Vous aimez le Japon ? Les mangas ? Bleach ? Vous êtes au bon endroit !
 
AccueilAccueil    CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le marionnettiste, la marionnette et les fils du destin (Fic Eyeshield 21)

Aller en bas 
AuteurMessage
Manoncamille
Admin en chef & fondatrice
avatar

Messages : 671
Date d'inscription : 19/05/2011
Age : 25
Localisation : Suisse

MessageSujet: Le marionnettiste, la marionnette et les fils du destin (Fic Eyeshield 21)   Ven 7 Oct - 19:55

Me revoilà pour une nouvelle fic^^. Encore ?! diront certains, ben oui encore... C'est ma passion l'écriture et j'avais envie depuis longtemps de faire une fanfiction Eyeshield 21, mais j'attendais d'en savoir assez sur le manga et la série avant de le faire.

Quelques trucs à savoir :


- Il y aura des nouveaux personnages, deux au moins, peut-être plus.

- Des couples aussi, mais surprise Wink

- Je demande comme d'habitude des commentaires en échange avec votre avis. Et détaillé si possible.


Il est possible que je rajoute des informations plus tard, mais je vous le dirais si c'est le cas.

Voilà, je poste le prologue à la suite^^.

_________________



et

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fanfictiongirl.skyrock.com/
Manoncamille
Admin en chef & fondatrice
avatar

Messages : 671
Date d'inscription : 19/05/2011
Age : 25
Localisation : Suisse

MessageSujet: Re: Le marionnettiste, la marionnette et les fils du destin (Fic Eyeshield 21)   Ven 7 Oct - 19:55



Prologue


Elle courait, car elle adorait courir tout simplement. Ses cheveux volant au vent, ses yeux brillants de joie, elle s’arrêta en dérapage au bout du terrain et repartit dans l’autre sens.

Une phrase lui vint en mémoire. Quand on est doué pour quelque chose et qu’on aime cette chose, il faut en faire son métier, petite sœur.
Un sourire triste se dessina sur les lèvres de la fille et levant les yeux vers le ciel d’azur elle songea.
Nii-sama, je le sais bien, mais je ne peux plus faire ce sport alors comment pourrais-je...

A quelques mètres d’elle, un homme l’observait appuyé contre un mur. Un sourire apparut sur ses lèvres alors qu’il regardait l’adolescente, cette gamine était rapide, sa source avait eu raison de lui donner ces informations. Quoique pas plus rapide que Eyeshield 21, mais quand même c’était pas mal.
Il me la faut, songea l’homme avec sérieux. Il me faut remplacer l’autre running back invisible et vite si on veut continuer le tournoi.

Oui, car il était hors de question d’abandonner, il en valait de sa réputation, de son honneur, de son rêve. Ils gagneraient le tournoi et passeraient à la suite, car l’inconnu visait plus haut, bien plus haut...

Regardant une dernière fois la silhouette éclairée par les lumières du Stade, il fit demi-tour, les mains dans les poches et réfléchit à un plan.

Quand on s’approche du destin, on devient sa marionnette...

_________________



et

Spoiler:
 


Dernière édition par Manoncamille le Lun 10 Oct - 10:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fanfictiongirl.skyrock.com/
La Kitchi Mania
Modératrice en chef
avatar

Messages : 358
Date d'inscription : 21/05/2011
Age : 26
Localisation : toujours aussi fan de son spiderman et j'ai peut-être la chance de le rencontrer ^^

MessageSujet: Re: Le marionnettiste, la marionnette et les fils du destin (Fic Eyeshield 21)   Ven 7 Oct - 20:10

J'aime, je dirais même plus J'AIME XD

On voit tout de suite où l'histoire va nous mener ^^
Un marionnettiste hein?! XD
Je trouve ce début palpitant, on voit déjà du drame et de l'espoir...
Ton personnage a l'air très sensible mais aussi très courageuse mais elle donne l'impression d'avoir eu un passé très difficile.
Ta prologue est bien construite, je trouve que tu laisse du mystère et de l'espace pour l'imgination de tes lecteurs c'est bien =). Je suis sur que n'importe quel lecteur se prendrai d'affection pour ta perso' principale. Enfin pour l'instant tout n'est pas décisif puisque la prologue ne peut pas tout dire ^^ alors je vais voir ça au 1er chapitre.
Mais bravo, cette prologue m'a donnée envie de lire ta fic .

Alors je suis pressée de voir ce que tu vas faire de ce perso' enfin de cet anime plus tot.

_________________
Je suis fan de spiderman et je le resterai pour toujours il fait d'incroyable match
Hugo Lloris mon spiderman attitré XD
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Manoncamille
Admin en chef & fondatrice
avatar

Messages : 671
Date d'inscription : 19/05/2011
Age : 25
Localisation : Suisse

MessageSujet: Re: Le marionnettiste, la marionnette et les fils du destin (Fic Eyeshield 21)   Ven 7 Oct - 20:16



Ha ha, ouais un marionnettiste, pas difficile de savoir qui il est et qui est la marionnette XD

Oh oui elle a souffert la petite... Et elle est courageuse et sensible, très bonne analyse ma Kitchi^^.

Hé hé, j'adore faire des débuts mystérieux, sans donner trop de détails, j'en donne plus par la suite^^.

J'espère bien que tu vas t'attacher à la petite Ako, c'est le but, d'ailleurs je sais pas si tu l'as remarqué mais mes héros inventés sont toujours des héroïnes XD

La suite arrivera bientôt, le temps que je finisse et que je corrige. Mais tu l'auras sûrement au plus tard dimanche.

Merci encore !

_________________



et

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fanfictiongirl.skyrock.com/
La Kitchi Mania
Modératrice en chef
avatar

Messages : 358
Date d'inscription : 21/05/2011
Age : 26
Localisation : toujours aussi fan de son spiderman et j'ai peut-être la chance de le rencontrer ^^

MessageSujet: Re: Le marionnettiste, la marionnette et les fils du destin (Fic Eyeshield 21)   Ven 7 Oct - 20:20

C'est normal que tu préfères faire des héroïnes pour ta fic puisque comme ça tu peux prendre leur place et mieux penser ce qu'il va se passer pas la suite.
Je fais souvent de même, j'arrive que très peu à me mettre dans la tête d'un homme c'est difficile de ne pas être toi XD.
Parce qu'en général le personnage que tu as inventé est à ton image.

_________________
Je suis fan de spiderman et je le resterai pour toujours il fait d'incroyable match
Hugo Lloris mon spiderman attitré XD
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Manoncamille
Admin en chef & fondatrice
avatar

Messages : 671
Date d'inscription : 19/05/2011
Age : 25
Localisation : Suisse

MessageSujet: Re: Le marionnettiste, la marionnette et les fils du destin (Fic Eyeshield 21)   Ven 7 Oct - 20:52

ma belle !

Exactement ce que je pense XD


_________________



et

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fanfictiongirl.skyrock.com/
Manoncamille
Admin en chef & fondatrice
avatar

Messages : 671
Date d'inscription : 19/05/2011
Age : 25
Localisation : Suisse

MessageSujet: Re: Le marionnettiste, la marionnette et les fils du destin (Fic Eyeshield 21)   Sam 8 Oct - 7:35



Premier chapitre : Nouveau lycée, nouveaux amis, nouvelle cible


- Tut ! tuuuuut !
Le réveil sonna, réveillant sa propriétaire, cette dernière émit un grognement agacé et se redressa. Les cheveux ébouriffés, les yeux à demi-fermé, une grimace en guise de sourire, pas difficile de deviner que l’inconnue n’aimait pas se lever tôt. Se levant, elle attrapa l’uniforme posé sur la chaise, l’enfila, se coiffa brièvement, ignora la boîte à maquillage et sortit de la pièce sans daigner faire son lit. Arrivé à la salle de bain, elle se brossa les dents, se lava le visage en vitesse, se regarda dans le miroir, se dit que son apparence était correcte.
Cinq minutes plus tard, elle était dehors, son sac sur l’épaule et un petit pain dans la bouche.
Elle ferma la porte à clé, la rangea, puis se mit en marche d’un pas rapide, nerveux.
Ses jambes étaient tendues, nerveuses, parcourues de soubresauts indétectables pour les autres, mais pas pour elle. L’adolescente devait se retenir, personne ne devait découvrir ses capacités et sa rare source de plaisir. Une source qui se résumait à un seul mot, courir.

La balle décrivit un arc de cercle et retomba dans les mains du garçon qui se mit à hurler une fois retombé sur le sol.
- Réception max !
- T’as failli la rater, sale singe !
Le singe en question se reçut un coup de pied aux fesses et regarda son capitaine.
- On est en demi-finale ! Tu crois vraiment qu’on peut se permettre de faire des erreurs ?! Attrape-moi cette balle du premier coup la prochaine fois ! Compris ?!
- Euh oui, Hiruma-san, désolé, bredouilla le singe.
- Si tu as compris, recommence ! cria le blond en tirant en l’air avec un fusil.
Pas besoin de le dire deux fois, le gamin partit en courant s’entraîner.
- Hiruma-san ?
Se tournant vers la voix, le quaterback croisa le regard noisette de son meilleur joueur.
- Quoi, sale nabot ?
- Je dois partir plus tôt, on m’a demandé d’accueillir une nouvelle élève, expliqua le brun timidement.
- Tss. C’est bon, mais t’as intérêt à t’entraîner deux fois plus ce soir, compris ?
- Oui, merci.
Le jeune homme partit en courant sans doute pour ne pas être en retard. Le blond le regarda partir d’un air indéchiffrable se demandant qui était la nouvelle élève.
Il retourna vite à ses occupations, à savoir entraîner une bande de gamins absolument pas prête pour le match du mois prochain.

Appuyée contre un mur, les jambes croisées, l’adolescente attendait l’élève qui devait la guider dans le lycée, enfin c’était ce que la secrétaire lui avait dit.
- Suzuki Ako ?
Tournant la tête, elle aperçut un garçon de son âge visiblement. Brun, yeux noisettes, il portait l’uniforme vert de Deimon et affichait un sourire amical.
- Yosh, c’est moi, sourit Ako en se redressant.
- Enchanté, je m’appelle Kobayakawa Sena et je suis chargé de te guider dans le lycée le temps que tu t’habitues aux lieux.
Le garçon observa la jeune fille, elle avait de courts cheveux argentés, des yeux bleus magnifiques, un visage fin et de grandes jambes.
Jolie, songea le running back avant de se gifler intérieurement. Vaut mieux qu’on y aille si on ne veut pas être en retard, ajouta-t-il à haute voix. Tu es dans quelle classe ?
- La salle trente-et-une je crois, répondit la jeune fille en jetant un coup d’œil à une feuille.
- Tiens, c’est ma classe, sourit l’eyeshield.
- C’est vrai ?
- Oui.
Ils marchèrent dans le couloir et l’adolescent montra rapidement à la nouvelle les différents lieux devant lesquels ils passaient. En parlant en chemin, Ako apprit que son nouvel ami jouait dans l’équipe de football américain du lycée.
- Mais ça ne doit sûrement pas t’intéresser...
- Tu joues à quel post ? Running back ?
Surpris, le jeune homme s’arrêta et la regarda.
- Comment as-tu deviné ?
- Et bien, tu as de bonnes jambes, tu touches à peine le sol en marchant, bref ça se voit que tu as l’habitude de courir, sourit-elle.
- Ouah, tu as...
- Monsieur Kobayakawa, vous et votre amie comptez rester devant la porte longtemps ?
Sursautant les jeunes gens se retournèrent, un homme d’un certain âge et à l’air sévère se tenait derrière eux.
- Désolé, monsieur, s’excusa le brun en entrant suivi de son amie.

La salle de classe était petite et une vingtaine d’élèves s’y trouvaient. Ako remarqua entre autre les trois élèves se tenant au fond de la pièce, un blond, un brun et un châtain.
Ils étaient musclés et parlaient à voix basse, ignorant le cours, Sena alla s’asseoir à côté d’eux et la jeune fille les entendit se saluer et parler d’un match.
Probablement ses coéquipiers, songea-t-elle avant de se tourner vers son professeur.
- Mademoiselle Suzuki, je présume ?
- Oui, monsieur.
- Bien, veuillez vous présenter à la classe.
Elle pivota vers les tables et déclara brièvement.
- Je m’appelle Suzuki Ako, j’ai quinze ans et je viens de Tokyo. J’aime lire, écouter de la musique, les mangas et... courir, c’est tout.
- Allez-vous asseoir dans ce cas.
Elle s’exécuta et alla s’asseoir au rang juste devant celui des sportifs faisant mine d’ignorer les regards posés sur elle.

- Tu es sûre de vouloir rentrer toute seule ?
- Oui, ne t’inquiète pas, tout va bien, assura la lycéenne à son nouvel ami.
Elle attrapa son sac noir, fit un signe de la main au brun et sortit sous le regard inquiet du garçon. La nouvelle élève longea le couloir, puis descendit au trot les escaliers et sortit dans la cour. La jeune fille s’arrêta un instant et parcourut du regard les environs. Une cour standard, des allées d’arbres et...
Tout son corps se crispa et elle sentit son cœur se serrer alors que son dos la picota.
Un terrain de football américain apparaissait à quelques mètres d’elle caché par des arbres et pour seule entrée des escaliers blancs. Les poteaux et les lignes blanches ne laissaient aucun doute sur son utilisation, fermant les yeux, elle prit son courage à deux mains et avança jusqu’aux escaliers. Ces poteaux, ces lignes, cet équipement, cela faisait longtemps que Ako ne les avait pas vus, mais elle n’avait rien oublié.
- Qu’est-ce que tu fiches ici ?
La voix retentit à sa droite et elle sursauta étant plongée dans ses pensées, elle pivota et remarqua l’homme qui l’observait adossé contre un mur. Cheveux blonds hérissés, oreilles pointues comme les elfes, dents pointues, svelte et musclé, il était vêtu d’un uniforme de football rouge et portait le chiffre un. Ils se regardèrent un long moment et Ako crut percevoir une étincelle de stupeur traverser les yeux du sportif.
- Le terrain n’est pas privé à ce que je sache, rétorqua l’intruse. Et qui êtes-vous ?
Esquissant un sourire qui aurait fait fuir n’importe qui, l’homme s’approcha jusqu’à être devant le nez de la jeune Suzuki qui s’aperçut qu’il avait deux bonnes têtes de plus qu’elle.
- Hiruma Yoichi, démon de Deimon ou plutôt du monde. Et toi gamine ?
Déglutissant, elle répondit d’une voix assurée quoique tremblante en arrière-fond.
- Suzuki Ako, je suis nouvelle dans le lycée, en deuxième année.
- Hum, c’est toi que le nabot devait venir chercher ? Enfin Sena.
- Euh oui, je suppose.
- Je vois.
Au fond, Yoichi jubilait, quelle coïncidence...
- Tu aimes le football américain ? Demanda-t-il avec curiosité bien qu’il ait déjà deviné la réponse.
Mais la réaction de la gamine, ça il ne s’y attendait pas. Elle se figea, les muscles crispés, devint blême et répondit froidement.
- Non, pas du tout.
- Ne me mens pas, gamine, je déteste ça. J’ai vu ton regard quand tu dévisageais le terrain, il dégageait du regret, de la nostalgie et de la peur. Tu aimes jouer, mais tu ne peux pas n’est-ce pas ?
- Tu ne sais rien de moi...
- Ca, c’est ce que tu crois, souffla Yoichi trop doucement pour qu’elle l’entende. J’ai une place libre dans l’équipe si jamais, au poste de running back.
- Je t’ai dit que ça ne m’intéressait pas, au revoir.
Ako remonta les escaliers quatre à quatre et disparut de la vue de Hiruma.
On se reverra, ne t’inquiète pas pour ça, pensa ce dernier avec un sourire carnassier.
Car le démon ne lâchait jamais sa proie une fois qu’il l’avait trouvée.

- Riku ?
Se tournant vers la voix, le garçon demanda d’une voix irritée.
- Oui, Kid ?
- Tu ne t’entraînes plus depuis notre entrée dans le tournoi, pourquoi ?
L’adolescent sentit nettement le reproche dans la voix de son aîné et soupira.
- Je m’entraîne à côté, je n’ai pas envie de m’entraîner avec les autres.
- Et pourquoi ça ?
Le running back haussa les épaules et grimaça.
- Mais j’en sais rien, j’ai pas envie c’est tout.
Le cow-boy passa une main sur son chapeau et secoua la tête avec un sourire amusé. Il adorait le coureur, le considérait comme son petit frère et son protégé, mais parfois le gamin était vraiment fatiguant.
- Peut-être, mais le problème c’est que les Wild Gunmans fonctionnent en équipe, Riku, les membres doivent travailler ensemble, s’entraîner ensemble, vivre ensemble.
- Je sais, murmura le garçon en soupirant. Excuse-moi.
Souriant l’homme ébouriffa les cheveux du garçon.
- Bien, content que tu le comprennes. En fait, comment va Sena ?
- Je ne l’ai pas vu dernièrement.
- Tu devrais aller le trouver, vous êtes très proches non ?
- Ouais, on se connaît depuis longtemps. Il est un peu mon petit frère. Il a tellement changé depuis notre première rencontre...
L’adolescent eut tout d’un coup un regard nostalgique qui fit apparaître un sourire tendre sur les lèvres de Kid.

Elle entra dans son appartement et fermant la porte se laissa tomber par terre, dos à la porte.
Des larmes coulaient sur ses joues et Ako enfuit sa tête dans ses bras. C’était plus fort qu’elle, dès que les souvenirs lui revenaient elle craquait. Et ils revenaient quand on lui parlait de football américain ou qu’elle s’en rappelait. Ces souvenirs où elle avait vécu tant de choses, bonnes comme mauvaises, mais qui l’avaient tous forcé à fuir. Se levant péniblement, elle se dirigea vers sa chambre et se coucha sur son lit yeux levés vers le plafond. Le plus douloureux avait été la trahison, sa trahison. Elle ne l’oublierait jamais. Repensant à sa rencontre avec ce Hiruma elle essaya de savoir pourquoi il lui avait proposé un poste de running back, il ne l’avait jamais vu courir, ni jouer alors comment pouvait-il savoir qu’elle jouait autrefois au football américain et au poste de running back en plus ? Elle s’endormit sur cette interrogation, sourcils froncés.

Pour une fois, il avait annulé l’entraînement du soir, il ne se sentait pas d’humeur à entraîner ces gamins et préférait échafauder son plan. Tout avait commencé le jour où Ishimaru alias l’homme invisible avait donné sa démission, trop occupé avec le club d’athlétisme. Et sans un deuxième running back, les Devils bats ne pouvaient pas gagner le tournoi, malgré Eyeshield 21. Hiruma le savait très bien et il devait donc trouver un remplaçant, il avait alors contacté un de ses informateurs qui lui passa des informations intéressantes. Une adolescente nommée Suzuki Ako venait de déménager en ville quelques mois plus tôt et d’après des témoins elle avait tout le profil d’une running back.
Rapide, fine silhouette, amour de la course, grandes jambes. Mais le seul hic c’était que visiblement elle ne jouait plus au football. Pourquoi ?
Personne ne le savait, sans doute à cause de raisons personnelles lui avait dit son informateur.
Poussé par la curiosité, Yoichi était allé au stade où Ako avait l’habitude de courir tous les soirs. Et là, il avait su qu’il avait celle qu’il cherchait. Mais il fallait encore qu’il l’attrape dans ses filets. Et son instinct lui disait que contrairement à d’habitude il n’y arriverait pas en la menaçant, en utilisant son carnet du diable, du chantage ou une façon de ce genre.
Mais que faire d’autre ? Il ne trouvait pas la solution et ça l’énervait, il trouvait toujours le moyen de manipuler et d’obtenir ceux qu’il voulait, mais là il séchait.
Installé devant son ordinateur, un chewing-gum sans sucre dans la bouche, il tapotait à une vitesse folle sur les touches. Il se trouvait sur un site d’informations qu’il affectionnait pour le professionnalisme et l’expérience des membres, son pseudo était ironiquement Devil.
Soudain il se figea, le regard rivé sur l’écran et un sourire gigantesque apparut sur ses lèvres, il avait trouvé sa solution, bon ça n’allait pas être facile pour lui, mais il ferait un effort.
Éteignant son portable, il alla se coucher, hâte d’être à demain.

_________________



et

Spoiler:
 


Dernière édition par Manoncamille le Lun 17 Oct - 11:12, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fanfictiongirl.skyrock.com/
Manoncamille
Admin en chef & fondatrice
avatar

Messages : 671
Date d'inscription : 19/05/2011
Age : 25
Localisation : Suisse

MessageSujet: Re: Le marionnettiste, la marionnette et les fils du destin (Fic Eyeshield 21)   Dim 9 Oct - 19:37



Voilà la suite, avec l'apparition de nouveaux personnages du manga très importants pour la suite. Je m'excuse d'avance concernant deux d'entre eux, en effet j'ai vu que l'anime et pas le manga, donc je les ai jamais vraiment vus, j'ai lu ce que je pouvais sur internet et regarder des images, mais c'est pas pareil que de les suivre, donc toutes mes excuses si je les déforme^^.

Bonne lecture ! Kitchi, le début est spécialement pour toi Wink

Deuxième chapitre : Quand l’ange et le démon se rencontrent pour de bon

Il courait, une lueur impatiente dans le regard, bientôt il se retrouverait face à lui. Ce jeune garçon qui le fascinait, il l’avait vu évoluer de façon impressionnante, au début il avait peur sur le terrain et fuyait, mais l’homme savait que maintenant ce ne serait plus le cas.
Kobawakaya Sena ne fuirait plus, au contraire, Shin Seijuro attendait la rencontre entre Ojou et Deimon avec grande impatience.
- Shin ?
Il s’arrêta et tourna la tête vers son coéquipier, Sakuraba se tenait au bord du terrain le regard fixé sur lui.
- Que se passe-t-il ?
- Je n’arrivais plus à dormir alors je suis venu et je t’ai vu t’entraîner. Tu es incroyable, Shin, t’entraîner à cette heure... Je ne serais jamais à ton niveau.
Le champion des White Knights regarda son ami se détourner et lever les yeux vers le ciel, le blond déprimait cela se voyait clairement.
- Tu as fait d’énormes progrès Sakuraba, dit-il fermement. Tu as tout d’un excellent receveur, tu le prouveras dans le match contre Deimon, j’en suis sûr. Mon rival est Eyeshield 21 et le tien Raimon Tarou. Les plus forts gagneront et ce sera nous.
Surpris, le receveur le regarda, puis sourit.
- Merci Shin. Comment ça se passe avec Kyoko ? Demanda-t-il ensuite avec un sourire moqueur.
Le line backer ne répondit pas tout de suite.
- Ca se passe bien, elle et moi étions fait l’un pour l’autre je crois (note de l’auteur : Spéciale dédicace pour toi Kitchi^^), c’est une fille géniale.
Oui, Shin Seijuro avait trouvé l’amour, qui l’aurait cru ? La nouvelle manager de l’équipe des White knights, Kyomizu Kyoko.
- C’est sûr, on ne pourrait pas faire grand-chose sans elle, sourit le blond. Elle est aussi douée que Aneazaki de Deimon.
Shin acquiesça avant de repartir courir. Sakuraba le suivit après une hésitation.

- Coucou.
Sena leva la tête de sa table et vit sa nouvelle amie lui sourire.
- Salut ! Bien rentrée hier ?
- Oui, aucun problème, mentit-elle sans citer sa rencontre avec le démon. Dis-moi, les trois garçons assis près de toi, ils font aussi partis de ton équipe ?
- Oui, ils sont lineman, sourit Sena. Je te les présenterai après si tu veux.
- Je vois et qui est le quaterback ?
Elle devinait déjà la réponse, mais voulait en être sûr. Sena de son côté se sentait perplexe, pourquoi Ako s’intéressait autant à son équipe ?
- Le quaterback s’appelle Hiruma Yoichi, il est en troisième année et c’est aussi le capitaine des Devils Bats.
Sena se mit à parler de son équipe avec fougue, racontant son expérience, les matchs et parlant de ses coéquipiers. Ako souffrait, mais pour une fois elle arrivait à contenir la douleur.
- Salut Sena.
Les trois lineman venaient d’arriver, Jumonji salua le running back d’un signe de tête, Kuroki se contenta de sourire et Toganou lui flanqua une accolade qui fit grimacer le brun.
- Salut les gars, au fait je vous présente Suzuki Ako. Ako, voici Jumonji, Kuroki et Toganou.
- Enchantée, sourit l’adolescente.
- De même, répondirent les frères hein-hein.
Ils allèrent s’asseoir et Ako quitta le brun pour retourner à sa place, le cours allait commencer.
Elle en savait plus sur l’équipe maintenant, d’abord Sena en tant que running back, puis Jumonji et les deux autres en tant que lineman ainsi qu’un garçon nommé Komusubi et un homme s’appelant Kurita. Le kickeur s’appelait Gen Takekura alias Musahi, le Tight End s’appelait Taki, le receveur Raimon Tarou alias Monta, un autre receveur Yukimistu, une manager Aneazaki Mamori, une pom-pom girl Suzuna Taki et enfin Hiruma en tant que quaterback et capitaine.

Mais il leur manquait un running back pour participer à la demi-finale contre les Ojou white knights lui avait dit Sena. Une équipe très puissante, avec le meilleur line backer, Shin Seijuro.
Ako ferma les yeux, elle voulait aider le brun et les trois inséparables, mais pouvait-elle vraiment rejouer ? Elle n’avait jamais réessayé depuis cette époque, la douleur était déjà insupportable quand elle se rappelait ou regardait les autres jouer, alors si elle était sur le terrain... Elle préférait ne pas y penser. Mais une petite voix lui chuchotait qu’elle ne serait pas seule cette fois, qu’elle aurait des amis. Des amis ? Qui voudrait être son amie ? Personne, elle le savait bien, elle n’était pas digne d’avoir des amis. Après tout, elle était maudite.
Sa famille l’avait rejetée, son équipe aussi, ses amis pareils et même lui l’avait fait. Le souvenir qu’elle eut à ce moment précis fut tellement violent que son cerveau se déconnecta et elle s’évanouit tombant sur le sol.
- Ako !
- Mademoiselle Suzuki ?!
Sena se leva d’un bond et se précipita vers sa camarade de classe, il fut stupéfait de la voir si pâle, on aurait dit un fantôme... Pendant que le professeur paniquait et que les autres élèves restaient figés, il lui prit le pouls et se sentit soulagé. Soudain une main se posa sur son épaule, il tourna la tête et vit Jumonji derrière lui.
- Je vais l’amener à l’infirmerie, dit le blond en la soulevant. Ne t’inquiète pas, Sena.
Le brun le regarda avec reconnaissance, lui et le lineman étaient devenus plus proches depuis que le blond sortait avec la sœur de cœur du brun.
Le costaud sortit avec son fragile paquet et se dirigea vers l’infirmerie.

- Sena ? Est-ce que ça va ?
Le brun tressaillit et tourna la tête vers son amie qui le regardait avec inquiétude.
- Euh oui, merci Suzuna, c’est juste que...
- Change-toi au lieu de discuter, sale nabot !
Sursautant les deux adolescents se retournèrent.
- Euh oui, Hiruma-san, désolé.
- Que se passe-t-il Sena ? Demanda Mamori en entrant à la suite du blond. Ça ne te ressemble plus d’être aussi inquiet.
- Et bien, c’est juste qu’une fille de ma classe a fait un malaise ce matin.
- Une fille ? Qui ça ?
- La nouvelle, Suzuki Ako.
Se figeant discrètement, Hiruma fronça les sourcils. Etais-ce sa faute ? Bon, cela remontait à la veille, mais il lui avait peut-être fait peur à cette gamine. Et si elle mourait maintenant ou restait alitée tous ses plans tombaient à l’eau.
- Où est-elle ?
Surpris le running back le regarda sans répondre.
- Je t’ai demandé où elle était, sale gamin !
- Hiruma-kun ! Pas besoin de crier voyons !
- A... a l’infirmerie, s’empressa de répondre l’Eyeshield.
- Bien, merci.
Toute l’assemblée le regarda avec des yeux ronds, Hiruma Yoichi venait de le remercier ? Impossible... Soupirant, le blond sortit sous les regards stupéfaits de l’équipe, seul Musashi le regardait avec inquiétude.
- Hiruma ? Tenta Kurita, et l’entraînement ?
- Entraînez-vous sans moi, vous êtes assez grands à mon avis. Et personne ne vient à l’infirmerie avant mon accord, compris ?
Il utilisa son pied pour claquer la porte et se mit en marche d’une allure décontractée, les mains dans ses poches, un énième chewing-gum dans la bouche et faisant des bulles avec.

Au bout d’un moment, il arriva à la porte de l’infirmerie, il fit sortir par la menace l’infirmière de garde sans faire trop de bruit et referma la porte. Ako se tenait allongée sur un lit blanc, recouverte par une couverture, ses yeux étaient fermés et sa poitrine, assez plate en passant, se soulevait doucement et régulièrement. Le blond s’appuya contre le mur, jambes croisées et le regard rivé sur la gamine. Si elle avait été un peu plus âgée, songea-t-il, il aurait pu s’y intéresser d’une autre manière. Elle était jolie, avec ses cheveux argentés courts, sa poitrine un peu trop plate, ses grandes jambes fines idéales pour courir, ses yeux bleus, mais cela se voyait qu’elle n’était qu’une gamine. La veille Yoichi avait vite compris que sous ses airs durs se cachait une gamine fragile et ébranlée, elle lui avait rappelé le sale nabot à ses débuts dans le football américain. Mais son instinct lui disait qu’il ne devait pas s’y prendre de la même façon avec elle s’il voulait en faire une championne.
Ses pensées furent interrompues par le réveil d’Ako.

Ako se réveilla avec un mal de tête carabiné, c’était ça de penser à cet idiot, comment avait-elle pu être aussi stupide ? Tomber amoureuse d’un joueur comme lui et se faire utiliser sans se rendre compte de rien ? Elle entendit un bruit étrange, comme celui d’une bulle qui éclate, tournant la tête elle se figea. Le démon du lycée se tenait à quelques mètres d’elle appuyé contre le mur et la fixant. Ils se regardèrent un long moment en silence, puis la jeune fille se redressa et demanda en plissant les yeux.
- Que fais-tu ici, Hiruma ?
- Le nabot m’a dit que tu avais fait un malaise, alors je suis venu te voir.
- Très gentil de ta part, ironisa Ako, on se connaît à peine je te signale. Alors pourquoi te soucier de moi ?
Le démon la regarda un moment avant de lâcher.
- Je te l’ai dit, j’ai besoin d’un running back et j’ai décidé que ce serait toi. Mais ce n’est pas la seule raison, je voulais m’excuser de t’avoir blessée hier, je ne voulais pas t’effrayer.
Elle le regarda, puis soupira.
- Ce n’est pas ta faute, c’est moi qui suis... Sena m’a dit que tu étais quaterback, c’est vrai ?
- Oui, je suis l’un des meilleurs sans me vanter. J’ai commencé le football au collège avec deux amis, Kurita et Musashi. Et toi ?
Hésitant un moment, Ako finit par murmurer.
- J’ai joué au football américain depuis mes dix ans jusqu’à mes quatorze ans dans une équipe du Kansai.
Yoichi attendit qu’elle en dise plus, mais elle n’ajouta rien. Il retint un soupir irrité.
- Tu n’as jamais pensé à rejouer ?
- Si...
Ako craqua et se mit à crier contre le lycéen.
- Je rêve de rejouer ! Je n’attends que ça ! Mais c’est impossible, si je rejoue, ils vont me retrouver et ça ne doit pas arriver, ils m’ont fait assez souffrir comme ça. Et puis, je ne suis pas assez forte, je ne serais qu’un poids pour mes coéquipiers. Je ne mérite pas la chance que tu me donnes.
- C’est à moi de décider si tu la mérites ou non, gamine.
Surprise elle tourna la tête vers le quaterback. Hiruma levait la tête et regardait le plafond d’un air songeur inhabituel chez lui. Elle le regarda plus en détail et nota les choses qui lui avaient échappés jusqu’à maintenant. Le portable et le paquet de chewing-gum sortant de ses poches, les boucles d’oreilles en forme d’anneaux, les muscles saillants qui, elle le devinait, n’avaient pas toujours été là et l’assurance qui se dégageait de cet homme, il avait l’habitude de se faire obéir, de contrôler les autres.
- Pourquoi moi ? demanda-t-elle soudain d’une voix tremblante.
Il baissa les yeux vers elle et s’approcha avant de s’asseoir sur le lit, son regard rivé dans ses yeux bleus.

- Rik-kun !
Se tournant le garçon regarda ses amis s’approcher. Mamori qui utilisait toujours le même surnom ridicule, le singe déterminé, le lutin agaçant et... Riku fronça les sourcils, son ami regardait le sol et semblait complètement ailleurs, son aîné devina tout de suite que quelque chose le tracassait et il n’aimait pas ça.
- Salut, dit-il en souriant quand même. Cela fait un moment.
- Yaa ! Tu l’as dit Rikuriku !
- Suzuna-chan, calme-toi, sourit Mamori. Comment vas-tu Rik-kun ?
- Bien, je suis prêt pour mon match. En fait, bravo pour votre victoire contre les Shinryūji, j’ai vu le match à la télé, vous avez été géniaux. Surtout toi, Sena.
Le garçon redressa la tête semblant sortir d’un coup de ses pensées, il regarda son ami d’enfance un moment l’air surpris de le voir devant lui, puis sourit.
- Merci Riku. Ca n’a pas été facile de les battre, surtout Agon, frissonna le running back en songeant au terrifiant joueur.
- C’est sûr, mais tu t’es bien débrouillé.
Ils se mirent en chemin, discutant de choses et d’autres, mais au bout d’un moment Suzuna qui avait eu le regard rivé sur Sena depuis le début attrapa les bras de Mamori et Monta.
- Allez Mamo-nee, Mom-mom, on va les laisser parler de courses, dit-elle tout en regardant fixement Riku comme si elle voulait lui faire passer un message.
- Quoi ? Mais moi aussi je veux parler réception max ! Protesta Monta.
Mamori comprit tout de suite ce que je voulais dire sa cadette et échangea un regard avec son deuxième protégé, elle avait aussi compris que Sena n’allait pas bien et si quelqu’un pouvait s’occuper du gamin, c’était bien Riku.
- Tu as raison, Suzuna-chan. Allons-y.
Elles entraînèrent Raimon et disparurent bientôt.
- Ils auraient pu rester avec nous, murmura Sena surpris.
- Bah, laisse-les. Que se passe-t-il Sena ? demanda-t-il ensuite sourcils froncés.
- Hein ? Mais rien.
- Pas de ça avec moi, je te connais trop bien pour que tu puisses me cacher des choses. Et puis Mamo-nee et le lutin ont aussi compris que tu n’étais pas dans ton assiette. Alors ?
Riku mit ses deux mains sur ses hanches et fixa son rival droit dans les yeux attendant une réponse. L’eyeshield soupira et murmura alors qu’ils se remettaient en marche.
- Il y a une nouvelle au lycée et elle est dans ma classe, elle s’appelle Suzuki Ako. Et ce matin elle a fait un malaise donc elle est à l’infirmerie.
- C’est tout ? Tu aurais pu aller la voir à l’infirmerie...
- Non, Hiruma-san l’a interdit. Il est allé la voir et il était bizarre.
- Ce type est toujours bizarre si tu veux mon avis, marmonna Riku. Je préfère avoir Kid comme capitaine.
Sena esquissa un sourire amusé.
- Tu sais, il n’est pas si méchant, bref il nous a dit de nous entraîner tout seuls et s’est excusé.
Et puis il est parti la voir alors qu’il ne la connaît pas.
- Et ça te tracasse.
- Oui.
Il y eut un moment de silence que l’aîné finit par couper.
- Tu es trop nerveux, Sena, il n’y a pas de quoi s’inquiéter. Je crois surtout que c’est ton match contre ojou qui t’inquiète. Surtout avec Shin-san. Tss, qu’est-ce que je disais, détends-toi !
- Je peux pas, bredouilla le garçon, suis pas à la hauteur...
- T’as battu la meilleure équipe du Kanto, Sena ! Et tu as fait de gros progrès, t’es le meilleur joueur des Devils Bats, assume-le. On fait la course ?
Riku partit en courant et disparut bientôt, son ami se rendit compte qu’il allait encore plus vite qu’avant. Fronçant les sourcils, il l’imita et le rattrapa, il adorait courir avec son ami car c’était le seul à pouvoir le suivre et vice-versa.

- Pourquoi moi ?
Yoichi réfléchit à la réponse quelques secondes, il savait que c’était un moment important, il ne devait pas se rater.
- Parce que tu aimes courir, que tu as le profil d’une running back, parce que tu aimes le football américain. Parce que tu es perdue, ajouta-il doucement, cela se voit et je veux t’aider, gamine. Je me suis déjà attaché à toi et je pourrais mieux m’occuper de toi et te protéger si tu es dans mon équipe.
C’était ça la solution, se comporter en ami, en grand-frère, faire semblant de vouloir la protéger, vouloir l’aider, si elle avait confiance en lui elle ferait tout ce qu’il voudrait.
Et ça il l’avait remarqué avec Sena, le gamin avait une confiance aveugle en lui et faisait tout ce qu’il lui disait à l’entraînement ou pendant les matchs. Alors quand Ako éclata en sanglot, ne pouvant plus retenir ce qu’elle retenait jusqu’à maintenant, Yoichi l’attira contre lui et lui caressa le dos en la consolant. Quiconque serait entré à ce moment-là aurait été stupéfait de voir Hiruma Yoichi, l’homme le plus démoniaque de la terre entière, consoler une adolescente en pleurs.
- Je ne sais pas ce que tu as vécu, mais si tu veux en parler, je suis là.
- Je... Je suis désolée, mais pour le moment je ne peux pas.
- Ce n’est pas grave, fais-le quand tu te sentiras prête.
- J’accepte... Je veux bien être dans ton équipe en tant que running back, Hiruma...
- Appelle-moi par mon prénom ou par un surnom, je suis content que tu acceptes.
- Mais les autres ne vont pas aimer qu’une inconnue vienne dans l’équipe comme ça...
- D’abord tu n’es pas une inconnue puisque tu es dans le lycée et la classe de Sena. Ensuite, si l’un d’eux fait la moindre remarque, il aura affaire à moi alors ne crains rien. Et puis ces gamins ne sont pas méchants. Comment te sens-tu ? demanda-t-il avec inquiétude.
- J’ai un peu mal à la tête, mais ça va mieux.
- Je vais te laisser te reposer alors, attends.
Il sortit une feuille de sa poche et la posa sur le lit. La jeune fille vit que deux numéros de téléphone, une adresse et des instructions étaient écrits dessus.
- Mon numéro de fixe, de portable, mon adresse et les instructions pour ton premier entraînement, demain matin à huit heures au local, si tu t’es remise bien sûr. Et n’hésite pas à m’appeler si tu as besoin de quoi ce soit.
- Merci, You-nii, sourit la gamine.
Le démon esquissa un sourire, se pencha et embrassa le front de la lycéenne qui rougit.
- A demain, gamine.
Le lycéen sortit d’un pas nonchalant et ferma la porte.
Ako resta dans son lit les joues et rouges et essayant de comprendre le brusque changement d’attitude de Yoichi, elle finit par s’endormir en se disant que ce n’était pas si important.

L’étudiant marchait dans le couloir, l’air satisfait et son éternel sourire sur les lèvres.
- Cela fait longtemps que je ne t’ai pas vu si heureux, ça fait plaisir.
S’arrêtant le démon tourna la tête et fixa son meilleur ami.
- Que fais-tu là sale vieux ?
- Je suis venu aux nouvelles, ton comportement était inhabituel tout à l’heure. Que représente Suzuki pour toi ?
Hiruma regarda le kickeur un long moment avant de répondre.
- Le moyen d’arriver à mon objectif, rien de plus rien de moins.
- Sena ne te suffit pas ? Tu es obligé d’utiliser quelqu’un d’autre ? demanda froidement Gen.
- Le gamin est fort, c’est vrai, mais cela ne suffira pas pour la suite, le vieux, et tu le sais. Ça ira peut-être pour la demi-finale, mais pour la finale et le Christmas Bowl, on a besoin de Suzuki.
- Tu ne changeras donc jamais, Hiruma ?
- Pas avant d’avoir réalisé mon rêve.
Le noiraud regarda le grand blond partir et soupira, une main dans les cheveux.

- Yamato ?
L’homme tourna la tête vers son coéquipier et ami. Torse nu, cheveux humides, une serviette sur l’épaule, le brun aurait fait fondre n’importe qu’elle fille avec ses cheveux bruns, son regard chocolat, son corps d’athlète dont le haut était découvert. Son ami n’était pas mal non plus aves ses longs cheveux blancs, son regard d’acier et son uniforme noir et jaune.
- Oui, Taka ?
- On a retrouvé sa trace.
- Ah ? Vraiment ?
Le brun se tourna vers son ami avec un regard curieux, un fin sourire apparut sur ses lèvres.
- Oui, le coach nous attend en salle de réunion.
- Très bien, je me change et j’arrive.
Acquiesçant son camarade sortit d’un pas rapide sans attendre son capitaine.
- Ako, murmura le champion en effleurant une photo du doigt, tu n’aurais jamais dû t’enfuir.

Le lendemain matin, au local des Devil bats la porte s’ouvrit d’un coup et une adolescente entra, l’air inquiète.
- Désolée, je suis en retard, bredouilla la jeune fille.
L’assemblée la regarda avec des réactions différentes. Sena, Mamori et Kurita en souriant et avec un air amical, Jumonji, Kuroki, Toganou, Komusobi en se demandant pourquoi elle était là, Monta, Suzuna et Yukimistu avec un regard curieux et enfin Gen avec un air mécontent.
La jeune fille remarqua de suite que son nouveau protecteur n’était pas là, mais elle n’eut pas le temps de s’interroger sur son absence car la rousse s’approcha et lui dit en souriant.
- Tu dois être Ako-chan ?
- Oui, c’est moi.
- Enchantée, je suis Aneazaki Mamori, la manager de l’équipe.
Elle fit ensuite les présentations et les membres s’approchèrent.
- J’arrive pas à croire que tu vas être running back comme Sena, yaa ! Tu cours vite ?
On dirait un elfe, songea Ako avec amusement.
- Disons que je me débrouille, dit-elle en haussant les épaules. Mais je ne pense pas que je cours plus vite que Sena.
- Tu dois être rapide pour que Hiruma t’ait choisi, sourit Kurita, en tout cas bienvenue dans l’équipe, dit-il en attrapant la main de la lycéenne et en lui secouant le bras.
- Lâche-la, tête de butama ! Ne lui déboite pas l’épaule, c’est vraiment pas le moment !
- Hiruma-kun, protesta Mamori, pas besoin de faire autant de bruit !
En effet, le quaterback avait ouvert la porte avec force et avait tiré en l’air avec un fusil, il se contenta de sourire à la remarque de la sale manager et s’approcha d’eux. Posant une main sur l’épaule de Ako, que Kurita s’était empressé de lâcher, il dit calmement.
- Comme vous le savez déjà, la gamine va nous rejoindre en tant que running back secondaire.
Donc le gamin reste toujours à son poste, suivant les équipes qu’on affrontera ou si l’un deux se blesse ou autre chose du genre on pourra échanger. Mais on va faire un test pour voir qui est le plus rapide.
- Un test ? demanda Sena, surpris.
- Oui, vous allez faire une course. Sans utiliser tes techniques spéciales, gamin.
- Une course ? Vérifia Ako. Mais je...
- Ne t’inquiète pas, gamine, il y a personne dehors. C’est juste pour voir de quoi tu es capable et montrer aux autres que j’ai fait bien fait de te choisir. En piste les jeunes !
Ils sortirent et les spectateurs s’installèrent alors que Mamori et Hiruma se mettaient en bout de piste, la manager avait un chronomètre en main. Les deux running back se mirent à la ligne de départ et en position, le brun tourna la tête vers l’argentée et dit en souriant.
- Bonne chance.
- Merci, à toi aussi.
- Prêts ? Partez !
Sena partit en flèche, à une telle vitesse qu’il devint trouble. Ako partit une seconde après lui, on la voyait mieux que le garçon, mais elle aussi était légèrement trouble, ils arrivèrent l’un après l’autre, soulevant un vent impressionnant.
- Tss, même moi je suis impressionné, sourit Hiruma.

_________________



et

Spoiler:
 


Dernière édition par Manoncamille le Lun 17 Oct - 11:14, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fanfictiongirl.skyrock.com/
La Kitchi Mania
Modératrice en chef
avatar

Messages : 358
Date d'inscription : 21/05/2011
Age : 26
Localisation : toujours aussi fan de son spiderman et j'ai peut-être la chance de le rencontrer ^^

MessageSujet: Re: Le marionnettiste, la marionnette et les fils du destin (Fic Eyeshield 21)   Dim 9 Oct - 21:52

/Me soutille comme une folle tellement elle est heureuse car elle a pus lire 2 chapitres d'un coup.

Franchement tu me mets dans ton fan club best net comment fais-tu hein? dis-moi? pour réussir à me faire ressentir tout sorte de sentiments pour tes personnages c'est pas croyable.
On ressent la passion que tu as d'écrire j'aime trop.

Ako était avec Yamato? elle a vraiment un passé très difficile.... c'est une personne fragile et douce et pourtant elle est si combative et colurageuse qu'elle memeut.
Ahlala trop heureuse d'être la manager des white knight d'Ojou et en plus Shin m'aime ahhhhhhhh trop envie que se soit vrai mdr mais c'est pas possible.
Je ne suis pas deçu de ce que tu fais comme chapitre ils sont très bien construit et tu laisse du suspense pour la suite de l'histoire.
L'histoire avec Yamato m'intrigue.

Mon homme à lut tes chapitres en même temps que moi et ça lui a plu. Il ta félicite d'ailleur d'être capable de sortir une telle histoire de ton imagination.

Nous sommes donc tout les deux pressés de pouvoir lire la suite XD.
Si tu veux plus de détails sur mon avis de ton histoire tu peux toujours me le demander mais je pense en avoir dis pas mal =).

BSX best net jtm fort ^^

_________________
Je suis fan de spiderman et je le resterai pour toujours il fait d'incroyable match
Hugo Lloris mon spiderman attitré XD
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Manoncamille
Admin en chef & fondatrice
avatar

Messages : 671
Date d'inscription : 19/05/2011
Age : 25
Localisation : Suisse

MessageSujet: Re: Le marionnettiste, la marionnette et les fils du destin (Fic Eyeshield 21)   Lun 10 Oct - 7:12

Merciiiiiii (à transmettre à Jordan^^)

Oui, tu en as dis pas mal XD c'est très bien

Bon, alors je réponds.

- Je suis contente que tu sois si enthousiaste, ça fait très plaisir^^

- Ben je sais pas comment je sais, c'est dur à décrire, je pense même pas, j'écris et les mots arrivent tout seuls XD

- Pour Yamato et sa bande et leur relation avec Ako, je garde ça secret un moment, c'est compliqué leur histoire...

- Oui, j'ai pensé à toi, je me suis dit que ma Kitchi serait ravie que je mette ça là Ah moi aussi je rêve que certains perso de manga soient vivants... Monde cruel ! XD

- Oh que de compliments, merci merci merci !

- Ravie que Jordi aime aussi ! Et merci^^.

- La suite est en cours d'écriture, j'avance vite sur cette histoire^^.

Merci encore à vous deux

_________________



et

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fanfictiongirl.skyrock.com/
Manoncamille
Admin en chef & fondatrice
avatar

Messages : 671
Date d'inscription : 19/05/2011
Age : 25
Localisation : Suisse

MessageSujet: Re: Le marionnettiste, la marionnette et les fils du destin (Fic Eyeshield 21)   Mar 11 Oct - 16:32


Voilà la suite, alors plusieurs choses à dire pour ce chapitre. D'abord dites-moi si vous trouvez que la relation entre Ako et Hiruma sonne mal, enfin si quelque chose, perso je trouve qu'un truc ne va pas, mais je sais pas quoi...

Ensuite vous risquez d'être surpris à la fin du chapitre X), je vous dis juste qu'on ne sait pas grand-chose sur ce personnage (enfin je crois), alors je me permets d'inventer, si vous devinez qui il est, pas trop difficile à mon avis, et que vous remarquez que je fais des fautes, dites-le. Pareil pour Yamato, Taka et Karin vu que je les ai jamais vus à part grâce à Internet (merci d'ailleurs sans toi j'aurais pas pu commencer cette fic *o*)

Le prochain chapitre sera un flash-back sur la vie de Ako et vu par elle-même, donc à la première personne, c'est important pour comprendre certaines choses et une partie de son passé.

Donc voilà, je crois que j'ai rien oublié... N'oubliez pas votre commentaire Wink

Bonne lecture !

P.S Le nom de la manager de Ojou et la petite amie de Shin est Anya... Pas Kyoko... Désolée, je me suis trompée.

Troisième chapitre : Découvertes en tout genre

- Ako ?
L’adolescente se tourna et interrogea son capitaine du regard. Elle venait de retirer sa tenue de sport après l’entraînement du soir et se tenait prête à partir, une semaine s’était déroulée depuis le test, la coureuse s’était bien intégrée dans le petit groupe et elle avait appris à travailler avec les différents membres. Le blond se tenait à l’entrée des vestiaires et posait sur elle le regard doux qu’il affectionnait quand ils étaient ensemble, façon de lui faire croire qu’elle comptait pour lui.
- Que se passe-t-il, Yoichi ?
- Je voulais savoir si tu étais libre ce soir, je voudrais parler avec toi de certaines choses à propos de l’équipe et de toi. Je t’invite chez moi, si tu n’as pas peur bien sûr, dit-il avec un sourire moqueur. (Nda : Vous inquiétez pas, il ne la drague pas, elle n’est qu’un objet pour lui, pour le moment du moins)
Levant les yeux au ciel, Ako esquissa un sourire.
- Non, je veux bien.

Vingt minutes plus tard, car même si Hiruma n’habitait pas loin, Ako avait décidé de passer chez elle chercher quelques affaires, au cas où elle voudrait changer les habits qu’elle portait depuis ce matin. Le blond ne fit encore commentaire, même s’il au fond il espérait voir le corps nu de la jeune fille, car même si elle était jeune, il devait avouer qu’elle était jolie et puis c’était un garçon après tout. Ils finirent par arriver à l’hôtel où ce dernier logeait, puis à sa chambre. Le blond l’ouvrit, puis laissa passer sa protégée avant d’entrer à son tour et de refermer. Ako regarda autour d’elle, la chambre était de taille modeste, avec un lit double, un bureau où reposait un ordinateur, une chaise, une table de nuit, une petite bibliothèque débordant de livres sur le football américain et une armoire soigneusement fermée. Une porte menait sans doute à la salle de bain.
- Bienvenue chez moi, fais comme chez toi surtout.
Yoichi enleva sa veste et la suspendit à la porte grâce à un crochet. Sa cadette de deux ans s’assit sur le lit et se demanda de quoi voulait parler son ami. Ce dernier laissa tomber son sac par terre, attrapa la chaise et s’assit en se tournant vers elle, dossier dirigé vers Ako. Il posa ses bras dessus, son menton sur ces derniers et la fixa un moment avant de demander.
- Comment ça se passe avec les autres ? Personne ne t’embête au moins ?
- Non, tout va bien, sourit la jeune fille, tout le monde est très gentil...
- Quoi ? demanda doucement le blond, je vois bien que quelque chose ne va pas, Ako, alors qu’est-ce qui se passe ?
La jeune fille hésita, puis murmura.
- C’est Gen, il ne me parle pas et je surprends des regards furieux dirigés contre moi et puis quand on se croise, il me bouscule...
Fronçant les sourcils, Hiruma sentit une bouffée de rage l’envahir, à quoi jouait Musashi ? Il savait pourtant que la gamine devait avoir confiance en eux tous pour que son plan fonctionne, il se promit de parler à son meilleur ami très vite afin d’éclaircir certains points, mais d’abord il fallait rassurer la gamine...
- Ne t’inquiète pas, il n’est pas méchant, assura-t-il, ses réactions ne sont sûrement pas dirigées contre toi.
- J’espère, je ne veux pas causer de conflits dans l’équipe. Vous êtes tellement unis, c’est incroyable.
- Bah, pas tant que ça, sourit le démon. Bon, je voulais te voir pour plusieurs choses, maintenant que la première est finie, passons à la deuxième. Que sais-tu sur nos adversaires ?
- Et bien, je sais qu’il reste six équipes avec la notre dans le tournoi. Les Seibu wilds Gunmans, les Ojou white knights, les Hakushū Dinosaures, les Misaki Wolves, les Sado Strong Golem et les Deimon devil bats. Je sais que nos plus grands rivaux sont les Seibu, les Ojou et les Hakushū. Et que notre prochain match est contre les Ojou.
- Pas mal, mais cela ne suffit pas, je vais te parler des équipes et des joueurs dangereux. D’abord les Seibu, on a déjà perdu un match contre eux, tu peux donc te douter de leur force. Le quaterback s’appelle Sien Mushanokoji dit Kid, ce sale cow-boy est super intelligent et stratégique, peut-être meilleur que moi, en plus il rate jamais ses passes quand il utilise Quick-Draw Pass. Sous ses airs innocents se cache un grand esprit de compétition.
Ensuite, Jo Testuma, un des meilleurs receveurs et rivaux du singe, on le surnomme la locomotive c’est un pro des courses et quand il fait équipe avec Kid ils sont quasiment imbattables, le seul à avoir pris la balle à ce monstre des courses, c’est le sale singe.
Ensuite, Riku Kaitani, un ami d’enfance du gamin et son professeur, tu peux te douter qu’il est rapide. Sa technique spéciale est le rodéo drive, elle ressemble au devil bat ghost du nabot. Ensuite...

Cinq minutes plus tard, Ako connaissait tous les membres des équipes, du moins ceux qui pouvaient poser problème.
- Donc si je résume, les adversaires les plus dangereux sont Kid, Testuma, Kaitani, Buffalo, Seijuro, Haruto, Ichirō, Daigo, Reiji, Rikiya et Taiga.
Retenant un sourire dément, le quaterback acquiesça, les capacités mentales de la gamine le satisfaisaient au plus haut point. Elle était intelligente, perspicace, avait un sens de la stratégie assez bon et en savait beaucoup sur leur sport, elle lui faisait un peu penser à lui-même, la démence en moins.
- Tu as des questions ?
- Oui, demain se jouera le match Seibu vs Misaki, n’est-ce pas ?
- Exact, on ira voir le match en équipe, cela permettra de voir les stratégies des deux équipes, de les voir en action et de te faire rencontrer tes futurs adversaires.
- Entendu, je me réjouis, dit Ako en baillant.
Souriant le quaterback se retourna vers son bureau et dit doucement.
- Tu peux te reposer un moment si tu veux.
- Je peux me changer avant ?
- Bien sûr, la salle de bain est à droite.
La sportive le remercia et attrapant son sac rentra dans la pièce attenante à la chambre, une salle de bain classique avec baignoire douche, armoires suspendues, toilettes. Elle posa son sac et se déshabilla, enlevant d’abord le bas, puis le haut. Elle se regarda dans le miroir, son corps était mis en valeur par sa nudité, ses jambes longues et fines à la peau blanche, ses pieds fins et taillés pour la course, sa poitrine assez plate, ses rondeurs aux cuisses et sur les côtés.
Son visage fin, ses cheveux argentés et ses yeux bleus finissaient parfaitement le tout.
Pour finir, son dos parfait si ce n’est la longue cicatrice s’y trouvant, cette dernière amena une grimace sur le visage de la jeune fleur, cette blessure elle l’avait reçu lors de sa collision avec Gaoh, le géant l’avait projetée sur une pierre pointue et voilà le résultat... Elle ne lui faisait plus vraiment mal, mais elle lui rappelait de mauvais souvenirs. Ako entendit une voix à travers la porte et automatiquement ramena son pull sur sa poitrine.
- Ako ? Tu en mets du temps...
- J’arrive, ne t’inquiète pas...
Fermant les yeux, la jeune fille se sentit sombrer, elle était donc si fatiguée ? C’était vrai qu’elle n’avait pas fait de véritable effort physique depuis une année, mais s’endormir aussi brusquement n’était pas normal. Elle ne chercha pas à savoir plus longtemps et s’endormit.

Derrière la porte, Yoichi commençait à s’inquiéter, la gamine mettait trop de temps pour se changer, mais il ne pouvait quand même pas entrer comme ça alors qu’elle était peut-être nue... Une petite voix malicieuse retentit dans sa tête. Depuis quand Hiruma Yoichi se préoccupe de ce genre de détails ? C’était vrai, qu’est-ce qu’il lui arrivait ? Depuis quand il avait des scrupules ? Pourquoi tergiversait-il alors qu’il voulait la voir nue ?
Poussant la porte, il fit entrer sa tête et se figea avant de faire apparaître un grand sourire carnassier sur ses lèvres, Ako était vraiment naïve, comment pouvait-elle s’endormir chez lui comme ça alors qu’elle était nue dans sa salle de bain ? Secouant la tête avec incompréhension, lui n’aurait jamais fait une chose pareille, il s’approcha et s’accroupit prèsd de sa running back. Ses yeux ne ratèrent rien de son corps dévoilé et il nota toutes les perfections et les défauts de ce corps de jeune adolescente. Il approcha sa main du corps avant de la retirer, non il mourait d’envie de la toucher de cette manière, mais ne devait pas le faire, pas encore du moins. La recouvrant de son pull, heureusement large, il la souleva et la ramena dans sa chambre avant de l’allonger sur le lit, il la recouvrit de la couverture et regarda encore une fois son visage d’ange. Puis, il se coucha à son tour en restant à distance et s’endormit bientôt.

Le lendemain matin, Ako se réveilla et se rendit tout de suite compte que quelque chose n’allait pas. Elle était allongée sur un lit, bon là rien d’anormal, couverte d’une épaisse couverture, nue et serrée contre quelque chose de chaud et respirant... Nue ? Respirant ? Se redressant d’un bond, elle tenta de sortir du lit, mais tomba sur la moquette faisant trembler le matelas.
- Ako ? Demanda une voix endormie, à quoi tu joues ?
- A... A rien... Tu peux me dire ce que tu fais dans mon lit ? demanda la jeune fille en se mettant à genoux, la tête dépassant le lit et fixant l’homme qui esquissait un sourire très amusé. Et passe-moi mes vêtements !
- Euh non, c’est toi qui est dans mon lit, tu te souviens de rien ?
- On... On... a...
Eclatant de rire, Hiruma se leva à son tour, vêtu d’un pantalon et d’un T-shirt.
- Rassure-toi, il ne s’est rien passé, tu étais juste crevée hier alors je t’ai proposé de dormir un moment, mais tu as tenue à te changer, mais tu t’es endormie dans la salle de bain alors j’ai été obligé de te ramener ici, mais je ne t’ai pas touché.
Soupirant de soulagement, quoique légèrement génèe à l’idée que son capitaine l’ai vue nue la jeune fille se leva et fusilla du regard l’athlète.
- C’est pas drôle, Yoichi !
- Oh si c’est drôle, s’esclaffa ce dernier en lui lançant ses habits, tu verrais ta tête et celle que tu avais hier soir. Bon, tu as faim ?
La jeune fille se rendit alors compte qu’elle était affamée, elle hocha donc piteusement la tête.
Souriant, Hiruma commanda deux petits déjeuners à la réception, puis s’assit sur le lit.
- Si tu es d’accord, on prend notre petit-déj et ensuite on part retrouver les autres au stade.
- D’accord.
Le repas fut simple, mais copieux et ils l’avalèrent en vitesse, après que Ako se soit changée bien sûr, puis Yoichi alla se changer dans sa salle de bain pendant que Ako l’attendait. Le blond attrapa sa veste et ils sortirent ensemble.
- On doit juste retrouver en chemin une de mes connaissances, expliqua ce dernier, il s’agit de Kid.
Surprise, la jeune fille le regarda et demanda gentiment.
- Vous êtes amis ?
- Amis ? Pas vraiment, on s’apprécie, mais on est plus rivaux qu’autre chose.
Hiruma s’arrêta et Ako aperçut un homme qui les attendait près d’un kiosque. Grand, svelte vêtu d’habits de cow-boy bruns et d’un chapeau, elle ne voyait pas son visage caché par l’ombre de son couvre-chef.
- Yo, les salua-t-il, c’est ta copine, Hiruma ?
- Tss, non, c’est ma nouvelle running back, sale cow-boy.
Kid écarquilla les yeux, puis fixa Ako qui eut un sourire timide.
- Bonjour.
- Bonjour, sourit-il, je suis le quaterback de Seibu, Kid.
- Enchantée, deuxième running back de Deimon, Suzuki Ako.
Ils se mirent en marche et au bout d’un moment Hiruma demanda.
- Alors, stressé ?
- Pfiou, un peu oui.
- Arrête ce petit jeu, les Misaki ne sont pas très dangereux surtout pour votre niveau.
- Tu as raison, mais comme Riku a tendance à s’emballer quand on le provoque et que le capitaine des Misaki est le roi dans ce domaine, je suis un peu inquiet.
- J’ai hâte de vous voir jouer en tout cas, sourit Ako.
Le brun sourit à son tour et observa la petite se demandant pourquoi son rival l’avait intégrée à Deimon. Comme s’il avait deviné ses pensées, ce fameux rival abhorra un sourire carnassier.
- Tu le sauras à notre prochain match.

- You-nii ! Ak-chan ! Cow-boy chan !
Suzuna faisait des signes au trio, elle était avec Mamori, Monta, Sena et Riku. Ce dernier grimaça en entendant le surnom de son capitaine qu’il respectait beaucoup, mais le concerné ne parut pas s’en formaliser.
- Alors Riku, prêt ?
- Bien sûr, Kid-san, comme toujours.
- Très bien, allons retrouver les autres. Au revoir, Deimon, dit le cow-boy en inclinant son chapeau.
Riku donna une accolade à son meilleur ami, salua les autres d’un sourire ou d’un signe de tête, observa Ako une fraction de secondes avant de rattraper Kid avec sa vitesse.
- Toujours aussi rapide, ce gamin, grogna Yoichi.
- Tiens, ce ne serait pas Deimon ?
Se retournant, Ako aperçut une bande de garçons habillés d’un uniforme blanc et bleu, la seule fille du groupe se tenait prés d’un des hommes, un grand et musclé plutôt canon.
- Les Ojou White Knights, sourit Sena en s’avançant. Bonjour, Shin-san.
Alors c’est lui Shin Seijuro, songea l’adolescente. Le fameux line backer d’Ojou.
Elle observa les autres, la fille avait de longs cheveux noirs et des yeux verts, elle était très jolie, un homme baraqué poussait des cris bruyants, probablement un lineman, un blond à l’air sérieux de grande taille et un type à lunettes à l’air intello. Ce dernier croisa son regard azur et l’observa avec attention, avant de remonter ses lunettes.
- On ne connaît pas votre amie, remarqua-t-il.
- Notre carte secrète pour la suite du tournoi, se contenta de répondre Hiruma avec un sourire dément.
Les joueurs et la fille parurent surpris et Shin la fixa pendant un moment surtout ses jambes.
- Running back ou Line backer, n’est-ce pas ? demanda-t-il.
- Tu verras bien, ricana Hiruma.
Le blond adverse s’approcha et tendit la main à l’atout secret qui la serra.
- Sakuraba Haruto, receveur des White Knights. Et voici Takami, Shin et Ootawara.
- Suzuki Ako, joueuse des Devils bats, sourit la jeune fille en gardant sa position secrète.
- Enchanté, on ne s’attendait pas à ce que Deimon ait un autre atout, mais on ne perdra pas pour autant, affirma le receveur.
- Ca ça m’étonnerait, c’est nous qui gagnerons le tournoi, rétorqua la demoiselle.
Sentant une main sur son épaule, elle tourna la tête.
- Allons-y, dit simplement le capitaine en se retournant et en grimpant les escaliers à la suite des autres élèves de Deimon.
Ako inclina la tête vers ses aînés et rivaux et rattrapa le blond en trottinant.
- Cette fille, murmura Shin, risque de nous poser des problèmes. Anya, essaie de trouver tout ce que tu peux sur elle.
- Bien, fit la manager en souriant, je m’en charge.

Un homme se tenait debout dans les gradins, le regard fixé sur le terrain, il tourna la tête quand Ako arriva avec Hiruma et les autres. Tout en tortillant sa longue mèche brune sur son doigt, il esquissa un sourire en regardant l’adolescente s’appuyer contre la balustrade.
Sortant un portable de sa poche, il composa un numéro et attendit.
- Allo ?
- C’est moi, passe-moi Yamato-san.
- C’est Yamato-sama pour toi, railla la voix. Hé !
- Arrête tes bêtises, Taka, entendit le spectateur, oui Marco ?
- Que veux-tu savoir sur ta proie ? Elle n’est pas loin de moi.
- Je vois, hum... Est-ce qu’elle est seule ?
- Non, elle est avec l’équipe des Deimon Devil Bats, tu en as sans doute entendu parler.
- En effet, elle les a rejoints ?
- Je ne sais pas, je ne lui ai pas encore parlé.
- Très bien, fais en sorte de pouvoir la voir en privé et rappelle-lui ce que tu sais.
- Entendu et si elle refuse ?
- Dans ce cas, on la verra pour la finale de toute façon, on lui expliquera nous.
- Que... Vous venez ?
- Bien sûr, je te signale que notre match au Christmas Bowl aura lieu contre le vainqueur du tournoi, donc il faut bien qu’on se prépare avant.
- Toute l’équipe vient ?
- Non, juste le chef, Taka, Karin et moi. On verra ton équipe en finale, je suppose ?
- Sûrement, on a encore un match, mais ça ne devrait pas être trop dur. Je te laisse, le match va commencer.
Clic.
Rangeant son téléphone, Marco regarda Ako avant de s’approcher de son côté de la balustrade pour voir le duel.

- Touchdown ! Les Seibu Wilds Gunmans gagnent le match !
Riku enleva son casque et sourit en levant le pouce vers Sena, ce dernier sourit et s’écria.
- Bravo Riku !
- On s’est promis de se retrouver en finale, je ne peux donc pas perdre avant.
- C’était magnifique, vous êtes vraiment forts.
- Merci Ako, mais je me doutes que toi aussi tu es forte, sourit Kid en ébouriffant les cheveux de son protégé qui se dégagea en grimaçant. Bon, allons-nous changer, Riku.
-D’accord.
- Rik-kun, cria Mamori, on se retrouve dehors !
Le garçon leva le bras pour faire un signe avant de suivre son capitaine.
Ako les regarda partir, elle avait tout de suite compris que les difficultés de Seibu étaient passagères, contrairement à ce Kamiya qui pensait avoir déjà gagné. Quand Riku, Testuma, Kid et Buffalo s’étaient ressaisis, ils avaient montré à quel point leur équipe était puissante.
- Beau match, n’est-ce pas ?
Se figeant, la jeune fille tourna la tête et s’appuya discrètement contre la barrière pour ne pas tomber, geste qui n’échappa pas à Hiruma qui était en train de partir avec Kurita et Musashi et il s’arrêta, portant son attention sur sa protégée et sur le nouvel arrivant. Il avait décidé de garder un œil encore plus vigilant sur elle après avoir vu son corps de rêve dans la salle de bain, maintenant elle n’étais plus seulement le moyen d’arriver à ses fins et sa running back de secours, elle était aussi un excellent moyen de se divertir.
- Marco...
- Cela faisait longtemps, Ako, sourit l’homme.
Mais même s’il était amical, la jeune fille eut la désagréable sensation d’être piégée dans les mâchoires d’un dinosaure, pétrifiée elle ne put rien dire. L’homme s’approcha d’elle et effleura sa joue, se penchant vers elle il lui souffla à l’oreille.
- Tu leur manques, tu sais, surtout à lui. Pourquoi t’être enfuie ? C’était vraiment stupide et...
Dangereux. Tu sais pourtant que tu ne peux pas t’échapper voyons, on te retrouvera toujours.
- Laisse-moi...
L’ignorant il reprit de plus belle.
- Que crois-tu faire en rejoignant une équipe comme les devil bats ? Alors que tu peux entrer dans la meilleure équipe du Japon quand tu veux, juste en faisant ce qu’on te demande.
- Laisse-moi, je n’ai plus rien à faire avec eux.
- Tu n’as pas le choix, siffla le quaterback, tu as oublié ce qu’ils ont fait pour toi ? Dois-je te rappeler ce que tu étais avant que leur chef te sauve ?
- Arrête, murmura la jeune fille en fermant les yeux et en tremblant, arrête !
- Ne me parle pas sur ce ton !
La gifle ne vint pas pourtant, une personne s’était interposée et regardait l’individu avec colère, il le repoussa et regarda derrière lui.
- Tout va bien gamine ?
- Yoichi...
Ako se laissa tomber par terre, tremblante et se tenant la tête, une foule de souvenirs avaient été réveillés par les paroles de Marco, des souvenirs qu’elle voulait à tout prix oublier.
Le blond serra les dents, mais il savait que s’il s’occupait d’elle, le fichu mèche en profiterait pour en rajouter.
- Ako-chan !
Mamori qui était revenue, sans doute pour leur demander pourquoi ils mettaient autant de temps, se précipita vers sa cadette et la prit dans ses bras, Ako s’accrocha à elle comme à une bouée de sauvetage.
- Fichue manager, fais-la sortir du Stade.
- Hiruma-kun ! Combien de fois devrais-je...
- Fichue manager ! Fais-ce que je dis, elle n’est pas en état de rester dans les parages.
- Entendu.
Mamori souleva la jeune fille sur ses pieds, passa un bras autour de sa taille et la guida vers la sortie tout en lançant un regard vers les deux hommes.
- Même si tu ne nous vois pas, tu ne te débarrasseras pas de nous, Ako, affirma Marco d’une voix forte.
La jeune fille tressaillit, voulut s’arrêter, mais fut entraînée par la rousse.

Eyeshield 21, le running back de Seibu, le singe de Deimon, la pom-pom girl et Jumonji attendaient la manager près de l’entrée quand cette dernière arriva avec une Ako mal au point.
- Mamori-neechan, Ako !
Sena suivi des autres se précipita vers les deux filles et fixa son amie avec inquiétude, elle ne le regarda pas, son regard vide rivé sur le sol. Mamori grimaça, elle devait empêcher sa cadette de s’effondrer par terre et elle n’était pas légère. Sena se glissa sous l’autre bras de la running back et la soutint un moment jusqu’à ce que Jumonji lui demande de la mettre sur son dos.
- Merci Kazuki, dit sa petite amie en regardant le stade avec inquiétude. Sena, peux-tu aller voir si Hiruma-kun va bien ? Il est resté là-bas.
- Que s’est-il passé Mamo-nee ? demanda Riku en fronçant les sourcils.
- Je ne sais pas... Quand je suis arrivé, Ako-chan était dans cet état et Hiruma-kun semblait furieux contre Reiji Marco.
- Qui est-ce ? demanda Suzuna avec curiosité.
- Le quaterback des Hakushu Dinosaures, je ne sais rien d’autre sur lui.
- D’accord, j’y vais, acquiesça Sena.
- Je viens aussi, décida Riku.
Les deux garçons retournèrent rapidement au stade.
- Monta-kun, Suzuna-chan, attendez-les ici, ordonna la manager, Kazuki et moi allons ramener Ako-chan chez elle et prendre soin d’elle.
- Très bien, Mamo-nee, appelez pour nous donner des nouvelles.
Acquiesçant, la manager posa une main sur le dos de la jeune fille et sentant que la petite avait froid, elle enleva sa veste et la posa sur elle.

Sena et Riku arrivèrent sur les lieux, ils aperçurent les deux quaterback face à face, le reste du Stade était vide. Sena voulut interpeller celui de son équipe, mais son ami le bâillonna et le fit reculer, plus prudent.
- Qu’est-ce que tu racontes sale mèche ?
- Tu m’as très bien entendu, Hiruma Yoichi, Suzuki Ako finira par vous trahir comme elle a trahi son ancienne équipe. Si je te disais tout ce que je sais sur elle, ça ferait longtemps que tu l’aurais chassée et abandonnée.
Le blond rétorqua avec froideur.
- Tu ne sais rien d’Ako, compris ? Alors fiche-lui la paix, elle a décidé de rester avec nous, tu ne peux rien y faire.
- Peut-être, mais eux y arriveront, surtout lui. Cet homme ne perd jamais, Hiruma, tu en sais quelque chose non ?
Serrant les dents, le quaterback grinça.
- Comment es-tu au courant ?
- Oh, j’ai mes sources, éluda l’homme avec amusement. Je me demande comment Ako réagira quand elle saura la vérité...
Le plaquant contre le mur avec une rare violence, Yoichi dit d’une voix glaciale qui fit froid dans le dos à Marco et aux deux running back.
- Si tu l’approches ne serait-ce qu’une seule fois, je te le fais regretter c’est clair ? Fiche-nous la paix !
Il le lâcha et le rouquin lui adressa un regard noir avant de partir.
Le blond resta planté là, le regard fixé sur le mur, même s’il affichait son assurance habituelle n’importe qui le connaissant un minimum aurait compris qu’il était profondément troublé.
Il ne se tourna même pas en entendant des pas et quand une voix timide retentit derrière lui.
- Hiruma-san ? Est-ce que ça va ?
Soupirant légèrement, passant une main dans ses cheveux, il répondit.
- Laisse-moi fichu nabot, je veux être tranquille.
- Mais...
- Serais-tu devenu sourd gamin ? Je te dis de me laisser seul !
Riku entraîna son ami, conscient que le quaterback n’était pas dans son assiette. Sena, lui, regarda son capitaine un long moment, n’aimant pas ce qu’il voyait.
Une fois seul, Yoichi leva les yeux vers le ciel et murmura.
- Pourquoi es-tu si cruel avec nous, sale destin ?

- Comment va-t-elle ?
La voix au téléphone était soucieuse, la jeune femme essora la lingette qu’elle tenait et l’appliqua contre le front de la fille avant de répondre avec inquiétude.
- Pas très bien, elle s’est endormie grâce au somnifère qu’on lui a donné, mais elle dort mal, sa respiration est heurtée et j’ai l’impression qu’elle fait souvent des cauchemars.
- Je vois... Désolée de te demander, Mamori-san.
- Non, Kurita-kun, ne t’excuse pas, de toute façon Sena et Suzuna vont prendre le relais bientôt. Mais je m’inquiète pour la suite, quand elle se réveillera... Toujours pas de nouvelles de Hiruma-kun ?
- Non, Musashi et moi avons essayé de l’appeler, mais il refuse nos appels et la réception nous a dit qu’il ne voulait parler à personne.
- Il est pourtant le seul à savoir ce qui s’est passé... Merci Kurita-kun.
Elle raccrocha et se tourna vers le lit, Ako y reposait sur le dos, yeux fermés, sa poitrine se soulevait lentement. La rousse alla s’asseoir sur une chaise et murmura.
- Ako-chan... Tiens le coup.

Il restait assis sur sa chaise, le regard fixé sur l’écran de l’appareil éteint. Les paroles de ce sale type à la mèche lui revenaient sans cesse, ce n’était pas possible... Ce ne pouvait pas être vrai, Reiji l’avait toujours détesté et c’était réciproque, mais de là à inventer tout ça...
Soupirant il ferma les yeux et pensa à sa running back, il se demandait comment elle allait, le match contre Ojou approchait et ni lui ni elle ne devaient être en état de jouer, mais sans eux les autres ne pourraient pas gagner. Serrant les dents, il donna un coup de pied à un sac de sport qui gicla plus loin. Foutue journée ! Il se laissa tomber sur le dos dans son lit et fixa le plafond, se disant qu’il devait se ressaisir. Des coups se firent entendre à la porte, soupirant il alla ouvrir et retrouva nez à nez avec son kicker qui entra sans recevoir d’invitation.
- Qu’est-ce que tu fiches ici, sale vieux ?
- Cela ne peut plus durer Hiruma, sors de chez toi et retourne t’entraîner ! Et puis, Ako ne va pas bien, elle a besoin de toi.
- De moi ? Et pourquoi elle aurait besoin de moi ?!
- Ne joue pas à ça avec moi Hiruma Yoichi !
- Tss, très bien.
Le démon attrapa sa veste et sortit avec son ami.

Une fillette était assise par terre, sous la pluie, recroquevillée, trempée, vêtue de vêtements poussiéreux et déchirés, elle faisait peine à voir. Soudain une silhouette apparut devant elle, un homme très grand, vêtu d’un manteau de cuir et d’un chapeau beige. La petite fille leva la tête et serra contre elle un médaillon usé.
- Que fais-tu dehors par un temps pareil ? Où est ta famille ?
- J’ai plus de famille, rétorqua la gamine d’une voix froide.
Elle devait avoir six sept ans, neuf au maximum, évalua l’inconnu.
Il s’accroupit et l’observa, deux yeux bleus remplis de détermination et en même temps de peur, des cheveux longs couleur argent, de grandes jambes...
- Comment t’appelles-tu ?
- Ako... Suzuki Ako.
Elle aperçut quelque chose dépassant de la manche de l’homme et demanda.
- C’est un journal de football américain ? Vous y jouez ? A quel poste ? Moi je rêve d’être running back.
Fronçant les sourcils, se demandant comment une gamine pouvait en connaître autant sur ce sport, il eut soudain une idée et demanda doucement.
- Que dirais-tu de venir avec moi si tu aimes le foot américain ? Je suis entraîneur et j’ai ma propre équipe.
Hésitant, elle acquiesça et se releva, il lui prit la main et l’entraîna vers la route où une voiture les attendait, il la fit entrer et dit au chauffeur.
- Au club, je vous prie.
- Bien monsieur.
- Monsieur, comment vous vous appelez ?
- Hiruma Kyo.

Se réveillant en sursaut, Ako fit sursauter Suzuna qui rattrapa de justesse le vase qu’elle tenait.
- Yaa ! ça ne va pas de me faire peur comme ça Ak-chan ?
- Désolée, bredouilla l’adolescente, je... je dois aller aux toilettes.
Elle se leva, chancela et arriva tant bien que mal à destination. S’arrêtant devant le miroir, elle se regarda et se traita d’imbécile.
Comment ais-je pu oublier ce détail ? Ne pas faire de rapport entre leurs deux noms ?
Fermant les yeux, elle alla tirer le verrou et porta son regard vers l’armoire à pharmacie.

_________________



et

Spoiler:
 


Dernière édition par Manoncamille le Ven 14 Oct - 19:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fanfictiongirl.skyrock.com/
Manoncamille
Admin en chef & fondatrice
avatar

Messages : 671
Date d'inscription : 19/05/2011
Age : 25
Localisation : Suisse

MessageSujet: Re: Le marionnettiste, la marionnette et les fils du destin (Fic Eyeshield 21)   Ven 14 Oct - 15:10



Bonjour à tous,

Voici la suite^^. Comme je l'avais dit, c'est quasiment un Flash-back sur le passé d'Ako, il n'y a que la fin qui retourne dans le présent. Le Flash-back est raconté par Ako et Yamato à la troisième personne.

Hum, que dire d'autre... Ah oui, il est un peu court, désolée, mais je n'arrive plus à le rallonger, la suite devant être dans le prochain chapitre.

Bonne lecture !


Quatrième chapitre : Une fille, des joueurs de football américain et un destin cruel

Je m’appelle Suzuki Ako, j’ai quinze ans, je suis une fille banale, enfin pas tout à fait.
Mon histoire commence alors que j’ai huit ans. à ce moment-là je vivais avec ma mère et mon beau-père dans un petit appartement de Okasa. Nous n’étions pas riches et les adultes avaient de plus en plus de peine à s’occuper de moi, mon père biologique ? Je ne l’avais jamais vu et je ne le connaissais pas. Ma mère prétendait qu’il nous avait abandonné. J’étais heureuse, du moins je le croyais, jusqu’au jour où elle m’abandonna en plein centre-ville à des mètres de chez moi sous l’ordre de son nouveau mari qui ne voulait plus de moi, un enfant d’un autre et qui préférait que ma mère mette au monde un enfant de lui, un garçon de préférence.

Une fillette de huit ans dans la grande ville vous imaginez ? Ma vie fut un enfer pendant une année, je me débrouillais comme je pouvais, piquant de la nourriture dans les poubelles, volant à droite et à gauche, mendiant parfois, me cachant, fuyant. J’avoue qu’au début, je n’étais pas sûre de moi et que j’ai eu des ennuis, mais au fur et à mesure je me suis habituée même si cette vie me pesait.

Heureusement j’ai toujours aimé courir et je suis rapide grâce à l’entraînement et mes grandes jambes alors c’était facile de fuir ou d’aller vite se cacher pendant ce petit moment de ma vie. Ma mère avait l’habitude de m’appeler son guépard quand je vivais encore avec elle et du temps où son nouveau mari ne vivait pas avec nous, elle aimait me raconter des histoires qui se passaient dans d’autres pays et me montrer des images d’animaux étrangers, d’Afrique, d’Asie, d’Europe, d’Australie et d’Amérique. J’adorais ce temps-là et parfois il me manque beaucoup... Et puis un soir d’automne, j’étais dehors, assise par terre, frigorifiée, le ventre vide, je n’avais plus le goût à la vie, serrant le seul objet que j’avais à part mes habits, un médaillon en or qui avait appartenu à mon père. Mais un homme arriva et m’emmena avec lui après avoir parler un moment avec moi, je le laissais faire, après tout même s’il était un tueur ou un violeur et que je ne le connaissais absolument pas, je n’avais plus rien à perdre. Cet homme était un entraîneur de football américain, il s’appelait Hiruma Kyo, mon beau-père m’avait déjà emmenée voir des matchs, à contrecoeur je suis capable de le remarquer, et j’avais lu des choses sur ce sport qui me passionnait, mon père était aussi entraîneur d’après ma mère, mais je ne savais pas du tout s’il était encore au japon ou s’il était à l’étranger et s’il exerçait encore ce métier.

Dans le véhicule, une grande limousine noire avec sièges en cuir et matériel moderne, nous ne parlâmes pas, je savais qu’il m’observait et qu’il savait que je faisais pareil. Cet homme m’intriguait beaucoup, il était grand, des cheveux roux, il portait un grand manteau et un chapeau beiges et une mallette noire.

La voiture arriva bientôt devant un immense bâtiment, un building en verre, ça un club de football américain ? Ceux que j’avais vus étaient de petits locaux ou au mieux une simple maison, mais un building ? Sceptique, je suivis l’homme en tâchant de tenir debout, c’est que je n’avais rien mangé depuis la veille moi. Un portier nous ouvrit et me regarda avec méfiance et un air dégouté qui me déplut, quoi une gamine de neuf ans vivant dans la rue n’était pas assez bien pour lui ? Nous longeâmes le couloir d’entrée et arrivâmes à la réception, en plus du bureau d’accueil derrière lequel se trouvait une femme sur son trente-et-un avec un uniforme bleu clair il y avait des fauteuils et canapés rouges, un billard, des tables en verre et d’immenses baies vitrées.
Soudain je me cognai contre mon sauveur car il s’était arrêté et plongée dans mes pensées je ne l’avais pas remarqué.
- Déjà fini l’entraînement ? demanda-t-il, soupçonneux.
Une voix féminine répondit d’une voix polie et douce.
- Oui, monsieur, on a terminé plus vite que prévu.
- C’était facile, murmura une voix masculine légèrement prétentieuse.
- Monsieur, qui est derrière-vous ? demanda une troisième voix avec curiosité.
Je m’avançai jusqu’à être à côté de l’entraîneur et vis trois adolescents assis sur un canapé et un fauteuil. Une fille blonde, à l’air timide et avec de jolis yeux noisette, un garçon très grand aux longs cheveux blancs et un type brun plus beau que l’autre d’après moi, ils me regardèrent avec étonnement. La fille demanda d’une voix surprise.
- Une enfant ? Qui est-ce ?
Une main se posa sur ma tête et ce Kyo répondit avec amusement.
- Je vous présente Suzuki Ako, je l’ai trouvée dans la rue, je ne pouvais pas la laisser comme ça, de plus elle a l’air de s’y connaître en football américain. Karin, emmène-la se laver, se changer et donne-lui quelque chose à manger, ensuite retrouvez-nous sur le terrain numéro trois.
- Bien, monsieur, suis-moi, me dit Karin en souriant et en me tendant la main.
Je la regardais avec méfiance, après ce que ma mère m’avait fait je n’accordais plus ma confiance à la légère, finalement je la pris et me laissai entraîner.
Nous marchions d’un pas lent, je trébuchais souvent, épuisée et à chaque fois Karin m’empêchait de tomber. Elle s’arrêta devant une chambre et ouvris la porte grâce à une clé, me fit entrer et referma derrière moi. Mon aînée m’amena à la salle de bain et me coula un bain avant de s’éclipser un moment, j’hésitais puis me déshabillai et entrai dans l’eau.
Quel délice ! Cela faisait une année que je n’avais pas pris de bain ou de douche, je m’étais juste lavée avec de l’eau de pluie ou de l’eau que quelques personnes gentilles me donnaient parfois, mais pouvoir se tremper dans de l’eau chaude et se laver était un vraiment un luxe.
La blonde revint avec des habits qu’elle posa sur une petite table, elle s’approcha et tout en me prenant le savon et en me frottant me demanda.
- L’entraîneur a dit que tu vivais dans la rue, c’est vrai ?
- Oui... Ma mère m’a abandonnée comme une vulgaire chaussette, grognai-je.
- Et ton père ?
- Je ne sais pas où il l’est, il était déjà parti quand je suis née.
- Oh... Je vois... Tu aimes le football américain ?
Un sourire radieux apparut sur mess lèvres et j’acquiesçai.
- Moi aussi, je joue dans l’équipe en tant que quaterback.
- C’est vrai ?! Les filles aussi peuvent jouer ? Demandai-je avec des yeux brillants.
- Bien sûr ! Pourquoi on ne pourrait pas ? On est autant capable que les garçons de jouer, sourit la blonde.
- C’est vrai, murmurai-je.
Les paroles de mon beau-père me revinrent en mémoire, les filles ne peuvent pas tout faire car certaines choses sont réservées aux hommes, tss ridicule.
Quelques minutes plus tard, j’étais sortie de l’eau et avait enfilé mes nouveaux vêtements un peu trop grands pour moi, mais confortables. Karin me ramena dans sa chambre, me donna à manger et ensuite on retourna à la réception, pour aller sur le terrain. Je me demandais ce que l’entraîneur me voulait...

Je marchais en compagnie de Taka et de l’entraîneur, plongé dans mes pensées, pourquoi le coach avait-il ramené cette gamine ? Certes, il avait pu en avoir pitié, chose qui déjà était saugrenu quand on connaissait Hiruma Kyo, mais dans ce cas pourquoi l’amener ici ?
Parce qu’elle aimait le football américain ? C’était ridicule, on avait autre chose à faire que de s’occuper d’une enfant passionnée de notre sport, le prochain match approchait à grands pas et même si on était fins prêts, cela ne suffirait pas et on perdait notre temps avec une gamine ?!
- Yamato ?
La voix de mon meilleur ami me parvint aux oreilles et je tournais mon regard impassible vers lui.
- Quoi ?
- Tu as l’air perturbé...
- Je me demande juste pourquoi Karin perd son temps avec une enfant des rues alors qu’elle devrait s’entraîner et pourquoi cette môme est ici...
- Tu es dur, elle est mignonne la petite, sourit le fils Honjo qui me servait de meilleur ami.
Haussant les épaules, je rattrapai mon entraîneur et lui demandai.
- Monsieur, pourquoi avoir ramené cette fille ?
Un sourire perfide apparut sur les lèvres du meilleur entraîneur du Japon et je sus qu’il mijotait quelque chose.
- Tu verras ça bientôt, Yamato, ne t’inquiète pas, je n’aurais pas recueillie une enfant sans une bonne raison.
Ma curiosité avait été mise à vif, je me surpris à penser que cela pouvait être intéressant de manipuler une enfant et ignorai le regard amusé posé sur moi.

J’arrivais au terrain et me figeais, Karin à mes côtés. Je n’avais jamais vu de terrain de sport aussi grand ! Clignant des yeux, j’observais les alentours avec attention, avant d’entendre une voix.
- Vous avez fait vite. Bon, voilà ce que je te propose Ako, tu prends le ballon et tu vas marquer un Touchdown. Bien sûr, les joueurs, sauf ces trois-là, peuvent t’arrêter.
Si tu réussis, je te prends dans l’équipe, pension complète incluse.
Stupéfaite, je regardais l’entraîneur avec stupeur, moi courir, éviter ces géants et marquer un touchdown ? Mais je n’avais que neuf ans, un petit corps et les joueurs mesuraient au minimum un mètre soixante et beaucoup plus âgés que moi.
Puis, je croisais le regard du coureur, cela se voyait à son allure et son physique, brun. A l’intérieur se reflétait du doute, de la supériorité, de la prétention. Et sans savoir pourquoi, mon cœur s’accéléra et j’eus très envie de lui prouver que je pouvais le faire. Prenant une inspiration, je pris le ballon ovale des mains du géant aux cheveux longs et regardant le coach annonçai fermement.
- J’accepte, Monsieur.
Je m’éloignai et me mis en position, le ballon sous mon bras comme je l’avais vu dans les matchs auxquels j’avais assisté. Puis je m’élançais, aussi vite que possible, la sensation familière de joie intense qui me prenait à chaque fois que je courais m’envahis alors que je traversais le terrain en évitant agilement les géants essayant de me plaquer. L’un d’eux me heurta le flanc, ce qui me fit trébucher, mais je me ressaisis et repartis de plus belle, une douleur diffuse se répandit sur mon côté, mais je l’ignorais et au bout d’un moment fit un arrêt en dérapage de l’autre côté du terrain, un sourire ravi sur les lèvres.

Je me levais d’un bond, stupéfait, cette gamine... C’était impossible, comment à neuf ans pouvait-on réussir ça ? Une petite voix intérieure me rappela que j’avais réussi ce test à sept ans, mais je l’ignorais. J’étais un garçon, un surdoué en sport, donc c’était logique...
Mais cette Suzuki Ako était une fille, sans réelle aptitude, alors c’était impossible.
Une accolade donnée avec force me sortit de mes pensées.
- T’as vu ça, Yamato ?! Incroyable cette petite, avec un peu d’entraînement elle nous sera d’une grande aide, tu ne crois pas ?
- Euh oui Taka...
Je devais l’admettre, cette fille n’avais pas triché et avait gagné grâce à sa passion de la course et grâce à ses jambes, même si c’était surprenant. Et puis Taka avait raison, elle nous aiderait bien et nous serait utile. Car c’était ça le but du coach, s’en servir, elle n’était qu’un objet à ses yeux et en serait également un aux miens.
- Félicitations, Ako, bienvenue dans les Teikoku Alexanders, tu connais déjà Karin, notre quaterback, voici Taka, notre meilleur receveur et...
Le coach continua les présentations, je savais qu’il me gardait pour la fin, comme à chaque fois, cela impressionnait nos nouveaux joueurs et les « forçait » à s’améliorer car ils voulaient toujours me dépasser, mais bien sûr personne n’y arrivait jamais.
- Et enfin, notre meilleur running back, celui qu’on nomme Eyeshield 21, Takeru Yamato.
Eyeshield 21, Takeru Yamato, c’était moi, je vis la gamine pivoter vers moi et me faire face, baissant la tête je regardais cette fillette aux yeux bleus me fixer avec respect et défi.
Je lui fis un sourire amical, faux bien sûr, bien décidé à en faire mon jouet et le moyen de gagner le Christmas Bowl et peut-être même les nationaux.

L’enfer commença vraiment à partir de là, je me levais à quatre heures du matin, m’habillais, prenais une douche rapide, descendais prendre mon petit-déjeuner, ensuite je sortais en compagnie d’un autre joueur, souvent Karin, Taka ou un autre et plus rarement Yamato, pour courir une demi-heure à trois quart d‘heure avant l’entraînement du matin. C’était, d’après l’entraîneur, le meilleur moyen de progresser physiquement. J’aimais courir, donc cela ne me gênait pas et puis comme on n’allait pas vite, je pouvais parler avec mon coéquipier ce qui me plaisait bien, Karin était très savante et répondais à mes questions variées et m’en posais également, Taka me faisait rire avec ses blagues et me testais en prenant toujours des chemins de plus en plus difficiles, les autres étaient sympas, mais sans plus. Le mieux c’était quand Yamato prenait le temps de venir avec moi, c’était rare et chaque matin j’espérais qu’il s’approche et dise à celui qui avait prévu de courir avec moi de lui laisser la place, il était très curieux sur ma vie et me posait de nombreuses questions sur moi-même, ma famille ou me demandais mon avis sur certaines choses. Mais souvent il se taisait et j’en faisais autant, on courait simplement ensemble et c’était le mieux. Nous rentrions ensuite et je soufflais cinq minutes afin de reprendre ma respiration, souvent stupéfaite de voir que mon coéquipier n’était jamais ou rarement fatigués.

Puis je montais rapidement mettre ma tenue de football que l’entraîneur avait commandé spécialement pour moi vu ma taille et j’allais sur le terrain pour cinq heures et demie pile.
Là, on avait quelques heures d’entraînement, heureusement le coach me laissait exceptionnellement de courtes pauses pour souffler et on finissait vers neuf heures la plupart du temps, ensuite je retournais me doucher, mangeais quelque chose et travaillais avec un des trois joueurs chargés de s’occuper de moi, soit Taka, Karin ou Yamato.
Le premier m’enseignait la culture générale, les maths, les langues, Karin de la stratégie et de l’analyse sur le football américain et Yamato des techniques de course, de réception ou autre.

A treize heure je déjeunais, en prenant mon temps pour changer et ensuite j’avais une heure de pause, là je lisais ou dormais la plupart du temps tellement j’étais crevée. A quatorze heures, j’assistais aux réunions tactiques, assommant si vous voulez mon avis, où l’entraîneur et les joueurs clés parlaient des prochains matchs et adversaires. Cela durait deux heures à trois heures, ensuite dernière épreuve de la journée, entraînement du soir, heureusement moins dur que le premier. J’étais libérée avant les autres, à dix-huit heures, je rentrais alors seule ou accompagnée quand le coach avait peur que je m’évanouisse de fatigue, de douleur ou des deux, il ne me ménageait pas, normal vu que j’étais un des joueurs clés.

Ce qui m’aidait à tenir ? Le soutien de ma nouvelle famille et ma passion pour ce sport et la course je pense. Je m’entendais bien avec tout le monde, sauf un ou deux joueurs, mais surtout avec Karin dont je partageais la chambre et qui jouait le rôle de grande-sœur, Taka qui je crois m’aimais bien et qui avait souvent des gestes ou des mots d’encouragement et Yamato. Ce dernier était la vraie raison du fait que je restais, je crois, j’étais amoureuse de lui, je le savais, il était tellement fort, courageux, il n’abandonnait jamais, battais tous ses adversaires, y compris moi et je ne compte plus le nombre de fois où il me rattrapait, m’empêchait de tomber ou d’abandonner.

Cet enfer dura plusieurs années, mais à force je finis par m’y habituer, j’avais hérité de la détermination et du courage de mon père d’après ma mère, je n’abandonnais que rarement, même si j’étais écroulée de fatigue ou de douleur je ne m’étais jamais effondrée devant mon idole, certes j’étais tombée, mais je m’étais toujours relevée devant Eyeshield 21.
Quatre ans plus tard, j’en avais alors treize, Karin dix-sept et les garçons dix-huit, Yamato m’avoua qu’il m’aimait alors qu’on avait gagné notre ticket pour le tournoi du Kansai après un match acharné. Naïve, je le crus et nous échangeâmes notre premier baiser sous les acclamations de nos coéquipiers, j’étais folle de bonheur, ne pensant même pas à la différence d’âge. Je le crus durant un an, un an de bonheur où je gagnai la plupart des matchs de l’équipe, Yamato restant sur le banc, et pendant lequel je m’améliorai encore plus, mettant presque au point une technique de course, la flèche d’argent. Mais un soir tout bascula, nous jouions contre une équipe très forte, les Hakushu Dinosaures, une équipe du Kanto qui était venu nous défier. En voulant marquer un Touchdown je me fis littéralement écraser par un lineman, Rikiya Gaōh, je m’évanouis sous le choc ma tête et mon dos prenant un sale coup.
Ce type était fort, mais aussi rapide et il prenait plaisir à écraser ses adversaires, j’aurais pu l’éviter, mais tétanisée je n’avais pas pu bouger et tout ça parce que j’avais voulu impressionner l’équipe et surtout lui en passant par le milieu de la ligne. Une vraie débutante...

Je me réveillais à l’hôpital, mais n’ouvris pas les yeux, mon instinct me disant de faire semblant de dormir. Il eut raison.
- Elle est moins douée qu’avant.
- Cela peut arriver de faire une erreur, tu sais, elle fera mieux la prochaine fois.
- Non, faire une erreur pareille... Elle n’avait aucune chance de passer par le milieu et au lieu de le contourner elle a foncé tête baissée.
- Euh c’est toi qui dis ça ?
- Ce n’est pas pareil, Taka, rétorqua mon petit ami. Je suis eyeshield 21, le meilleur coureur du monde et j’ai la force nécessaire pour battre mes adversaires même si je passe par le milieu. Mais Ako aurait dû savoir qu’avec sa force et son physique c’était perdu d’avance, son seul atout c’est sa vitesse et son agilité à la limite. Une erreur pareille est impardonnable...
Je frissonnais, je n’avais jamais entendu Yamato parler d’une voix aussi froide et méprisante.
- Tu as raison, Yamato, mais même si elle ne peut plus courir, elle peut nous être utile, dit une voix amusée. Je ne sais pas, moi, peut-être pour nous divertir après les matchs...
- Coach, protesta le receveur, ce n’est pas...
- Alors... Je ne suis qu’un objet pour vous ?
Le receveur tressaillit, le coach sursauta et Yamato ne broncha pas. Je me redressai dans mon lit et les regardais avec colère, mais surtout avec une immense tristesse.
Je plantai mes yeux dans ceux de mon premier amour et murmurai d’une voix triste, j’étais furieuse contre moi-même.
- J’aurais dû m’en douter, qu’est-ce qu’un joueur comme toi et de ton âge pouvait trouver à une enfant de treize ans... J’ai été stupide.
- Bien sûr, rétorqua le brun, tu croyais vraiment que je pouvais m’intéresser à une gamine que sa mère a jeté ? Personne ne voudrait de toi, Ako, tu es complètement inutile, mais Kyo a raison tu peux toujours servir à l’occasion et de toute façon tu m’appartiens.
Mes yeux se remplirent de larmes, je les chassai d’un revers de main, surtout ne pas craquer devant eux... Me levant, je m’appuyais contre le mur et me rapprochais de Taka qui était devant la sortie ignorant les deux autres.
- Ecarte-toi.
- Ako... Ce n’est pas...
- Ecarte-toi, sifflai-je sans l’écouter.
Il me lança un regard inquiet et désolé et obéis, je marchais lentement devant moi, sans me retourner malgré la voix de mon supérieur.
- Ako ! Reste ici, où vas-tu ?
Dans un endroit où on ne se servira pas de moi, songeai-je en retenant la vague qui menaçait de me submerger. Je descendis je ne sais trop comment les escaliers, traversai la réception en ignorant les appels de l’équipe médicale, marchais jusqu’à l’abri de bus et pris ce dernier.
Heureusement j’avais un peu d’argent que je dépensais pour aller à Tokyo, la capitale du pays où j’espérais que les gens étaient moins pires qu’ici. Les paroles de Yamato me revenaient sans cesse à l’esprit, comment avais-je pu être aussi naïve ?!

J’arrivais à Tokyo quelques heures plus tard, je trouvais de la force dans ma détermination à ne pas abandonner maintenant, cela aurait trop plu à mon crétin d’ex petit-ami et à mon imbécile d’entraîneur, le cœur serré en pensant à la réaction de Karin quand elle apprendrait ma fuite, je marchai et par chance finis par trouver un appartement à louer. Je contactai rapidement le propriétaire, lui mentit et obtins l’appartement pour une durée limitée, j’aurais le temps de retirer mon argent et de le payer pour avoir plus de temps. Puis je m’effondrais dans ma nouvelle chambre et craquai physiquement et mentalement. Les murs étant insonorisés, je hurlais ma douleur autant physique, j’étais loin d’être guérie, que mentale, les trahisons de mes « amis » et pire de l’homme que j’avais sincèrement aimé me terrassaient. Je m’endormis, épuisée et le lendemain j’entrais en dépression. Cette dernière dura une année, une année pendant laquelle j’aurais dû faire ma première année de lycée, mais je repoussai cette dernière. Je finis par me sortir de ma dépression, qui accompagnée de mes douleurs, revenait au galop quand mes souvenirs me revenaient ou que je voyais du football américain ou en entendait parler.

L’année suivante, j’entrais au lycée Deimon et rencontrai Sena, ce petit brun si différent de celui que j’avais connu m’aida à sortir de ma solitude, puis vint la rencontre avec Yoichi, un vrai démon celui-là, mais pouvant se montrer gentil même si je le soupçonne de me manipuler autant que les deux précédents. Les autres Devil Bats ensuite, Mamori qui me rappelait tant Karin, Suzuna amusant petit elfe, Monta spécialiste du Max ! Jumonji, Kuroki et Toganou, trois grands-frères en quelque sorte, le premier me rappelant un peu Taka, Kurita une boule d’amour et de douceur enrobée de force brute, Musashi un kicker très puissant avec de bons conseils, Taki un type agaçant à souhait mais avec un bon fond, Yukimistu un sportif récent maître de la stratégie, Cerberus un chien terrifiant, mais facile à dompter si on a compris son point faible. Toute cette équipe était très différente de la première, c’était ma nouvelle famille et ils avaient apportés un peu de bonheur dans ma vie, même si je les connaissais que depuis peu.

Esquissant un sourire Ako termina le rappel de ses souvenirs et ferma les yeux, c’était fait, elle ne pouvait plus reculer. Elle savait qu’elle ne manquerait à personne, il avait eu raison, personne ne voudrait d’elle... Elle sentit sa vision se troubler et elle ne se retint pas quand elle se sentit basculer en avant, tombant sur le carrelage, elle se coucha et ferma les yeux derechef, qu’on en finisse, elle ne voulait plus continuer cette vie, c’était trop dur, trop d’épreuves...
Elle s’évanouit à côté d’un flacon couché et ouvert, quelques pilules en sortaient.
- Ako ? Tout va bien ?
La voix familière et rassurante de son ami ne la fit pas bouger, elle eut juste la force de penser.
Adieu Sena, je suis désolée...

Installé confortablement dans un fauteuil, les yeux rivés sur une photo posée devant lui sur une table, le meilleur joueur du Japon semblait plongé dans ses pensées. Soudain la photo glissa et tomba par terre, se déchirant légèrement, l’homme se figea les yeux rivés sur la déchirure, un mauvais pressentiment en tête.
- Ako... Que t’arrive-t-il ? Murmura Yamato, certain que la jeune fille avait des ennuis en ce moment même.

_________________



et

Spoiler:
 


Dernière édition par Manoncamille le Lun 17 Oct - 11:18, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fanfictiongirl.skyrock.com/
La Kitchi Mania
Modératrice en chef
avatar

Messages : 358
Date d'inscription : 21/05/2011
Age : 26
Localisation : toujours aussi fan de son spiderman et j'ai peut-être la chance de le rencontrer ^^

MessageSujet: Re: Le marionnettiste, la marionnette et les fils du destin (Fic Eyeshield 21)   Ven 14 Oct - 18:00

Bon alors j'ai peut-être trouvée le problème de ton chapitre 3 ^^
Ce qui manque, c’est qu’ils ne se sont pas rendu chez Ako pour qu’elle se change et du coup il manque un passage de présence entre les deux personnages.Je trouve une incohérence, la remière fois je l'avais ressentit mais n'en avait pas fait cas mais même la deuxième fois ça ma fait bizarre.


Pour ton 4ème chapitre j'ai trouvée des lacunes enfin surtout des trucs tout bête mais qui change tout =):

Tu te répètes lors du flash black il y a deux fois la même phrase
«  me lavant avec de l’eau de pluie ou celle qu’on me donnait parfois » deuxième paragraphe
Et
« Cela faisait une année que je n’avais pas pris de bain ou de douche, je m’étais juste lavée avec de l’eau de pluie ou de l’eau que quelques personnes gentilles me donnaient parfois » lors de la recontre avec Karin XD. Et en plus tu mets point après alors que c’est la suite de ta phrase.

Tu as une fautes au paragraphe de description sur son emploi du temps de joueuse.
Vers le moment où elle parle de l’entrainement du soir « premie »? ^^ et juste en dessou tu devrais juste marquer « j’étais un des joueurs clés » sinon sa fait bizarre.

Paragraphe en dessous vers la fin (rencontre avec kando) tu as oubliée un mots
« Ce type était fort, mais aussi rapide et il prenait plaisir à écraser ses adversaires, j’aurais pu l’éviter, mais tétanisée je n’avais pas pu bouger et tout (ça) parce que j’avais voulu impressionner l’équipe et surtout lui en passant par le milieu de la ligne. Une vraie débutante... »

Paragraphe encore en-dessous tu pourrais mettre « Je me redressai (s)ur (m)on lit et les regardais avec colère, mais surtout avec une immense tristesse. »

Elle doit parler de son ex maintenant manon pas de son petit amis tu t’es trompée « à (mon crétin de petit ami) et à mon imbécile d’entraîneur »

Voilà je crois que c'est tout en fautes Ect.....

Bon passons à ton histoire, je trouve que ton histoire est vraiment magnifique, je prend un réelle plaisir à la lire. Ako est vraiment touchante et je m'attache à elle comme n'importe quel lecteur le ferait.
C'est une jeune fille qui n'a pas un passé facile et pourtant c'est une battant qui me donne envie de la suivre dans toutes ces aventures. Elle est tellement touchante et je ressens le moindre de ses sentiments. L'histoire me transporte et me donne envie de prendre cette gamine dans mes bras et de la protéger de tout, de l'empécher de souffrir encore plus qu'elle ne souffre déjà.

Pourtant elle a un entourage qu'il ne l'aide absolument pas et qui préfére l'utiliser pour ces propres envis. Hiruma va s'en mordre les doigts mais surtout Yamato: il en était vraiment amoureux n'est-ce pas? vu la dernière scène du chapitre 4 et de toute façon on ne peut pas être insensible comme il le montre devant Ako, c'est une fille qui je le pense dans la vrai vie serait absolument adorable mais très sensible même trop.

En tout cas ne baisse pas les bras et continue comme ça.
Je te soutiens à fond et si tu as le moindre problème je suis là pour toi ^^.

_________________
Je suis fan de spiderman et je le resterai pour toujours il fait d'incroyable match
Hugo Lloris mon spiderman attitré XD
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Manoncamille
Admin en chef & fondatrice
avatar

Messages : 671
Date d'inscription : 19/05/2011
Age : 25
Localisation : Suisse

MessageSujet: Re: Le marionnettiste, la marionnette et les fils du destin (Fic Eyeshield 21)   Ven 14 Oct - 18:17

Merci ma Kitchi !

Alors pour le chapitre trois, ah c'est ça qui te gêne ? MDR Je vais voir si je peux faire en sorte qu'elle se change chez Hiruma XD Merci de me le faire remarquer, ce genre de détails m'échappent toujours vu que j'ai pas de réalité sentimentale Wink

Aïe toutes ses petites fautes... Je suis étourdie, vraiment, je corrige ça de suite^^. Merci ! Voilà l'importance d'une lectrice car une personne extérieure verra des choses que l'auteur verra pas Wink

Ah Ako, j'ai pris cette miss, enfin une partie dans le manga Negima. Elle a le même prénom, des cheveux argents, une cicatrice comme Ako, par contre les yeux et le caractère change^^. J'adore l'Ako de Negima, donc voilà X)
Contente qu'elle te plaise, j'aime qu'on mes héroïnes

Ah là là, les garçons XD. Comme tu dis, Hiruma et Yamato vont se mordre les doigts, surtout qu'ils vont avoir un rival supplémentaire XDDD. Moi je sais déjà avec qui elle va finir, mais je garde le secret.
Oui, Yamato tient à elle malgré les apparences, comme le reste de l'équipe (je parle des joueurs là), mais Yamato c'est Yamato XD et il est maladroit avec les sentiments, enfin dans le manga je sais pas, mais je le vois comme ça.

Tu vas être encore surprise je crois^^.

Juste une question, vu que je pensais que tu allais le relever. Que penses-tu de l'entraîneur des Alexanders ? De son nom ? Je veux voir si tu as deviné ou pas, surtout qu'il est important pour la suite X)

Car comme je l'ai dit, tu vas être surprise XD

Merci encore ma belle, je t'appellerais si j'ai besoin de toi Wink

Je vais aller corriger tout ça avant de continuer la suite.

_________________



et

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fanfictiongirl.skyrock.com/
La Kitchi Mania
Modératrice en chef
avatar

Messages : 358
Date d'inscription : 21/05/2011
Age : 26
Localisation : toujours aussi fan de son spiderman et j'ai peut-être la chance de le rencontrer ^^

MessageSujet: Re: Le marionnettiste, la marionnette et les fils du destin (Fic Eyeshield 21)   Ven 14 Oct - 18:32

Ce que je pense de l'entraineur.... éh bien. C'est un homme qui sait manipuler son monde, il a des rêves et il veut à tout pris les réaliser quitte à faire souffrir les personnes autour de lui... J'ai bien compris que Ako ne l'a pas touché émotionnellement mais seulement pour son goût pour le football americain et ses talents. Elle n'est pas faible mais ce n'est pas un homme alors elle ne peut rivaliser au niveau de la force avec les hommes. C'est un homme égoïste mais qui porte sur lui un lourd fardeau. Il a abandonnait Yoichi n'est-ce pas? C'est lui son père? c'est l'homme qu'admirait yoichi mais qui la profondement deçu et du coup il veut prendre d'une certaine manière sa revanche et pour cela il devient aussi manipulateur que son père. Il va finalement se rendre compte qu'il est entrein de faire la même bêtise? Yoichi va faire souffrir son entourage comme son père le et la fait, mais lui ne le fera pas attentionnellement, ce n'est pas une mauvaise personne dans le fond mais il a un rêve (celle de battre tout ces adversaires) et aussi une revanche à prendre.

Donc je pense que l'entraineur va jouer un rôle très important dans cette histoire.

voilà ce que j'en pense; ^^

_________________
Je suis fan de spiderman et je le resterai pour toujours il fait d'incroyable match
Hugo Lloris mon spiderman attitré XD
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Manoncamille
Admin en chef & fondatrice
avatar

Messages : 671
Date d'inscription : 19/05/2011
Age : 25
Localisation : Suisse

MessageSujet: Re: Le marionnettiste, la marionnette et les fils du destin (Fic Eyeshield 21)   Ven 14 Oct - 18:50

Bah dis-donc XD

J'ai bien fait de te demander ton avis Wink

Alors, tu l'as parfaitement cerné, c'est comme ça que je le vois, même si on ne le voit pas beaucoup dans le manga, il faut bien une raison pour que Yoichi le déteste et le renie et dès que je l'ai vu je me suis dit *celui-là je l'aime pas" et donc voilà X). Sinon, tu as raison, il a abandonné Yoichi et c'est bien son père. J'adore ton hypothèse, ça colle parfaitement avec ce que l'on sait de notre démon préféré et ça expliquerait son caractère.

Tu as raison de dire qu'il est important, mais ça m'étonnerais que tu te doutes pourquoi XD, c'est que j'ai une sacré idée moi...

Mais j'en dis pas plus, sinon tu vas te douter de quelque chose X)

Riku : Euh Manon je crois qu'elle se doute déjà de quelque chose là...

Moi : Riku, vas courir au lieu de dire des bêtises.

Kid : Euh vous n'auriez pas vu Testuma ?


_________________



et

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fanfictiongirl.skyrock.com/
La Kitchi Mania
Modératrice en chef
avatar

Messages : 358
Date d'inscription : 21/05/2011
Age : 26
Localisation : toujours aussi fan de son spiderman et j'ai peut-être la chance de le rencontrer ^^

MessageSujet: Re: Le marionnettiste, la marionnette et les fils du destin (Fic Eyeshield 21)   Ven 14 Oct - 19:00

Ne t'inquiéte comme l'as dit si bien Riku j'ai aussi ma propre idée de comment l'histoire va tourner.
Je te l'ai dis dés le premier chapitre que cette histoire laissait place facilement à notre imagnination et que dans ce cas moi-même je m'imaginais facilement dans tes personnages. Cette histoire me donne l'impression d'être à la place des personnages et donc quand j'ai finis de la lire, je n'ai qu'une chose qui me viens à l'esprit "Comment je réagirai si j'étais à leur place pour la suite de l'histoire?" ^^.

_________________
Je suis fan de spiderman et je le resterai pour toujours il fait d'incroyable match
Hugo Lloris mon spiderman attitré XD
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Manoncamille
Admin en chef & fondatrice
avatar

Messages : 671
Date d'inscription : 19/05/2011
Age : 25
Localisation : Suisse

MessageSujet: Re: Le marionnettiste, la marionnette et les fils du destin (Fic Eyeshield 21)   Ven 14 Oct - 19:02

Ok^^.

Mais après faut encore que tu devines juste XD.

Mais je te laisse imaginer tout ce que tu veux Wink

Ah ce RIku, il parle trop XD

_________________



et

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fanfictiongirl.skyrock.com/
Manoncamille
Admin en chef & fondatrice
avatar

Messages : 671
Date d'inscription : 19/05/2011
Age : 25
Localisation : Suisse

MessageSujet: Re: Le marionnettiste, la marionnette et les fils du destin (Fic Eyeshield 21)   Mer 19 Oct - 19:41


Cinquième chapitre : Quand le marionnettiste répare sa marionnette

Sena était occupé à chauffer de l’eau dans la cuisine pour faire du thé quand il entendit des pas, se retournant il vit Suzuna entrer un air soucieux sur le visage. Elle s’approcha et posa le bassin rempli d’eau sur la table et soupira longuement.
- Ak-chan est réveillée, elle est dans la salle de bain. Mais ça fait un moment qu’elle s’y trouve... Sena, tu ne veux pas aller voir ? Il s’est passé quelque chose de grave pour qu’elle soit dans cet état, j’en suis sûre et tu peux sûrement l’aider plus que moi...
- D’accord, je vais aller lui parler, ne t’inquiète pas Suzuna, sourit le garçon en posant une main sur le bras de la pom-pom girl et en la regardant avec le regard déterminé qu’il affichait normalement sur le terrain.
Il sortit sans rajouter quoi ce soit et l’adolescente le regarda partir avec un regard brillant, elle savait depuis quelques temps que ses sentiments pour le brun running back avaient changés, mais elle n’osait pas lui en parler de peur d’être rejetée.

Le brun en question arriva bientôt devant la salle de bain, il s’arrêta et toqua tout en appelant son amie.
- Ako ? Tout va bien ?
Il n’obtint aucune réponse, mais il entendit un choc sourd à l’intérieur, sans s’inquiéter au début il attendit, mais après un long frisson remonta le long de son échine et il eut un très mauvais pressentiment. Ouvrant la porte à la volée, le verrou n’étant pas solide céda sous la force du running back, il se figea dans l’entrebâillement.
La lycéenne était allongée par terre sur le ventre, ses yeux étaient clos et le regard du garçon se posa sur le flacon par terre, comprenant ce qui s’était passé il se précipita vers elle et l’attrapa pour la secouer.
- Ako ! Cria-t-il avec angoisse, réveille-toi Ako ! Suzuna !!!
Le cri lancé avec force résonna dans l’appartement et la fille arriva bientôt, elle s’arrêta net, choquée, les mains sur sa bouche.
- Oh non...
- Appelle les secours !
- Tout de suite !
Suzuna repartit en courant dans le vestibule et attrapa le téléphone, sa main tremblait quand elle composa le numéro des urgences. Soudain elle sursauta et poussa un cri quand une main se posa sur son épaule.

Sena essayait tant bien que mal de ranimer sa coéquipière, il n’arrivait pas à y croire. Il se doutait qu’elle souffrait, mais de là à... Il n’arrivait même pas à le dire, un tel acte était inhumain. Il commença à trembler, il ne savait pas quoi faire pour la sauver, il ne voulait pas qu’elle meurt, il ne la connaissait pas depuis très longtemps, mais c’était comme une amie et c’était horrible la mort. Soudain des bruits de course se firent entendre et une silhouette familière et rassurante apparut dans l’entrebâillement.
- Hiruma-san...

Peu de temps auparavant, dans le vestibule de l’appartement.
Suzuna tourna la tête et se détendit en voyant les hommes derrière elle, celui qui avait posé la main sur son épaule la regarda avec étonnement.
- Suzuna, ça va ?
- Musa-chan, you-nii, bredouilla la fille, soulagée.
- Qu’est-ce que tu as, pom-pom girl ? demanda sèchement son capitaine.
Se rappelant la raison de sa présence, l’adolescente bredouilla.
- C’est Ak-chan... Elle a...
Tressaillant, le quaterback posa son regard d’acier sur le lutin et se sentit vaciller mentalement, la gamine n’avait quand même pas... Se précipitant vers le lieu où son instinct lui disait où sa protégée se trouvait, il tourna en même temps la tête vers l’entrée et cria.
- Appelez les secours !
Il disparut dans le couloir, son cœur battant à cent à l’heure.
Ne meurs pas, sale gamine, je t’en prie...

- Hiruma-san...,
Le blond resta figé dans l’entrebâillement le regard fixé sur la silhouette allongée par terre, mais il se ressaisit vite et se tourna vers son running back avec un regard glacial.
- Va-t’en.
- Mais...
- Disparais je te dis, cria le quaterback en sortant un flingue de sa poche et en le pointant sur le gamin.
- Tout... tout de suite !
Le brun sortit de la pièce en courant, l’air effrayé. Yoichi resta seul dans la pièce avec l’inanimée, il s’approcha et s’accroupit, heureusement il connaissait les bases de l’art médical à cause de son passé, il prit la jeune fille dans ses bras et l’amena près de la baignoire, il ouvrit le robinet et lui aspergea copieusement le visage et mit ce dernier directement sous le jet.
- Allez, siffla-t-il, réveille-toi gamine !
Ako se mit alors à tousser fort et à avaler de grandes goulées d’air, rassuré le blond la retira du jet et l’allongea à nouveau par terre alors qu’elle recrachait de la salive blanche. Il enleva sa veste et la posa doucement sur elle, elle posa son regard azur sur lui une seconde et sa main se leva faiblement pour tenter de le toucher, mais sa main retomba sans force sur le carrelage froid. Le blond sentit son cœur se serrer, voir sa protégée dans cet état lui faisait mal.
Soudain des pas se firent entendre et des médecins entrèrent dans la pièce, ils restèrent figés un instant, juste à ce que le démon leur crie dessus.
- Vous attendez qu’elle meure ou quoi ?! Bougez-vous les fesses !
Choqués, les ambulanciers obéirent et s’approchèrent tandis que le blond restait près d’elle.
- Monsieur, vous devriez vous écartez et nous laisser faire notre travail, tenta un courageux sans regarder le capitaine.
- Non.
- Pardon ?
- J’ai dit que je ne voulais pas, alors taisez-vous et sauvez-la !
Le médecin tressaillit et attrapa la trousse de secours, Yoichi les laissa faire, il restait près de la tête de sa protégée, une main sur son épaule. Il s’inquiétait à mort, mais ne le montrait pas. Car il avait sa réputation de démon, de possesseur illégal d’armes, de sans cœur, d’égoïste, d’homme prêt à tout pour atteindre ses objectifs. Mais c’était plus fort que lui, il commençait à s’attacher à la jeune running back.
Il laissa les hommes la soulever sur le brancard, mais les surveilla du coin de l’œil.

Sena arriva dans le salon en trainant des pieds et en jetant des coups d’œil derrière lui, il aperçut Suzuna en larmes dans les bras de Mamori qui venait d’arriver, la manager leva la tête et regarda son ami d’enfance avec inquiétude. Le brun se laissa tomber à côté d’elle.
- Hiruma-san m’a chassé de la salle de bain.
- Je vois... Suzuna-chan, arrête de pleurer, Ako-chan n’aimerait sûrement pas te voir dans cet état.
- Mais Mamo-neee, c’est... c’est...
La gamine éclata derechef en sanglots et la rousse tenta vainement de la consoler.
- Mamori, je peux te parler ? Demanda le kicker en entrant dans la pièce.
- Oui, bien sûr.
La manager lâcha Suzuna, regarda Sena avec un regard insistant et sortit de la pièce avec Musashi. Les deux adolescents restèrent seuls et silencieux, jusqu’à ce que le garçon se lève et aille s’asseoir à côté de son amie.
- Désolée, tu dois me trouver ridicule... Pleurer autant...
- Mais non voyons, moi aussi je suis triste, ce que Ako a fait est horrible, on se sent tous impuissants je pense, parce qu’on n’a pas réussi à l’arrêter à temps.
- Tu crois qu’elle va s’en sortir ?
Le lycéen regarda son amie avec étonnement, pour lui la question ne se posait même pas, mais il se rendit compte que tout le monde ne pensait pas come lui. Il sentit une bouffée de compassion l’envahir et sans réfléchir attira la pom-pom girl contre lui, cette dernière se raidit légèrement, puis posa sa tête sur l’épaule du running back.
- Sena... Merci d’être toujours là.
- C’est à moi de te remercier Suzuna, si tu ne m’encourageais pas autant quand je suis sur le terrain, je n’aurais pas gagné autant de matchs. Ne t’inquiète pas pour Ako, je suis sûr qu’elle va guérir, c’est une battante.
- Je le pense aussi.
Mamori revint seule et esquissa un sourire en voyant les deux enfants collés l’un à l’autre, elle avait compris depuis un moment qu’elle ne pouvait plus rien pour son ami d’enfance au contraire de son amie. Elle alla s’asseoir en silence sur le fauteuil et commença à réfléchir à ce que lui avait dit Musashi.

- Nous l’avons stabilisée, mais nous devons l’emmener à l’hôpital par sécurité.
- Je viens.
- Que... Pardon ?
- Je monte dans l’ambulance avec vous, rétorqua le blond, cela vous dérange ?
L’infirmier ouvrit la bouche pour protester, mais le regard glacial qui se posa sur lui et qui reflétait une menace silencieuse lui cloua le bec.
- Parfait, je vois que vous n’avez aucune protestation.
Yoichi grimpa dans l’ambulance et s’assit à côté du brancard, le regard d’Ako se posa sur lui, elle s’était réveillée quelques minutes plus tôt, mais était incapable de bouger ou de parler.
Son capitaine lut de la peur, de l’insécurité, la peur de l’inconnu dans ce regard azur et il posa une main douce sur sa tête.
- Je suis là, souffla-t-il, je ne te quitte pas, alors n’aie pas peur.
Elle referma les yeux et parut se détendre légèrement, il lut sur ses lèvres un « merci Yoichi » qui lui attira un sourire amusé sur ses lèvres.
L’ambulancier grimpa accompagné d’un médecin, ils refermèrent la porte, puis la voiture démarra en douceur.

- Comment ça on doit attendre la finale ?!
Les deux joueurs regardèrent leur coéquipier avec stupeur, la blonde posa une main sur l’épaule du champion, mais ce dernier se dégagea.
- Elle a des ennuis, compris ?! Je le sais, et rien ne m’empêchera de réparer mes erreurs !
- Calme-toi Yamato, rétorqua l’entraîneur froidement. C’est juste ton imagination, comment pourrais-tu savoir ce qui se passe à l’autre bout du pays ? Je suis sûr que Ako va bien.
- Vous vous fichez peut-être d’elle Monsieur, rétorqua le brun, mais ce n’est pas mon cas.
Je l’aime et je ne resterais pas les bras croisés alors que tout mon être me hurle qu’elle est en train de mourir !
- Tu l’aimes ? As-tu oublié ce que tu lui as fait Yamato ? Elle ne l’a sûrement pas oublié, ça m’étonnerait qu’elle te pardonne.
- Je me fiche qu’elle me pardonne ou non, elle aurait raison de m’en vouloir, mais je veux la voir et m’excuser.
Hiruma Kyo soupira et s’adossa à son fauteuil, il était en train de téléphoner dans son bureau quand son meilleur joueur accompagné de son fidèle bras-droit et de sa coéquipière avait débarqué comme une tornade pour lui demander la permission de partir dès maintenant à Tokyo.
- Je ne peux pas te laisser y aller, la nouvelle de notre victoire ne s’est pas encore répandue et les équipes du Kanto ne savent pas encore qui ils vont affronter comme équipe du Kansai.
- Allons, tout le monde sait que notre équipe gagne le tournoi depuis le début du Christmas Bowl, les équipes doivent s’en douter. Et puis on restera discrets.
- Je suis d’accord avec Yamato et puis qu’on y aille pour les demi-finales ou la finale ne change pas grand-chose, je trouve.
Kyo regarda ses deux meilleurs joueurs le menton posé sur ses bras, puis capitula en lâchant un soupir agacé.
- Entendu. Mais uniquement vous deux, Karin et moi vous rejoindront pour la finale. Evitez de vous faire remarquer, compris ? Vous y allez avant tout pour observez nos adversaires potentiels et pour voir Ako. C’est clair ?
Les deux champions acquiescèrent, le numéro un du Japon se retourna et sortit suivi de son meilleur ami ui remercia l’entraîneur pour deux.
- N’empêche, qu’est-ce qui t’as pris ? Cela ne te ressemble pas de t’emporter aussi facilement, surtout pour Ako, murmura le receveur en jetant un coup d’œil à son ami.
- Je me suis juste rendu compte que j’avais fait une grosse erreur en la laissant partir, mais je ne la ferais pas deux fois. Je vais la retrouver et la reprendre.
- J’espère que personne n’a mis la main dessus avant toi... Euh oublie, bredouilla Taka en voyant le regard glacial posé sur lui. En tout cas, j’ai hâte de voir le fameux top trois des meilleurs receveurs de Kanto. Et leur fameux Eyeshield 21, quel culot quand même, te prendre ton titre comme ça et prétendre être meilleur que toi.
- Un rival ne me fait pas peur, que ce soit en amour ou en compétition, cela pimentera juste les choses, sourit l’aîné des Eyeshield.

- Yoichi ?
La voix familière fit grimacer le blond qui tourna la tête, un homme en blouse blanche s’approchait du groupe dans lequel il se trouvait.
- Bonjour, Docteur. Tentative de suicide par overdose de médicaments, adolescente de quinze ans, état stable.
- Merci, je m’occupe de ce cas. Vous pouvez y aller.
Les infirmiers saluèrent leur supérieur et s’éloignèrent, le blond ne quitta pas le docteur du regard alors qu’il prenait le pouls de la jeune fille et lui examinait les yeux.
- Ta petite-amie ?
- Non, une fille de mon équipe, répondit sèchement le quaterback.
- Je vois, toujours capitaine de ta petite équipe de football ?
- Ma petite équipe de football comme tu dis est en demi-finale du tournoi de Kanto, railla le blond. Que voulaient dire ces idiots par état stable ?
- Cela veut dire que ton amie est hors de danger, qu’elle a juste besoin de repos et de soins de base.
- Donc faut-il vraiment que le meilleur docteur de l’hôpital et son équipe s’en occupe ?
- Non, une personne inexpérimentée pourrait s’en occuper, mais...
- Je m’en occupe.
- Quoi ?
- J’ai dit que je m’occupais d’elle, rétorqua le blond. Mes connaissances médicales suffiront pour des soins de base, alors laisse-moi passer.
- Pas question, Yoichi, je ne peux pas laisser un étranger à l’hôpital s’occuper d’une de nos patientes.
Le blond sortit nonchalamment un carnet noir de sa poche qui amena une grimace sur le visage de son interlocuteur.
- Dois-je te rappeler quelles informations j’ai sur toi là-dedans ? demanda le capitaine avec un sourire mauvais.
- Tss, si ta mère te voyait comme ça ainsi que ton...
- Je t’interdis de me parler de ma mère, rétorqua froidement le blond et encore moins de celui que tu allais mentionner ou je révèle tout ce que je sais sur ton trafic.
Le médecin lui lança un regard noir et tourna les talons, satisfait le blond rangea son carnet et poussa le brancard jusqu’à la chambre mentionnée par son ancien futur beau-père.
Comment as-tu pu sortir avec ce type, songea-t-il avec amertume, décidemment tu ne savais pas choisir tes hommes maman...
Il referma la porte d’un coup de pied et brancha la perfusion à une fixation spéciale sur le mur avant de déplacer le bras d’une Ako endormie et de la recouvrir. Il prit le bassin d’eau tiède posée sur la tablette, humidifia la lingette et la posa sur son front avant de tirer une chaise près du lit et de se poser dessus. Sa mère était infirmière autrefois, elle lui avait appris les bases de l’art médical et étonnamment le petit garçon qu’il était s’était révélé très doué, quand sa mère divorcée était sorti avec son supérieur et meilleur médecin de la région, Yoichi avait encore davantage appris sur la médecine, mais il avait finalement opté pour le football américain à la déception de sa mère et de son futur beau-père. Sa mère s’était suicidée peu après suite à son renvoi, mais le blond savait aussi qu’elle avait fait une overdose de drogue alors qu’elle n’en avait jamais pris. Il savait aussi qu’elle avait découvert le trafic mené par le chef de l’hôpital et soupçonnait ce dernier de l’avoir tuée, mais sans preuve il ne pouvait rien prouver. C’était pour ça qu’il ne voulait pas que Ako meure, il ne voulait pas perdre un autre être cher et surtout pas de la même façon.
Il s’endormit sur ces pensées, sa tête posée sur le lit. Il avait bloqué la porte avec une chaise et se doutait que sa protégée ne se réveillerait pas avant lui, il pouvait donc se laisser aller un moment.

Une heure plus tard, la belle endormie se réveilla doucement, d’abord elle garda les yeux fermés et tenta de se rappeler ce qui s’était passé, n’ayant aucun souvenir. Sa tête lui faisait mal ainsi que son ventre et elle songea avec surprise.
C’est ça être morte ? Avoir mal ? Je n’imaginais pas le paradis comme ça...
Soudain elle se rappela avoir vu son capitaine aux cheveux hérissés dans sa salle de bain et dans l’ambulance, du fait qu’elle avait eu peur et que le simple fait de le voir près d’elle l’avait rassurée, elle n’était donc pas morte ? D’un côté cela la rassurait de le savoir et de l’autre elle avait peur de ce qui allait lui arriver puisqu’elle était toujours vivante, après tout elle avait fait cette tentative parce que sa vie était trop dure pour elle. Elle ouvrit les yeux et se redressa dans son lit apercevant d’un coup une silhouette familière assise et la tête posée sur son lit, elle cligna des yeux en reconnaissant son capitaine, ce dernier se réveilla bientôt et se redressa à son tour en grimaçant. Il se figea et la regarda avec étonnement, avant de murmurer.
- Tu es réveillée ? Tu m’as fait une sacrée peur tu sais...
- Excuse-moi...
Ils se regardèrent en silence, aussi gêné l’un que l’autre, Ako avait honte d’avoir été prise sur le fait par le blond, pourquoi avait-il fallu que ce soit lui plutôt qu’un autre ?
- Pourquoi as-tu fait ça ? demanda le blond en fronçant les sourcils, c’était vraiment stupide. Je... J’ai cru que je ne te verrais plus vivante, dit-il en la prenant dans ses bras.
Elle se figea, surprise, elle ne s’attendait pas à ça venant du démon de Deimon, surtout qu’elle sentait qu’il était sincère. Après une hésitation, elle se serra contre lui agrippant son maillot avec force, sans lui elle n’aurait pas la force de vivre dans ce monde, elle le savait. Soudain elle sut qu’elle devait tout lui dire, elle se dégagea et en rougissant enleva son T-shirt avant de se tourner vers lui afin de lui montrer son dos.

Yoichi contempla la cicatrice dans le dos de sa protégée avec stupeur, comment avait-elle pu se faire une blessure pareille ? Il espéra qu’elle ne la fasse plus souffrir et passa un doigt dessus la remontant de bas en haut, un frisson parcourut Ako, mais un frisson agréable.
- Comment...
- Pendant un match de football américain, murmura la jeune fille. Comme je te l’ai déjà dit j’ai joué dans une équipe du Kansai depuis mes neuf ans pendant cinq ans, cette équipe était les Teikoku Alexanders.
Le blond se figea, les yeux écarquillés. Les Alexanders ? La meilleure équipe du pays ? Celle qui se qualifiait tous les ans pour le tournoi qu’il visait depuis tout ce temps ? L’équipe du fils d’Honjou, l’idole du singe et du vrai Eyeshield 21, la gamine avait joué dans cette équipe ?!
- Si je m’attendais à ça...
Ako ne put empêcher un sourire d’apparaître sur ses lèvres, elle continua.
- J’ai souffert encore plus à leurs entraînements qu’aux tiens si c’est possible, je me suis donnée à fond durant ces cinq ans, j’ai même fini par sortir avec Takeru Yamato, murmura-t-elle avec nostalgie, malgré notre différence d’âge de six ans. J’étais heureuse, jusqu’à notre match contre les Hakushu Dinosaures.
- Je me disais aussi que tu connaissais cette fichue mèche, grogna Yoichi.
- Oui, je jouais ce jour-là alors que Yamato était sur le banc. J’ai voulu l’impressionner ainsi que les autres et je suis passé par le milieu alors que Rikiya était dans la ligne et que je savais pertinemment que je ne pouvais pas passer un type pareil. Je me suis retrouvée face à lui et paralysée par son aura meurtrière je suis restée immobile, il m’a écrasée de tout son poids et je me suis retrouvée à l’hôpital avec cette cicatrice. Yamato et les autres m’ont montré leur vrai visage, ils m’ont utilisé juste pour avancer dans ce stupide tournoi, alors j’ai rompu avec ce crétin de champion et me suis enfuie ici.
Elle éclata en sanglot et Yoichi l’attira à nouveau contre lui en sentant une vague de remords l’envahir, lui aussi l’utilisait pour avancer dans le tournoi, alors que d’autres avaient faits pareils avant lui, comment avait-il pu faire quelque chose d’aussi cruel ?
- Excuse-moi, souffla-t-il en lui caressant les cheveux avec douceur. Je t’ai aussi utilisé comme eux, mais je me rends compte de mes erreurs. Tu es une excellente running back et si tu es d’accord, ce sera un honneur de te garder dans l’équipe, je t’aiderai à gagner et à prouver aux Alexanders que tu es meilleurs qu’eux.
- Je... Je ne pourrai jamais me battre contre les Dinosaures alors contre eux...
- Je suis sûr du contraire, rétorqua Yoichi. Tu es courageuse, Ako, tu ne dois pas les laisser croire que tu abandonnes juste parce que tu as peur d’eux ou de la défaite. Je serais là pour t’aider, assura-t-il doucement, je ne les laisserais pas te faire du mal à nouveau.
Soudain quelqu’un toqua à la porte et le blond lança un regard noir au pauvre panneau de bois qui n’y pouvait pas grande chose.
- Quoi ?!
- Pardon, bredouilla une voix féminine, je suis envoyée pour m’assurer que mademoiselle Suzuki va bien...
Soupirant le capitaine leva les yeux au ciel, elle ne pouvait pas arriver trois minutes après ?

Assis sur le rebord de la fenêtre, le garçon regardait le ciel bleu parsemé de nuages blancs, il repensait à ce qu’il avait vu l’autre soir au stade. Qui était cette fille avec les Devils bats ? Et que s’était-il passé avec l’enmerdeur au fusil et le snob endimanché ? Tant de questions traversaient l’esprit de Riku que ça finit par l’agacer, il se leva et attrapant son casque décida d’aller courir un peu histoire de se changer les idées. Sortant de son repaire secret, il descendit les escaliers et alla sur le terrain du club, il s’arrêta soudain en remarquant qu’il n’était pas seul. Shien faisait des lancers et visait une cible située à quelques mètres de lui, Riku sourit en voyant qu’il n’était pas le seul à vouloir s’entraîner. Il mit son casque et s’approcha de son capitaine (nda : Je sais que c’est Ushijima le capitaine normalement, mais là c’est Kid).
- Bonsoir, Kid-san.
- Tiens, Riku, sourit le quaterback. Tu ne dors pas ?
- Non, j’ai besoin de courir un peu pour me changer les idées. Je peux ?
- Bien sûr voyons, je ne vais pas t’empêcher d’effectuer la passion, assura le cow-boy en tapotant la tête de son coureur. Mais ne t’éloigne pas trop, d’accord ?
- Promis.
Le running back s’élança et disparut bientôt sous le regard amusé de son aîné, Kid appréciait vraiment son cadet. Il était têtu, parfois obéissant parfois désobéissant, courageux, impertinent, loyal envers ses amis. Décidément le cow-boy avait bien fait de l’intégrer à son équipe, ils étaient pratiquement invincibles et le quaterback ne craignait pas le match contre les Dinosaures, avec Testuma comme receveur, Riku comme running back, Ushijima comme lineman et lui comme quaterback ils ne perdraient pas.

Riku courait depuis un moment, l’esprit purifié par la course, quand son portable sonna, il s’arrêta en dérapant sur l’herbe mouillée, jeta un coup d’œil sur l’écran et décrocha.
- Allo, Mamo-nee ?
Il fronça les sourcils et dit d’une vois rassurante.
- Allons, calme-toi. Quoi ?! Comment ça elle a fait une tentative de suicide ?! Tu es où ?
D’accord, j’arrive, non ne t’inquiète pas, je suis le grand-frère après tout, je me dois de m’occuper de Sena et toi, sourit le garçon avec une voix légèrement moqueuse. A tout à l’heure.
Le garçon raccrocha et rejoignit son capitaine.
- Déjà de retour ?
- Suzuki Ako a fait une tentative de suicide, Mamori et Sena sont chez les Kobayakawa et ses parents ne sont pas là, je ne veux pas les laisser seuls.
- Bon sang, murmura le cow-boy choqué. Pourquoi a-t-elle fait ça ?
- Je ne sais pas, mais elle n’allait pas bien l’autre soir après que tu sois parti. J’y vais.
- Riku...
- Quoi ? Sena doit être dans tous ses états, murmura le garçon, je dois y aller.
- Tu l’aimes vraiment ce gamin, pas vrai ? Demanda Kid avec amusement.
- Qu’est-ce que tu racontes ? Bredouilla Riku en rougissant, c’est mon petit frère c’est tout !
- Je plaisante, fais attention à toi, d’accord ? Dit le cow-boy avec un sérieux inhabituel, je ne veux pas qu’il t’arrive malheur.
Le cadet se retrouva dans les bras de son aîné qui le serra avec force.
- Kid-san, s’étonna le garçon, que...
- Je t’aime Riku, tu comptes énormément pour moi et te savoir seul dans les rues le soir m’inquiète beaucoup.
Le garçon devint rouge comme une tomate et pour une fois ne sut pas quoi dire ce qui amena un énième sourire amusé sur le visage de son aîné qui en profita pour amener ses lèvres sur celles de son cadet. Après un instant de stupeur, le running back s’accrocha aux épaules du quaterback et répondit au baiser avec fougue.

Le lendemain matin, dans la chambre de Ako, cette dernière se trouvait dans les bras de son capitaine qui avait passé la nuit à l’hôpital malgré les protestations du personnel médical.
La jeune fille était encore en mauvais état psychologiquement et le simple fait de laisser Yoichi s’éloigner déclenchait des crises de sanglots et de panique, le quaterback n’avait donc pas l’intention de laisser sa coéquipière seule avant un bon moment. De plus, il en profitait pour l’instruire niveau stratégie et tactique pour le match contre Ojou, la lycéenne pourrait en effet y participer si son état continuait à s’améliorer. Soudain quelqu’un toqua et Ako tenta de s’échapper de l’emprise du blond.
- Oui ?
La porte s’ouvrit et les visiteurs entrèrent, le premier était Sena qui se figea dans l’entrebâillement en voyant son amie à moitié dans les bras de leur capitaine, ce dernier adressa un sourire carnassier à son cadet qui frissonna.
- Pousse-toi Sena, protesta une voix familière, nous aussi on veut la voir !
Le running back s’écarta et laissa entrer tous les devils bats et le capitaine des Wilds gunmans ainsi que le running back et le receveur principaux.
- Salut, dit la jeune fille en souriant, merci d’être venu.
- Tu nous as fait une sacrée... Commença Monta avant de se taire sous le regard meurtrier de son capitaine.
Ako donna un coup de coude à l’homme à ses côtés avant de dire doucement.
- Je sais, je suis désolée, je ne sais pas ce qui m’a pris, mais c’est fini maintenant.
- Effectivement, tu as l’air d’avoir trouvé un bon remède, insinua Kid en regardant tour à tour Hiruma et Ako.
- Tss, arrête tes insinuations douteuses sale cow-boy, qu’est-ce que vous fichez ici ?
- Riku voulait accompagner Sena à tout prix alors on l’a accompagné, pas vrai Testuma ?
Le receveur acquiesça et Ako regarda le garçon aux cheveux blancs avec curiosité, elle savait que c’était un ami d’enfance au principal running back de son équipe et à la manager, mais n’en savait pas plus.
- Je crois qu’on a pas fait les présentations, dit le garçon en souriant. Je suis Kaitani Riku, running back des Seibu Wilds Gunmans.
- Suzuki Ako, deuxième running back des Deimon Devil bats.
- Et protégée du capitaine, murmura Yoichi en attirant la jeune fille sur ses genoux et faisant rougir cette dernière.
- Arrête Yoichi, c’est pas drôle, grogna la lycéenne.
- Mais je suis très sérieux, rétorqua le blond qui s’amusait beaucoup. Fichez le camp, sales gamins, elle a besoin de repos.
- Euh elle pourra jamais se reposer avec toi dans les parages, Hiruma-san, dit Monta en riant.
Il ne rit plus du tout quand le démon attrapa un fusil à côté du lit et lui tira dessus.
- Hiruma ! Protesta Kurita avec un air effrayé, c’est un hôpital et tu vas nous attirer des ennuis...
Ako soupira et arracha le fusil des mains de son quaterback avant de l’éloigner de lui.
- Rends-moi ça, Ako, sourit ce dernier en tentant de l’intimider.
- Non, tu exagères, j’ai effectivement besoin de repos, alors pas question que tu tires des coups de feu dans cette chambre, compris ?
- Ouais, pas besoin de t’énerver. Bon, sales gamins, je parie que vous vous êtes pas entraînés de la journée alors fichez le camp !
- Mais Hiruma-san, murmura Sena, c’est plutôt Ako et toi qui devez vous entraîner...
- Sale nabot, tu crois être en mesure de battre ce monstre de Shin Seijuro ?! Retourne sur terre et puis Ako n’est pas en état de s’entraîner.
- Mais toi si, remarqua Musashi.
- Je surveille la gamine et je ne peux pas être à deux endroits à la fois. Et puis je peux très bien établir nos stratégies ici.
Les autres Devils bats grognèrent et sortirent sous les regards amusés des Wilds Gunmans.
- Kid, vos prochains adversaires sont les Dinosaures, n’est-ce pas ?
Le brun acquiesça en souriant alors que la jeune Suzuki paraissait songeuse.
- Faites attention, dit-elle sérieusement ensuite, ils sont très forts. Et un conseil ne vous fiez pas aux apparences.
- Tu as l’air de bien les connaître, remarqua Riku en fronçant les sourcils.
- On peut dire ça... Je les ai affronté par le passé et j’ai perdu face à Gaoh, ce type est très rapide malgré sa carrure et il n’a aucune pitié pour ses adversaires. Ses cibles préférées sont les quaterback, mais il s’en prend aussi aux autres joueurs.
- Merci de nous prévenir, sourit Kid, mais je pense qu’on n’aura pas trop de mal, pas vrai Testuma.
- Oui, répondit mécaniquement le receveur.
- Bon, on va vous laisser, à bientôt.
Les Seibu quittèrent la pièce et Ako murmura.
- Ils sont trop sûrs d’eux, cela va leur coûter chers...
- Sûrement, mais ils sont forts, ne t’inquiète pas. Et puis, je préfèrerais affronter les Hakushu plutôt que cette équipe invincible, grogna Yoichi.
- Pas moi, rétorqua Ako en frissonnant à l’idée de rejouer contre le géant.

La lycéenne resta une deux semaines à l’hôpital, elle restait la plupart de temps alitée et se levait uniquement pour aller aux toilettes et se dégourdir un peu les jambes. Les membres de son équipe venaient la voir souvent, Sena étant souvent accompagné de Riku, les White Knights vinrent même une fois voir la « malade » surveillés de près par Yoichi qui n’était jamais loin de sa running back. Ako et Shin se fixèrent pendant un quart d’heure dans les yeux, observant chacun l’autres afin de trouver ses faiblesses, aucun ne baissa le regard.
- Tu seras rétablie pour le match ? demanda la manager en regardant la jeune fille avec curiosité.
- Bien sûr, rétorqua Ako avec un sourire insolent, je ne raterais l’occasion de vous battre pour rien au monde.
- Tu as l’air bien sûre de toi, murmura Shin en la fixant attentivement.
- Elle est forte, sale monstre, rétorqua Yoichi avec un sourire carnassier, elle a travaillé avec les... meilleurs.
La jeune fille venait de lui lancer un regard noir, elle ne tenait pas à ce que tout le monde sache dans quelle équipe elle avait été, pour le moment du moins.
- Tu as été dans une autre équipe que les devils bats avant ? demanda Takami en remontant ses lunettes.
- Oui. C’est avec eux que j’ai appris à jouer, mais je les ai quitté il y a un an pour raisons personnelles.
Shin continuait de regarder la jeune fille avec attention, il sentait qu’elle était forte, rapide et expérimentée, qu’elle leur poserait problème dans le prochain match, il avait hâte d’affronter Eyeshield 21 et Suzuki Ako. Anya regardait son petit ami avec des sourcils froncés, elle trouvait que le linebacker accordait trop d’importance à la running back et n’aimait pas ça.
- On va y aller, dit Sakuraba en souriant, on se reverra au match.
Shin s’approcha et planta son regard d’acier dans les yeux de ciel de la jeune fille et dit fermement.
- Rendez-vous sur le terrain, Suzuki Ako. Le combat qui va m’opposer à Sena et toi va déterminer grandement le match.
- Sena et moi n’allons pas perdre, rétorqua la jeune fille avec assurance.
- C’est ce qu’on verra.
Ils partirent sous le regard fatigué de Ako et celui impassible de Yoichi. L’adolescente ferma les yeux en s’allongeant, elle poussa un soupir quand un doigt long et fin lui effleura sa joue.
- Je veux dormir You-nii...
Cela amena un sourire sur les lèvres du tacticien de génie qui ne retira pas pour autant son doigt.
- Idiot, marmonna la jeune fille en s’endormant.

Le lendemain, Ako quitta l’hôpital pour aller au Stade, le match contre Ojou allait avoir enfin lieu, Yoichi avait demandé ou plutôt ordonné à Musashi de venir la chercher avec son camion pour qu’elle ne se fatigue pas avant le match. La jeune fille sortit du véhicule et referma la portière, elle attrapa un sac de sport dans le coffre et se dirigea vers la porte des joueurs après avoir remercié son chauffeur.
Rejoignant les vestiaires, elle vérifia que les garçons étaient déjà sortis et entra à son tour.
Se changeant rapidement, elle ne mit pas son casque cependant car elle ne jouerait pas pendant la première mi-temps. Yoichi voulait qu’elle se ménage vu qu’elle venait de sortir de la clinique médicale, elle avait eu beau argumenter et faire les yeux doux à son capitaine, elle avait reçu la même réponse à chaque fois. Au moins, elle pourrait observer le jeu de ses adversaires et ne pas faire d’erreurs stupides à son entrée sur le terrain. Attrapant son casque, elle le glissa sous son bras et entra sur le terrain un air décidé sur le visage.

Au même moment, dans les tribunes, un homme s’approchait de la barrière des gradins suivi de près d’un autre, le brun s’appuya contre la barrière et observa les joueurs avec un regard de jais.
- Pfiou, ils ont de l’allure les joueurs du Kanto, dit son coéquipier en s’installant à ses côtés.
Les Ojou white Knights contre les Deimon Devil Bats, j’ai hâte de les voir en action. A ton avis, qui va gagner ?
- Aucune idée.
- On peut pas dire que t’es bavard ce soir, s’esclaffa Taka en parcourant le terrain du regard.
Hum, je me demande si Ako est là... Je la vois pas et toi ?
Yamato ne répondit pas, ses yeux observaient le terrain de bout en bout, soudain il esquissa un sourire, un joueur venait d’apparaître, reconnaissable entre mille pour lui. Cheveux argentés, yeux bleus déterminés, silhouette fine et athlétique, jambes longues, les seules choses ayant changées étaient son uniforme maintenant rouge et blanc et sa taille puisqu’elle avait légèrement grandi. Soudain elle se tourna comme si son instinct lui avait dicté quelque chose et contempla les deux hommes dans les gradins.
- Cela fait longtemps, Ako.
- Yamato...

_________________



et

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fanfictiongirl.skyrock.com/
La Kitchi Mania
Modératrice en chef
avatar

Messages : 358
Date d'inscription : 21/05/2011
Age : 26
Localisation : toujours aussi fan de son spiderman et j'ai peut-être la chance de le rencontrer ^^

MessageSujet: Re: Le marionnettiste, la marionnette et les fils du destin (Fic Eyeshield 21)   Mar 25 Oct - 15:13

Et bien pour ton chapitre je n'ai rien à redire tu étais bloqué et je t'ai donnée des idées ^^ et je suis contente de la novelle tournure du chapitre il est vraiment mieux ainsi ^^.
Un chapitre plein de rebondissement puisque Ako a essayée de se suicider. Une rencontre avec Shin encore lol. Mon personnage me fait rire je suis une vrai petite jalouse alors que l'on voit bien que Shin ne veut que combattre Ako et non en être amoureux.

Sinon la mère de Yoichi est morte?! Le pauvre vraiment pas de chance mais on voit qu'il aimait sa mère plus que tout au monde et que si il a ce caractère de demon c'est pour se protéger des autres, pour ne pas de nouveaux souffrir.

La fin est super même si tu as un problème de temps, tu ne te remet pas en un jours d'une tentative de suicide et tu la fais sortir de l'hopital le lendemain de l'accident. Je pense que tu devrais passé cela a 1 semaine c'est bien suffisant =). Je sais qu'une personne ayant voulut se suicider est toujours fatigué pendant une période de deux semaines car son corp a du mal a encaisser le coup. Donc ta fin concorderai quand même =).

Bon alors la suite doit se passer pendant le match??

Sinon très bon chapitre et quand c'était les paroles de Yoichi j'avais sa voix dans la tête XD vraiment trop marrant.

Voilà BSX
Passe moi tes quelque ligne de suite pour que je te donne des idées ^^

_________________
Je suis fan de spiderman et je le resterai pour toujours il fait d'incroyable match
Hugo Lloris mon spiderman attitré XD


Dernière édition par X3KitchiX3 le Mar 25 Oct - 15:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Manoncamille
Admin en chef & fondatrice
avatar

Messages : 671
Date d'inscription : 19/05/2011
Age : 25
Localisation : Suisse

MessageSujet: Re: Le marionnettiste, la marionnette et les fils du destin (Fic Eyeshield 21)   Mar 25 Oct - 15:21

Alors,

Déjà je te remercie beaucoup de m'avoir débloquée la dernière fois X). Et ouais je l'aime mieux comme ça aussi.

Ouais ton perso me fait rire aussi XD

Pour la mère, dans ma fic oui elle est morte, dans le manga je sais pas...

Euh je crois que c'est toi qui a mal lu pour le temps^^. Car je crois qu'il se passe un moment avant la visite de Shin et des autres et après pour le match... Enfin je crois XD

Ouais juste avant et pendant le match X).

Ok, je t'envoie les lignes par mp Wink


_________________



et

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fanfictiongirl.skyrock.com/
La Kitchi Mania
Modératrice en chef
avatar

Messages : 358
Date d'inscription : 21/05/2011
Age : 26
Localisation : toujours aussi fan de son spiderman et j'ai peut-être la chance de le rencontrer ^^

MessageSujet: Re: Le marionnettiste, la marionnette et les fils du destin (Fic Eyeshield 21)   Mar 25 Oct - 15:32

Ouep lol c'est moi qui n'a absolument pas fait attention XD
Ahlala la tête en l'air que je suis mais j'ai une escuse j'étais entrain de manger ma pomme MDR
(Pas taper... pas taper Manon je suis inosente.... Manon j'ai dit quoi XD)

_________________
Je suis fan de spiderman et je le resterai pour toujours il fait d'incroyable match
Hugo Lloris mon spiderman attitré XD
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Manoncamille
Admin en chef & fondatrice
avatar

Messages : 671
Date d'inscription : 19/05/2011
Age : 25
Localisation : Suisse

MessageSujet: Re: Le marionnettiste, la marionnette et les fils du destin (Fic Eyeshield 21)   Mar 25 Oct - 15:39

Lol, pas grave^^.

_________________



et

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fanfictiongirl.skyrock.com/
Manoncamille
Admin en chef & fondatrice
avatar

Messages : 671
Date d'inscription : 19/05/2011
Age : 25
Localisation : Suisse

MessageSujet: Re: Le marionnettiste, la marionnette et les fils du destin (Fic Eyeshield 21)   Mar 29 Nov - 15:45



Sixième chapitre : Vitesse contre génie et entraînement


Ako arriva à peine sur le terrain qu’elle sentit un regard posé sur elle accompagné de l’impression qu’elle allait bientôt avoir un choc. Elle se retourna et se figea en observant les gradins, deux silhouettes qu’elle aurait souhaité ne jamais revoir se tenaient en dessus d’elle.
La première la regardait avec amusement et lui fit même un signe de la main, mais la deuxième la fixait de son regard noisette intense et elle se retint de chanceler. Revoir ses anciens coéquipiers maintenant, elle ne s’y attendait pas, heureusement qu’elle ne jouait qu’en deuxième mi-temps car pour l’instant elle était incapable de se concentrer ou de bouger.
- Cela fait longtemps, Ako.
- Yamato...
- T’as l’air surprise de nous voir, Ako, sourit le receveur en s’appuyant contre la barrière, tu as bien grandi en une année. Tu as l’air en forme, ça fait plaisir.
La jeune fille ne l’écouta pas, le regard figé sur son ex petit-ami qui ne la quittait pas du regard.
Soudain une main s’abattit sur l’épaule de la running back qui sursauta.
- Tout va bien ?
Le quater back de l’équipe se tenait derrière elle, son regard méfiant posé sur les deux spectateurs. Il sentait nettement la tension de sa protégée et son trouble, étant très intelligent et perspicace il devinait leur identité sans mal.
- Hiruma Yoichi, murmura Yamato en fixant le capitaine. L’un des meilleurs quaterback du Japon.
- Pas mal, vous êtes bien renseigné. Takeru Yamato je présume ?
- En effet.
Une vague de colère envahit le démon au souvenir des paroles de sa protégée, c’était donc lui l’homme qui avait tant fait souffrir son Ako ?
- Yoichi, murmura cette dernière en baissant la tête. Le match va commencer, vas-y. Je vais bien.
Le mensonge ne trompa aucun des trois joueurs, mais aucun d’eux ne le précisa.
- Entendu, mais rappelle-toi que tu joues en deuxième mi-temps, tu as intérêt à être prête, rétorqua son mentor fermement.
La gamine acquiesça et le blond démoniaque rejoignit le reste de son équipe.
- Tu ne joues pas maintenant ? S’étonna Taka en se penchant légèrement. Dommage.
Quoique, ça risque d’être intéressant de voir jouer ce prétendu Eyeshield 21.
Fronçant les sourcils, la jeune fille releva la tête et rétorqua sèchement.
- Sena n’est pas un imposteur, il mérite de porter ce titre. C’est un excellent running back.
- Plus fort que toi et moi ? Tu sais très bien que c’est faux. Nous savons tous les deux qui sont les meilleurs coureurs du pays et du monde.
- Je n’ai rien à voir avec toi, Yamato, rétorqua Ako froidement. Plus maintenant, je n’ai pas oublié ce que tu m’a fais.
- Ako, murmura Taka tristement, ce n’est pas ce que tu crois...
- Epargne-moi tes beaux discours, Taka. Je n’ai rien à faire avec vous, on se verra au Christmas Bowl et je me ferais un plaisir de vous écraser. Mais c’est tout.
La Devil bat se retourna sans un mot et s’éloigna, la tête haute, bien qu’intérieurement elle n’en même pas large. Un sourire amusé apparut sur les lèvres de son ex, il adorait les défis.

Assise sur un banc aux côtés de Mamori et Doburoku, la tête baissée Ako repensait à ce qui s’était passé pendant sa rencontre avec ses anciens coéquipiers quelques minutes plus tôt.
Pourquoi fallait-il qu’ils réapparaissent dans sa vie maintenant ? Juste avant le match décisif en plus ! Soudain un cri la fit sortir de ses pensées, elle releva la tête et vit Sena allongé par terre devant un joueur bien connu.
- Shin Seijuro a encore gagné ! Est-ce que Eyeshield 21 pourra battre ce champion ?
Le commentaire du commentateur la fit sourire, bien sûr que Sena allait battre cet imbécile !
Et si pour une raison quelconque il en était incapable, elle se chargerait du champion elle-même. Après tout, comparé au vrai Eyeshield 21, Shin n’était qu’un débutant. Et la jeune Suzuki avait affronté son ex petit-ami des tas de fois dans le passé. Mais elle n’avait jamais gagnée, toujours écrasée par la force et l’aura écrasante de Yamato, mais elle avait fait de sacrés progrès depuis cette époque et elle savait qu’elle pourrait le battre un jour. C’est pour ça qu’elle devait gagner ce match, le tournoi et aller au Christmas bowl. Pour battre son ancienne équipe, à plate couture !
- Ako ?
Elle tourna la tête vers la manager qui la regardait en souriant.
- C’est la première fois que je te vois avec un regard aussi déterminé, tu me fais penser à Sena quand il est sur le terrain.
- Tu as raison, Mamori. Je veux gagner ce match, mais aussi ce tournoi et aller au Christmas Bowl. Et remporter ce dernier. Pour Yoichi, pour l’équipe et pour moi.
- Je vois, je pense comme toi, sourit la rousse.
Les filles reportèrent leur attention sur le combat acharné qui se déroulait sous leurs yeux. Ojou avait pris l’avantage, mais bientôt ils marquèrent leurs premiers touchdown surtout à cause des stratégies du blond au chewing-gum. Mais malheureusement Sena n’arrivait pas à prendre l’avantage sur Shin, se faisant battre à chaque fois.

Au bout d’un moment, alors qu’il se faisait écraser pour la énième fois, sa coéquipière se leva de son banc et s’approchant du terrain hurla, furieuse.
- Qu’est-ce que tu fiches Sena ?!
Surpris, le joueur se tourna vers elle, imité par les joueurs des deux camps.
- Tu vas laisser ce joueur du dimanche te battre ?! On s’est promis d’aller au Christmas Bowl ensemble ! Je te jure que si je dois y renoncer par ta faute, je ne te le pardonnerais jamais.
Alors maintenant, tu réfléchis et tu t’appliques ! Yoichi t’as pas intégré dans l’équipe pour que tu perdes face à Ojou, non il l’a fait parce qu’il a confiance en toi et en tes capacités.
La jeune fille marqua une pause avant de continuer.
- Et laisse-moi te dire ceci pour finir. Ojou n’est rien comparé aux équipes que nous allons affronter dans le futur. Si tu ne peux pas battre Ojou, tu ne pourras pas battre les Seibu, les Dinosaures et encore moins l’équipe du Kansai.
- Ako...
Le brun et l’argent se regardèrent un moment, puis les prunelles noisettes jusque là indécises se teintèrent de détermination.
- Tu as raison, je vais gagner !
Ils se sourirent et elle alla se rasseoir juste après avoir lancé un regard de défi à Shin qui la toisait.
- Tss, murmura son capitaine avec un sourire démoniaque, tu m’impressionneras toujours, gamine.
Le blond était content de ne plus être le seul capable de ressaisir ce nabot. Il se tourna vers son équipe et leur aboya des ordres.
Les conseils d’Ako avaient remotivés toutes l’équipe et ils remontèrent au score rapidement, mais Sena n’arrivait toujours pas à battre Shin, bien qu’il se donnait à fond.

La pause arriva plus vite que prévu et les joueurs s’effondrèrent sur la zone en dehors du terrain, épuisés.
- C’est fichu, marmonna Monta.
Ce qui lui valut un regard glacial de son capitaine et lui fit ravaler son scepticisme. Hiruma s’approcha de sa carte maîtresse et plongea son regard dans le sien, il fut satisfait de voir que ses yeux brillaient de détermination et de volonté.
- Prête, sale gamine ?
- Fin prête !
Ils échangèrent un sourire, puis la jeune fille attrapa son casque et l’enfila avec adresse. Puis elle se tourna vers ses coéquipiers qui la regardaient en souriant et leur dit.
- Nous allons gagner et prouver que les Devil bats sont les meilleurs, pas vrai ?
Hiruma lui donna une tape sur l’épaule avant de se retourner.
- Je crois que tu devrais le dire à d’autres que nous.
Comprenant son message caché, Ako chercha du regard les fameux autres et s’avança ensuite d’un pas assuré. S’arrêtant en bas des tribunes elle leva la tête et fixa le regard sombre rempli de volonté posé sur elle. Posant un poing sur son cœur elle déclara fermement.
- Nous allons gagner, je vais gagner. Et on se retrouvera au Christmas Bowl, Yamato.
- On vous attendra, répondit simplement le brun. Je t’attendrais.
Ako acquiesça, lança un bref regard vers le receveur qui lui sourit et retourna vers son équipe.
- Suzuki Ako.
Elle tourna la tête et fixa son adversaire du jour.
- Je suis impatient de t’affronter, mais ce sera notre équipe qui ira en finale.
- Tu rêves, Seijuro. Je vais te battre et faire gagner mon équipe.
Shin esquissa un sourire et se retourna sans rien ajouter.
Les deux équipes se mirent en position, Sena se trouvait sur le banc pour le moment. Ako, elle, se tenait derrière le quaterback, la présence de Yoichi la rassurait étrangement.
- Set ! Hut ! Hut !
Elle s’élança, attrapa la balle des mains de son ami, cala la balle sous son bras et accéléra, soulevant de la poussière. Elle accélérait de plus en plus, quand Shin s’élança à sa rencontre, il lança son attaque et son bras se referma sur son bras la faisant grimacer. Il allait la mettre à terre ! La jeune fille fronça les sourcils, hésita, puis murmura.
- Si tu crois que Sena est le seul à pouvoir te surprendre, tu te trompes !
Les pieds de l’adolescente piétinèrent le sol d’une façon bien particulière, elle tira sur son bras pour se dégager et bientôt un éclair argenté dépassa Shin qui se figea.
- Que...
- Sena n’est pas le seul à détenir une technique spéciale, cria la jeune fille.
Elle arriva en dérapage, à quelques mètres du champion et ce sur la zone de but.
- Toucha... Touchdown ! S’exclama Sasaki dans les tribunes des commentateurs.
- Incroyable, ajouta Riko d’une voix tremblante d’excitation. La nouvelle joueuse des Devils bats, Suzuki Ako, vient de dévoiler sa nouvelle technique, le...
Elle se tut, en manque d’information, quand un avion en papier noir s’écrasa sur elle. L’attrapant la lycéenne le parcourut et dévoila.
- Cette technique s’appelle la « flèche d’Argent » ! C’est la technique secrète de Suzuki Ako et elle est aussi performante que le Devil Bat ghost de Kobayakawa Sena !
Un silence solide parcourait le stade, seul Yoichi riait sans pouvoir s’arrêter, ravi de voir la tête de la foule et des joueurs de Ojou, même Shin avait l’air stupéfait.

Dans les tribunes, Kid écarquillait les yeux, Riku était figé et même Testuma avait l’air surpris. Mizumachi poussa un cri de surprise, Kakei paraissait choqué, Kotaro s’exclama « elle est classe cette fille ! », Akaba murmura un « sa mélodie est harmonieuse » et Taka bredouilla.
- Yama... Yamato, t’as vu ça ? Mais quand a-t-elle fait tant de progrès ?
Son coéquipier ne répondit pas, le regard concentré sur son ex petite-amie qui était en train de se faire féliciter à grands cris par son équipe. Elle avait l’air heureuse, ce sourire ravi sur les lèvres, ses yeux pétillants, elle croisa brièvement son regard avant de se détourner. Elle était incroyable, comment avait-il pu la laisser s’en aller ? Elle était à lui et à personne d’autre, il ne put retenir de la jalousie en voyant la jeune fille si heureuse avec d’autres personnes.
Il avait fait une erreur, mais il n’abandonnerait pas, il connaissait tous ses points faibles et en y allant gentiment il savait qu’il pouvait la reconquérir. Mais surtout il ne devait pas se précipiter, le brun savait parfaitement que Ako détestait qu’on la brusque.

Sur le terrain, Ako rit alors que ses coéquipiers la félicitaient, tous d’une façon différente, mais l’un d’eux manquait à l’appel. Elle se tourna et l’aperçut à l’écart, dos face à elle, s’excusant elle s’éloigna de ses coéquipiers, ivres de bonheur et s’approcha doucement.
- Yoichi ?
Il se tourna légèrement vers elle et la regarda sans rien dire. Elle sentit son cœur se serrer, avait-elle fait quelque chose de mal ? Soudain la surprenant et surprenant tout le monde il s’approcha et l’attira contre lui la serrant fort, penchant sa tête vers la sienne. Rougissant fortement, Ako bredouilla.
- Yoichi, que...
- Espèce d’idiote, souffla-t-il dans son oreille de façon à ce qu’elle soit la seule à l’entendre. Tu pensais quoi en te dressant face à lui de cette manière ? S’il t’avait blessée, je... je...
Surprise, elle cligna des yeux, rêvait-elle ou il s’était inquiété pour elle ? Non, impossible...
- Euh, c’était le but non ? Que je le batte, plaisanta-t-elle. T’es bizarre, capitaine.
Un sourire se dessina sur les lèvres de son aîné qui la lâcha, les mains sur ses épaules néanmoins.
- Je suis fier de toi, dit-il doucement. Continue comme ça.
Le cœur de la jeune fille se mit à battre plus fort, elle était ravie d’entendre ses paroles, il était fier de lui ! Rien ne pouvait lui faire plus plaisir. Elle lui décocha un sourire rayonnant et se retint de se serrer contre lui ou de lui faire la bise pour le remercier. Elle le remercierait plus tard, quand ils seraient seuls.

Yamato serra les mains sur la barrière, tellement fort qu’il sentit la douleur le traverser, mais il l’ignora. Comment ce type osait-il toucher à Ako ?! Et la serrer contre lui en plus... Ako était à lui et à personne d’autre ! C’était lui qui devait la serrer contre lui, la faire sourire comme ça, c’était lui qui devait dire à quel point il était fier d’elle et pas ce... ce... prétendu capitaine de génie. Il devait se dépêcher, pour ne pas la perdre une bonne fois pour toute.

Le match reprit, Deimon avait maintenant l’avantage et ils ne restaient pas beaucoup de temps, Ojou continuait d’utiliser la Ballista, mais Ako stoppait le détenteur de la balle à chaque fois esquivant Shin avec brio. C’était à eux de jouer, la jeune fille attrapa la balle et courut jusqu’aux buts, sans avoir besoin d’utiliser sa flèche, mais... Arrivé de nulle part, Shin la plaqua au sol avec violence, enfonçant son trident dans ses côtes. Elle ne put retenir un cri de douleur, mais garda la balle serrée contre elle. Sa vision se troubla alors qu’elle était à terre sur le ventre, elle voulut se relever, mais une douleur fulgurante traversa sa cheville et elle retomba. Une main ferme se referma sur son bras l’empêchant de tomber. Tournant la tête, elle aperçut son capitaine qui la regardait.
- Tu es blessée ?
- Non, je vais bien, mentit-elle ne voulant pas les ralentir.
Hiruma la regarda, puis s’accroupit et d’une main douce effleura la cheville de Ako qui poussa un cri de douleur.
- Tu vas bien, pas vrai ? Ironisa-t-il. Tu dois avoir une foulure, pas question que tu continues à courir.
- Quoi ?! Je vais bien, je te dis !
Le démon la plaqua contre le mur derrière elle et la regarda sévèrement.
- Je suis le capitaine, gamine. C’est moi qui décide qui joue et qui reste sur le banc. Compris ?
Ako acquiesça sans parler, elle découvrait une autre facette de Yoichi et elle devait bien avouer qu’elle était intimidée.
- Bien alors maintenant tu vas te reposer, murmura le capitaine d’une voix ferme.
Elle laissa donc sa place à Sena et rejoignit le banc soutenu par Mamori, elle assista donc à la victoire de son coéquipier sur son plus grand rival et à leur victoire. Ako regarda ses coéquipiers se féliciter mutuellement et enleva son casque libérant sa chevelure argentée.

Elle se leva alors en grimaçant et se dirigea vers les vestiaires tant bien que mal.
- Tu ne restes pas ?
Elle tourna la tête vers son professeur qui la regardait d’un air impassible et souriant secoua la tête.
- Ils se connaissent depuis longtemps, je ne vais pas les déranger et puis je suis fatiguée.
L’adolescente rejoignit les vestiaires et la petite salle de bain attenante, elle se passa de l’eau sur le visage et s’observa dans le miroir. Soudain une silhouette apparut dans la plaque de verre et elle se retourna vivement ignorant la douleur vive qui traversait sa jambe.
- Belle prestation, Ako.
- Ces vestiaires sont réservés aux joueurs de l’équipe, Yamato. Je vais te demander de sortir.
Un sourire apparut sur les lèvres de son ex qui s’approcha lentement, Ako recula se heurtant au lavabo, son geste n’échappa pas au brun qui fut amusé par sa réaction. Il abattit ses bras de chaque côté de la jeune fille et pencha sa tête vers elle. Ako lui lança un regard noir ce qui ne sembla pas énerver le champion, au contraire.
- Quel regard, me détesterais-tu ?
- Après ce que tu m’a fais, ce serait logique tu ne crois pas ? Que veux-tu ?
- Ce que je veux ? Murmura le joueur de football américain d’une voix douce. Toi bien sûr, je sais très bien que je n’ai pas été parfait, mais... Je t’aime Ako. Tu dois me croire, je n’ai pas cessé de t’aimer.
- Tu mens ! Cria-t-elle la gorge serrée. Je ne suis qu’un jouet pour toi, tu veux juste que je revienne dans ton équipe pour ne pas m’avoir en face de toi !
- C’est faux, je t’aime et je ferais tout ce qui faut pour t’avoir, Ako. Ce serait dommage que tu perdes ton temps dans l’équipe de ce minable, pas avec le potentiel que tu as. Je ne te laisserais pas gâcher ta vie comme tu le fais.
Soudain Ako le poussa de toutes ses forces le forçant à reculer, elle posa un regard glacial sur lui et répondit froidement.
- Traite encore une fois Yoichi de minable et je te jure que tu le regretteras, Yamato.
- Ah oui ? Allons, nous savons tous les deux que tu ne ferais pas de mal à une mouche, je me demande ce que ce type t’a promis pour que tu le protèges comme ça...
- Rien du tout, c’est moi qui veut de lui.
Le regard de Yamato se posa sur sa jambe. Il s’accroupit et observa le bandage fixé autour de la cheville.
- Cela te fait mal ?
Surprise elle baissa la tête vers lui et sourit.
- Non, c’est bon.
Mais elle grimaça quand son pied s’appuya sur le sol. Yamato soupira et se releva.
- Si tu avais été dans mon équipe, tu n’aurais pas été blessée.
- Aurais-tu oublié le match contre les Dinosaures ? Sourit la jeune fille en levant le pied pour qu’il ne soit pas en contact avec le sol.
Yamato posa son regard noisette sur elle et murmura.
- Je suis désolée, je n’aurais pas dû te laisser jouer. Et je m’excuse aussi pour ce que j’ai dit à l’hôpital. Je ne le pensais pas. Bon, je dois y aller. J’ai le droit à un cadeau d’au revoir ?
Elle lui lança un regard noir ce qui le fit sourire.
- Je plaisante. Taka et moi nous sommes à l’hôtel Plaza, si tu veux venir nous voir, n’hésite pas. Et encore bravo pour ta prestation.
Le champion sortit, un sourire aux lèvres. Ako regarda la porte sans savoir comment réagir.

Yoichi jubilait, enfin ils avaient battus l’équipe de ce monstre de l’entraînement, tout le monde s’était surpassé. Il était fier de son équipe même s’il ne le montrait pas, son regard de prédateur se posa sur son champion et il esquissa un sourire. Ce nabot avait fait de sacrés progrès, pareil pour le singe et tous les autres. Comme pour... Il fronça les sourcils ne voyant pas sa championne préférée, elle n’était pas en train de parler avec les autres, ni sur le banc, le capitaine s’approcha alors de sa manager.
- Sale manager, tu n’aurais pas vu la gamine par hasard ?
Aneazaki leva les yeux sur lui et sourit.
- Ako-chan ? Non, je ne l’ai pas vu, mais je crois qu’elle est partie dans les vestiaires.
- Très bien, merci.
La rousse le regarda avec étonnement, mais il s’éloignait déjà. Yoichi marcha dans le couloir, les mains dans les poches et se demandant pourquoi elle était partie seule alors qu’elle était blessée. Par fierté ? Par envie de solitude ? Il n’en savait rien. Il la trouva dans les vestiaires, elle avait l’air troublée.
- Ako ?
Elle tressaillit et le regarda comme si elle sortait d’un rêve.
- Salut Yoichi.
Il la regarda avec méfiance et s’approcha.
- Que faisais-tu au juste ? Tu es blessée, je te rappelle.
- Je sais, mais j’avais besoin de m’isoler. Les autres sont tellement soudés, je ne voulais pas déranger...
- Toi aussi, tu fais partie de l’équipe, gamine, rétorqua le quaterback en souriant. Ne l’oublie pas.
Ako sourit et grimaça, le blond s’approcha alors et avant qu’elle ait pu protester la souleva et la posa sur son épaule comme un sac de pommes de terrer.
- Hiruma Yoichi, si tu ne me poses pas par terre immédiatement, je me fâche !
Riant, son capitaine l’ignora et faisant attention à sa cheville la ramena sur le terrain, il la posa à son entrée et sourit quand elle lui lança un regard noir.
- Suzuki ?
Les joueurs de Seibu étaient venus féliciter les deux équipes et Riku s’approchait de la championne.
- Félicitations, dit le garçon en souriant. Sacré match.
- Merci, ça n’a pas été facile.
- J’ai hâte de vous affronter Sena et toi, dit le running back en croisant les bras derrière sa nuque.
- Tu oublies les Dinosaures, rappela Ako.
- Bof, on va gagner c’est sûr, sourit-il d’un air confiant. Personne ne peut m’arrêter à part toi et Sena, j’en suis sûr. Ta flèche d’argent est impressionnante.
- Je me suis beaucoup entraîné, éluda-t-elle en haussant les épaules.
- Je vois. Bon, désolé, mais j’ai pas encore félicité Sena et il va me faire la tête si je le fais pas. A bientôt.
Le gamin arrogant s’éloigna et Ako resta seule avec Yoichi.
- Ce gamin est toujoursi confiant, c’est énervant, grogna le blond.
Amusée, sa cadette hausa les épaules.
- Au moins, il arrive à motiver Sena.
- Toi aussi tu y arrives, très bien en plus.
- Hum.
Amusé à son tour, le blond laissa sa protégée s’appuyer sur lui, il la sentait épuisée.

Le soir même, à l’hôtel Plaza, Ako se trouvait devant une porte, celle de la chambre de ses ex coéquipiers en fait. Elle était nerveuse, ne savait pas pourquoi elle était venue, ses jambes l’avaient presque conduites toutes seules. Prenant une inspiration elle appuya sur la sonnette et força son corps à arrêter ses tremblements nerveux. On entendit des bruits de pas, puis la porte s’ouvrit légèrement et une tête ébouriffée apparut dans l’entrebâillement.
- Oui, c’est pour quoi... Ako ?!
La porte s’ouvrit en grand et le géant qui se trouvait derrière l’attrapa et la plaquant contre lui la serra fort.
- Taka, grogna l’adolescente. Tu m’écrases...
- Oups, excuse-moi, rit le receveur en la relâchant.
Il la regarda avec tendresse et elle sentit son cœur se serrer. Une voix retentit derrière le fils Honjou l’empêchant de culpabiliser plus.
- Bienvenue, Ako. Je savais que tu viendrais.
Elle leva les yeux sur son ancien petit ami, Yamato souriait, presque avec tendresse et elle sentit un vertige la saisir. Elle se sentait perdue.
- Tu dois avoir plein de choses à nous raconter, dit joyeusement Taka, tu restes combien de temps ?
- Je ne sais pas, répondit-elle sincèrement.
Souriant ses anciens amis, elle n’arrivait pas encore à dire s’ils étaient de nouveau ses amis, la firent entrer dans leur appartement.

Plus tard, Taka posa une couverture sur une Ako endormie et eut un sourire tendre.
- Toujours aussi mignonne quand elle dort.
- Hum, effectivement.
- Je suppose que je vais aller dormir dans le salon cette nuit, n’est-ce pas ?
Le brun acquiesça et alors que son coéquipier ressortait il s’allongea près de son ex et effleura sa joue. Elle était si innocente quand elle dormait... Un vrai ange. Oh bien sûr, il pourrait en profiter, mais il savait que s’il se précipitait et faisait un seul pas de travers il la perdrait définitivement et alors elle se retrouverait dans les bras de son idiot de capitaine et ça...
C’était hors de question.
Soudain Ako tressaillit et elle se recroquevilla. Devinant qu’elle avait soit froid soit qu’elle faisait un cauchemar, il souleva sa tête avec douceur, la posa sur son torse et lui caressa les cheveux. Elle s’apaisa bientôt et ils s’endormirent, ensemble.

Seul chez lui, Yoichi était assis sur un fauteuil et tentait de joindre quelqu’un avec son téléphone. Les jambes croisées, le dos appuyé contre le dossier il écoutait les tut agaçants de l’appareil, au bout d’un moment un son plus fort que les autres se fit entendre et une voix féminine répondit. Un message enregistré... Raccrochant le blond serra sa main sur l’appareil qui finit par terre. Se demandant pourquoi son atout principal et en même temps sa protégée ne répondait pas le blond alla prendre une douche. L’image d’un brun au sourire arrogant apparut dans l’esprit du quaterback qui grogna en espérant que Ako ne se trouvait pas avec Takeru.

Le lendemain matin, Ako se réveilla lentement. Allongée dans un lit qui n’était pas le sien, dans une chambre qui n’était pas la sienne, il lui fallut un moment pour se souvenir où elle se trouvait. Son regard se posa sur sa montre et elle sursauta. Se levant d’un bond, elle tenta de défroisser sa tenue en vain et sortit de la pièce, en marmonnant un « il va me tuer ». Les deux propriétaires temporaires de la suite se trouvaient dans la cuisine en train de déguster leur petit-déjeuner, le plus grand des deux leva la tête et lui adressa un grand sourire.
- Enfin réveillée ? Viens manger, ça va refroidir.
- Je vais me faire tuer, gémit l’adolescente. Pourquoi vous ne m’avez pas réveillés ? J’ai deux heures de retard et les cours vont bientôt commencer...
- Et alors ? Demanda son ex d’un air innocent.
- Et alors j’avais entraînement il y a deux heures. Yoichi va me torturer, me tuer lentement et m’achever avec un grand plaisir, soupira la running back. On est en finale et moi je pense qu’à dormir... Il faut combien de temps pour aller à Deimon à partir d’ici ?
- Vingt minutes à pied à mon avis, l’informa Taka.
- Dix minutes si je t’amène.
Surprise elle se tourna vers le brun qui était en train de se lever.
- Que...
- J’espère que tu n’as pas peur des motos, se moqua Yamato en lui lançant un regard supérieur.
Fronçant les sourcils, Ako réfléchit rapidement. Si elle allait à pied au lycée, elle disait adieu à son entraînement et bonjour à une immense colère de la part du blond, mais s’épargnerait la route avec son ex et les désagréments que cela impliquerait. Si elle se laissait amener, elle pourrait faire dix minutes d’entraînement, amoindrir la colère et les punitions de Yoichi.
Soupirant elle remercia son ancien coéquipier d’un signe de tête et attrapant un croissant salua le receveur d’un sourire crispé. Yamato attrapa sa veste en cuir posée sur une chaise, fit signe à sa cadette de sortir et lui emboîta le pas. Ils marchèrent dans le couloir et au bout d’un moment sortirent de l’hôtel pour se diriger vers le parking extérieur.

Des voitures s’y trouvaient ainsi qu’une moto. Un engin que Ako reconnut de suite pour l’avoir vu à plusieurs reprises dans le passé. Noir, grande, c’était une Harley Davidson qui avait fière allure, elle appartenait au jeune Takeru depuis des années, Ako se rappelait bien la fois où son petit ami lui avait permis de monter derrière lui, ses tremblements devant la vitesse, les mots d’encouragements et son apaisement petit à petit. Son cœur se serra à ce souvenir, une main se posa sur son épaule et elle leva la tête vers l’homme qui la regardait en souriant.
- Tu es prête ?
Acquiesçant elle le laissa préparer son engin et l’enfourcher le premier, elle grimpa ensuite derrière lui et attrapa sa taille en rougissant. Elle n’avait pas le choix, c’était le seul moyen pour tenir en selle. De son côté le brun jubilait. Il remercia son père de lui avoir appris à être un aussi bon manipulateur et se dit que Ako était bien naïve. C’était si facile de l’éloigner petit à petit de son capitaine et à troubler ses sentiments. Il tourna la tête vers elle et dit gentiment.
- Si je vais trop vite pour toi, dis-le moi. N’hésite pas à t’accrocher non plus.
Elle acquiesça et posa sa tête sur son dos, elle ne pensait pas à mal, Ako était du genre naturelle et pour elle c’était normal de se reposer sur son ancien coéquipier. Ce dernier sourit, satisfait, avant de démarrer.

Ils arrivèrent plus tard au lycée et la moto s’arrêta devant l’entrée, Ako en descendit et fit face au brun.
- Merci, tu peux me laisser à présent.
Un sourire moqueur apparut sur les lèvres de son ex qui tourna la tête vers le terrain de football qu’on voyait à travers le grillage, il défia du regard le blond qui les observait de loin.
Il se pencha et déposa un baiser sur le front de l’adolescente qui rougit et s’écarta vivement en le fusillant du regard. L’engin démarra bientôt dans un bruit assourdissant et la running back rejoignit le terrain.
- Tu es en retard, remarqua sèchement son capitaine.
- Désolée, je me suis réveillé tard.
Elle soutint son regard d’acier et ne rajouta rien, se contentant de filer dans les vestiaires pour se changer. Entendant des bruits de pas derrière elle, elle soupira et dit d’une voix agacée.
- Tu ne vas quand même pas me regarder me changer, Yoichi, retourne dehors.
- Qu’est-ce que tu faisais avec ce type ?
- Il m’a amené pour que je ne sois pas trop en retard et puis ça ne te regarde pas.
- Est-ce que vous avez dormi ensemble ?
Ako se stoppa, figée, elle avait bien entendu la voix du blond trembler ? Tournant la tête elle le regarda et sentit son cœur se serrer, le regard de son capitaine n’était que souffrance.
- Yoichi... je...
Sans répondre il fit volte-face et elle dut courir pour le rattraper à cause des longues jambes de l’ébouriffé. Elle l’enlaça par derrière et posa sa tête contre son dos. Ce fut au tour du jeune homme de se figer.
- Yoichi, il n’y a strictement rien entre Yamato et moi... Si je lui pardonne, ce sera en temps qu’amie et rien d’autre.
- Mais lui il te veut plus qu’en simple amie, rétorqua le blond. Il est dangereux, Ako, j’ai vu le regard qu’il posait sur toi. C’est un prédateur et il te considère comme un trophée qu’il doit récupérer. Je m’inquiète pour toi, souffla-t-il si doucement que la jeune fille l’entendit à peine.
- Il ne faut pas, idiot, sourit-elle, je sais me défendre et puis tu es là pour me protéger non ?
Le blond se retourna lentement et fit face à son amie, les yeux bleus le regardait avec une douceur infinie alors sans réfléchir il se pencha et posa ses lèvres sur les siennes.
Il la sentit se raidir, puis se détendre avant qu’elle ne réponde timidement au baiser. La main du blond partit dans le dos de la demoiselle et la plaqua contre son torse musclé sans que leurs lèvres ne se séparent. Ils restèrent comme ça un bon moment avant qu’il ne se retire, il esquissa un sourire amusé en voyant ses joues rouges et sa tête penchée. Avec un doigt il lui remonta le menton et la regarda.
- Tu m’appartiens, dit-il doucement et je ne laisserais personne t’arracher à moi.
Elle se serra contre lui et ferma les yeux, toute détendue. Elle avait choisi et savait qu’elle ne le regretterait pas.

Ils sortirent des vestiaires, main dans la main sous les regards surpris, excepté celui souriant de Musashi, de leurs coéquipiers. Yoichi lâcha bientôt la main de sa nouvelle petite amie et se dépêcha de revenir celui que les autres connaissaient en leur criant des ordres. Mais tout le monde put constater qu’il criait moins fort que d’habitude, débordant de joie.
Ako et Sena se mirent à courir côte à côte, poursuivis par le chien démoniaque du blond, le brun se tourna vers son amie et vit avec joie qu’elle avait l’air en pleine forme.
- Je suis content pour vous, murmura l’Eyeshield doucement.
Surprise, elle tourna la tête et sourit.
- Merci, mais dis-moi, dit-elle avec un sourire espiègle, comment ça se passe avec Suzuna ?
Son camarade devint écarlate et elle eut un petit rire avant de le dépasser, tournant sur elle-même elle s’arrêta soudain et leva la tête vers le ciel aux anges. Ce n’était pas fini, loin de là, mais elle savait désormais que rien ni personne ne l’arrêterait, son équipe irait jusqu’au bout elle prendrait sa revanche. Prouvant ainsi que son capitaine, l’Eyeshield de l’équipe, ses coéquipiers et elle étaient les meilleurs.

_________________



et

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fanfictiongirl.skyrock.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le marionnettiste, la marionnette et les fils du destin (Fic Eyeshield 21)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le marionnettiste, la marionnette et les fils du destin (Fic Eyeshield 21)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Marionnette de diversion - Genzo le marionnettiste
» Cache fils
» elle deteste son fils
» Les fils de... à la WWe.
» fils threadworx

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
I can believe in Japan and in Bleach...  :: Choses à part :: Coin des artistes :: Écrivains :: Fanfictions personnelles :: Fanfictions de Manoncamille-
Sauter vers: