu n’as pas entendu Kaname ?
On doit la traiter avec respect. Ton discours était très intéressant, digne de la future femme d’un Sang pur, ajouta la jeune Soen en regardant son amie.
— Heu, merci, répondit cette dernière en souriant.
— Tu vas en mettre plein la vue à mon grand-père, fit Takuma avec un clin d’œil. J’ai hâte de voir sa tête.
Rougissante, la jeune Kiryû se tourna vers son amant. Celui-ci sourit.
— C’est bon, tu peux venir. Je suis fier de toi et je veux que mes semblables le sachent.

Le Sang pur, Kisa et Takuma se dirigèrent vers l’entrée alors que les autres restaient au salon. Deux minutes plus tard, la porte d’entrée s’ouvrit et un homme pénétra dans le couloir.
— Bienvenue Monsieur le salua Sébastien en s’inclinant. Avez-vous besoin de moi ?
— Non, tu peux disposer, répondit froidement son maître avant de s’avancer vers les trois jeunes gens l’attendant.
— Bienvenue grand-père, dit son petit-fils en souriant, avez-vous fait bon voyage ?
— Pas vraiment, mais passons. Bonsoir, mon Prince c’est un honneur de vous recevoir chez moi.
— Tout le plaisir est pour moi Ichiou. Je vous remercie de me permettre de rester dans votre résidence secondaire, répondit Kaname avec chaleur, feinte bien entendu.
Le regard du vampire se posa sur Kisa qui soutint bravement son regard. Elle dit poliment en souriant.
— Kisa Kiryû, Monsieur.
— Ah oui, la sœur d’Ichiru...
Clignant discrètement des yeux, se demandant comment l’Ancien connaissait son frère, elle répondit.
— C’est exact, je vous remercie de m’avoir permis de venir me reposer ici quelque temps.
— Ce n’est rien. Du moment que vous savez rester à votre place, chasseuse.
— Grand-père ! protesta Takuma avec colère.
— Vous dépassez les bornes, Monsieur Ichijô.
La voix calme, mais réfrigérante du Sang pur fit s’assombrir le visage du membre du Sénat. Visage qui s’assombrit encore plus quand le jeune Kuran s’approcha et posa une main protectrice sur l’épaule de la jeune Kiryû.
— Sachez que Kisa est depuis quelques heures ma fiancée et que je ne permettrai pas qu’on l’insulte ou qu’on lui fasse du tort de quelque manière que ce soit.
Le vampire tressaillit et répondit d’une voix tremblante de colère et de mépris.
— Fiancée ?! Avec cette... cette humaine ?! Vous n’y pensez pas, c’est une future chasseuse et une Kiryû en plus. Si ça se trouve, elle veut juste votre richesse et votre pouvoir.
Les yeux du Prince des ténèbres rougeoyèrent et quand un vase éclata l’aristocrate ne put s’empêcher de reculer.

S’approchant vivement, Kisa posa une main apaisante sur le bras de son amour et murmura d’une voix douce.
— Calme-toi et laisse-moi faire.
Elle tourna ensuite la tête vers son ennemi et répondit avec un aplomb surprenant.
— Je suis peut-être une humaine, Monsieur, mais je l’assume et quant à mon statut de future chasseuse spécialisée, je suis prête à y renoncer si c’est le seul moyen d’épouser le vampire que j’aime. De plus, je crois savoir que vu le nombre réduit de Sangs purs, si vous voulez les marier juste entre eux, il y aura de la polygamie alors je ne vois pas en quoi mon union avec Kaname vous dérange.
Takuma la regarda avec stupéfaction, puis se retourna et se retint de rire. Kaname ne put retenir un sourire amusé et sentit une bouffé de fierté l’envahir.
Ichiou, lui, se retint de châtier cette insolente.
Non, mais pour qui se prend-t-elle ?! pensa-t-il avec rage.
Il salua sèchement le Sang pur et son petit-fils, ignora la jeune fille et sortit en claquant la porte.
— Alors ? Comment j’étais ?
— Géniale, rétorqua Takuma en s’essuyant les yeux, je n’ai jamais vu mon grand-père perdre autant ses moyens, tu l’as vraiment énervé.
Kaname enlaça sa fiancée par derrière.
— De la polygamie, hein ? Je ne te savais pas aussi cultivée...
Rougissante, la jeune Kiryû répliqua.
— Il fallait bien que quelqu’un lui ferme son clapet et il commençait sérieusement à m’énerver.
— Je sais, je plaisante, tu as été parfaite.
Ils se regardèrent avec une telle dévotion que Takuma décida de les laisser entre eux et rejoignit les autres aristocrates.
Ils parlèrent de choses et d’autres pendant que leurs amis jouaient aux cartes.

Fatiguée, Kisa finit par s’endormir sur l’épaule du Sang pur. Attendri ce dernier la porta jusqu’à sa chambre et la coucha dans son lit.
Après l’avoir embrassé sur le front, il redescendit au salon et juste avant d’entrer entendit des cris de joie et de félicitations. Kain et Ruka se tenaient la main et si la jeune Soen baissait la tête en rougissant, le sourire de son amant était radieux. Le Sang pur s’approcha et félicita à son tour le jeune couple. Content que la jeune demoiselle ait enfin renoncé à lui, Kaname jeta un coup d’œil vers son meilleur ami. Shiki avait posé sa tête sur son torse et paraissait béat quant à Takuma, sa main était posée sur la main du jeune Senri et il semblait ravi.
Les couples dans leur petit groupe commençaient à prendre de l’ampleur, il ne restait que trois célibataires.

Aido se moquait de son cousin et de sa copine, ne semblant pas désireux de se les imiter. Rima, légèrement crispée, se tenait en face de son ex et croisa soudain le regard du jeune Ichijô, elle se détourna et sous le regard désolé de son ami partit jusqu’à l’autre côté de la pièce. Enfin Seiren se tenait derrière lui et fixait un point invisible, stoïque comme à son habitude.
Ces trois-là ne semblaient pas prêts à vivre à leur tour leur histoire d’amour.
— Monsieur ?
Il se tourna et remarqua que Sébastien lui tendait une lettre, il le remercia, prit l’enveloppe et la parcourut rapidement. Soupirant, il la fourra dans sa poche et s’appuya contre le mur.
— Kaname ? Tout va bien ?
Il acquiesça et répondit simplement.
— Tout va bien, Kain, nous sommes invités à une réception demain soir qui se déroulera chez Rido.
Ouvrant les yeux, Shiki regarda son cousin avec étonnement.
— Chez moi ? Étrange, mon père n’organise jamais de soirées à la maison.
— Apparemment il a changé d’avis, mais ce qui m’embête c’est qu’il a aussi invité Kisa.
Les aristocrates parurent surpris, en effet rare étaient les humains à se faire invités à des réceptions vampiriques, excepté les chasseurs dont au moins un représentant était présent à chaque réception.
— Je ne serais pas étonné d’apprendre que Rido ait été mis au courant de ma relation avec elle, murmura Kaname, songeur. Bon, on ira, mais il faudra faire attention par rapport à la surveillance. Des personnes malintentionnées pourraient profiter de la soirée pour s’en prendre à Kisa et je ne veux pas que cela arrive.
Les autres vampires acquiescèrent, tout à fait d’accord, la jeune Kiryû avait suffisamment souffert comme ça.
Ils retournèrent dans leurs chambres les uns après les autres, jusqu’à ce qu’il ne reste que Rima, Takuma et Shiki.

Le jeune Senri interrogea du regard son amant qui s’était arrêté prés de la porte, comme s’il avait changé d’avis.
— Pars devant, je te rejoins, dis joyeusement le blond.
Shiki acquiesça et grimpa rapidement les escaliers, Takuma le suivit du regard jusqu’à ce qu’il ait disparu. Prenant une profonde inspiration, il rentra dans le salon et s’arrêta prés de l’entrée. La jeune aristocrate se tenait assise à la même place qu’avant, mais ses yeux étaient désormais rouges et gonflés.
— Rima ?
Sursautant légèrement, elle leva la tête et le regarda avec tristesse.
— Que fais-tu là Takuma ? Tu devrais être avec Shiki, il doit sûrement t’attendre...
— Je voulais m’excuser, murmura le vampire doucement, je sais que rien ne pourra changer l’amour que tu lui portes toujours, mais...
— Qui te dit que je l’aime toujours ?! protesta-t-elle en se levant et en lui lançant un regard noir. Ma vie privée ne te regarde pas à ce que je sache alors mêle toi de tes affaires, s’il te plaît.
Elle sortit précipitamment en cachant ses larmes, ne voulant pas admettre que le blond avait raison. Oui, elle avait encore des sentiments pour Shiki, mais ça ce serait toujours à sens unique.

Pendant ce temps, dans le manoir des Shirabuki, un homme était assis sur un fauteuil luxueux et buvant une tasse de thé parlait avec Sara et Ichiou, ce dernier paraissant de mauvaise humeur.
— Monsieur le président, est-ce que le projet qui vous a été confié avance ? demanda la Sang pur d’une voix raffinée,
Le président de la guilde sourit et d’une voix posée répondit.
— C’est chose faite, lady, j’ai donné mes ordres, discrètement bien entendu.
— Parfait. Ichiou ?
Le membre du Sénat s’agita et répondit nerveusement.
— J’ai de mauvaises nouvelles à vous annoncer. Je suis passé brièvement dans une de mes résidences secondaires avant de venir et...
Il se tut, hésitant, puis reprit avec un calme qu’il n’éprouvait pas vraiment.
— Et là Kaname m’a annoncé ses fiançailles avec Kisa Kiryû.
— Quoi ?! Avec ce... ce monstre ?! Mais il est fou, constata Ryoushi Hirestu avec dégoût. (note de l’auteur : Ryoushi veut dire chasseur et Hirestu méprisable.)
Sara lui lança un regard noir et murmura en souriant.
— Je vois. Je pensais que cette fille serait inoffensive, mais je crois qu’il va falloir lui montrer où se trouve sa vraie place. Elle sera sûrement au bal demain soir avec son nouveau fiancé, je m’en occuperai à ce moment-là.
— Vous allez la…. la tuer ? demanda le président en déglutissant nerveusement.
— Ne soyez pas stupide, si je fais ça je suis sûr d’avoir le plus puissant Sang pur du pays, peut-être même du monde, à mes trousses sans parler de ses acolytes, du Sénat et de certains chasseurs. Non, je vais juste lui parler et lui faire comprendre qu’une simple mortelle comme elle n’a rien à faire avec un être comme Kaname et qu’il sera mieux sans elle. C’est tout.
Les deux hommes acquiescèrent, soulagés.

Le lendemain en fin d’après-midi, dans le manoir Ichijô, nos amis se préparaient pour le bal qui aurait lieu depuis dix-huit heures au Manoir Senri qui se situait à une trentaine de kilomètres. Kisa n’ayant pas de robes, détestant ça, en emprunta une à Ruka. Cette dernière la conseilla sur les accessoires à porter et lui enseigna les bases du maintien en société, la jeune Kiryû voulant faire honneur à son nom et à son fiancé. Elle était nerveuse, se doutant que des chasseurs assisteraient à la réception pour veiller au maintien de l’ordre et que Zero y serait sûrement étant l’un des meilleurs chasseurs de la guilde.
Pour le moment, elle se trouvait seule dans sa chambre et admirait sa tenue dans le miroir suspendu à sa maquilleuse suffisamment petite pour être transportée, Ruka et Rima s’étaient concertée pour lui en acheter une malgré ses protestations.
La jeune fille portait une robe longue couleur lilas soulignant ses courbes qui descendait jusqu’à ses pieds, une veste blanche légère et élégante, de petites chaussures noires et comme accessoires un sac à main également noir et un collier argenté. Ses cheveux étaient attachés en un chignon compliqué, elle était également légèrement maquillée.

Soudain on toqua à la porte, la jeune fille soupira et alla ouvrir, Takuma se tenait sur le seuil vêtu d’un pantalon blanc et d’une chemise verte émeraude assortie à ses yeux. Il sourit en la voyant et s’inclina avec grâce.
— Mademoiselle, vous êtes superbe et votre carrosse ainsi que votre prince charmant vous attend.
— Merci, mais arrête d’en faire autant, je ne suis pas une princesse après tout.
— Qui sait ? rétorqua son ami avec un clin d’œil. Allez viens, on est les derniers. Il lui tendit le bras, souriante elle mit sa main dessus et ils descendirent les escaliers. Peu après ils sortirent de la maison et se dirigèrent vers deux limousines noires. Kaname et Shiki attendaient près de la première, les autres ayant déjà pris place dans la deuxième.
Kisa lâcha le bras de son ami et s’approchant de son amant se mit sur la pointe des pieds et l’embrassa sur la joue, rougissante elle s’empressa d’entrer dans la voiture sous les regards amusés des trois vampires.

Le Sang pur la rejoignit tandis que les deux autres échangeaient un rapide baiser avant de les imiter.
Takuma referma la porte et tapota sur la vitre séparant le chauffeur des passagers.
— On peut y aller, John.
— Bien monsieur.
Le jeune Ichijô s’adossa au siège et souriant demanda.
— A votre avis, qui sera présent ?
— Mon père, répondit son petit ami avec son éternel détachement, quelques autres membres du conseil, probablement ton grand-père et pas mal d’aristocrates.
— Sara Shirabuki, affirma Kaname en soupirant. Les Hanabusa, les Kurenai…
Kisa tressaillit discrètement et dit en souriant.
— Des chasseurs à mon avis. La guilde voudra surveiller tous ces vampires et comme ça ne concerne que les meilleurs, je pense que Zero y sera.
Kaname se retint de grimacer, il n’aimait toujours pas le frère de celle qu’il aimait, mais savait qu’il comptait autant que lui pour elle, pareil pour Ichiru. Alors il faisait des efforts, ne voulant pas la perdre.
Soudain le téléphone de la jeune fille sonna, elle décrocha et surprise cligna des yeux.
— Sensei ? Oui, je suis en route. Avec Kaname et les autres. Oui, entendu. Je viendrai. Au revoir.
Elle raccrocha et sourit à ses amis et à l’homme de sa vie qui la regardaient.
— Tout va bien. Yagari veut juste réunir les chasseurs qui seront présents avant le début de la soirée.
— Tu n’y vas pourtant pas pour travailler, s’étonna Takuma.
— En effet et normalement il n’y aura pas de problème, mais on ne sait jamais. Et puis comme je suis la seule apprentie, je n’aurais sûrement pas besoin d’intervenir.
— Je t’interdis de prendre le moindre risque, murmura Kaname en lui effleurant la joue. Tu y va pour te reposer et t’amuser, compris ?
Elle lui sourit et acquiesça.
— Combien de chasseurs seront là ? demanda Shiki avec curiosité.
— Euh, voyons voir, Zero, sensei, moi et un dernier… Quatre.
— C’est beaucoup pour une simple réception, murmura le jeune Senri, surpris.
Sans répondre, Kisa posa sa tête sur le torse de son amant et ferma les yeux.

Elle redoutait cette soirée en vérité. Elle n’avait jamais participé à des réceptions de nobles alors elle avait peur de se ridiculiser et pire de ridiculiser son fiancé. Elle avait aussi peur de la réaction de ses frères et de son professeur, de croiser les Kurenai ou Ichiou, peur des réactions des autres quand ils apprendraient sa relation avec le Prince de Sang pur… En effet, Kaname avait l’intention d’annoncer leurs fiançailles ce soir, puisque d’après lui cela ne servirait à rien d’attendre plus longtemps, elle avait confiance en lui, mais malgré tout elle ne pouvait s’empêcher d’être nerveuse.

Pendant ce temps, dans la deuxième voiture, Aido et Ruka se disputaient sous les regards placides de Kain et Seiren puisque, chose rare voir jamais vue, la garde du corps du Sang pur et de sa fiancée avait décidée de se montrer durant toute la soirée.
Rima, elle, regardait par la fenêtre teintée d’un air nostalgique, cette soirée d’automne lui rappelant un lointain souvenir. Sa rencontre avec Shiki il y avait de ça trois ans.
Un soir de septembre dans le parc Yoyogi à Tokyo, elle venait de se trouver une manager pour exercer son nouveau métier de mannequin et avait rendez-vous avec son futur coéquipier, leur manager voulant qu’ils se rencontrent avant les premières séances photo. Assise sur un banc, jambes croisées, la jeune Toya s’impatientait, il était en retard, certes pas de beaucoup, mais quand même faire attendre une fille comme ça, quelle culot ! La jeune fille âgée d’une quatorzaine d’années tapait du pied en contemplant le ciel, certes étant une vampire elle ne craignait pas le froid, mais son agacement était bien réel. Elle devait déjà faire équipe avec un simple humain et en plus il n’était même pas fichu d’être à l’heure.
Soudain des pas se firent entendre et elle leva la tête croisant le regard violet clair d’un jeune homme aux cheveux mauves et à l’air nonchalant. Ils se regardèrent, puis d’un voix blasée l’adolescent lâcha.
— Désolé pour le retard, t’es Toya Rima ?
Elle hocha sèchement la tête, puis surprise se leva d’un bond et fixa le visage impassible du retardataire et s’exclama.
— Tu es un vampire ?!
Puis se rendant compte de son erreur, elle se tut brusquement et regarda autour d’elle, constatant avec soulagement qu’ils étaient seuls.
— Ben oui, tout comme toi. Ah au fait je m’appelle Shiki.
Il sortit un paquet de mikados au chocolat, en fourra un dans sa bouche et marmonna.
— T’en veux un ?
Depuis ce jour, ils avaient toujours été inséparables. Au début comme amis, puis leurs sentiments avaient évolués et il s’étaient mis ensemble…
Jusque à cet trahison.
Elle n’en revenait toujours pas, comment Shiki avait-il pu lui faire un coup aussi bas ?! Serrant les dents, elle soupira, s’attirant un regard scrutateur de la part de Kain qui ne dit rien cependant.
— On arrive, dit Seiren d’une voix plate, en regardant par la fenêtre opposée.
La voiture ne tarda pas à s’arrêter et la jeune femme ouvrit la portière avant de descendre du véhicule imitée par les autres.

Certains vampires et Kisa clignèrent des yeux surpris, puisque c’était la première fois qu’ils venaient ici. Ils se trouvaient dans l’immense cour d’une demeure luxueuse ressemblant à un château de la Renaissance. Sur le côté droit de la cour on pouvait apercevoir un jardin avec une fontaine en pierre, des statues représentant des animaux ou bien des vampires, des arbres et des fleurs. A l’opposé il y avait un pavillon couvert qui ressemblait à une petite terrasse et enfin devant les vampires la maison principale.
Immense, à plusieurs étages, les murs étaient blancs et une immense porte double pénétrait d’y entrer. De nombreux véhicules étaient en train d’arriver sur les lieux, des vampires élégants, souvent en couples, y descendaient et saluaient avec respect le Sang pur, le fils Senri et l’héritier d’Asato Ichijô.

Le groupe d’amis entra dans l’entrée de la demeure et avança jusqu’à la salle de réception, Kisa se figea, impressionnée. Elle n’avait jamais vue autant de vampires réunis, il y en avait plusieurs centaine.
Une majorité d’aristocrates et une poignée de Sangs purs.
— Ah Kaname, Shiki, bienvenue.
Les concernés et leurs amis tournèrent la tête et aperçurent un vampire de grande taille aux yeux vairons et aux cheveux mauves réunis en une épaisse chevelure lui arrivant jusque au milieu du dos.
Il tenait un verre dans une main et affichait un sourire avenant.
— Merci mon oncle, répondit son neveu poliment. Je vous remercie de votre invitation, c’est aimable de votre part.
— Voyons ce n’est rien, rétorqua Rido Senri en souriant. Je suis content de vous revoir Takuma et Rima et de faire votre connaissance, dit-il en regardant les deux jeunes gens et les autres invités.
— Merci Monsieur, dirent poliment Takuma et Rima.
Le regard du Sang pur se posa sur Kisa qui tenait la main de son fiancé, une étincelle d’amusement apparut dans ses yeux étranges, mais il ne fit aucun commentaire.
— J’espère que vous allez vous amuser. Excusez-moi, mais je me dois d’accueillir les invités.
Le sang pur s’éloigna en direction d’un couple sous le regard inexpressif de son fils, ce dernier hésita puis se tournant vers ses amis leurs dit.
— Excusez-moi, mais ça fait longtemps que j’ai pas passé du temps avec mon père…
— Ne t’excuse pas, rétorqua Kisa en souriant à son ami. C’est normal de passer du temps avec ses parents…
Un silence gêné s’installa parmi les membres du petit groupe. Kaname serra la main de sa fiancée, il savait que malgré son sourire ses parents lui manquaient.

La jeune fille fit semblant de n’avoir rien remarquer et regarda autour d’elle, en quête de certaines personnes. Elle finit par en repérer une et esquissant un sourire, sincère cette fois, l’observa.
Son frère se trouvait à l’autre bout de la salle, appuyé à une colonne et discutant avec un homme de quelques années son aîné aux cheveux bruns ébouriffés et avec leur ancien professeur. Le jeune Kiryû croisa le regard de sa sœur et lui fit un léger signe de tête, la jeune humaine se tourna alors vers ses amis et expliqua calmement.
— Zero est là-bas, avec Yagari et un autre chasseur. Je vais aller les retrouver un moment.
Le Sang pur hésita, puis murmura.
— Très bien, je reste dans la salle si tu as besoin de moi.
— Salue les de notre part Kisa, ajouta Takuma avec un sourire amical.
Acquiesçant, la jeune fille salua ses amis et traversa la salle ignorant les regards méfiants, surpris ou les murmures sur son passage.

Au bout d’un moment elle arriva au fond de la salle et fit face à ses aînés.
— Tiens regardez qui voilà, dit le jeune brun avec un sourire moqueur. La jeune Kisa Kiryû, amie des vampires.
— Ca fait un bail Kaito, répondit la benjamine Kiryû en lui rendant son sourire et en ignorant la moquerie.
— En effet. Alors comme ça tu traînes avec un Sang pur ?
Haussant les épaules, la jeune fille se tourna vers son frère et lui offrit un sourire hésitant.
— Salut, grand frère.
Zero la regarda et hocha la tête. Soudain les deux Kiryû se retrouvèrent collés l’un à l’autre, Kaito et Yagari les ayant poussés.
Zero lança un regard noir à son ami qui feignit de regarder ailleurs.
— Vous êtes frères et sœurs, vous n’avez pas être distant entres vous les jeunes, dit Yagari en ébouriffant les cheveux de ses élèves.
Kisa rit en regardant son frère se disputer avec son ancien professeur sous le regard pensif du jeune Takamiya qui l’observait. En effet Kaito trouvait la jeune fille trop heureuse vu la situation dans laquelle elle se trouvait… Le chasseur avait été mis au courant pour Moonlight et il pensait également à l’enlèvement par le président de la Guilde. Celui-ci avait d’ailleurs disparu peu après l’affaire et Kaname Kuran avait assuré aux chasseurs d’élite qu’il n’en était pas responsable, la Guilde menait l’enquête cherchant à savoir avant tout si leur chef s’était évaporé de son plein gré ou si on l’avait fait disparaître. Mais pour le moment ils n’avaient aucune piste.

Soudain le jeune chasseur croisa un regard couleur émeraude de l’autre côté de la salle, il savait que le jeune blond accompagnant Kuran était le petit fils d’Asato Ichijô et un ami de la jeune Kiryû. Ils se regardèrent un moment, puis Takuma détourna la tête continuant sa discussion avec le Sang pur.
— Sensei ?
Le jeune Takamiya reporta son attention vers les autres chasseurs, Kisa ayant attiré leur attention.
— Qu’il y a-t-il Kisa ? demanda Tôga avec curiosité.
— Est-ce que ce serait possible de se voir, tous les quatre, avec Kaname et Ichiru ?
Zero tressaillit en entendant les noms de son rival et celui de son jumeau. Mais il ne protesta pas et attendit la réponse de son supérieur.
— Oui c’est possible, mais seulement après la réception quand les invités seront partis et si Rido Kuran est d’accord. Pourquoi ?
Son élève hésita, puis murmura d’une voix faible.
— J’ai plusieurs choses à vous annoncer et en parler avec vous…
Yagari la regarda d’un air indéchiffrable, Kaito fronça les sourcils et Zero se crispa. L’ainé Kiryû connaissait bien sa petite sœur et il la sentait troublée.
— On y sera, dit simplement l’aîné des chasseurs.
La jeune fille les remercia, leur passa les salutations des vampires et s’excusant s’éloigna afin de trouver son autre frère.

Elle le trouva bientôt près du buffet accompagné d’une vampire que la benjamine Kiryû reconnut de suite. Elle repéra ensuite Aido, appuyé à une colonne non loin de là, probablement chargé de la surveiller, elle lui sourit et s’approcha de son frère et de son accompagnatrice.
— Ichiru, appela-t-elle d’une voix joyeuse.
Le jumeau de Zero tressaillit et se retourna. Il était très élégant avec son costume gris perle, ses cheveux attachés en queue de cheval avec un grelot bien particulier, son regard couleur améthyste rempli de mélancolie, mais également de bonheur et tenant la main de Maria Kurenai.
— Coucou, petite sœur, dit-il en souriant.
Les deux se regardèrent un long moment en silence, se rappelant leur dernière rencontre assez tendue à l’académie, finalement ce silence fut troublé par la jeune arisctocate qui donna un coup de coude à son petit ami et dit en fronçant les sourcils.
— Fais les présentations, Ichi, au lieu de rester là sans rien faire.
Surprise Kisa regarda la jeune vampire, superbe dans sa robe noire à froufrous et avec ses cheveux lâchés dans le dos, ses escarpins fins et son collier de perles.
— Kisa, voici Maria Kurenai, ajouta Ichiru en soupirant, Maria voici ma sœur, Kira Kiryû.
Les deux filles se regardèrent, chacune observant l’autre. L’aînée esquissa un sourire en remarquant que la sœur de son ami soutenait son regard sans broncher et semblait plutôt détendue face au corps d’emprunt de Shizuka.
— Enchantée, dit finalement la jeune humaine en souriant, j’espère que nous allons devenir amies très vite.
— Tout le plaisir est pour moi, rétorqua Maria en souriant à son tour, j’ai beaucoup entendu parler de toi.
— Dis Kisa, dit Ichiru avec curiosité, tu es venue avec Zero ?
— Non avec Kaname, répondit sa sœur avec gêne, mais je viens de voir Nii-san, avec Sensei et Kaito.
Ichiru ne broncha pas en entendant le prénom du Sang-pur.
— Je vois.
— Est-ce que tu pourrais rester un moment après la soirée ? J’aimerais qu’on se voit avec Zero, Kaito, Yagari et Kaname, j’ai des choses importantes à vous dire.
— Pas de problèmes, assura le cadet de la famille gentiment.
— Merci, bonne soirée et à plus tard. Maria, tu peux venir aussi si tu veux, ajouta Kisa après une hésitation.
— Merci Kisa.
La jeune humaine s’éloigna ensuite et fut bientôt rejointe par le jeune Hanabusa.
— Merci de ne pas être intervenu, dit son amie en lui jetant un regard reconnaissant.
— Kaname m’a juste demandé d’intervenir si tu étais en danger, répliqua son ami et même si Kurenai était là, tu ne l’étais pas. Et puis Ichiru ne l’aurait sûrement pas laissée faire.
Acquiesçant la jeune fille parcourut la salle du regard, à la recherche de quelqu’un, elle finit par l’apercevoir et fronça les sourcils. Elle n’était pas sûre qu’il serait là, mais maintenant elle en avait la confirmation. Ayamé croisa son regard et esquissa un sourire arrogant.
La jeune Kiryû voulait des réponses à ses questions et elle savait que seul un membre de Moonlight pourrait y répondre. Mais elle savait également que tant qu’Aido était à ses côtés elle ne pourrait pas parler à son ennemi.
Et puis Kaname et Zero avaient tous deux de très bons instincts la concernant et le sentiraient immédiatement si elle était en danger. Elle devait donc trouver une solution pour s’échapper, bientôt une idée lui vint et elle se tourna vers son ami.
— Aido, je dois aller aux toilettes, dit-elle en rougissant.
— Ok, je t’accompagne jusque à la porte.
— Euh, ce n’est pas nécessaire, je peux y aller seul, ajouta-t-elle en espérant que le vampire ne soupçonnerait rien étant plutôt perspicace.
— Kaname ne va pas être content de savoir que je t’ai laissée seule, dit le jeune homme en plissant les yeux.
— Tout ira bien, j’en prends l’entière responsabilité.
Soupirant son ami se retourna et dit calmement.
— Je suis occupé à regarder le buffet qui a l’air très appétissant et je ne te regarde pas, mais n’en profite pas pour partir je ne sais où.
Retenant un rire amusé, la jeune fille s’éclipsa discrètement de la salle et monta au deuxième étage.

Là, elle s’arrêta net, le jeune membre de Moonlight l’attendait, assis sur la rambarde des escaliers et l’observant de son regard froid.
— Tu es courageuse de venir ici toute seule, remarqua-t-il en fronçant les sourcils. Et avoir pu échapper à ton garde-du-corps est impressionnant… J’ai entendu dire que les amis de Kuran étaient difficiles à tromper.
— Que fais-tu là Ayamé ? rétorqua la jeune Kiryû en croisant les bras. Tu es venu pour me capturer ou pour faire la causette ?
Esquissant un sourire amusé, le jeune homme se rapprocha et elle remarqua qu’il la dépassait d’une bonne tête.
— Absolument pas. Sache tout d’abord que j’ai décidé de venir ici de mon propre chef et non pour obéir à un ordre, autrement dit je risque très gros si je me fais prendre, murmura-t-il en soupirant.
Stupéfaite par ce qu’elle venait d’entendre, la jeune humaine le regarda avec étonnement, elle ne pensait pas qu’un jour un membre de l’organisation désobéirait aux ordres de leurs supérieurs, eux qui semblaient si fidèles…
— Et que me veux-tu ?
Le jeune homme planta ses yeux noirs dans ceux azurs de la jeune fille et cette dernière fut surprise d’y lire de la tristesse et un sentiment qu’elle eut de la peine à identifier… Serait-ce de la rancune ?
— Je suis venu voir de mes propres yeux si tout ce qu’on m’a raconté depuis ma naissance est vrai ou si on m’a toujours menti...
— Ca tombe bien, j’ai aussi des choses que je dois découvrir par moi-même. Voilà ce que je te propose, tu me poses les questions que tu veux et je fais pareil avec toi.
— Et si on ne connaît pas les réponses aux questions de l’autre ? Rétorqua le jeune homme en fronçant les sourcils.
— On mène notre enquête et on se revoit une prochaine fois, répliqua Kisa.
— Tu es consciente qu’on est censé être ennemis ? demanda-t-il avec stupéfaction devant tant de naïveté, certes il n’avait pas menti, mais quand même.
— Oui, mais je sais que tu n’as pas l’intention de me faire du mal.
— Et comment le sais-tu ?
Esquissant un sourire triste, elle murmura.
— Parce que tu es amoureux de moi, Ayamé, je le sais.
Il tressaillit et détourna la tête.
— Et ce n’est pas réciproque, n’est-ce pas ? demanda-t-il d’une voix tremblante.
— Je suis sincèrement désolé, mais mon cœur appartient à Kaname…
— C’est un Sang pur ! protesta l’humain en plaquant la jeune fille contre le mur et en fichant ses yeux couleur des ténèbres dans ceux couleur ciel de son ennemie.
— Et alors ? rétorqua-t-elle froidement, tu travailles pour un Sang pur je te signale et puis cela ne te regarde pas, tu ignores tout de Kaname et de mes sentiments pour lui.
— Les Sangs purs sont dangereux, rétorqua le jeune Hinamori en ouvrant sa veste.
Horrifiée, elle contempla les nombreuses cicatrices et blessures visibles sur le torse de l’humain. La plus effrayante partait de l’épaule droite et arrivait sur le haut de la hanche gauche.
— Qu’est-ce que… qui t’a fait ça ? bredouilla-t-elle.
Soupirant, le jeune homme referma sa veste et répondit d’une voix ferme.
— J’avais huit ans quand j’ai reçu ma première blessure, j’étais jeune, mais déjà formé au combat et à ma future mission.
Piqué par la curiosité, je me suis rendu dans le bureau de Silver, le grand maître, et j’ai fouillé ses affaires, je suis tombé par chance, ou par malchance devrais-je dire, sur le texte originale de la Prophétie de la Princesse de la Pleine lune. Mais malheureusement pour moi, on m’a surpris et comme punition j’ai été fouetté. Cela n’a pas été la dernière fois… A Moonlight la loyauté veut aussi dire obéir aux ordres qu’on nous donne sans discuter, fouiller, désobéir ou n’importe quel autre acte, on obéit, point. Si on ne le fait pas, on en paye les conséquences.
— Et vous obéissez aveuglément même en sachant ça ?! s’exclama Kisa, vous êtes fous !
— Tu obéis bien à Kuran, remarqua Ayamé avec amusement.
— Je lui obéis parce que je l’aime, rétorqua Kisa, et si ce qu’il m’ordonne ne me plaît pas, cela m’arrive de désobéir. Je lui suis loyale, mais uniquement si c’est correct pour moi et les autres de l’être. Je respecte avant tout mes opinions et mon intégrité.
— Dans ce cas, tu es bien plus forte que moi… Depuis que Silver m’a adopté, je lui ai obéi sans réfléchir à mes vrais sentiments ou aux conséquences. Et je crois qu’il en a profité… Mais c’est terminé, ajouta le jeune humain en fronçant les sourcils, à partir de maintenant c’est moi qui déciderai pour moi et personne d’autre. Je te dirai tout ce que je sais sur tes pouvoirs, ton origine et tout le reste et s’il le faut je vous aiderai à renverser Moonlight.
— Mais Ayamé, dit Kisa en fronçant les sourcils, tu vas avoir des ennuis si Silver apprend que tu le trahis.
— Ne t’inquiète pas pour moi, je préfère nettement suivre mon choix que de continuer à être sa marionnette.
Ils se sourirent, Kisa sentait qu’il était sincère, que ce n’était pas un piège ou un mensonge, elle le sentait dans son cœur… Non, elle n’était pas amoureuse du jeune homme ! Son cœur appartiendrait toujours au Prince parmi les princes, Kaname Kuran, elle le savait pertinemment. Mais Ayamé était un ami, certes ils ne se connaissaient pas beaucoup, mais l’amitié avait-elle réellement besoin de temps pour se former ?
Soudain une voix glaciale se fit entendre à leur droite les faisant sursauter.
— Vous vous amusez bien ?

_________________



et

Spoiler:
 


Dernière édition par Manoncamille le Dim 17 Juil - 10:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fanfictiongirl.skyrock.com/
Manoncamille
Admin en chef & fondatrice
avatar

Messages : 671
Date d'inscription : 19/05/2011
Age : 25
Localisation : Suisse

MessageSujet: Re: Premier tome de la saga Univers : La Princesse de la Pleine lune (fic vampire knight)   Dim 22 Mai - 10:34

Neuvième chapitre : Nouvelle alliance, la fureur des proches ou comment être digne de son rang


Ayamé et Kisa s’écartèrent précipitamment l’un de l’autre et se tournèrent vers le nouveau arrivant. Le jeune Hinamori fixant avec animosité le membre du Sénat tandis que Kisa paraissait embarrassée, le jeune homme soutint le regard glacial du membre du Sénat avant de s’éloigner après avoir interrogé son amie du regard et d’avoir aperçu son léger signe de tête alors que la jeune fille expliquait calmement.
— Ce n’est pas ce que vous croyez Monsieur.
— Ah vraiment, fit dédaigneusement Asato en toisant la jeune Kiryû, vous vous prenez pour qui ? Visiblement je ne me trompais pas en affirmant que seuls la fortune et le titre de Sir Kaname vous intéressent…
— J’aime Kaname, rétorqua froidement Kisa, j’étais juste en train de discuter avec un ami. De toute façon, mes sentiments ne vous regardent pas Monsieur.
L’aristocrate s’apprêtait à répliquer quand une voix douce comme la soie, mais en même temps aussi glaciale qu’un iceberg retentissait derrière lui.
— Allons Asato, si cette jeune fille prétend que ce qu’elle faisait n’avait rien de déplacé, pourquoi ne la croirions-nous pas ?
Le chef Ichijô lança un regard impassible derrière lui, contemplant la jeune femme, du moins en apparence, qui montait les escaliers.

Kisa, elle, se figea, elle avait rarement vue une telle beauté…
La vampire était grande, menue, ses cheveux couleur soleil cascadaient jusqu’au bas de son dos, ses yeux couleur caramel brillaient sous l’éclairage, elle portait une longue robe blanche toute simple qui traînait un peu derrière elle, mais de manière élégante. La tenue était complétée par des bijoux en or et par des gants en soie.
La jeune humaine n’avait jamais vue cette femme, mais son instinct lui disait que ce n’était pas n’importe qui.
— Bonsoir ma chérie, dit la jeune femme en souriant, tu es Kisa Kiryû n’est-ce pas ?
— Oui, c’est bien moi, excusez-moi, mais qui êtes-vous ?
Le membre du Sénat tressaillit et lui lança un regard réfrigérant la trouvant irrespectueuse.
— Je me nomme Sara Shirabuki, je suis l’héritière de ma famille et je connais ton fiancé depuis bien longtemps.
— Vous êtes une Sang pur ? Devina Kisa en sentant une vague d’inquiétude l’envahir sans qu’elle sache pourquoi.
— En effet. J’ai entendu dire que tu étais chasseuse de vampire ? S’informa Sara en souriant.
— Apprentie chasseuse, rectifia la jeune fille sentant que cette femme n’était pas aussi inoffensive qu’elle le prétendait.
— Ma chérie, crois-tu vraiment qu’une humaine et une future chasseuse comme toi peut faire le bonheur de Kaname ? Ce qu’il lui faut, c’est quelqu’un de son rang, quelqu’un qui fera sa fiertée, une personne qui saura se tenir en société…
— Une personne comme vous, n’est-ce pas ? La coupa Kisa en souriant.
Mais ne pensez-vous pas que celui qui doit décider qui lui convient est Kaname ? Et d’après ce qu’il m’a dit, je pense que c’est moi.
— Allons, sois raisonnable, il a sûrement dit ça pour te faire plaisir ou pour ne pas te blesser.
Les deux filles s’affrontèrent du regard, bizarrement Kisa n’était pas effrayée, elle savait que ses adversaires pourraient la tuer plus vite que la vitesse du son, mais elle savait aussi que malgré leurs différences elle et Kaname s’aimaient et ça personne ne pourrait le détruire.
— Pensez ce que vous voulez, je connais les sentiments que mon futur mari a pour moi et ça me suffit. Excusez-moi maintenant, lady, mais je dois y aller.
Elle fit un semblant de révérence et descendit les escaliers sous les regards furieux des deux vampires.

Pendant ce temps, dans la salle, Aido faisait face au plus effrayant des vampires. Tremblant, le jeune Hanabusa n’arrivait pas à soutenir le regard ténébreux de son ami et supérieur.
— Viens-tu bien de me dire que tu ignores où se trouve Kisa ?
— Euh... je peux tout t’expliquer Kaname...
Ruka, Kain, Rima et Takuma observaient la scène avec compassion et inquiétude pour trois d’entre eux et mépris pour la dernière.
Soudain Seiren apparut à côté du jeune Akatsuki et mit un genou à terre.
— Alors ? Lui demanda le Sang pur avec espoir tournant la tête vers elle.
— Je suis désolée, maître, mais aucune trace d’elle...
— Je vois... Reprends les recherches s’il te plaît. C’est valable pour vous aussi, ajouta-t-il en regardant les aristocrates.
— Ne t’inquiète pas Kaname, on va la retrouver, assura son meilleur ami en souriant avant d’attraper le bras d’Aido et de l’entraîner avec lui.
Ruka et Kain partirent ensemble alors que Rima et Seiren partaient chacune de leur côté.

Au même moment, Zero écoutait son ami et leur aîné parler de leur métier quand il tressaillit et porta la main à son front. Il connaissait bien cette sensation de malaise, il la ressentait depuis tout petit quand sa sœur ou son frère avaient un problème... Là, il en était sûr, c’était Kisa qui n’allait pas bien. Vérifiant que Bloody Rose était toujours dans sa veste, il partit d’un pas rapide sous les regards intrigués des deux autres chasseurs, il les entendit l’appeler, mais il n’avait pas le temps de leur répondre. Ses yeux parcouraient la salle à la recherche d’une jeune humaine.
— Zero ?
Il tourna la tête vers sa droite et aperçut son jumeau accompagné de Maria Kurenai. Son frère semblait aussi inquiet que lui et il devina que lui aussi ressentait le même malaise. Sans parler, les deux frères se comprirent et repartirent séparément à la recherche de celle qui comptait plus que n’importe qui pour eux.

Rima s’arrêta devant la porte des toilettes des filles et tendit l’oreille.
Des sanglots étouffés provenaient de l’intérieur, elle n’avait donc pas rêvé...
Poussant doucement la poignée, elle pénétra dans la pièce et sentit son cœur se serrer. Leur protégée se tenait dans un coin, assise, ses genoux serrés contre elle, ses bras entourant ses jambes, sa tête posée dessus et pleurant à chaudes larmes. Kisa ne leva même pas la tête en entendant des bruits de pas, elle se contenta de se serrer contre la jeune Toya et de pleurer encore plus.
Au bout de cinq minutes, Rima murmura doucement, la jeune fille s’étant un peu calmée.
— Que s’est-il passé ma puce ?
— Ri… Rien du tout.
— Tu ne me feras pas croire ça, rétorqua son amie en fronçant les sourcils, je t’ai rarement vu dans cet état, et puis on ne pleure pas pour rien. Si tu ne veux rien me dire, il faudra au moins en parler à Kaname… Il se fait un sang d’encre pour toi.
— Il… il va me détester, éclata-t-elle derechef en sanglots.
— Mais non voyons, pourquoi dis-tu cela ?
— J’ai… j’ai menti à Aido.
Surprise, Rima écouta cependant la suite.
— J’ai aperçu Ayamé, un membre de Moonlight, alors même si je connaissais les risques que je prenais, j’ai trouvé une excuse pour m’éclipser et je l’ai rejoint au deuxième étage. On a beaucoup parlé… il m’a appris qu’il avait compris que Moonlight se servait de lui et qu’il avait l’intention de changer de camp. Il est prêt à nous aider. Puis le grand-père de Takuma est arrivé, il a commencé à me critiquer et ensuite… Il a laissé sa place à Sara Shirabuki.
Rima tressaillit, elle connaissait bien la Sang pur, l’ayant déjà rencontrée à plusieurs reprises lors de réceptions comme celle-ci ou lorsque elle accompagnait son ex petit ami au Sénat. La jeune vampire savait à quelque point la Sang pur était redoutable, sous ces airs angéliques se cachait une vraie vipère. De plus, la jeune Toya savait qu’elle était amoureuse de Kaname alors…
— Elle m’a dit que je n’étais pas assez bien pour Kana… Qu’il méritait d’être avec une Sang pur et non avec une humaine future chasseuse.
— Elle se trompe Kisa, rétorqua son amie avec ferveur, Kaname t’aime à la folie, il faudrait être aveugle pour ne pas s’en rendre compte. C’est toi qu’il aime et pas cette idiote en talons aiguilles.
La jeune humaine esquissa un sourire et embrassa son amie sur la joue.
— Merci Rima, j’ai de la chance de t’avoir à mes côtés.
Son amie lui sourit en retour et se leva.

Soudain la porte s’ouvrit et sous les yeux étonnés des deux amies, la petite amie d’Ichiru entra. Elle parut soulagée et cria derrière elle.
— Elle est là, les garçons !
— Maria ? S’étonna Kisa en s’essuyant les yeux. Que fais-tu là ?
Souriante, la jeune aristocrate dit d’une voix amusée.
— Tu nous as fait une sacrée peur, tes frères ont senti que tu n’allais pas bien alors on t’a cherchée et comme on ne te trouvait pas…
Kisa grimaça, ce qu’elle redoutait le plus venait de se produire.
— Je vais avoir des ennuis ?
Maria lui répondit par un sourire compatissant. Rima, elle, se contentait d’observer la jeune Kurenai, visiblement elle et Kisa avaient déjà fait connaissance et la jeune aristocrate semblait assez sympa.
La jeune Kiryû se leva, s’examina dans le miroir, se passa un peu d’eau sur le visage, mit un peu d’ordre dans sa tenue, puis prenant une inspiration sortit de la salle. Ses deux frères se tenaient appuyés contre le mur, à une certaine distance l’un de l’autre, mais la ressemblance entre eux était évidente.
A cet instant seul leurs vêtements et l’expression de leurs visages changeaient, Ichiru semblait soulagé alors que Zero paraissait furieux. Ce dernier leva la tête et adressa un regard noir à sa sœur.
— Euh… je suis désolée, je ne voulais pas vous inquiéter, bredouilla cette dernière d’un air penaud.
Son frère cadet lui adressa un sourire pour lui montrer qu’il n’était pas fâché et dit d’une voix douce.
— Le plus important c’est que tu sois saine et sauve, mais ne recommence pas d’accord ? La prochaine fois, préviens nous.
— Promis, merci Ichi. Zero ? demanda Kisa d’une petite voix.
Celui-ci soupira et s’approchant de sa sœur la serra contre lui sous les yeux stupéfaits d’Ichiru et Rima, peu habitués à le voir comme ça, et sous le regard amusé de Maria.
— Ne me fais plus jamais ça, murmura l’aîné Kiryû. Tu m’a fais une de ces peurs…
— D’a… d’accord, mais là tu m’étouffes ! s’exclama sa sœur en s’écartant.
— Ah te voilà !
Tournant leurs têtes, la petite bande aperçut Aido, mains sur les hanches et le regard furieux.
— Qu’est-ce qui t’a pris ?! S’exclama le vampire en s’approchant d’un pas furieux. Tu te rends compte de la peur que j’ai eu en constatant que tu t’étais volatilisée sans compter le savon que m’a passé Kaname et…
— Aido, le coupa Rima en apercevant avec inquiétude son amie retenir de nouveaux sanglots, on lui a déjà dit qu’elle ne devait plus recommencer, si on lui fait tous un sermon, elle ne va pas tenir, elle a compris maintenant.
— Oui, mais… tenta le jeune Hanabusa.
En voyant le regard furieux de son amie, il se tut.
— Excusez-moi, murmura Kisa, je m’aperçois que je vous ai tous inquiétés…
— Au fait, tu étais où ? demanda Zero en la regardant. Et ne me dis pas que tu étais aux toilettes pendant tout ce temps.
— J’étais… avec un ami.
— Un ami, s’étonna Ichiru. Qui ça ?
Se mordant la lèvre, elle répondit avec angoisse.
— Aya… Ayamé.
Rima et Maria ne bronchèrent pas, l’une étant déjà au courant et l’autre ne connaissant pas le jeune homme, mais Ichiru, Zero et Aido s’exclamèrent d’une même voix.
— Pardon ?!
— Je vais vous expliquer les garçons, Kisa tu ferais mieux d’aller rassurer Kaname.
Tous regardèrent la jeune Toya avec étonnement.
— D’accord, merci Rima.
La jeune Kiryû partit d’un pas rapide en direction de la salle où se déroulait le bal.

Elle aperçut bientôt son fiancé en compagnie de Takuma et Shiki et de Rido, Asato et Sara. Bien décidée à montrer qu’elle et Kaname étaient unis, elle se faufila jusqu’à eux et sous les regards soulagés de ses deux amis et de Rido, sous le regard plus que soulagé de son amant et sous ceux contrariés des deux derniers attrapa la main du Sang pur et l’embrassa sur la joue.
— Coucou, chéri, excuse-moi de mon retard. Mais j’étais occupée à parler avec lady Sara et Monsieur Ichijô.
Le jeune Kuran fronça les sourcils et fusillant du regard les deux acolytes demanda froidement.
— Je croyais que vous ne l’aviez pas vue ?
— En effet, ajouta Rido, j’attends une explication Asato.
— C’est à dire, commença ce dernier, gêné de s’être fait prendre. Je…
— Ce que cette jeune fille oublie de dire, rétorqua la jeune Shirabuki avec un sourire cruel, c’est que nous l’avons surprise avec un jeune homme et qu’ils semblaient très proches. Attendez, comment s’appelait-il déjà ?
Ah oui, Ayamé je crois.
Takuma et Shiki lancèrent un regard stupéfait à leur amie, Rido parut intriguée et Kaname ne broncha pas.
— Kisa ? Tu as une explication je suppose.
— Oui, assura la jeune fille en lançant un regard noir à son ennemie. J’ai bien parlé avec Ayamé, mais contrairement à ce que vous prétendez lady Sara, j’ai juste discuté affaires avec lui. Je t’en dirai plus, plus tard, dit-elle en regardant son vampire.
Ce dernier acquiesça et dit calmement.
— Kisa, es-tu prête ? Je crois qu’il est temps pour nous de faire notre annonce. Comme ça tout le monde saura que nous sommes liés pour la vie. Et que l’amour qu’on se porte vient des deux côtés.
Rido sourit et observa avec amusement le visage pâle de la troisième Sang pur devenir blanc comme neige et celui du Patriarche devenir rouge de colère.
— Je suis d’accord, répondit la Princesse en souriant. Mais attendons que mes frères et Rima soient revenus.
Seiren apparut derrière eux et dit de sa voix placide.
— Je les ai prévenus, votre Altesse, ils arrivent.
— Merci Seiren. Mes chers amis, commença le Sang pur d’une voix noble, mais forte. J’ai une annonce de la plus haute importance à vous faire.
Toute la salle se tourna vers le Sang pur, les personnes présentes semblaient curieuses de savoir ce qui allait être dit par leur Prince.
Au fond de la salle, Kaito et Tôga se redressèrent, subitement très attentifs.
— Certains d’entre vous le savent peut-être, mais comme mon père, le regretté Haruka Kuran, je suis d’avis que les vampires et les humains et dans une autre mesure les chasseurs de vampires peuvent vivre en harmonie.
Voici Kisa Kiryû, la fille benjamine de la très célèbre famille de chasseurs dont il ne reste aujourd’hui qu’elle et ses deux frères.
Le jeune Kuran avait pris la main de sa fiancée et l’avait amenée à côté de lui. La jeune fille baissait la tête, intimidée par tous les regards fixés sur elle, mais son amant serra la main et lui adressa un sourire rassurant alors elle releva la tête et bien décidée à faire honneur à son nouveau titre fit une révérence.
— Je connais Kisa depuis plusieurs années maintenant, je l’ai toujours appréciée. Elle est courageuse, intelligente, elle sait se battre et malgré quelques défauts c’est une jeune fille que je respecte énormément et je vous avoue que depuis quelque temps mes sentiments envers elle ont évolués.

Un silence pesant suivit la première partie de sa déclaration, la plupart des vampires semblaient choqués, les jeunes vampiresses qui avaient toujours voulu sortir avec le Prince des vampires étaient mécontentes, quelques rares personnes notamment Rido et le groupe de Kaname semblaient satisfaits.
Puis le jeune Kuran reprit la parole et dit fermement.
— Vous l’avez sans doute compris, Kisa est désormais la personne qui compte le plus à mes yeux et je sais que c’est réciproque. Alors il y a de cela quelques jours, je lui ai demandé sa main et elle a accepté.
A partir de cette nuit-là, j’annonce officiellement que moi, Kaname Kuran et elle, Kisa Kiryû, sommes fiancés.
Aussitôt des cris de protestations se firent entendre.
— Mais Maître Kaname, vous n’êtes pas sérieux !
— C’est une humaine voyons, elle ne vous mérite pas…
— C’est fille ne veut que votre argent et votre sang, c’est évident !
— Allons, messieurs dames, veuillez gardez votre calme, je vous prie.
Le bruit cessa et la foule regarda l’oncle du principal concerné se tourner vers les deux fiancés et leur dire en souriant.
— Félicitations, j’aurai aimé être mis au courant plus tôt, mais je suppose que tu avais une bonne raison pour ne pas me le dire. Kaname, je suis heureux pour toi, du moins si tu es sûr d’avoir choisi la bonne personne.
— J’en suis absolument certain mon oncle.
— Dans ce cas, je ne vois aucun inconvénient à votre mariage. Jeune fille, j’espère que tu es consciente de ce que signifie cette union pour nous autres vampires, cela ne sera pas facile tous les jours.
— J’en suis consciente Monsieur, assura Kisa en souriant. Mais je sais aussi que je ne peux être malheureuse avec Kaname.
Acquiesçant Rido se retourna et d’une voix apaisante calma la foule.
Le jeune couple put s’éloigner tranquillement, entouré de leur escorte d’amis, Kisa croisa alors le regard de son frère aîné. Zero se tenait à l’entrée d’un couloir avec Ichiru et Maria, son visage était impassible, mais elle savait qu’au fond, il bouillonnait.
Poussant un soupir, elle se dit que la suite n’allait pas être une partie de plaisir…

Deux heures plus tard, dans une salle de la demeure Senri. La soirée s’était terminée un quart d’heure plus tôt et le maître des lieux ayant accepté, certaines personnes s’étaient réunies dans la pièce pour une réunion exceptionnelle.
Kaname et sa fiancée étaient assises sur un canapé au centre de la pièce, en face d’eux également sur un canapé se tenaient Rido ainsi que Kaien Cross. Debout derrière ce dernier Tôga Yagari observait son élève d’un regard indéchiffrable. Debout derrière le couple, Aido et Seiren jouaient leur rôle de gardes du corps et au fond de la pièce les jumeaux Kiryû, Kaito, Maria, Rima, Shiki et Kain étaient appuyés contre le mur et attendaient le début de la réunion.
Finalement Kisa prit la parole d’une voix ferme, malgré la situation.
— Je vous remercie d’être ici, je me doute que certains d’entre vous ont été choqués par ce qu’ils viennent d’apprendre…
— Ca c’est sûr, répondit Ichiru avec un sourire amusé, je ne m’y attendais pas, mais je sais ce que tu ressens pour l’avoir déjà éprouvé et du moment que tu es heureuse, ça m’est égal de savoir avec qui tu es.
Sa sœur lui jeta un regard reconnaissant et regarda ensuite le Directeur de l’Académie Cross qui venait de parler.
— Pour moi aussi, c’est égal que vous soyez fiancés, comme vous le savez je souhaite que la paix entre humains et vampires se réalise et votre union est la preuve que cela est possible.
— Merci Kaien, répondit Kaname en souriant.
— Du moment que tu ne négliges pas ton travail de chasseuse et que tu es satisfaite de ta nouvelle vie, je m’en fiche, ajouta Kaito en passant une main dans ses cheveux.
— Pareil pour moi, affirma Yagari.
Kisa les remercia, puis se leva et alla se planter devant le seul à n’avoir pas donner son avis sur ses fiançailles.

Zero releva la tête et la fixa froidement.
— Tu connais mon opinion sur les vampires et plus particulièrement sur les Sangs purs. Et puis tu aurais pu nous consulter moi et Ichiru.
— Je sais, je suis désolée, mais tout s’est passé si vite...
— Je suis contre cette union.
Elle tressaillit et son regard se voila de tristesse.
— Mais le pire, dit son frère avec froideur, c’est que tu es parfaitement consciente des risques que tu prends en te fiançant avec un Sang pur.
Kisa baissa la tête et murmura.
— Oui... Certaines personnes n’accepteront d’aucune façon un mariage entre un Sang pur comme Kaname et une humaine comme moi, alors…
Elle releva la tête et dit calmement.
— Si je dois devenir un level D pour être avec Kaname, je n’hésiterai pas.
— Kisa ! Protesta Ichiru, choqué.
— Je ne te laisserai pas devenir une bête assoiffée de sang, rétorqua Zero, même si pour ça je dois te tuer.
— Zero, tu n’es pas sérieux, tenta son jumeau en regardant son frère avec inquiétude.
— Fais gaffe à ce que tu dis Kiryû, répliqua une voix glaciale.
Kaname venait de se lever, les yeux étincelants de fureur.
Le Sang pur était souvent effrayant, mais là il l’était plus que jamais. Un vent violent l’entourait, faisant voler ses cheveux bruns, déchirant le tissu du meuble se trouvant juste derrière lui et faisant grimacer ceux qui se trouvaient autour de lui à cause de l’aura surpuissante qui se dégageait du Sang pur.
Lentement, tout en fixant son ennemi le chasseur sortit son Bloody Rose et le pointa sur le vampire. Aussitôt Seiren se plaça entre eux et soutint le regard méprisant du jeune Kiryû.
— Zero, protesta le jeune Takamiya, arrête ça, le meurtre des Sangs purs est strictement interdit, tu le sais bien.
— Il est hors de question que ce type transforme ma sœur, rétorqua son ami d’une voix glaciale. Ecarte-toi vampire, je n’en ai qu’après ton maître.
— Si tu veux blesser maître Kaname, il faudra me tuer avant, affirma la vampire garde du corps froidement.
— Tant pis pour toi.
Il tira et tout se passa très vite, on entendit un « non ! » crier avec force, puis sous les regards stupéfaits des spectateurs une plante sortit du sol et bloqua la balle qui retomba par terre. Tous les regards se tournèrent vers la jeune Kiryû.
Clignant des yeux, la jeune fille contemplait sa main tendue devant elle, le halo vert entourant cette dernière et la plante surgie du sol.
Chancelante, elle fut soutenue par Aido qui la regarda avec inquiétude.
— Qu’est-ce que… qu’est-ce c’était que ça, Kisa ? demanda Kaito avec étonnement.
— Je... Zero, range ton arme et reprenez vos places, j’ai quelque chose de très important à vous dire.
La jeune fille s’approcha de la plante bizarre et posa sa main dessus.
— Disparais, murmura-t-elle.
Frémissant, le végétal se transforma en poussière sous les yeux éberlués des autres personnes.
Kisa, elle-même, parut surprise avant de rejoindre son fiancé.

Ce dernier la regarda, puis s’assit à son tour et demanda calmement.
— Es-tu sûr de raconter ça ? Ce n’est peut-être pas le bon moment...
— Au contraire, c’est le meilleur moment, rétorqua-t-elle, on ne sait pas combien de temps se passera avant l’attaque finale de Moonlight. Toutes les personnes concernées doivent être au courant de ma réelle identité et du reste.
— Très bien, c’est toi qui vois, dit le Sang pur en lui effleurant la joue d’un doigt.
— Qu’il y a-t-il de plus important pour vous que votre union ? S’étonna Kaito, sourcils froncés.
— Et bien...
Kisa raconta tout ce qui s’était passé avec Moonlight depuis le jour, quatre mois plus tôt, où Ayamé était arrivé dans sa classe. Elle termina par sa réelle identité et la proposition d’Ayamé et attendit la réaction de ceux qui n’étaient pas encore au courant.
La jeune Kiryû avait peur des réactions, après tout elle n’était pas si différente des vampires...
Certes elle ne buvait pas de sang, mais elle n’était pas vraiment humaine et avait des pouvoirs étranges.
— Ouah… murmura Kaito avec un sourire amusé. T’es une extraterrestre alors.
— Idiot, marmonna Ichiru en levant les yeux au ciel. Petite sœur, tu crois vraiment que ça a une importance pour moi ? ça m’est égal de savoir d’où tu viens, je t’aime et tu seras toujours ma petite Kisa.
Les larmes aux yeux, cette dernière se serra contre le jeune homme qui la serra à son tour. Maria regarda la scène, contente de voir que son copain et sa sœur se soient réconciliés.
— Je pense qu’on est tous d’accord sur ce que tu viens de dire Ichiru, dit Yagari avec sérieux, nous t’aimons Kisa. Certes pas tous de la même manière, mais nous t’aimons et cela ne changera jamais.
Et puis je pense qu’on est pas les premiers à te dire ça, ajouta-t-il en regardant Kaname, Takuma et les autres Night Classe.
— Merci, murmura la jeune fille. J’ai vraiment de la chance de vous avoir…
— C’est nous qui avons la chance de t’avoir, rétorqua Zero.
Le jeune homme s’était déplacé et se tenait désormais à l’autre bout de la pièce, loin des autres.

Se tenant appuyé de côté à un mur, il regardait le mur en face de lui et semblait perturbé, il croisa le regard inquiet de sa sœur et soupirant s’approcha d’elle et posa une main sur sa tête.
— Désolé pour avant, je… je ne sais pas ce qui m’a pris… J’ai perdu le contrôle… Mais je n’ai pas envie que tu subisses la même chose que moi... Devenir un vampire alors qu’on est humain à l’origine, il n’y a rien de pire...
— Kiryû, ce sera différent pour ta sœur, affirma le fiancé de la jeune fille. Shizuka ne s’est pas occupé de toi après t’avoir mordu, normalement lorsque l’un de mes semblables mord un humain, il reste à ses côtés et utilise ses pouvoirs pour le soutenir et l’empêcher de devenir un Level E.
De toute façon, je transformerai Kisa, uniquement si on n’a aucune autre option.
Le jeune Kiryû regarda son rival avec froideur et répliqua.
- Je me fiche de tout ça, elle ne deviendra pas un vampire quoiqu’il arrive !
- Tu préfères qu’elle se fasse tuer ?
Les deux vampires se regardèrent avec hostilité jusqu’à ce que Kisa pose une main apaisante sur le bras de son amant.
- Ce n’est pas le moment. Nous devons préparer notre plan afin de stopper Devil, je sens qu’ils vont bientôt passer à l’action... J’ignore ce que Silver a vraiment l’intention de faire, mais...
Soudain on toqua à la porte, sous l’ordre de Rido un majordome vampire entra et demanda avec hésitation.
- Ayamé Hinamori a des choses à vous dire, enfin c’est ce qu’il m’a dit.
Dois-je le laisser entrer Monsieur ?
Tout le monde se figea et Rido interrogea son neveu du regard. Ce dernier croisa le regard suppliant de sa fiancée et soupirant hocha la tête, bien qu’il n’apprécie pas le jeune homme il voulait bien lui donner une deuxième chance.

Son oncle hocha la tête en direction du serviteur qui ressortit avant de revenir en compagnie du jeune homme.
- Merci de me donner une deuxième chance, remercia l’ancien membre de Devil en regardant les deux Sangs purs de la pièce et le reste de l’assemblée. Je vais vous dire tout ce que je sais sur Devil et Silver et je vous aiderai lors de la bataille finale.
- Nous t’écoutons Ayamé, dit Kaien en souriant amicalement ravi que son ancien élève revienne dans le droit chemin.
Le jeune humain le remercia, puis commença son récit d’une voix calme en évitant le regard de la jeune Kiryû.
- Tout a commencé il y a de cela quinze ans. Ce jour-là, tu avais un jour céleste Kisa, ce qui correspond d’après ce que je sais à un an sur Terre.
Les Dieux t’aimaient beaucoup, mais ils savaient que ayant des pouvoirs divins, mais un corps humain tu ne survivrais guère plus de dix ans dans leur monde, alors pour éviter que tu ne meurs trop jeune et pour te sauver, ils t’ont effacée la mémoire et envoyé sur Terre dans une famille assez puissante pour te protéger.
Comme tu peux le deviner, il s’agissait de la famille Kiryû. Ils ont aussi modifié tes souvenirs ainsi que ceux des Kiryû pour vous faire croire que tu étais née normalement et que tu étais bien leur sœur.
- Mais… bredouilla Kisa, livide, tu veux dire que tous les premiers souvenirs de ma vie sont artificiels ? Que je n’ai jamais vraiment vécu cette première année dont je me rappelle ?
- Malheureusement oui, je suis désolé.
- Continue, s’il te plaît, l’encouragea Ichiru, curieux de connaître la suite de l’incroyable histoire.
Le jeune Hinamori prit une profonde inspiration et reprit calmement.
- Très bien. Vous avez vécu chacun de votre côté, heureux, alors que pendant ce temps Silver rencontrait la famille Kuran pour la première fois.
Il s’est tout de suite liés d’amitié avec tes défunts parents, Kuran et un jour alors qu’il était invité chez vous, il a visité la bibliothèque familiale et est tombé sur un livre très ancien. Ce manuscrit écrit par des ecclésiastiques des siècles auparavant contenait plusieurs textes prophétiques. A l’époque Silver était déjà passionné par les prophéties et en savait beaucoup sur ce domaine.
Il a demandé la permission d’étudier ce recueil et un soir après des nuits de recherches inutiles, la majorité des textes étant des faux, il a découvert la Prophétie de la Princesse de la Pleine lune qui raconte ton histoire, Kisa, et s’est juré de s’emparer de toi un jour.
- Mais mes parents ont découvert ses intentions et ont tenté de le stopper, c’est ça ? demanda Kaname en se souvenant de ce que son oncle lui avait raconté.
- Oui et ils les a tués ne supportant pas qu’on essaie de l’arrêter.
Puis il a quitté le Japon et s’est établi en Angleterre. Là il a fondé Moonlight et a recruté les premiers membres. Trois ans plus tard, il m’a recueilli vu que mes parents avaient été tués par des vampires et m’a entraîné. J’ai rejoint l’équipe d’élite de l’organisation, les meilleurs membres avec Silver et Yalissan, un ancien chasseur et son bras-droit.
- Un chasseur ? Releva Yagari, attentif.
- Oui, Yalissan Evans. Il se bat au sabre et est redoutable. Vous devriez trouver d’autres infos sur lui dans vos archives. Par contre, j’ignore s’il vient de ce pays ou d’un autre.
- Peux-tu dire nous dire d’autres choses ou est-ce tout ce que tu sais ? Le railla Zero avec un sourire moqueur.
Ayamé jeta un regard impassible au jeune Kiryû, puis répondit calmement.
- Ecoutez attentivement. Je vais vous briefer sur les compétences et pouvoirs des membres que je connais puisqu’il y a de grandes chances qu’on les affronte.

Pendant ce temps au quartier général de Moonlight, une activité intense était visible. Des hommes et des femmes, humains comme vampires, couraient dans tous les sens, en groupes ou seuls, portant quelque chose ou ne portant rien. Dans un couloir du deuxième étage, une vampire marchait d’un pas ferme, évitant agilement ceux qui circulaient dans le sens opposé de sa marche. En effet, la jeune rousse marchait à contre-sens, l’air troublée. Elle releva tout d’un coup la tête et fronça les sourcils en voyant un aristocrate appuyé contre un mur et la fixant avec un sourire moqueur.
- Yo sœurette, tu as l’air contrariée, enfin plus que d’habitude si c’est possible.
- Fiche-moi la paix, Lyam, répliqua Amy avec mauvaise humeur en le dépassant.
- Serait-ce à cause du départ de celui que tu aimes ?
Faisant volte-face, la vampire lança un regard noir à son jumeau et répondit froidement.
- Je ne vois pas de quoi tu parles. Si tu fais allusion à Ayamé, sache que je n’ai aucun sentiment pour lui.
Levant les yeux au ciel, le vampire la regarda s’éloigner, puis soupirant se dirigea dans sa chambre. Son but n’était pas d’embêter sa petite sœur, même si elle était théoriquement l’aînée étant née quelques minutes avant lui, non en réalité il s’inquiétait. Ce qui s’était passé quelques jours plus tôt dans le bureau de Silver les avaient tous meurtris, mais Amy et Ayamé avaient été ceux qui en avaient le plus souffert. Le jeune Coverage s’en voulait de n’avoir rien pu faire pour son meilleur ami, ce dernier n’avait pas montré sa souffrance mais ils avaient tous compris que le traitement de Yalissan avait été douloureux. Quant à sa sœur, Amy n’avait certes pas été blessée physiquement, mais pour ce qui était du côté mental…
le jeune homme soupira et emboîta le pas à sa jumelle bien décidé à l’aider même si elle voulait se débrouiller seule.

Quelques jours plus tard, au manoir secondaire des Ichijô, une jeune fille était allongée sur son lit et contemplait le plafond de sa chambre. Kisa était soucieuse, elle savait que très bientôt aurait lieu la bataille finale l’opposant elle et ses amis à Moonlight et son chef… Et cela l’angoissait. Elle savait que les membres de l’organisation étaient très fort et ne voulait pas perdre ses amis, ses frères ou bien…
- Kisa ?
La voix douce, chaleureuse, semblable à un rayon de soleil, la fit s’asseoir et contempler avec émotion le vampire de sa vie. Kaname se tenait dans l’entrebâillement de la porte et la regardait avec un air sombre.
- Suis moi, s’il te plaît, je dois te parler.
Surprise par le ton sérieus de son amant, elle se leva et le rejoignit d’un pas élégant. Levant la tête pour regarder ses prunelles chocolat, elle murmura.
- J’ai peur Kaname… Peur de vous perdre, toi et les autres et…
Elle ne put continuer, les lèvres de son fiancé s’étaient collées sur les siennes et instinctivement elle répondit au baiser, serrant avec ses mains fines la chemise soyeuse du Sang pur et ignorant la sonnette d’alarme qui venait de sonner dans son esprit et qui criait « pense aux conséquences ! ». Les conséquences ? Pour l’instant elle s’en fichait pas mal, seul comptait la douceur de la peau de Kaname, la texture de ses lèvres, la chaleur qui se dégageait de lui et tout le reste. Le baiser dura plusieurs minutes, jusqu’à ce que le Sang pur s’écarta à regret de sa fiancée et lui attrapant le menton la regarda avec un regard brûlant d’amour et pétillant d’amusement devant les joues rouges de sa protégée.
- C’était ton premier baiser ? demanda-t-il avec amusement, mais sans moquerie.
Acquiesçant la jeune Kiryû le lâcha et murmura.
- Excuse-moi je…
- Pourquoi devrais-tu t’excuser ? C’est moi qui ai commencé, tu n’as fait qu’y répondre, c’est normal. Je n’aurais jamais dû te forcer la main, je te demande pardon...
- Ne t’excuse pas, je... ce n’était pas désagréable...
Souriant il l’embrasse à nouveau, mais sur les cheveux cette fois humant son parfum naturel de fleurs avec délice, puis murmura.
- Je ne suis pas venu pour ça en fait... Je veux te parler de dimanche, mais pas ici. Allons dans le jardin si tu veux bien.
Elle acquiesça et prenant la main du vampire sortit de la pièce en refermant la porte derrière elle.

Après la réunion qui s’était déroulé cinq jours plus tôt, les membres de la petite bande avait décidé de partir chacun de leur côté et de se préparer pour la grande bataille qui d’après Ayamé aurait lieu le dimanche deux novembre.
Drôle de coïncidence, puisque c’était aussi l’anniversaire de la benjamine Kiryû... Zero, Kaito et Yagari étaient retournés à la Guilde, assurant qu’ils seraient au point de rendez-vous, samedi soir.
Le jeune Kiryû avait serré son frère et sa sœur contre lui avant de brusquement redevenir distant et de sortir suivi de son ami chasseur qui s’était contenté d’adresser un clin d’œil à la jeune fille. Ruka, Rima, Kain et Seiren étaient tous rentrés chez eux assurant à leur tour qu’ils seraient présents au moment voulu, Rido était allé au Sénat faire des recherches et essayer de trouver des alliés. Takuma et Shiki étaient partis ensemble, le jeune Ichijô voulant faire quelque chose de spécial. Kaien et Ayamé repartirent à l’Académie et le jeune Hinamori promit d’être également là le jour J. pour se battre. Maria et Ichiru étaient rentrés chez la jeune vampire afin de se préparer et Kisa accompagnée de Kaname était rentrée au manoir Ichijô ayant la permission de son ami blond.

Accroupi dans une cellule un chasseur se releva soudain et appela son camarade se trouvant un peu plus loin.
- Zero !
Ce dernier se releva à son tour et s’approcha.
- Quoi ? demanda-t-il avec agacement. J’espère que tu...
- Tais-toi et regarde, répliqua son aîné en lui fourrant un objet dans la main. Cela ne te dit rien ?
Le jeune vampire autrefois humain jeta un coup d’œil dans sa main et blêmit. Un poignard avec la garde noire et la lame argentée avec des motifs gravés en forme de lierre formant un cœur et au milieu de ce dernier les mots « H. Z. I. et K. K. mes amours ».
- Maman, murmura le jeune Kiryû en laissant s’échapper quelques larmes pour la première fois depuis longtemps et en serrant l’arme fétiche de sa défunte mère.
L’autre chasseur le regarda sans intervenir, conscient de la douleur de son ami. Néanmoins au bout de quelques minutes, il posa une main sur l’épaule de ce dernier et conseilla doucement.
- On ferait mieux de chercher pourquoi ce revolver se trouve dans une cellule de la guilde et celle de Kisa en plus...
- Je veux bien, mais qui veux-tu interroger ? Rétorqua le jeune Kiryû. Le président a disparu et la plupart d’entre nous ne doivent pas être au courant.
- La plupart peut-être, mais je connais quelqu’un qui l’est forcément, tu vois de qui je veux parler ?
- Elle ?! S’exclama le jeune homme en fronçant les sourcils. Va la voir si tu veux, mais ce sera sans moi…
- Ne me dis pas que tu as peur, se moqua Kaito, elle est humaine tu sais, elle va pas te mordre.
- Très drôle, marmonna son ami en soupirant, bon allons-y, si on n’a vraiment pas le choix…
Ils sortirent de la cellule et des cachots et arrivèrent au rez-de-chaussée, là ils se dirigèrent vers un couloir et s’arrêtèrent devant une porte tout à fait banale. Kaito appuya sur la poignée, entrebâilla la porte, puis entra suivi de Zero.

Ils se figèrent et observèrent la scène se déroulant devant eux. Le brun afficha un sourire amusé, tandis que l’argenté fronçait derechef les sourcils.
Une fille fine comme une aiguille et minuscule fit passer par dessus-elle un colosse sans aucune difficulté. Le géant s’écrasa par terre dans un bruit sourd et gémit, il s’assit avec difficulté et regarda l’adolescente se planter devant lui un air froid sur le visage.
- Que les choses soient claires, je ne suis pas la fille de Toga Yagari pour rien, je sais me battre et c’est pour ça que mon père m’a chargé de vous entraîner. Je n’ai peut-être que douze ans, mais j’ai déjà tué nombre de vampires renégats alors ne me dis pas que je ne suis qu’une gamine et… Zero !!!!!!!!!!!
La gamine se précipita vers son aîné et se jeta à son cou devant le regard plus qu’amusé de Kaito qui se retint d’éclater de rire.
En effet le spectacle était loquace, le chasseur le plus craint de la guilde essayait d’empêcher une fille surexcitée de lui faire un énorme câlin et la grimace du jeune Kiryû en ce moment valait bien quelques reproches ou quelques coups…
- Arrête ça, Kyomi, protesta le vampire d’une voix énervée. Lâche-moi un peu !
- Mais ça fait tellement longtemps qu’on ne s’est pas vu mon beau tigre, c’est normal que je sois contente, rétorqua Kyomi avec un sourire.
- Tout d’abord arrête de me donner des surnoms bizarres, ensuite lâche-moi et pour finir...
Le jeune homme s’était tourné vers le beau brun qui avait sorti un appareil photo.
- Une petite photo pour notre couple ?
- Kaito…
- Ok, ok te fâche pas, qu’est-ce que tu peux être susceptible parfois…
Soupirant l’étudiant vampire se retourna vers la jeune Yagari et lui dit avec sérieux.
- On n’est pas là pour te dire bonjour, Kyo, on a besoin d’informations.
La jeune chasseuse le regarda avec un regard indéchiffrable, puis hocha la tête et congédia ses « élèves » qui sortirent avec soulagement. Croisant les bras et regardant son idole et son ami, elle demanda calmement avec une pointe de curiosité.
- Alors ? Que voulez-savoir ?
- Est-ce que ton père t’a raconté ce qui s’était passé ici il y a quelques semaines ? S’enquit Kaito. Avec Kisa, ajouta-t-il.
Le regard de la fille s’assombrit, elle et Kisa s’entendaient à merveille et la jeune Kiryû s’était toujours comporté comme une sœur avec Kyomi.
- Oui, enfin pas dans les détails. Il m’a juste raconté qu’elle avait été enlevée et torturée par le président et qu’elle avait été sauvée. C’est tout.
- Tu sais quelque chose là-dessus ? demanda Zero en la fixant droit dans les yeux.
La jeune Yagari s’agita, mal à l’aise.
- Euh, non, rien du tout…
- Kyo, la vie de ma sœur pourrait dépendre de tes informations, répliqua son ami avec fermeté. Et ne me dis pas que tu ne sais rien, tu es toujours au courant de tout et puis tu n’as jamais su me mentir. Alors crache le morceau !
Les larmes aux yeux, elle bredouilla d’une voix tremblante.
- Je… Le jour que vous avez mentionné j’étais ici et le président a congédié tout le monde, excepté quelques chasseurs d’élite. Vous me connaissez... Je suis très curieuse, trop en fait, alors j’ai fait semblant de partir et je suis revenue sur mes pas en dissimulant mon aura. A ce moment-là j’ai senti une odeur familière, celle des levels E et des vampires autrefois humain...
Ils étaient dix et l’un d’entre eux portait Kisa.
Les deux chasseurs d’élite froncèrent les sourcils, mais ne dirent rien et Zero l’incita à continuer d’un hochement de tête.
- Le président a fait un signe à un chasseur qui s’est avancé nerveusement et a pris ta sœur dans ses bras. Le président, lui et un autre chasseur sont allés dans les cachots par le passage extérieur alors que les autres abattaient les vampires. J’ai suivi le chef et je l’ai regardé mettre Kisa dans une cellule, l’attacher et repartir alors qu’un chasseur montait la garde.
Un homme est arrivé à ce moment-là, je ne l’avais jamais vu, je crois que c’était un aristocrate, mais je n’en suis pas sûre. Il a échangé quelques mots avec le président et a ordonné quelque chose à un vampire l’accompagnant, puis ils sont repartis. Le vampire est entré dans la cellule de Kisa et...
La gamine frémit et murmura avec angoisse.
- Il a sorti un objet, un pistolet à impulsion électrique et...
Les deux chasseurs tressaillirent, Zero ferma les yeux et contrôla tant bien que mal la vague de haine pure qui menaçait de l’envahir.
Il rouvrit les yeux et regardant la fille de son ex-professeur s’en voulut de lui faire subir ça, mais ils n’avaient guère le choix.
- Continue, s’il-te-plaît, murmura-t-il doucement.
Elle s’exécuta d’une voix éteinte, probablement plus parce que c’était lui qui lui demandait que par réelle envie.
- Il l’a torturée avec pendant plusieurs minutes, puis il a sorti un fouet et l’a fouetté. Il lui parlait, ça se voyait, mais j’ai rien entendu étant trop loin...
Au bout d’une demi-heure, il a arrêté et est sorti avant d’échanger quelques mots avec le chasseur qui a fermé la porte. Mais je suis partie à ce moment-là, de peur qu’on me découvre, j’ai hésité à prévenir papa ou quelqu’un d’autre, mais...
Elle éclata en sanglots et tomba à genoux. Kaito s’approcha d’elle et l’aidant à se lever lui dit d’une voix reconnaissante.
- Merci Kyo, tu as été fantastique, ne t’en veux pas, tu n’as rien fait de mal. Tu devrais rentrer chez toi je crois.
Elle acquiesça, essuya ses yeux, puis regardant le jeune Kiryû murmura.
- Demande pardon à Kisa de ma part... Et merci d’être venu me voir.
Elle le dépassa et posa la main sur la poignée de la porte repoussant une mèche de cheveux couleur encre.
- Merci, murmura Zero sans se retourner pour la regarder, merci infiniment.
Souriant faiblement, elle sortit et disparut rapidement.
- On ferait mieux de prévenir le maître, remarqua le jeune Takamiya en sortant à son tour. Zero ?
- J’arrive.
Vous allez me le payer, promit-il avec froideur et en serrant le poing avant de sortir à son tour.

_________________



et

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fanfictiongirl.skyrock.com/
Manoncamille
Admin en chef & fondatrice
avatar

Messages : 671
Date d'inscription : 19/05/2011
Age : 25
Localisation : Suisse

MessageSujet: Re: Premier tome de la saga Univers : La Princesse de la Pleine lune (fic vampire knight)   Mar 26 Juil - 15:25

Dernier chapitre

Première partie : Bataille pour protéger la lune !

La nuit était tombée, la mélodie des grillons avait remplacé le chant des oiseaux et les points lumineux des lucioles étaient visibles. Le jardin grouillait de vie malgré l’obscurité, Kaname aperçut une chouette perchée sur une branche qui hululait doucement, il ferma les yeux et s’appuya contre la balustrade du petit pavillon situé au centre du parc.
Derrière lui sa fiancée l’observait d’un air perplexe se demandant pourquoi il l’avait amenée ici.
- Quelle nuit magnifique, murmura le Sang pur en levant la tête et en contemplant la lune pleine qui diffusait une lumière suffisante pour y voir clair sans éclairage. Elle devrait être flattée de porter une partie de ton titre...
- Kaname, pourquoi m’as-tu emmené ici ? Qu’as-tu à me dire de si important ? Le coupa la jeune Kiryû en fronçant les sourcils.
Soupirant son fiancé se retourna et appuyant son dos contre la balustrade fixa sa protégée d’un air indéchiffrable.
- Ce que je vais te dire ne va pas te plaire, Kisa. Mais je suis très sérieux. Je ne veux pas que tu participes à la bataille d’après-demain.
Le regardant avec stupéfaction, elle ne dit rien pendant quelques secondes, mais le jeune Prince savait parfaitement qu’elle ne se laisserait pas faire et donc...
- Mais ça ne va pas ?! Kaname, dis-moi que tu n’es pas sérieux, je dois être présente, c’est à cause de moi que vous allez risquer vos vies et je n’ai pas l’intention de rester tranquillement à l’abri alors que mes frères, mon fiancé et mes amis risquent leurs vies ! Je sais aussi me battre et j’ai bien l’intention de le faire dimanche, tu ne m’en empêcheras pas !
Le sang-pur la regarda avec tristesse, il ne voulait pas lui interdire de se battre, il voulait juste la protéger et faisait juste ce qu’il lui semblait le mieux pour accomplir cet objectif. Protéger celle qu’il aimait était-il vraiment plus important que de respecter sa volonté ? Kaname n’en était plus aussi sûr à présent...
- Je me battrais, que tu le veuilles ou non, termina Kisa avec fermeté en partant en direction du bâtiment.
Elle s’arrêta devant la porte et sans se retourner murmura tout doucement.
- Je t’aime, Kaname, cela ne changera jamais.
Elle disparut à l’intérieur sous le regard triste de son fiancé.

Le lendemain soir la jeune fille descendit dans le salon et trouva le majordome de la famille Ichijô en train d’ouvrir la porte principale. Elle s’approcha lentement et fut surprise de voir son frère et Maria, ils étaient les premiers et elle s’attendait plus à voir des membres de la Night classe en première position.
- Je m’en occupe, Sébastien, merci.
Le majordome et les deux invités se tournèrent vers elle, puis le domestique acquiesça et s’éloigna. Ichiru ouvrit les bras et serra sa sœur contre lui. Sa petite amie observait la scène avec le sourire, elle serra aussi brièvement sa nouvelle amie, puis demanda.
- Kaname est là ?
- Oui, murmura Kisa en soupirant. Il est dans sa chambre.
- Ça va ? demanda Ichiru, surpris, il y a un problème ?
- On s’est disputés à propos de demain, mais rien de grave.
- Hum, je suppose qu’il ne veut pas que tu te battes et que tu n’es pas d’accord, c’est ça ?
Sans paraître surprise, sa sœur acquiesça.
- En effet.
- Et si vous entriez afin de nous laisser passer ? demanda une voix moqueuse.
Ils tressaillirent et s’écartèrent afin de laisser passer le jeune Hanabusa, son cousin et la petite amie de ce dernier.
- Nous sommes les deuxièmes ? demanda Ruka.
Maria sourit et répondit doucement.
- Oui, on est arrivé jusque avant vous.
Les trois vampires regardèrent l’aristocrate, puis Aido demanda en fronçant les sourcils.
- Tu es vraiment avec nous ? C’est bizarre de vouloir aider Kisa après avoir prêté ton corps à Shizuka Hio...
Ichiru lança un regard noir au jeune vampire et voulut répliquer, mais sa nouvelle petite amie prit la parole avant lui d’une voix ferme.
- J’ai aidé Shizuka parce qu’on faisait partie de la même famille et je ne savais pas ce qu’elle avait en tête. Si j’avais su ce qu’elle comptait faire subir aux Kiryû, je n’aurais jamais accepté. Maintenant j’aime Ichiru et je me suis attachée à Kisa que je considère comme une amie. Alors oui, je ferai tout ce qui est en mon pouvoir pour vous aider, affirma la vampire en relevant le menton dans un geste fier.
Kain prit la parole d’une voix calme tout en bloquant son cousin qui s’apprêtait à protester.
- Sais-tu te battre ? Car on ne pourra certainement pas parlementer avec Moonlight et si on veut protéger Kisa, nous devrons la défendre par la force. Et des personnes incapables de se battre ne feront que nous gêner.
Il jeta un coup d’œil vers Ichiru qui ignora le sous-entendu.
- Je ne sais peut-être pas me battre aussi bien que les membres de la garde rapprochée de Kaname Kuran, mais je sais quand même me défendre, assura la jeune Kurenai en sortant un poignard de sa veste. Et puis, j’ai aussi un pouvoir assez pratique.
- Qui est ? demanda Ruka, curieuse.
Le jeune Kiryû retint un fou rire et cacha sa bouche avec sa main devant le regard étonné de sa sœur. Maria esquissa également un sourire et rangeant son poignard désigna un arbre dehors du doigt et murmura.
- Explose.
L’arbre explosa sous les yeux stupéfaits des vampires et de l’humaine. La jeune vampire baissa son bras et expliqua doucement.
- Je suis peut-être une aristocrate, mais j’étais parenté à une Sang-pur et mon sang est riche en sang vampirique. Mon pouvoir est donc très puissant.
Frissonnant, Aido se dit que la vampire était aussi flippante que lorsque Shizuka empruntait son corps, il préféra se diriger dans la cuisine pour piquer des sucreries alors que les autres attendaient le chef des opérations.

Des dizaines de vampires et d’humains attendaient leur chef avec impatience. Se tenant en rangs serrés comme à l’armée, ils ne bronchaient pas vu que l’élite d’entre eux se tenait dans un coin de la salle. Jay se tenait appuyé contre un mur, surveillant les troupes avec attention et réprimant ceux qui osaient troubler le calme absolu de la pièce. Sa petite amie se tenait assise sur un banc, jambes croisées et lui jetant parfois de petits regards en coin.
Lyam, assis par terre, jouait avec une mèche de ses cheveux même si au fond, il s’inquiétait pour son meilleur ami, il avait appris avec stupeur que Ayamé était parti on ne savait où... Quant à Amy, elle était, elle aussi, très inquiète pour son camarade et pour la future bataille, elle se battrait quand on le lui demanderait, mais au fond d’elle, la jeune Coverage n’était pas sûre de faire la chose la plus juste...
Soudain l’équipe d’élite se redressa et leva la tête vers le balcon les surplombant, leur maître Silver Light venait de faire son entrée suivi de son garde du corps et meilleur ami. Le Sang pur salua ses troupes qui l’acclamait et prit la parole d’une voix forte.
- Chers amis, demain sera un grand jour, car demain nous accomplirons enfin notre objectif. Oui, demain la Princesse sera à nous !
Des cris de joie et des applaudissements lui répondirent.
Et quelques « vive le chef ! », « vous êtes le meilleur » ou encore « la Princesse va nous appartenir » retentirent.
Pauvres imbéciles, songea Silver avec amusement, si vous croyez que la Princesse va vraiment vous appartenir, vous êtes bien stupides...
- J’attends ton équipe dans mon bureau, Jay. Quant à vous, chers soldats, vous allez écoutez les consignes de votre maître d’armes. Yalissan, c’est à toi.
Le chef de Moonlight fit volte-face faisant claquer sa cape couleur sang et disparut à l’intérieur du château.

Soupirant, Lyam se leva et s’étirant se tourna vers ses coéquipiers pour leur demander.
- On y va maintenant ?
- Bien entendu, imbécile, rétorqua la noiraude en se levant. Nous ne pouvons pas faire attendre le maître.
Amy se leva à son tour et s’engagea la première dans le couloir qu’ils devaient emprunter suivie des autres.
Au bout d’un moment, ils arrivèrent dans le bureau de leur chef et mirent un genou à terre en signe de respect. Silver était debout face à la baie vitrée et regardait la capitale anglaise, il pivota soudain et regarda ses subordonnés avec un sourire avant de s’asseoir.
- Equipe d’élite, vous aurez chacun un rôle important à tenir demain. Je vais vous expliquer tout cela en détail. Amy et Natacha, commença-t-il en regardant la rouquine et la noiraude, vous serez chargées de retenir les sbires de Kaname Kuran et commanderez une partie de nos troupes.
- Entendu maître, répondit la jeune Lenoir avec respect alors que sa coéquipière se contentait d’un signe de tête.
- Bien, Lyam tu devras te charger des autres perturbateurs potentiels. Je ne sais pas exactement qui sera là, mais je te fais confiance et puis tu auras aussi des sbires sous ton commandement. Jay, tu t’occuperas de Zero Kiryû, il sera sûrement là afin de protéger sa petite sœur et tu es, à mon avis, le seul à pouvoir lui tenir tête dans votre équipe.
- Bien Monsieur, je ne vous décevrai pas, affirma le chef.
- Tu n’as pas intérêt en effet, murmura le leader de Moongliht. Yalissan s’occupera de Yagari et moi de Kuran bien évidemment... Mais notre premier objectif est de nous emparer de Kisa Kiryû, alors si l’un d’entre vous a l’opportunité de le faire, n’hésitez pas. Des questions ? Non ? Dans ce cas, allez vous préparer. Nous partons à minuit, soyez à l’heure.
Le saluant, ses subordonnés sortirent de la pièce afin de se préparer pour l’ultime bataille.

Au manoir des Ichijô, on s’organisait aussi surtout que des arrivants de dernière minute étaient arrivés.
La bande comportait à présent dix-huit membres dont huit vampires aristocrates, deux Sangs purs, trois humains normaux dont deux qui savaient se battre, quatre chasseurs dont un qui était un vampire autrefois humain et une humaine crée par les dieux.
- Mais qu’est-ce qui vous a pris ?! Protesta un chasseur en fusillant du regard un homme qui avait l’air désolé. Je me fiche de savoir qu’elle a découvert nos secrets, elle est incapable de se battre et de nous aider, en plus on va la mettre en danger alors qu’elle reparte à l’Académie !
- Zero, tenta le directeur de cette dernière, tu sais même pas si elle ne peut pas se battre elle peut être utile alors te fâche pas...
Il eut pour seule réponse un regard noir et un début de fureur avant qu’une voix féminine s’exclame.
- Ça suffit ! C’est à moi de décider si elle peut rester ou non, après tout c’est pour moi qu’un fou furieux est prêt à tuer mes amis et c’est à cause de mes pouvoirs qu’il pense pouvoir dominer le monde. Alors elle peut rester, même si elle est incapable de se battre elle peut me soutenir moralement.
- Kisa, murmura la jeune humaine en posant une main sur son bras, ton frère a raison il vaut mieux que je m’en aille, je ne ferai que vous gêner...
- Non Saki, je veux que tu rester, rétorqua son amie en souriant. Je suis morte de trouille malgré les apparences et ta présence me fait du bien.
Reconnaissante la jeune humaine lui sourit également avant de porter son attention sur le reste du groupe.

Zero la regardait avec colère, elle avait du mal à croire qu’il était un vampire... L’autre frère de Kisa, Ichiru, la regardait avec bienveillance et lui adressa même un clin d’œil, il avait l’air sympa. Sa petite amie, également vampire, la regardait avec un sourire timide, elle aussi semblait gentille.
L’humain noiraud ne la regarda pas, toute son attention étant fixée sur la jeune Kiryû et sur sa main qui tenait celle de son fiancé. Ce dernier était Kaname Kuran, le Dieu de l’Académie Cross !
Saki avait du mal à croire que sa meilleure amie sortait avec un vampire, l’un des plus puissants en plus, et pensa avec amusement à la réaction des groupies de ce dernier si elles apprenaient la nouvelle. Le vampire croisa son regard et esquissa un sourire en la voyant détourner la tête en rougissant, puis il embrassa sa fiancée sur le sommet de la tête et ses yeux reflétaient toute son inquiétude, la jeune fille était soulagée de voir qu’il aimait vraiment la jeune Kiryû. Elle examina le reste du groupe de la Night classe avec attention, c’était bizarre de savoir qu’ils étaient tous des suceurs de sang. Aido la fixait avec un air dubitatif les sourcils froncés, il ne semblait pas ravi de sa présence et cet air sérieux était plutôt étrange sur le visage du plaisantin qu’elle connaissait à l’Académie... Kain, fidèle à lui-même, avait le visage grave et ne faisait pas attention à elle, au moins il ne semblait pas désapprouver sa présence, sa petite amie la regardait avec un regard noir et semblait furieuse même si elle était toujours aussi belle.
Takuma la regarda avec son éternel sourire bienveillant avant de reprendre sa discussion avec Shiki qui l’ignorait complètement Saki.
C’était Shiki quoi, songea la jeune humaine avec amusement.
Seiren était... juste Seiren, elle se tenait derrière Kuran et Kisa et avait le regard indéchiffrable. La dernière vampire du groupe se trouvait dans un coin de la pièce et semblait très seule. Le dernier vampire, l’oncle de Kaname et le père de Shiki lui avait expliqué le directeur, semblait soucieux et jetait de fréquents coups d’œil vers elle, son fils ou encore vers son neveu et sa fiancée. Le chasseur brun à côté de Zero affichait un sourire amusé et semblait trouver sa présence très amusante, le directeur lui adressa un sourire amical tout en parcourant une feuille de papier du regard et le dernier chasseur, le borgne, semblait sceptique occupé à imiter son ami.
La jeune Fujimura repensa à la nuit dernière, la nuit où sa vie allait basculer...

Flash-back
Saki marchait dans le couloir, bien décidée à obtenir des réponses à ses questions. En effet, cela faisait des semaines qu’elle s’inquiétait pour sa camarade de chambre et meilleure amie et n’avait toujours pas d’explications sur ses absences répétées et ses convalescences. Elle avait donc décidé d’aller voir le directeur et de le lui demander, soudain elle se figea et regarda par la fenêtre, le directeur et Hinamori (nda : ce nom ne vient pas de Momo Hinamori dans bleach, je ne connaissais pas encore ce manga quand je l’ai pris) venaient d’entrer dans la cour et se dirigeaient vers le bâtiment principal où elle se trouvait. Mais quelque chose gênait la jeune fille sans qu’elle arrive à dire quoi... Une intuition sûrement qui lui disait que quelque chose de grave s’était passée.
Elle reprit sa route et arriva bientôt devant la porte du bureau, hésitant un moment, elle finit par l’ouvrir et par entrer dans la pièce.

Examinant l’endroit de ses yeux couleur caramel elle se dirigea vers le bureau au fond de la pièce et fouilla les nombreux papiers posés dessus à la recherche de ce quelque chose que Kisa lui cachait.
Au bout d’un moment une voix étonnée retentit derrière elle.
- Fujimura-san ? Que fais-tu là ?
Sursautant, elle fit volte-face et aperçut le directeur et Hinamori à l’entrée de la pièce. Le premier la regardait avec stupeur alors que le deuxième l’observait avec froideur, gênée elle bredouilla.
- Désolé Monsieur, mais... je...
Craquant elle se précipita vers l’homme et attrapant sa chemise de ses mains frêles s’exclama.
- Où est Kisa ?! Est-ce qu’elle va bien ?! Je sais qu’elle me cache quelque chose, quelque chose de grave, je veux l’aider, c’est ma meilleure amie, alors je vous en prie, dites-moi la vérité !
Surpris Kaien la regarda avec des yeux ronds, incapable de parler jusqu’à ce que Ayamé avance d’un pas et demande froidement.
- Es-tu sûre de vouloir connaître la vérité ? Cela va changer ta vie à tout jamais et avoir des conséquences irréversibles, cela peut même te mettre en danger. Es-tu sûre de vouloir risquer tout ça uniquement pour Kisa ?
Le regardant avec des yeux étonnés, Saki finit par abhorrer un visage déterminé.
- Je ferais n’importe quoi pour Kisa, c’est ma meilleure amie, elle a toujours été là pour moi, je veux lui rendre la pareille.
- Ayamé, je ne suis pas sûr que ce soit une bonne idée, tenta le directeur.
- Elle finira par savoir, curieuse comme elle l’est et il vaut mieux qu’elle l’apprenne de nous plutôt que d’autres, vous ne croyez pas ?
Les deux hommes s’affrontèrent du regard, l’ancien chasseur voulant protéger son élève et l’ancien méchant voulant que Kisa lui soit reconnaissant. Finalement Kaien Cross soupira et se tournant vers la jeune fille qui attendait patiemment murmura.
- Très bien Fujimura, je vais tout t’explique, vois-tu Kisa est...
Fin du Flash-back

Ils lui avaient tout raconté et à présent elle savait tout et le plus étrange c’était qu’elle avait été à peine été surprise ! Comme si elle savait au fond d’elle que Kaname Kuran et les autres membres de la Night Classe n’étaient pas humains, comme si elle savait que son amie était amoureuse du Sang-pur et plein d’autres choses encore...
Elle sentit une main se poser sur son bras et levant la tête croisa le regard amical de sa meilleure amie.
- Saki, ça va ?
- Oui, excuse-moi je pensais à ce qui s’était passé depuis hier soir.
Acquiesçant la « jeune humaine » se tourna vers son fiancé qui lui sourit et prit la parole de sa voix noble.
- Ecoutez-moi attentivement, le directeur, moi, Yagari et Hinamori nous avons parlé hier soir et avons élaboré une stratégie. Je vais vous l’expliquer. Mais il est vital que chacun d’entre vous suive mes instructions. Si vous ne le faites pas...
Le Sang-pur regarda sa fiancée et fermant les yeux murmura.
- Si vous ne le faites pas, on mourra tous.
Un silence pesant suivit ses paroles, chacun avait conscience que ce n’était pas tout, s’ils échouaient ils perdraient bien plus que leur vie, ils laisseraient le vampire le plus malfaisant s’emparer de leur amie et se servir de ses pouvoirs à des fins personnelles.
Et ça il en était hors de question, pensa chaque personne présente qu’elle soit humain, vampire ou chasseur.
Kaname reprit la parole après avoir observé ses troupes et avoir constaté que chacun était prêt à faire équipe.
- Bien. Kisa, tu resteras dans ta chambre, du moins au début. Trois personnes resteront pour te protéger et une pour te soutenir. Ruka, Rima, Seiren et Saki.
Les concernées acquiescèrent.
- Ensuite, Kain, Shiki, Ichiru, Maria et Takamiya, vous vous occuperez des sbires. Cela ne devrait pas vous prendre trop de temps, alors dès que vous avez terminé allez aider les autres. Takuma, Aido, Kiryû, Kaien, mon oncle, vous vous chargerez de l’équipe d’élite. Yagari, de Yalissan et moi de Silver, termina le chef d’équipe d’une voix ferme. Des questions ?
Tous secouèrent la tête.
- Bien, dans ce cas allez vous reposer. Demain, la journée sera dure.

La nuit était tombée depuis longtemps, le jeune Kuran se tenait dans sa chambre debout face à la fenêtre. Il pensait à ses parents, il voulait les venger, mais il savait que cela ne serait pas la plus importante raison de son combat contre le chef de Moonlight. Loin de là... Soudain une petite voix retentit derrière la porte de la pièce et il sentit son cœur faire un bond dans sa poitrine. Cette voix... Si douce, si fragile, mais si forte à la fois.
- Kaname, je peux entrer ?
- Bien sûr, ma chérie, entre.
Ouvrant doucement la porte, Kisa pénétra dans la pièce et le Sang pur fut une nouvelle fois frappé par sa beauté. Chevelure argentée descendant jusqu’au milieu du dos, yeux bleus, sa fiancée portait une chemise de nuit bleue claire et semblait encore plus vulnérable que d’habitude. Le vampire n’eut qu’une envie, la serrer contre lui et ne plus jamais la laisser s’éloigner... Puis il constata qu’elle tremblait et lui demanda avec inquiétude.
- Ma puce, que se passe-t-il ?
- Je... Je peux dormir avec toi cette nuit ? J’ai trop peur pour dormir seule... On risque de ne plus se revoir demain alors...
Touché, il l’attira contre son torse et murmura à son oreille.
- Bien sûr que tu peux dormir avec moi, trésor.
Il la souleva, la portant comme un fragile paquet et ignorant les protestations faibles de la jeune Kiryû l’entraîna vers son lit. Là, il la déposa doucement et l’installa avant de s’allonger près d’elle. Il lui caressa la joue de sa main fine et murmura.
- Dors seulement, je suis là.
Rassurée, elle se pelotonna contre son amant et s’endormit rapidement.

Le lendemain soir, des dizaines de vampires et d’humains se battaient dans le jardin et l’intérieur de la maison.
- Prenez ça !
Les vampires poussèrent des cris de douleur en se tenant le front où un trou était clairement visible avant de se transformer en poussière. Kaito repoussa un humain surgi de derrière lui d’un coup de pied et se retrouva dos à dos avec Ichiru qui se battait avec un poignard.
- Fais gaffe, ne va pas te faire tuer, se moqua le chasseur en abattant un nouveau monstre, tu n’es qu’un humain après tout.
- En effet, mais je suis aussi un Kiryû et en tant que tel, je peux très bien me défendre, rétorqua Ichiru avec un sourire.
- Tss, toi et Zéro vous n’êtes pas jumeaux pour rien, murmura Kaito en fermant les yeux. Bon, c’est reparti.
Ils foncèrent sur leurs ennemis et repartirent à l’assaut.

Pendant ce temps, Aido marchait dans un couloir, l’air sérieux et concentré.
Lui et ceux qui avaient reçu l’ordre de s’occuper de l’équipe d’élite s’étaient dispersés dans le manoir et attendaient que leurs ennemis leur tombent dessus.
Soudain le vampire s’immobilisa et esquissant un sourire dit calmement.
- Kaname ne se trompe jamais. Je suppose que tu fais partie de l’équipe d’élite ?
- Exactement, répondit une voix féminine. Et toi, tu es un des chiens de Kuran, n’est-ce pas ?
- Possible.
Il se retourna et contempla la vampire qui lui faisait face. Blonde, yeux améthyste, elle était de petite taille, mais dégageait une forte aura. Les deux adversaires devinèrent que l’autre n’était pas un débutant. Aido plissa les yeux et aussitôt le sol commença à geler, Amy sauta en arrière et sourit.
- La glace ? Amusant, vu que mon pouvoir est... L’eau !
Un jet d’eau fut projeté vers le vampire qui le gela sans problème.
- Je crois que j’ai l’avantage, remarqua Aido avec un sourire moqueur.
- Ne tire pas de conclusion hâtive, gamin, rétorqua la fille avec arrogance.
Ils envoyèrent chacun un dragon d’eau et de glace qui se percutèrent avec violence. Le combat n’allait pas être facile...

Loin de là, dans sa chambre, Kisa faisait les cent pas sous les regards compréhensifs de ses gardes du corps. Rima, Saki et Ruka étaient assises sur le lit et Seiren s’appuyait contre le mur du fond. Soudain la jeune Kiryû s’arrêta et poussa un long soupir triste. L’humaine de la pièce se leva et s’approchant de son amie posa une main sur son épaule.
- Ne t’inquiète pas, Kisa. Je suis sûre que tout le monde va bien, tes frères et tes amis sont forts après tout.
- Je sais Saki, mais le problème c’est que l’ennemi est également puissant... Et ils risquent de mourir par ma faute.
- Ne dis pas de bêtises, protesta Rima, personne ne mourra dans notre camp.
- Silence, ordonna soudain Seiren en se redressant, l’air d’être sur ses gardes.
Les deux autres vampires tendirent l’oreille à leur tour et se levèrent. Kisa, comprenant que quelque chose clochait, poussa son amie derrière elle et laissa les trois guerrières se mettre devant elles.

Soudain la porte s’ouvrit et un homme entra, les filles frissonnèrent et Saki poussa même un gémissement. Une aura très puissante se dégageait de cet homme, une aura malfaisante, Kisa n’eut aucun doute sur l’identité de ce vampire.
Son nom sortit automatiquement de sa bouche.
- Sil... Silver Light...
Le Sang pur sourit et s’inclina de façon moqueuse.
- Je suis flatté que vous connaissiez mon nom, princesse. Ou plutôt devrais-je dire, fille des dieux.
- Comment nous avez-vous trouvé ? Demanda Rima, un air mécontent sur le visage. La pièce était censée être indétectable.
- Vous m’avez probablement sous-estimé, rétorqua-t-il avec ironie. Maintenant, soyez gentille et rendez-vous princesse. Je n’ai pas que ça à faire.
- Il faudra nous passer sur le corps, répliqua Seiren en se mettant en garde, imitée par Rima et Ruka.
- Tss, si vous voulez mourir, soit...
- Non !
L’homme eut juste le temps de faire jaillir des étincelles de ses doigts qu’une ombre noire jaillit du sol et tenta de l’avaler. Il recula prudemment et croisa le regard déterminé de sa proie. Souriant, il s’inclina derechef et murmura.
- Très bien, Princesse, vous voulez jouer ? Je suis prêt.
- Arrêtez de m’appeler Princesse, ordonna l’adolescente en fronçant les sourcils.
Je m’appelle Kisa Kiryû !
Silver sourit et fit jaillir une tornade de feu de ses mains, l’humaine répliqua en créant instinctivement une tornade d’eau.
La chambre explosa sous l’impact des deux cyclones, Rima se jeta sur Saki pour la protéger tandis que les autres sautaient en dehors. Heureusement, la pièce se trouvait au premier étage et pour un vampire cette hauteur était ridicule.

Au contrebas, Zero se battait contre Jay quand il entendit l’explosion. Inquiet, sachant très bien d’où venait cette dernière, il voulut fausser compagnie à son adversaire, mais ce dernier ne l’entendait pas de cette manière.
- Reste où tu es Kiryû, c’est moi que tu dois vaincre.
Serrant les dents, le vampire autrefois humain sortit son arme fétiche et commença à tirer, Jay esquivait les balles avec facilité, mais à plusieurs reprises il faillit se faire toucher. Pas à des endroits fatals, mais quand même, il devait admettre que ce chasseur visait bien...
L’anglais fit apparaître des flèches de terre à partir du sol et les lança vers le japonais qui eut juste le temps de se jeter au sol pour les esquiver.
Cela allait durer un moment...

Soupirant Ichiru rengaina son poignard et regarda autour de lui. Kaito, assis par terre, tentait de faire disparaître une trace sur son pistolet, l’air mécontent, non loin de là Kain observait les alentours l’air concentré, Shiki terminait de tuer le dernier ennemi. Ils avaient réussi, cela leur avait pris du temps, mais ils en avaient terminés avec les sbires...
Soudain il sentit des bras fins l’enlacer et il sourit.
- Trois cent vampires et cinquante humains, murmura Maria, on se débrouille bien, je trouve.
- Il nous reste les plus puissants à battre, remarqua son petit ami.
- Je sais, mais inutile de gâcher notre moral. On a déjà bien travaillé.
- Peut-être, mais vaut mieux aller voir comment se débrouille les autres, rétorqua le chasseur brun en s’approchant. Même si je ne m’inquiète pas trop.
Soudain un bruit assourdissant se fit entendre et il grimaça l’air de dire « j’ai rien dit », aussitôt les deux vampires les rejoignirent, l’air inquiet.
- Bon, murmura Kaito, réfléchissant. Je vais aller voir comment se débrouille le vieux, après tout vu son âge il faut faire attention, plaisanta-t-il. Ichiru et Maria, allez voir comment va Zero et vous deux, faites ce que vous voulez, termina-t-il en regardant les deux amis de Kaname qui acquiescèrent.
- Bonne chance, murmura Shiki avant de s’éloigner suivi de son ami.
- Ichiru ? demanda Maria doucement en sentant l’inquiétude de son ami.
Le jeune Kiryû s’attira un regard méfiant de la part du brun qui tourna la tête vers la direction du regard de son ami d’enfance, puis il poussa un juron alors qu’Ichiru blêmit.
- Que se passe-t-il ? Est-ce que...
- Kisa se trouve à l’endroit de l’explosion, murmura Ichiru, il faut que je...
- Non, on a éliminé tous les humains à part le maître d’armes et tu ne pourras pas battre un type de son niveau ou un vampire. On change de plan, Maria va aider le directeur, Ichiru file chercher ton frère ou Kuran, débrouille-toi pour en trouver au moins un. Moi, je vais voir ce qui se passe.
Ils acquiescèrent et s’en allèrent.

- Tu te défends plutôt bien, mais bon j’ai quand même beaucoup plus d’expérience que toi...
Serrant les dents, la fille des dieux lança une nouvelle salve d’éclairs que le Sang pur esquiva.
- Je commence à m’impatienter, jeune fille, rends-toi gentiment et il n’arrivera rien à tes amis. Tu ne voudrais quand même pas qu’il arrive malheur à ton fiancé ou à tes frères n’est-ce pas ? Hum ?
- Touchez à un seul de leurs cheveux et je vous jure que vous n’irez ni au paradis ni en enfer, car vous ne serez plus que poussière.
Silver tourna la tête et se figea. Les yeux de Kisa étaient toujours aussi bleus, mais la pupille avait disparu, ses cheveux volaient autour de sa tête et une aura impressionnante émanait de son corps.
- Sublime, alors voilà le fameux pouvoir de la Princesse de la Pleine Lune...
Tu vas m’appartenir et m’obéir !
Sans répondre la jeune fille abattit son bras et un éclair surpuissant s’abattit sur le Sang pur qui n’eut pas le temps d’esquiver. Mais il en fallait plus pour tuer un Sang pur et Silver en profita, apparaissant derrière le dos de la jeune fille il la gifla et l’envoya contre un mur.
- Kisa ! Cria Saki en essayant de se relever, non !
La jeune Kiryû se mit à genoux et cracha du sang, relevant le menton elle lança un regard méprisant à son adversaire qui la bombarda de coups.
- Du moment que tu es toujours vivante, je peux te frapper autant de fois que je le veux, mais ne meurs pas s’il te plaît. J’ai encore besoin de toi...
- Enfoiré...
- Qu’as-tu dit ? Je n’ai pas entendu, rétorqua le leader de Moonlight en lui administrant un majestueux coup de genoux dans le ventre.
La Kiryû poussa un hurlement de douleur et se recroquevilla, tremblant de tous ses membres.
Désolé Kaname, songea-t-elle avec amertume, pardon Ichiru, Zéro, papa, maman, je préfère mourir plutôt que de servir un monstre pareil, adieu tout le monde...
Mais elle n’eut pas le temps de mourir, un coup de poing d’une force inhumaine frappa le visage de Silver qui alla s’encastrer dans le mur.
- Touche la encore une fois et je te jure que je te réduis en poussière, cracha le vampire en regardant son ennemi avec haine.
- Ka... na...
- Chut amour, ne parle pas, murmura le Sang pur en s’accroupissant pour la regarder avec tendresse, je suis désolé, j’aurais dû arriver plus tôt... Ne t’inquiète pas, je vais en finir rapidement. Je t’aime, conclut-il en l’embrassant sur le front.
Prends soin d’elle et des autres, je te la confie, murmura-t-il sans regarder son interlocuteur. J’ai à faire.
Ichiru acquiesça avant de se précipiter vers sa sœur et de commencer les soins.
- Silver, allons ailleurs veux-tu, on risque de les tuer par accident et ce serait dommage que ta cible trépasse n’est-ce pas ?
- Très bien Kuran, siffla son aîné, je reviendrais la chercher une fois que je t’aurais pulvérisé.
Les deux vampires disparurent. Se relevant avec difficulté et se tenant le bras la garde du corps du Sang pur s’avança vers les trois autres blessées et commença à les soigner, Seiren savait qu’elle ne pourrait pas aider son maître et qu’il préférait sans doute qu’elle s’occupe de ses amies...

- Alors ? C’est déjà fini, dommage je m’abusais bien...
Aido jeta un regard haineux à l’irritante vampire qui le dominait. Il avait donné tout ce qu’il avait, mais en vain... Bien qu’il détestait l’admettre, elle était bien plus forte que lui...
- Adieu vampire, murmura l’adolescente en serrant le poing.
Poussant un cri de douleur, le vampire sentit le liquide dans son corps se contracter, il allait mourir. Mourir sans avoir pu avouer son amour, mourir sans avoir pu protéger ses amis, mourir tout simplement...
- Arrête ça Amy ! Ordonna une voix familière, mais pas forcément agréable à entendre.
La vampire soupira et repoussant une mèche de cheveux en arrière tourna la tête et dévisagea l’humain qui se trouvait à quelques mètres d’eux, essoufflé.
- Ayamé... Silver avait donc raison, tu nous as trahis.
- Je ne vous ai jamais trahis, rétorqua-t-il. Du moins, pas toi ni les autres membres de notre équipe. Le seul que j’ai trahi, c’est Silver. Laisse-le maintenant et écoute-moi ! Silver se sert de vous, il n’en a rien à faire de nous, tout ce qui compte à ses yeux c’est d’utiliser une innocente fille alors que tout ce qu’elle veut, c’est de vivre en paix.
- En paix avec son fiancé, rétorqua la vampire, pourquoi refuses-tu d’admettre que Kisa se fiche de toi et de tes sentiments ? Elle ne t’aime pas et...
- Arrête ! Je sais bien qu’elle ne m’aime pas, mais c’est mon amie et je me battrais juste au bout pour elle, tu ne comprends donc pas ?! Tous ceux qui se battent dans l’autre camp se fiche du fait que Kisa est la fille de dieux, qu’elle soit d’aussi haut rang que les Sangs purs voir plus, pour eux tout ce qui compte c’est qu’elle soit elle-même et qu’elle soit leur amie. C’est ça le vrai pouvoir de leur groupe, l’amitié. Bien que certains ne se supportent pas, ils ont décidés ensemble d’abandonner leurs différents pour la protéger. Amy, fais le bon choix je t’en prie.
- Il a raison, vous ne gagnerez jamais, marmonna l’aristocrate en se redressant. Car on a tous le même but, protéger notre amie ou sœur ! Et on est bien plus forts, unis que seuls, vampire !
Amy le regarda, puis ferma les yeux réfléchissant intensément à leurs paroles.

- Tu as gagné... Je sais à présent, pourquoi on te surnomme le chasseur obscur, ricana l’homme à terre. Tu es sûrement le chasseur le plus fort au monde...
- Non. Tu te trompes, sourit le chasseur en attrapant son chapeau et en le remettant. Je me fais vieux, tu sais, et la nouvelle génération est bien plus forte que moi ou nous autres vieux débris. Ce sont eux, la force du monde et ce sont eux qui au final gagneront. C’était un bon combat, désolé pour tout ça.
- Ce n’est rien... Je suis mort en comprenant enfin mes erreurs, tu ne pouvais pas me faire de plus beau cadeau, Tôga Yagari.
Contemplant le visage enfin paisible de son ennemi, le chasseur soupira. Il en avait marre de ces morts, peut-être était-il temps de prendre sa retraite...
- Mouais, pas avant la fin de ton apprentissage, princesse, sourit-il en pensant à sa dernière élève. Allons-y.

- Vous allez bien monsieur ? S’inquiéta la vampire en regardant le directeur de l’Académie Cross.
- Oui Maria, je suis juste inquiet, murmura Kaien. Rejoignant-les.
- Vous êtes vivants ? Vous êtes sacrément résistants pour un vieil homme. Aïe !
- Un peu de respect pour tes aînés Kaito, marmonna Yagari.
Souriant Kaien contempla les deux chasseurs et leva la tête.
Kisa, Zero, j’espère que vous alliez bien...

Sans jeter un regard en arrière, la silhouette partit d’un pas rapide en se tenant le ventre, malgré la douleur il devait avancer, vérifier qu’ils allaient bien. Tous les deux.

Les deux vampires foncèrent l’un sur l’autre, chacun bien décidé à vaincre...
Mais une différence de taille les séparait, l’un se battait pour le pouvoir et l’autre pour l’amour... Sacrée différence non ?

Deuxième partie : La lune, le soleil, les étoiles et l’éclipse

Quelques heures plus tard, dans une partie intacte de la propriété.
- Alors ? demanda une voix faible.
- Les blessures de Takuma, Kain, Shiki, Maria, Seiren, Ruka, Aido, Rima et Rido sont sans gravités et ils guérissent vite. Celles de Zero, Kaito, Saki, Ayamé et Ichiru sont plus graves, mais ils vont s’en sortir. Et toi tu ferais mieux de te reposer, crétin, les tiennes sont peut-être sans gravité, mais à ton âge tu as besoin de repos.
- Toi aussi tu es blessé Tôga, remarqua son ami avec un pâle sourire. Et... Kisa ?
Le visage du chasseur s’assombrit.
- Toujours inconsciente... Ichiru et Zero sont avec elle, mais à mon avis quant il ne sera pas là, elle restera dans le coma. J’espère juste qu’il n’est pas...
- Tais-toi, il ne peut pas mourir aussi facilement, je l’ai promis à ses parents... Et puis il est plutôt costaud.
- Ouais, même pour un vampire, pareille résistance est inhumaine.
Les deux hommes échangèrent un regard, ils avaient peur malgré leurs paroles...

Ouvrant les yeux, la jeune fille contempla le plafond clair sans vraiment savoir ce qui se passait. Elle se redressa soudainement, se rappelant les évènements de cette journée de folie, mais la tête lui tourna et elle se sentit basculer en arrière sans pouvoir se retenir. Mais heureusement un bras puissant la rattrapa et la rallongea en douceur tandis qu’une voix inquiète retentissait à ses oreilles.
- Petite sœur, est-ce que ça va ? Tu ne dois pas bouger, ton corps est encore sous le choc.
Tournant légèrement les yeux, elle aperçut ses frères. Zero était assis sur une chaise à côté du lit, c’était lui qui l’avait rattrapée, et la regardait avec un regard troublé, Ichiru se tenait derrière lui et la regardait avec inquiétude.
- Où... suis... je ? demanda la benjamine d’une voix faible.
- A l’infirmerie provisoire, répondit le vampire d’une voix détachée.
Clignant des yeux, elle lui lança un regard interrogateur, mais ce fut Ichiru qui lui répondit.
- Tu as combattu Silver Light et tu as été gravement blessée, mais heureusement j’ai pu prévenir Kaname à temps et il est venu te sauver. Lui et Silver ont disparu afin de combattre ailleurs et on a pu donner les premiers soins aux blessés, dont toi.
- Je vois... Kaname ?! Où est-il ?! Il va bien ?!
Elle essaya de se redresser derechef, mais le regard que lui lança son aîné la cloua au lit plus sûrement que la douleur. Elle avala sa salive, inquiète pour son fiancé.
- Et bien...
Ichiru avait l’air gêné, il évitait les yeux de sa sœur et se mordait la lèvre.
- On n’a pas de nouvelles de Kuran, finit par lâcher Zero, désolé.
Fermant les yeux sa sœur murmura quelque chose d’inaudible et se retourna en grimaçant laissant ses larmes couler en silence.
Le cadet voulut parler, mais son jumeau secoua la tête en se levant et en le faisant sortir, il ferma la porte à son tour. Zero avait bien compris que sa protégée voulait être seule, même s’il aurait préféré qu’elle ne soit pas si triste de l’absence de Kuran...

Se levant avec difficulté le vampire contempla son ennemi d’un regard indifférent.
- Non... Ce n’est pas possible... Je ne peux pas... perdre ! Elle m’appartient, elle doit être à moi ! C’était... écrit !
Vlaf !
La tête retomba un peu plus loin et tout le corps se transforma en poussière. C’était fini, bien fini, enfin. Il pouvait rentrer et la retrouver. Sa fiancée, sa princesse, son âme sœur. Souriant il ferma les yeux et poussa un long soupir, tout était bien qui finissait bien... Mais était-ce vraiment terminé ? Le visage du Sang pur s’assombrit, il venait de réaliser quelque chose, quelque chose qui ne lui plaisait pas, mais qui était pure vérité...

Un mois plus tard.
- QUOI ?! Comment ça je dois prendre le contrôle de la guilde ?!
Ils grimacèrent, ils savaient qu’il réagirait comme ça, après tout ses colères étaient légendaires...
- Je refuse, asséna l’homme en s’appuyant contre son siège. La nouvelle génération doit prendre le relais, je me fais vieux et puis j’ai toujours une apprentie.
- Essaie de nous comprendre Yagari, tenta un chasseur en tressaillant sous le regard noir que lui envoya son cadet. Kiryû Zero est certes qualifié pour cette tâche, tout comme ta fille, mais ils sont un peu jeunes... Et puis je crois savoir que ton apprentie a presque terminé son apprentissage, non ?
Soupirant le chasseur passa une main dans ses cheveux et marmonna.
- Très bien, j’accepte. Mais à trois conditions, ajouta-t-il en levant trois doigts.
- Euh oui, nous t’écoutons.
- Première, quand Zero sera prêt, il prendra la relève, c’est le seul d’entre nous qui peut vraiment remplir le rôle de président.
- Mais c’est un...
La malheureuse se tut, les yeux du futur président flamboyaient.
- Deuxièmement, jusqu’à l’examen de sa sœur je continuerai ses entraînements, maître de la guilde ou pas. Et enfin, je demande à choisir mon bras-droit.
- Je suppose qu’il n’est pas question de discuter ?
- Vous pouvez si vous comptez chercher un autre chef que moi, répondit le chasseur avec un fin sourire.
- Très bien... Le nom de ton bras-droit ?
- Kaien Cross, répondit Tôga Yagari.
L’assemblée le regarda avec étonnement, puis ils s’en allèrent, marmonnant entre eux. Le nouveau chef sortit à son tour et gagna l’entrée de la guilde.

- Attends, que veux-tu dire par « on s’en va » ? demanda le blond en suivant son ami, un air stupéfait sur le visage.
- Il me semble être clair pourtant, Takuma, rétorqua le Sang pur.
- Mais on ne peut pas partir comme ça, voyons, sans prévenir qui ce soit, surtout...
- Je t’interdis d’avertir Kisa.
- Pourquoi ?! Si quelqu’un a le droit de savoir que tu pars, Kaname, c’est elle non ? Vous êtes fiancés après tout.
Le Prince s’arrêta et ferma les yeux, puis il jeta un coup d’œil à son ami et murmura.
- Non, Takuma. Nous ne sommes plus fiancés.
- Quoi ?! Attends, je ne comprends plus rien là...
- C’est trop dangereux pour elle, malgré ses origines elle reste humaine et je ne veux pas la mettre en danger, elle a assez souffert comme ça, Takuma. Je ne peux pas être avec elle, un jour ou l’autre on demandera à ce que je la transforme et je refuse de la transformer en monstre. Qui plus est, nous savons tous les deux que Zero et la guilde ne me laisserait pas faire ou qu’ils ne la laisseraient pas vivre de cette façon.
- Je ne suis pas d’accord, je pense que Kisa sait parfaitement tout ça et qu’elle est prête à vivre de cette façon, elle t’aime tellement Kaname, tu es tout pour elle. Si tu pars sans la prévenir... J’ignore si elle s’en sortira.
- Kisa est plus forte que tu ne le crois Takuma, elle s’en sortira très bien, même mieux.
- Tu ne changeras pas d’avis ? Tu pourrais au moins la prévenir.
- Non, ce serait pire encore.
- Et les autres ?
- Je leur ai assez causé d’ennuis comme ça, d’ailleurs tu n’es pas obligé de me suivre Takuma.
- Tu plaisantes ? Tu es mon meilleur ami et puis qui te protégera si tu n’as pas de gardes du corps ?
- Bien parlé, vice-président.
Surpris les deux vampires se retournèrent et aperçurent le reste de leur classe derrière eux. Tout d’abord, Aido, le regard sombre et l’air déterminé, puis Kain et Ruka se tenant la main, Shiki qui regardait son petit ami avec un air sérieux fort inhabituel, Rima qui se tenait en arrière, l’air mélancolique et enfin Seiren qui apparut juste derrière son maître.
- Les amis... Je vous ai causés assez d’ennuis comme ça, murmura l’héritier des Kuran en les fixant avec tristesse.
- Un vampire choisit son maître, rétorqua Aido en croisant les bras et en se plantant devant son aîné. Et personnellement je t’ai choisi Kaname Kuran et je suis sûre que c’est la même chose pour les autres, alors on te suivra jusqu’au bout du monde s’il le faut.
- Je ne savais pas que tu étais si poétique, Aido, le taquina son ami avec un sourire amusé. Garde ton romantisme pour ta future petite amie.
Rougissant, l’aristocrate haussa les épaules, faisant sourire son entourage.
- Très bien, vous pouvez venir. Allez préparer vos affaires.
- On ne prévient vraiment personne ? demanda Shiki en fixant son cousin.
- Non, à moins que cela vous dérange vraiment.
- Bah, papa me pardonnera, murmura le vampire en soupirant. Mais ce n’est pas sûr pour ta protégée.
Soupirant Kaname ne releva pas et ils partirent.

- Quoi ?! Comment ça il a disparu ?!
Kaien grimaça, il savait que c’était une mauvaise idée d’annoncer la disparition de son fiancé à la jeune Kiryû, mais bien sûr personne ne l’écoutait jamais.
- Calme-toi, rétorqua Zero en fixant sa sœur avec froideur. On ne sait pas où il est passé, mais lui et les autres ne sont plus à l’Académie.
- Impossible...
- On a téléphoné à leurs familles, ajouta Maria en posant une main compatissante sur l’épaule de son amie. Mais eux non plus ne savent rien, désolée Kisa.
- De toute façon, l’examen est dans une année, ajouta le chasseur aux cheveux argentés avec fermeté. Tu vas devoir t’entraîner plus que jamais alors ça nous arrange bien, tu n’auras pas le temps de flirter.
Le fusillant du regard, elle répliqua, les larmes aux yeux.
- Tu ne t’intéresses donc qu’à la chasse et à la guilde ?! Tu ne sais pas ce qui se passe entre Kaname et moi, je t’interdis de parler de notre relation de cette façon !
- Il est parti Kisa, il t’a abandonné, alors ne me parle pas d’amour s’il te plaît.
Eclatant en sanglots, la jeune fille sortit en claquant la porte.
- Et bien bravo Zero, tu es le champion du tact, se moqua un homme appuyé nonchalamment contre un mur.
- La ferme, Kaito. Je serais dans ma chambre si vous me cherchez, ajouta-t-il en sortant à son tour.
Les personnes restantes soupirèrent. Tel sœur, tel frère...

Se jetant sur son lit, la jeune fille pensa à ce qu’elle venait d’apprendre
Pourquoi es-tu parti ? Songea-t-elle avec tristesse en essuyant ses larmes.
Parce que je suis trop faible ? Parce que je suis un monstre ? Ou bien...
Parce que tu ne m’aimes pas ?
Cette pensée la fit tressaillir, si c’était le cas elle ne s’en remettrait jamais.
Maintenant qu’elle y songeait, elle n’avait été qu’un fardeau pour Kaname et ses amis. Incapable de se défendre, pleurant à la moindre occasion, oui c’était sûrement la raison de leur départ...
A partir de maintenant, promit-elle à elle-même, je ne serais plus un fardeau pour personne. Oui je le jure, je vais devenir assez forte pour pouvoir me défendre sans l’aide de personne.

- Regardez-nous, on a l’air pathétique, murmura un homme en soupirant et en passant une main dans ses cheveux.
- Je suis d’accord, ajouta sa sœur en souriant. Mais on est ensemble, ajouta-t-elle en regardant un ami qui acquiesça en souriant.
- Oui et on est enfin libres... Que voulez-vous faire maintenant ?
- J’aimerais bien rentrer à la maison, ajouta le dernier en soupirant. J’ai besoin de me reposer.
Les autres le regardèrent, lui-seul avait perdu dans toute cette histoire...

- Il a donc échoué, murmura la femme en soupirant. Décidément on ne peut compter sur personne, mais je n’ai pas dit mon dernier mot, ma chère, Kaname sera à moi et à personne d’autre.
La femme sourit, porta la tasse à ses lèvres et jeta un coup d’œil au tableau se trouvant sur un mur. Il représentait une lune et un soleil côte à côte et une éclipse cachant non pas le soleil, mais la lune... Oui, bientôt la lune disparaîtrait de l’univers et le soleil serait à elle.

Plusieurs destinées se séparent aujourd’hui, mais qui sait, un jour peut-être se croiseront-elle à nouveau ?

Fin du premier tome de la Saga de l’Univers

Kisa : Ouinnnnnnnnnn c’est terminé !!!
Takuma souriant : Mais non, pas tout à fait, tu ne sais donc pas ?
Kisa : Quoi ?
Zero soupirant : Manon écrit un dernier tome...
Kisa avec des yeux remplis d’espoir : C’est vrai ?
Zero : Oui, malheureusement...
Takuma : Et le titre sera...
Tous les personnages : L’Odyssée de l’Univers !
Silver perplexe : Mais quel rapport avec Vampire knight ?!
Auteur : Ben... Le titre est classe... Mais non, je ne sais pas si vous avez remarqué, mais les astres ont pas mal d’importance dans cette fic et puis ce titre est vraiment classe...
Personnages pensant : C’est quoi cette raison...

_________________



et

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fanfictiongirl.skyrock.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Premier tome de la saga Univers : La Princesse de la Pleine lune (fic vampire knight)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Premier tome de la saga Univers : La Princesse de la Pleine lune (fic vampire knight)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Arthur, Keri] Riley Jenson - Tome 1: Pleine lune
» LA SAGA DES WILDENSTERN (Tome 2) FEROCES de Oisin McGann
» WILD SEASONS (Tome 1 à 4) de Christina Lauren - SAGA
» STARK (Tome 1 à 4) de Julie Kenner - SAGA
» MAUDITES (Tome 2) de Michelle Zink

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
I can believe in Japan and in Bleach...  :: Choses à part :: Coin des artistes :: Écrivains :: Fanfictions personnelles :: Fanfictions de Manoncamille-
Sauter vers: