Vous aimez le Japon ? Les mangas ? Bleach ? Vous êtes au bon endroit !
 
AccueilAccueil    CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Ce que la chenille appelle la mort, le papillon l'appelle renaissance (fic bleach)

Aller en bas 
AuteurMessage
Manoncamille
Admin en chef & fondatrice
avatar

Messages : 671
Date d'inscription : 19/05/2011
Age : 25
Localisation : Suisse

MessageSujet: Ce que la chenille appelle la mort, le papillon l'appelle renaissance (fic bleach)   Ven 20 Mai - 11:17

Ici je vais mettre ma fic bleach^^.

Quelques petite choses à savoir :

- Premièrement je vais faire un autre topic pour les commentaires. Vous me donnerez votre avis dedans. Sachez que plus vous détaillez vos commentaires (ce que vous aimez, ce que vous aimez pas, votre opinion sur les personnages, sur l'écriture etc.) et plus vous m'aiderez. En effet, un auteur s'inspire des commentaires de ses lecteurs pour améliorer l'histoire^^.

- Ensuite je vous fais confiance pour ne pas déplacer mon histoire de ce topic sans ma permission (si vous voulez la mettre sur votre blog, la montrez à vos amis etc et oui j'ai le droit de rêver demandez-moi d'abord.

Voilà^^. Merci de me lire et j'espère que ça va vous plaire !

_________________



et

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fanfictiongirl.skyrock.com/
Manoncamille
Admin en chef & fondatrice
avatar

Messages : 671
Date d'inscription : 19/05/2011
Age : 25
Localisation : Suisse

MessageSujet: Re: Ce que la chenille appelle la mort, le papillon l'appelle renaissance (fic bleach)   Ven 20 Mai - 11:17

Ce que la chenille appelle la mort, le papillon l'appelle renaissance.

Prologue


Dans la ville de Karakura, la paix était assurée depuis trois longues années.
La nuit étant tombée depuis longtemps les rues étaient désertes, les lampadaires allumés répandant une lueur apaisante et un parfum de tranquillité flottant dans l’air. Soudain un bruit de course se fit entendre et bientôt une enfant âgée d’environ six ans apparut.

Elle courait, un air terrorisé peint sur son visage, elle jeta un coup d’œil dans son dos et trébucha. Tombant à plat ventre, la gamine se redressa en gémissant et soudain poussa un cri de terreur.
Le sol venait de s’enfoncer, les arbres étaient arrachés, les maisons détruites et pourtant il n’y avait rien…
- Sauve-toi !
Clignant des yeux, la fillette regarda autour d’elle, elle était sûr d’avoir entendue une voix, mais ne voyait personne. Tressaillant l’enfant aperçut tout d’un coup deux jambes noires, énormes, affreuses, elle leva la tête et contempla le monstre de quatre mètres de haut qui lui faisait face à quelques mètres.
De couleur noire, un trou dans son immense torse, un masque blanc carré sur le visage la créature baissa la tête et ricana.
- Tu es vraiment petite, humaine, mais tu as une force spirituelle intéressante… Ça tombe bien, je meurs de faim.
L’enfant le regarda de ses yeux couleur améthyste et rétorqua en croisant les bras.
- Suis peut-être petite, mais toi t’es super moche !
- Insolente !
Le monstre lança son poing en direction de la fillette qui poussa un cri en se recroquevillant.

Au bout d’une minute, étonnée d’être encore vivante, elle ouvrit les yeux et se figea.
Le poing de la créature était à deux mètres d’elle et essayait de forcer le passage étant retenu par un sabre japonais. Elle n’en avait certes jamais vu en vrai, mais son instinct le lui disait.
- Zanpakutō.
Encore cette voix…
Reportant son attention sur le monstre et son adversaire, elle l’aperçut enfin.
Grand, cheveux couleur carotte, habillé de vêtements traditionnels noirs, il avait un regard dur et semblait énervé. Il poussa un cri de rage et repoussa le bras avec son arme.
- Ah, un shinigami ! Enfin ! Je vais me régaler !
- Ne rêve pas hollow, répliqua le Dieu de la mort en sautant, trop haut pour un être humain ordinaire, et en fauchant le masque du dénommé hollow.
Celui-ci poussa un dernier cri de rage avant de se transformer en poussière.
- Bon sang, marmonna l’homme en passant une main dans ses cheveux ébouriffés, il n’y avait plus eu de hollow de cette taille depuis la défaite d’Aizen… Cet imbécile serait toujours en vie… non ! Impossible…
- Dis monsieur poil-de-carotte, c’est qui cet Aizen ? Et pourquoi t’es un Dieu de la mort ? Et c’était quoi ce monstre ? Et pourquoi il a dit qu’il voulait nous manger ? Il est mort ?
Stupéfait, le shinigami se retourna et contempla la fillette haute comme trois pommes debout devant lui et parlant à une vitesse folle.
- Tu… Tu peux me voir ? demanda-t-il avec étonnement.
Elle le regarda comme s’il était le dernier des imbéciles et marmonna.
- Bien sûr que je peux te voir, t’es pas un fantôme que je sache.
Ils se regardèrent un long moment, puis l’inconnu esquissa un sourire, s’accroupit et murmura.
- Gomen, mais je ne peux pas te répondre. Au revoir...
Il lui toucha le front avec un doigt et une lueur blanche apparut. Rattrapant la fillette qui venait de s’effondrer, le jeune homme la mit sur son épaule et disparut à la vitesse de l’éclair.

Le lendemain matin, la fillette se leva chez elle, dans son lit et cria d’une voix agacée.
- Il ne m’a pas réveillé cet idiot !
C’est bizarre, songea-t-elle ensuite, ce rêve m’a semblé si réel…
Ça a commencé… Je ferai de mon mieux pour te protéger, Hime, songea en silence une personne dissimulée à un certain endroit…

Ce matin-là, Ayaki Yururi n’aurait jamais imaginée que son destin allait changer de manière radicale, pour le meilleur et pour le pire…

_________________



et

Spoiler:
 


Dernière édition par Manoncamille le Dim 29 Mai - 14:44, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fanfictiongirl.skyrock.com/
Manoncamille
Admin en chef & fondatrice
avatar

Messages : 671
Date d'inscription : 19/05/2011
Age : 25
Localisation : Suisse

MessageSujet: Re: Ce que la chenille appelle la mort, le papillon l'appelle renaissance (fic bleach)   Ven 20 Mai - 11:18

Premier Chapitre : Amis ou ennemis ?


Un homme marchait d’un pas rapide en direction du bureau de son supérieur, il semblait soucieux, chose inhabituelle chez lui. Marchant dans un couloir tout en bois, il s’arrêta devant une porte banale et toqua.
- Entrez, dit une voix grave, légèrement ennuyée.
L’homme poussa la porte et pénétra dans un bureau assez vaste construit en bois de bouleau et en bois de chêne avec des meubles modestes.
Un géant à la coiffure étrange formant des pointes partant dans toutes les directions munies de clochettes oranges au bout et au regard froid se tenait assis derrière son bureau alors qu’une gamine aux cheveux roses et au sourire enfantin était assise sur une commode.
La fille s’exclama en agitant son bras
- C’est sympa de nous rendre visite, crâne d’œuf !
Le shinigami ne broncha pas sous le surnom ce qui étonna ses deux supérieurs puisque d’habitude il ne supportait pas ce surnom.
Le plus âgé demanda avec impatience.
- Alors Ikkaku, que veux-tu ?
Prenant une inspiration, le troisième siège répondit d’une voix anormalement hésitante.
- J’ai… J’ai une faveur à vous demander, Capitaine.
- Une faveur, hein. C’est étrange venant de toi, mais je t’écoute.
- J’aimerais aller dans le monde réel avec les autres pour aider Kurosaki Ichigo.
Zaraki Kenpachi soupira et ferma les yeux sous les regards de ses subordonnés.
Quinze jours plus tôt, le shinigami remplaçant avait demandé au Gotei 13 des renforts, expliquant que des hollow de haut niveau étaient réapparus et que seul il n’y arriverait pas. Certains de ses amis avaient tout de suite demandé à leur tour la permission de lui venir en aide.
Kuchiki Rukia, Abarai Renji, Orihime Inoue et Yasutora Sado étaient de ceux là.
Le capitaine de la onzième division se leva et dominant le jeune chauve de toute sa hauteur répondit de sa voix grave, un sourire aux lèvres.
- Très bien, permission accordée. Mais n’oublie pas de saluer Ichigo de ma part et tu as intérêt à faire honneur à notre division. N’oublie pas que lorsque j’aurais pris ma retraite ou que je serai mort, tu prendras ma place puisque Yachiru ne veut pas être capitaine.
Le jeune homme sourit et répliqua avec amusement.
- Ce qui n’est pas prêt d’arriver, n’est-ce pas capitaine ?
Kenpachi éclata de rire et sortit avec son lieutenant accrochée à son épaule.

Pendant ce temps, sur Terre, une fillette était en train de se préparer pour aller à l’école. Elle avait de longs cheveux bouclés blond cendré, des yeux violets rempli de détermination, portait un pantalon moulant noir, un pull blanc en laine et un cartable noir et blanc représentant le yin et le yang sur le dos. Attrapant une casquette blanche et rouge, elle la mit sur sa tête et sortit de sa chambre.
Arrivée au salon, elle soupira et se planta devant une chaise, mains sur les hanches et cria, faisant sursauter un adolescent d’une vingtaine d’années aux cheveux brun foncé et vêtu d’un pyjama trop grand pour lui.
- Nii-san !
Son frère ouvrit un œil et lui lança un regard noir.
- T’es obligée de crier comme ça, Aya ?
- Je dois aller à l’école et le petit déjeuner n’est pas prêt…
- Tu sais le faire toute seule, non ?
Le jeune Yururi se rendormit sous le regard peiné de sa petite sœur.
Ayaki n’avait que sept ans et pourtant elle savait déjà faire presque tout ce que faisaient les adultes. Ses parents étaient morts trois ans auparavant et ayant un frère paresseux et irresponsable en plus du fait qu’il s’absentait souvent, elle était obligée de se débrouiller toute seule. Mais parfois elle se disait qu’elle aurait voulu qu’il s’occupe un peu plus d’elle...
Attrapant un peu d’argent dans la tirelire familiale, elle sortit de chez elle en claquant la porte.

La benjamine s’acheta un pain au chocolat dans une boulangerie, but un peu d’eau dans sa gourde, puis se dirigea vers son école située non loin de là.
Elle s’arrêta soudain et contempla le vieil homme marchant dans la rue, soudain elle tressaillit, il était transparent et flottait en réalité dans les airs. Secouant sa tête, elle se dit qu’elle rêvait et se remit en route.
- Ayaki !
Tournant la tête, la gamine remarqua deux filles qui allaient dans le même établissement scolaire qu’elle, bien qu’elles soient dans des classes supérieures. Les deux filles étaient jumelles et s’entendaient bien avec leur cadette.
- Bonjour Yuzu, Karin. Comment allez-vous ?
- Très bien, répondit celle qui semblait la plus jeune en souriant chaleureusement. Et toi ?
- Ca va.
Elles se mirent en route discutant de chose et d’autres.
- Dis moi Aya, tu as bien un frère aîné comme nous, n’est-ce pas ?
- Euh oui, il s’appelle Fate Yururi. Pourquoi ?
- Oh pour rien, répondit Yuzu en souriant. C’est juste que je me suis dit qu’on pourrait se faire un repas tous ensemble un de ces soirs.
Sa sœur la regarda, puis mit ses bras derrière sa tête sans rien dire.
Agée à présent de quatorze ans, Karin Kurosaki était devenue une jeune fille jolie et aux formes généreuses, néanmoins son caractère n’avait pas changé et elle envoyait toujours ses prétendants balader. Son cœur battant pour un certain garçon… Mais elle savait bien qu’ils ne seraient jamais ensemble, ils étaient trop différents.
La jeune fille soupira et réécouta la conversation, une fois arrivée à l’école les trois amies se séparèrent et rejoignirent leurs classes respectives.

Deux sabres s’entrechoquèrent avec violence, mais l’un d’eux n’eut aucune difficulté à repousser l’autre.
- Tu peux faire mieux que ça, j’en suis sûr.
- Désolé sempai, je vais faire des efforts.
Le jeune garçon décala ses mains de quelques centimètres et se remit en garde sous le regard attentif de son aîné, ce dernier attaqua soudain sans prévenir et l’adolescent para de justesse et grimaça quand la lame lui entailla l’épaule.
- Bravo. Si tu n’avais pas paré, tu aurais eu une sérieuse blessure au bras. Tu fais des progrès, Shikaeshi, dit l’homme en souriant.
- Merci sensei, c’est grâce à vous, répondit-il en s’inclinant.
- Arrêtons-nous là, il vaut mieux faire soigner ta blessure et puis tu as assez travaillé pour aujourd’hui.
S’inclinant derechef, le garçon se dirigea vers l’entrée de la maison traditionnelle japonaise et disparut à l’intérieur en se tenant l’épaule.
- Tu comptes nous espionner encore longtemps, shinigami ? demanda le professeur avec amusement.
Il tendit son bras en direction d’un arbre et murmura quelque chose.
On entendit un cri de douleur, puis le silence revint.
- Tss, toujours aussi prétentieux, Gotei treize…
L’homme s’éloigna d’un pas tranquille toujours en souriant. Les préparatifs suivaient leurs cours…

- Ils sont en retard, marmonna un adolescent avec impatience.
- En effet.
- Toujours aussi peu bavard, hein, fit une troisième personne en donnant une accolade à son coéquipier.
- Allons les garçons, calmez-vous, Kurosaki-kun compte sur nous après tout. Kuchiki-san, on est là ! s’exclama une fille aux cheveux roux en agitant la main.
Rukia et les deux derniers membres de l’équipe de secours s’approchèrent rapidement.
- Vous êtes en retard, leur reprocha le lieutenant de la sixième division.
- On avait des choses à faire, rétorqua une blonde assez petite en lui lançant un regard noir.
Pourquoi c’est moi le responsable de cette bande de dégénérés, pensa un capitaine en soupirant. (à haute voix.) Bon, Abarai Renji, Yasutora Sado, Madarame Ikkaku, Orihime Inoue, Kuchiki Rukia, Sarugaki Hiyori, vous êtes sous la responsabilité du capitaine de la cinquième division, c’est à dire…
Il se reçut un coup de pied dans le visage de la part d’une peste.
- Trop long Shinji ! Et puis on sait déjà tout ça !
Pourquoi il a choisi cette gamine comme lieutenant ? Se demanda Renji en regardant les deux vizards se disputer alors que Inoue tentait de les séparer tout en essayant de ne pas se prendre un coup. Je sais bien qu’Hinamori ne voulait plus l’être, mais quand même…
L’équipe se mit enfin en route afin d’aller secourir leur ami.


- Argh.
Le hollow disparut, son masque ayant été brisé. Le jeune shinigami s’essuya le front et soupira.
- Déjà fatigué Kurosaki ? fit une voix railleuse alors qu’une pluie de flèches bleues s’abattaient sur les monstres restants.
Ichigo lança un regard noir à son rival, le jeune homme qui se tenait à terre était de taille moyenne, avait des cheveux et des yeux noirs, portait des lunettes ainsi que des habits blancs. Il tenait un arc étrange en forme de toile d’araignée de la même couleur que les flèches. Soudain un monstre apparut derrière lui et envoya sa main pour frapper le Quincy, mais elle fut bloquée par une lame noire.
- Besoin d’aide Ishida ? demanda Ichigo avec un sourire moqueur.
Puis le jeune homme repoussa le bras et augmenta son reaistu ce qui fit reculer le hollow qui fut ensuite détruit. Soupirant le jeune rouquin s’approcha de son camarade et dit d’un air soulagé.
- C’était le dernier, on va pouvoir se reposer un peu.
L’autre lui jeta un regard indéchiffrable et avec un sourire arrogant répliqua.
- Pour l’instant. Je te signale que ces apparitions de hollow sont anormales, ils sont trop nombreux et puissants… Et puis le plus bizarre c’est que depuis une semaine ils se contentent de s’attaquer aux mortels et non aux âmes, ce n’est pas normal.
- Je sais, je sais, rétorqua le jeune Kurosaki avec agacement. Et arrête de faire ton monsieur je sais tout, ça…
Il fut coupé par un reaitsu très puissant que les deux combattants ressentirent dans tout leur « corps » (nda : ben oui, à ce moment-là Ichigo n’a pas vraiment de corps xD). Ils se retournèrent et se figèrent.
Deux arrancars se tenaient sur un toit, les toisant avec du mépris pour l’un et un air fatigué pour l’autre. Celui qui semblait le plus jeune était blond, avait des yeux bleus, portait un zanpakutō sur son dos et était habillé d’une tunique blanche toute simple, il avait l’air de s’ennuyer à mourir, nota Uryu avant d’observer son coéquipier. Cheveux noirs ras, yeux de glace, zanpakutō attaché à la ceinture, même tunique son coéquipier et un tatouage sur son bras dénudé représentant un aigle. Ce dernier murmura d’une voix inaudible pour les deux Karakuraien.
- Kurosaki Ichigo… Aucun doute là-dessus. Lyam, occupe toi de l’autre, ordonna-t-il froidement.
- Entendu, répondit le jeune hollow sans conviction.
Son coéquipier leva les yeux au ciel devant un tel manque de motivation, puis croisa le regard surpris du jeune Kurosaki, afficha un sourire sadique et disparut en une fraction de secondes avant de réapparaître jusque derrière Ichigo qui eut juste le temps de parer le coup de zanpakutō avec Zangestu.

Pendant ce temps, non loin de là Uryu s’était éloigné pour ne pas gêner son « ami ».
Il a utilisé le Sonido, devina-t-il en observant les deux combattants échanger des coups, il est vraiment rapide, mais ce n’est pas comme ça qu’il battra Kurosaki.
- Tu devrais éviter de regarder les autres et te concentrer sur toi, lâcha une voix ennuyée.
Le Quincy tressaillit et esquiva le cero lancé par le deuxième arrancar, il atterrit un peu plus loin et lança un regard noir à son agresseur.
- Qui êtes-vous ? Et que nous voulez-vous ?
Le hollow soupira et planta ses yeux bleus dans ceux noirs de Uryu.
- Cela ne te regarde pas, on nous a juste envoyé combattre des combattants de la bataille de Karakura il y a trois ans.
- Et qui vous a demandé de faire ça ? Tous nos ennemis sont soit morts, soit disparus à l’heure qu’il est.
L’inconnu esquissa un sourire et haussa les épaules.
- Qui sait, bon ce n’est pas que j’ai envie de me battre, mais si je ne le fais pas mon coéquipier va me crier dessus et dire dans son rapport que j’ai désobéi… Et se faire crier dessus est encore plus fatiguant que de se battre… désolé si je te fais mal.
Mais c’est qui ce type, songea le jeune homme en remontant ses lunettes et en affichant un air sceptique.
Il fit réapparaître son arc et envoya aussitôt une pluie de flèche que son ennemi n’eut aucun mal à éviter. Ce dernier posa la main sur son arme et dit avec la même voix ennuyée.
- Tu ne veux pas me laisser te battre ? ça sera plus simple… Et on n’aura pas à se fatiguer inutilement…
- Hors de question, rétorqua sèchement l’humain en le fusillant du regard.
- Bon… tant… pis…
Il fonça sur sa cible et asséna un coup violent avec son katana sur l’arc du Quincy qui serra les dents et fut obligé de reculer sous la violence de l’impact.
Bon sang, il est fort…
Soudain l’arrancar arrêta son attaque et fit un bond en arrière, juste à temps pour éviter une vague de glace qui fonçait sur lui. Il tourna la tête, imité par son adversaire et contempla la jeune shinigami qui se trouvait sur le toit. Noiraude, yeux noirs, elle portait l’uniforme standard d’un dieu de la mort.
- Kuchiki, s’exclama Ishida surpris en remontant ses lunettes, que fais-tu là ?
- Ne baisse pas ta garde Ishida, rétorqua la jeune femme en le rejoignant d’un bond, je suis venu avec les renforts.
- Kurosaki aussi est en train…
- Je sais, murmura Rukia, ne t’inquiète pas il va aussi recevoir de l’aide.
- Je ne m’inquiète pas, rétorqua le Quincy en fronçant les sourcils.
Elle sourit discrètement et reporta son attention sur l’arrancar qui les observait.

Pendant ce temps, Ichigo était en mauvaise posture.
Le jeune homme était essoufflé et ses vêtements étaient en lambeaux, son adversaire était fort, très fort même, il avait même pas activé sa résurrection et pourtant il arrivait à dominer complètement le jeune homme qui avait été obligé d’utiliser son masque de hollow.
Mais maintenant son masque avait disparu… Le jeune Kurosaki serra les dents, raffermit sa prise sur la garde de Zangestu et poussant un cri de rage fonça sur son ennemi qui le regarda avec mépris.
- Hoeru Zabimaru ! (Hurle, Zabimaru !)
Une lame aussi longue qu’un serpent et divisée en plusieurs parties fonça sur le hollow qui para avec son arme. Mais il fut obligé de reculer de plusieurs mètres et la lame de son Zanpakutō se fendit légèrement. Il jeta un coup d’œil vers le sol et aperçut trois shinigamis et deux humains. Les shinigamis avaient tous activé leurs shikais et étaient de sexe masculin pour deux d’entre eux et de sexe féminin pour l’autre.
- Tss, je peux savoir qui vous êtes ?
Celui aux cheveux rouges ramena son zanpakutō vers lui et dit sérieusement.
- Abarai Renji, lieutenant de la sixième division.
Le chauve eut un sourire carnassier et cria avec excitation en pointant la lame de son zanpakutō en forme de bâton vers le hollow.
- Madarame Ikkaku, troisième siège de la onzième division ! Et celui qui va te battre !
La blonde haute comme trois pommes lui lança un regard noir, puis pointant l’arrancar du doigt dit avec arrogance.
- Sarugaki Hiyori, lieutenant de la cinquième division et c’est moi qui vais te massacrer.
- Quoi ?! Hé, c’est moi qui doit l’affronter gamine aux couettes !
La blonde et le chauve se fusillèrent du regard jusqu’à ce que Inoue intervienne d’une petite voix.
- Euh, Shinji-Taicho ne nous-a-t-il pas demandé de s’occuper de sauver Kurosaki-kun et Ishida-kun en priorité ? Et d’éviter de nous battre ?
- Oui, tu as parfaitement raison Inoue, acquiesça Sado, c’est ce qu’il nous a ordonné.
- Ah, mais on s’en fiche de ce qu’a dit Shinji…
- Hé !
Les renforts levèrent la tête vers Ichigo qui les regardait avec exaspération.
- Quoi ?! Qu’est-ce que tu veux Ichigo ?! Tu oses nous déranger alors t’es même pas capable de te débrouiller seul malgré mon enseignement ?! Idiot !
- Hiyori, ce que je veux dire, c’est que ça ne sert à rien de vous disputer pour savoir si vous pouvez vous battre ou pas… Il est parti.
Un lourd silence suivit sa phrase, le temps aux shinigamis et leurs deux amis de constater la vérité dans les propos du shinigami remplaçant. Puis…
- COMMENT A-T-IL OSE S’ENFUIR ?! Crièrent deux voix avec rage alors que les autres se bouchaient les oreilles en grimaçant.

- Tsugi no Mai : Hakuren ! (Deuxième danse : vague blanche !)
Esquivant avec agilité l’attaque de glace pour la centième fois, le hollow se rétablit sur l’espace aérien et bailla avec exagération.
- Franchement, tu n’as rien de mieux ? C’est d’un ennui…
Rukia lui lança un regard noir et tendit son arme devant elle sous le regard ennuyé de son adversaire. Mais une voix froide retentit à leur droite l’interrompant.
- Lyam, on s’en va. En comptant cette fille et Kurosaki, on va bientôt avoir affaire à six shinigamis, deux humains aux pouvoirs spéciaux et un Quincy. C’est trop, même pour nous. Et puis j’ai toutes les informations nécessaires, nous n’avons aucune raison de nous attarder.
- Ok, Jay, comme tu veux.
Le dénommé Lyam utilisa un Sonido pour se téléporter près de son acolyte et ouvrit un Garganta avec sa main, il y entra tout de suite après.
- Attends ! Cria la jeune Kuchiki avec autorité. Qui êtes-vous et pour qui travaillez-vous ?! Est-ce que vous travaillez pour Aizen ?!
- Je n’ai pas à vous répondre, mais je vous dirai quand même ceci. Méfiez-vous des apparences…
- Que veut-tu dire ?
- Rien de plus que ce que je viens de prononcer, rétorqua Jay en souriant avec arrogance. A bientôt, j’espère.
Il disparut à son tour dans le passage qui se referma sous les yeux des combattants impuissants.
- Rukia !
La jeune fille (nda : jeune, mouais.... enfin en apparence xD, non Rukia pas taper, j’ai rien dit) se tourna vers son ami qui courait vers elle et le jeune Quincy.
- Ichigo… Tu vas bien ? demanda la jeune Kuchiki en souriant, mais avec un peu d’inquiétude quand même (nda : vu son état, elle peut...)
- Oui, il en faut plus pour me vaincre, ne t’inquiète pas. Ils sont partis ?
- Oui, à l’instant.
- Ces types sont forts, murmura Ishida, autant que les membres de l’Espada.
Acquiesçant le rouquin serra les dents à la pensée qu’il n’avait même pas infligé une égratignure à son adversaire alors que ce dernier lui en avait infligé une belle quantité et puis il y avait eu ce phénomène bizarre…
Les autres les rejoignirent, interrompant les pensées du jeune Kurosaki et ils décidèrent de rejoindre le capitaine de la cinquième division chez Kisuke Urahara.

Quelques minutes plus tôt, Ayaki était sur le chemin du retour, l’école ayant fini plus tôt que prévue pour raison de réunion des professeurs. La fillette regarda sa montre et constata avec étonnement qu’il n’était que quinze heures, une heure et demie avant l’heure habituelle. Elle s’étira et se demanda ce qu’elle pourrait faire une fois rentrée, n’ayant pas de devoirs à faire.
Soudain elle entendit des bruits bizarres, qui lui rappelaient son rêve de l’autre jour… Levant la tête, elle se figea et se frotta les yeux, croyant rêver. Deux hommes se battaient et ce dans les airs ! Avec stupéfaction, la gamine reconnut le garçon poil-de-carotte qui l’avait sauvée dans son songe…
Mais alors, ce n’était pas un rêve ? Fronçant ses sourcils, elle regarda le combat un moment, devinant son mal que son sauveur était en difficulté. L’homme avec le masque était bien plus puissant et surtout plus… Sournois ? Oui c’était bien le mot, il tendait des pièges à son adversaire, lui faisant croire qu’il était blessé avant de répliquer surprenant le Dieu de la mort et lui infligeant de sérieux dégâts. Sans savoir pourquoi, la jeune Yururi ne voulait pas qu’il perde, elle ne l’avait rencontré qu’une fois, maintenant elle en était sûre, mais elle ne supportait pas l’idée qu’il soit blessé ou se fasse battre… Elle joignit alors ses mains et fermant les yeux murmura avec conviction.
- Je ne crois pas en Dieu, mais je vous en prie, si quelqu’un m’entend, aidez cette fraise (nda : pour ceux qui ne le savent pas, Ichigo veut dire fraise en japonais... mauvais jeu de mots je sais xD) et sortez la de cette impasse... Je promets que je serai toujours sage… mais je vous en prie, ne l’abandonnez pas.
- Tes désirs sont tes ordres, murmura une voix douce cachée dans un lieu reculé, mais peut-être pas tant que ça.
- Qui es-tu à la fin ?! Si mes désirs sont des ordres, réponds-moi !
Un rire cristallin se fit entendre et la voix répliqua d’une voix amusée.
- Patience, Aya, tu sauras très bientôt qui je suis… En tout cas, tu as un sacré caractère.
- J’ai de qui tenir, marmonna la fillette avant d’écarquiller les yeux. Mais attends, comment connais-tu mon prénom ? Hé, la voix ! Répond-moi !
Mais la mystérieuse voix resta silencieuse et la fillette soupira avant d’écarquiller ses yeux. De la poussière bleue venait d’apparaître autour d’elle et elle se mit à tourbillonner, créant une tornade qui s’envola en direction des deux combattants.

Sous le regard ébahi de la jeune élève, le tourbillon entoura l’homme habillé du pyjama blanc alors qu’Ichigo s’éloignait de quelques pas.
Mais c’est quoi ce machin ? Se demanda-t-il avec étonnement. On dirait de la poussière de roche… non de pierre… Une pierre bleue… Du saphir ?!
Observant plus attentivement les particules visibles malgré leur taille minuscule, il décida que sa théorie était juste ou du moins plausible.
Il s’accrocha à sa garde et fit décrire à son Zanpakutō un arc de cercle créant une lame blanche qui jaillit vers la tornade et son prisonnier et les déchira en deux.
Esquissant un sourire, le jeune homme soupira de soulagement et s’essuya le front, puis il se figea et eut juste le temps de passer sa main sur son visage, de crier bankai en tendant son arme devant lui et d’utiliser un Gestuga noir pour parer l’attaque, un cero surpuissant.
Une explosion se produisit, créant un nuage de fumée, au bout d’un moment ce dernier se dissipa et Ichigo apparut, vêtu d’un kimono noir, différent de celui de d’habitude. Son Zanpakutō aussi était différent, beaucoup plus fin et entièrement noir il ressemblait à un katana.
Enfin un masque de hollow blanc strié de lignes rouges et des yeux jaunes complétaient l’ensemble. L’arrancar apparut à quelques mètres devant lui, indemne ou presque il avait en effet quelques blessures causées par la tornade de saphir. Se regardant droit dans les yeux, les deux adversaires foncèrent l’un sur l’autre et le hollow prit rapidement et de nouveau l’avantage sur l’humain.

Ayaki observait toujours le combat avec étonnement, elle avait été particulièrement surprise par l’apparition de la tornade bleue, se demandant pourquoi et comment la poussière était apparue. Soudain elle aperçut cinq autres personnes dont trois dieux de la mort, au bout d’un moment le hollow disparut alors que les autres se disputaient. La gamine hésita, puis décida de rentrer chez elle et d’oublier tout ça, si elle croiserait le chemin du jeune rouquin pour la troisième fois cela voudrait dire que le destin voulait qu’ils soient liés… C’est ce qu’elle se dit en partant de la rue.

Très loin de là, dans un désert sombre, une forme gisait par terre. Immobile, sur une flaque de sang, elle semblait morte… Une petite créature ressemblant à un lézard masqué s’approcha, sûr de pouvoir faire un festin ce soir. Elle poussa un couinement et enfoui dans le sable quand sa proie remua et se redressa. Regardant autour de lui, l’inconnu parut perdu et grimaçant posa une main sur sa poitrine, cette dernière l’élançait comme le reste de son corps en fait. Se mettant péniblement debout, il se tint à un arbre et se souvient de ce qui s’était passé quelques… Jours ? Semaines ? Mois ? Années ? Il n’aurait su le dire, tout ce qu’il se rappelait, à part son nom, c’était qu’il devait les retrouver.
Les trois êtres qui avaient bouleversé son existence, pour le meilleur comme pour le pire. Se mettant en route d’un pas incertain et d’une démarche maladroite, étonnant pour lui, il disparut dans l’horizon.

Ce jour-là plusieurs existences venaient de changer, pour un instant ou pour l’éternité…

_________________



et

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fanfictiongirl.skyrock.com/
Manoncamille
Admin en chef & fondatrice
avatar

Messages : 671
Date d'inscription : 19/05/2011
Age : 25
Localisation : Suisse

MessageSujet: Re: Ce que la chenille appelle la mort, le papillon l'appelle renaissance (fic bleach)   Mar 31 Mai - 12:27

Deuxième chapitre : Quand des vies changent...


- Tiens, tiens, on rentre déjà les gars ?
Tournant la tête l’arrancar aperçut un homme appuyé contre le mur et les regarder avec un sourire amusé.
- En effet, commandant, mais nous avons échoué.
- Allons allons, ce n’est pas à vous de décider ça Lyam, c’est aux trois commandants de le décider, on verra ça à la réunion. Bye bye.
Ils le regardèrent partir joyeusement, puis se séparèrent afin de se reposer un moment avant la fameuse réunion. Jay arriva devant sa chambre et entra, une personne leva la tête et le regarda s’asseoir sur son lit.
- Tu es rentré quand ?
- A l’instant, répondit le hollow en s’allongeant sur le dos. Quoi de neuf ?
- Rien de spécial, après tout vous n’êtes parti qu’une journée. Que s’est-il passé de ton côté ?
Soupirant Jay murmura d’une voix froide.
- Tu le sauras bien assez tôt, Shika, laisse moi dormir maintenant s’il te plaît.
Le regardant sans rien ajouter, ce dernier sortit de la pièce en fermant la porte derrière lui.

Pendant ce temps Lyam s’était arrêté devant une porte portant le numéro quatre et toqua. Une voix fatiguée lui répondit et l’invita à entrer, l’arrancar s’exécuta et pénétra dans la pièce s’arrêtant au fond face à un pouf bleu.
- Ah, c’est toi Lyam, dit l’homme affalé dedans en se redressant et en le regardant avec un regard vide.
- Oui, maître et j’ai échoué...
- Vraiment ? Bah c’est pas grave, bailla l’inconnu en se recouchant.
- Vous n’avez aucune motivation, maître.
- Et c’est toi qui me dis ça, soupira le type en passant une main dans ses cheveux.
Puis il jeta un regard tendre (nda : attention relation maître élève, vous faites pas d’illusions, ce n’est pas une fic yaoi enfin pas avec ce couple en tout cas... xD) à son protégé et se levant lui ébouriffa les cheveux.
- Allez, fais pas cette tête, même moi j’ai échoué dans certaines missions et c’est pareil pour notre commandant suprême.
- Merci, répondit le jeune homme en souriant, maître Stark.

Au même moment, dans la boutique Urahara un homme regarda ses troupes avec scepticisme.
- Vous voulez dire que vous n’avez rien pu faire contre deux arrancars alors que vous étiez neuf ? Alors que vous avez pu battre des membres de l’Espada en un contre un à l’époque ?
- Ce n’est pas ça capitaine, rétorqua Ikkaku en levant les yeux au ciel, on a dit qu’ils s’étaient enfuis.
- C’est pareil, répliqua le capitaine en soupirant, vous auriez dû les empêcher de partir.
- C’est facile à dire pour toi, tu ne les as pas vus se battre, même avec mon masque j’ai rien pu faire contre l’un d’eux.
Le vizard blond tourna la tête vers le jeune Kurosaki, Ichigo était debout face à un mur les poings serrés et le regard colérique.
Le capitaine de la cinquième division soupira et dit calmement.
- Tu t’en veux de t’être fait battre, de ne pas avoir pu battre un hollow et enfin de n’avoir pas pu découvrir ce que mijotait ces deux arrancars, n’est-ce pas ?
- Oh, toujours aussi perspicace Shinji, dit un homme aux cheveux clairs portant une veste et un chapeaux verts et blancs et en se cachant derrière un éventail.
- La ferme Kisuke, marmonna le shinigami. Ichigo, tu n’as pas à t’en vouloir, d’après ce que j’ai compris vos adversaires étaient très fort, ce n’est pas de ta faute.
- Je n’ai pas passé toutes ces heures à m’entraîner pour en arriver là, rétorqua le jeune humain en se retournant vers eux. A quoi ont servi toutes mes heures d’entraînement si je ne peux même pas battre deux arrancars ?! J’ai galéré pour apprendre à contrôler ce sale hollow et m’entraîner avec toi et ta clique Shinji et j’ai l’impression que ça n’a servi à rien... Tu aurais mieux fait de me laisser me faire tuer le jour de notre rencontre Rukia, je ne sers à rien...
Paf !
Tout le monde regarda la jeune Kuchiki avec étonnement, enfin pour la plupart.
En effet l’ancienne capitaine de la deuxième division regardait la jeune shinigami avec un sourire amusé.
Bien joué Rukia, il en avait besoin...
- Rukia... mais... tu...
- Espèce d’idiot, cria son amie les larmes aux yeux, comment oses-tu dire une chose pareille ?! Qui a traversé toute la soul society juste pour me sauver ?!
Qui a battu Nii-sama ?! Qui a réussi à battre deux des meilleurs membres de l’Espada et Aizen ?! Qui a sauvé les deux mondes ?! C’est toi Ichigo ! Alors arrête de dire que tu es inutile ou que je n’aurais pas dû te sauver, qu’est-ce qu’on aurait fait sans toi, tu peux me le dire ?! Et qu’est-ce que j’aurais fait si tu n’avais pas été là... Car oui je t’aime, espèce d’idiot ! Malgré tous tes défauts !
Stupéfait le jeune Kurosaki regarda son amie détourner la tête et essayer de retenir ses larme.
La fière et noble Rukia Kuchiki venait d’avouer qu’elle l’aimait, lui un roturier...

Renji soupira, puis sourit, une main dans sa coupe d’ananas, il savait depuis longtemps que l’amour qu’il portait à son amie d’enfance n’était pas réciproque et puis il devait avouer qu’il était prêt à tout pour voir la tête de son capitaine quand il apprendrait la nouvelle...

Inoue aussi venait de comprendre que l’amour qu’elle portait au jeune Kurosaki n’était pas réciproque. Il ne la considérait que comme une amie et puis... Qu’était-elle face à la courageuse et forte Rukia ? Cette dernière était une shinigami, elle savait se battre, se débrouiller seule alors qu’elle... malgré toutes les heures d’entraînement avec Hachigen et les autres, elle était toujours aussi inutile... Elle se leva et sans un mot quitta la pièce sous le regard inquiet du Quincy qui était le seul à avoir remarquer son départ.

Les autres pensaient juste qu’ils étaient contents pour leurs amis et qu’ils en avaient mis du temps... Et quand Ichigo se pencha pour embrasser la jeune fille, excepté Ikkaku et Hiyori qui grimacèrent, ils sourirent, ces deux-là étaient faits l’un pour l’autre.
Comment vas-tu réagir petit Byakuya je me le demande, se demanda Yoruichi avec un sourire, j’espère juste que tu ne vas pas tout gâcher...
- Rukia, je... murmurai Ichigo, hésitant. Argh, tu sais bien que je ne suis pas doué avec les sentiments, je...
- J’ai compris Ichigo, murmura à son tour la jeune noiraude en le regardant avec amour, ne t’inquiète pas.
Ils se sourirent jusqu’à ce qu’une voix moqueuse s’élève à côté d’eux.
- Désolé de vous déranger les tourtereaux, mais je crois qu’il est temps de faire notre rapport. Ichigo, tu viens à nous.
Le jeune rouquin fusilla du regard le vizard qui le regarda avec un regard innocent.
- Quoi ? J’ai rien fait, moi...
Soupirant le jeune homme se leva, annonça qu’il devait prévenir sa famille et sortit, imité par la jeune Kuchiki qui comme excuse prétendit vouloir saluer Karin et Yuzu qu’elle aimait bien. Les autres ne furent pas dupe, mais ne dirent rien excepté l’ancien capitaine de la douzième division qui leur cria un « soyez sages les enfants ! » ce qui lui valut un coup de pied dans le visage de la part de son ancien lieutenant.
- Kisuke ! ça ne va pas de dire des trucs pareils ?!
- Allons allons Hiyori, calme toi, rigola son ancien supérieur.
Shinji se leva et la main posée sur la porte murmura à l’intention de l’ancienne princesse.
- Tu es bien courageuse de le supporter, je ne sais pas comment tu fais...
Pour seule réponse elle se contenta de murmurer avec un regard malicieux.
- Je me le demande parfois.

Le nouveau couple marchait tranquillement en direction de la maison Kurosaki, main dans la main. Ichigo ne pouvait s’empêcher de regarder sa petite amie en coin, il n’arrivait pas à croire qu’il sortait désormais avec elle.
Dès leur première rencontre, il avait su qu’elle était spéciale, malgré la situation, malgré le monstre, malgré le danger, malgré tout ça il n’avait pu s’empêcher de penser à elle...
Elle était belle, courageuse, avec parfois un sale caractère, elle dessinait peut-être extrêmement mal, avait un frère agaçant à souhait, mais elle était avant tout Rukia Kuchiki la shinigami de ses rêves. Et il savait qu’il ne pourrait vivre sans elle.
- Ichigo...
- Oui ?
Surpris par sa voix inquiète il la regarda et vit que son visage s’était assombri.
- Comme tu le sais, la famille Kuchiki est une famille noble et je ne sais pas si Nii-sama et le reste du clan vont nous permettre d’être ensemble...
- Tu m’as bien dit que Byakuya avait épousé ta sœur, une fille des rues, n’est-ce pas ? Alors je ne vois pas pourquoi il nous empêcherait d’être ensemble, à part le fait qu’il me déteste et qu’il me trouve nul, marmonna-t-il en grimaçant sous le regard amusé de sa copine.
- Nii-sama ne te déteste pas voyons et il sait que tu es fort, il n’aime juste pas l’admettre, il est trop fier pour ça. Tu as raison, je suis sûre qu’il va nous soutenir.
Ichigo n’était pas tout à fait convaincu, mais il acquiesça puisqu’ils étaient arrivés devant chez lui. Il ouvrit la porte et cria d’une voix enjouée.
- Yuzu, Karin, papa, je suis rentré et j’ai amené Rukia.
- Grand frère !
La benjamine de la famille arriva en courant et se jeta sur lui, puis elle serra Rukia contre elle (nda : Ichigo a repris son corps et Rukia a pris un Gigai, je savais pas où le dire dans l’histoire alors voilà xD). Sa sœur arriva peu après, d’un pas plus lent.
- Bienvenue Ichi-nii. Contente de te revoir Rukia.
- Merci Karin, papa n’est pas là ?
- Non, pas encore.
- Je vois.
- Rukia, tu veux rester manger ? demanda Yuzu avec un grand sourire.
- Euh, c’est à dire que... je ne veux pas vous déranger, expliqua la jeune Kuchiki.
- Mais non, tu nous dérange pas et puis on a déjà une invitée, tu sais.
- Une invitée ? demanda Ichigo surpris. Et qui ça ?
- Une amie d’école, je lui avais demandé si elle voulait venir manger à la maison un de ces jours et cet après-midi elle m’a téléphoné pour me demander si elle pouvait venir ce soir. Elle est plus jeune que nous, elle n’a que sept ans.
- Sept ans, s’étonna Rukia, elle est très jeune (nda : ben... si tu compares à ton âge... c’est sûr qu’elle est très jeune... Rukia : Qu’insinues-tu ? Auteur : Rien, oublie...)
- Oui, mais elle est très mûre pour son âge, assura l’aînée, elle a perdu ses parents il y a quelques années alors ça l’a fait grandir très vite mentalement. Elle a un grand frère, mais je crois qu’il ne l’aide pas beaucoup...
Ils avaient commencé à se diriger vers la cuisine tout en parlant et finirent par arriver à l’entrée à l’entrée de celle-ci. Assise sur une chaise se tenait une gamine de sept ans lisant un livre, elle releva la tête et les regarda sans rien dire. Ichigo, lui, se figea, cette enfant... Ce n’était pas possible... Souriante, elle sauta par terre et se planta devant les deux shinigami et les deux filles, s’inclinant vers Ichigo elle dit avec un sourire presque moqueur.
- Enchantée, je m’appelle Ayaki Yururi, j’ai sept ans. Tu dois être Ichigo ? J’ai beaucoup entendu parler de toi tu sais.
- Euh oui, c’est moi, bredouilla le jeune Kurosaki sous le choc, enchanté également...
- Ne fais pas attention Ayaki, il peut être bizarre parfois, je suis Rukia Kuchiki, une amie de la famille.
La gamine la fixa un moment, puis sourit et hocha la tête.
- Allez vous asseoir, dit joyeusement Yuzu ravie d’avoir des invités, je vais servir le dîner, Karin-chan tu m’aides ?
Les deux adolescentes sortirent et laissèrent leur benjamine et leurs aînés entre eux. Ichigo et Ayaki se fixaient sans rien dire, le jeune homme étant troublé alors que la gamine souriait s’amusant beaucoup. Rukia les regardait sans comprendre leurs réactions, elle sentait que son récent petit ami lui cachait quelque chose, mais quoi... Quant à cette fille... La shinigami fronça soudain les sourcils, c’était faible, mais....
Un reaistu ! Impossible, cette gamine ne pouvait pas avoir un reaistu de ce niveau... Tournant la tête la gamine en question croisa le regard de la Kuchiki et lui sourit, non cette fille n’était pas ordinaire... mais qui était-elle ?

Allant se placer à leurs places, les personnes étaient silencieuses, attendant l’arrivée de leurs supérieurs. Il y avait onze places et déjà huit d’occupées, trois personnes arrivèrent par une porte et entrèrent dans la grande pièce éclairée, la dernière fermant derrière elle.
- Bien, dit l’un des nouveaux arrivants en souriant et en allant s’asseoir au bout de la table, je vois que tout le monde est là. Parfait.
Il s’appuya contre le dossier de sa chaise, croisa les jambes, mit ses coudes sur ces dernières et posa son menton sur ses mains observant avec un sourire affable ses recrues qui ne furent pas dupes.
Aizen Sosuke pouvait certes sembler inoffensif au premier abord, mais tous savaient ici à quel point il était redoutable...
- Qui veut commencer ? S’enquit ce dernier. Lyam, Jay ?
Les deux arrancars échangèrent un regard, puis Jay prit la parole sur un ton poli.
- Comme vous nous l’aviez demandé nous sommes allés dans le monde réel, seigneur Aizen.
Nous avons cherché des reaistu appartenant à des membres de l’alliance (nda : nom que j’ai donné à ceux qui ont combattu Aizen et sa clique il y a trois ans) puisque Scayel-sama nous a fait examiné leurs reaistu avant la mission et nous avons repéré deux d’entre eux.
- Et lesquels Jay ? demanda son maître en prenant la parole et en le regardant de ses yeux sombres (nda : Je vous mets au défi de trouver son identité xD).
- Ceux du Quincy et de... Kurosaki Ichigo.
Les réactions furent différentes à l’entente de ce dernier nom. Gin qui se tenait derrière Aizen en compagnie du maître de Jay esquissa un sourire, Stark resta impassible n’ayant pas eu affaire au jeune homme imité par son apprenti, un arrancar aux cheveux bleus serra les dents et les poings sous le regard inquiet d’une jeune hollow qui se tenait à côté de lui.
Scayel fronça les sourcils ainsi que le maître de Jay et Shikaeshi le jeune homme qui s’était entraîné avec son maître dans la maison japonaise parut intrigué et inquiet. Enfin le maître des lieux esquissa un sourire amusé et presque réjoui en entendant ce nom synonyme de cran, de force et de loyauté.
- Kurosaki Ichigo vous dites... Que s’est-il passé ensuite ? demanda le traître avec curiosité sans quitter son sourire.
- On a engagé le combat, j’ai pris Kurosaki et Lyam s’est occupé du Quincy.
Et sans vouloir vous contredire, je ne les ai pas trouvé si fort que ça, avoua Jay, ils étaient même faciles à combattre, on les aurait eu si du renfort n’était pas arrivé.
- Du renfort ? Releva Gin attentif, et qui au juste ?
- D’après leurs reaitsu, il s’agissait de Orihime Inoue, Yasutora Sado, Madarame Ikkaku, Sarugaki Hiyori, Abarai Renji et Kuchiki Rukia.
Le maître de Jay tressaillit en entendant ce nom et soupira sous le regard amusé du shinigami à côté de lui (nda : je suis trop gentille... je vous ai vachement aidé là...) tandis que Aizen fronçait les sourcils.
- Il n’y avait pas de capitaine parmi eux ? demanda-t-il suspicieux.
- Non, pas que je sache, bailla Lyam.
- Peut-être que Madarame ou Abarai le sont devenu, tenta Gin en regardant son supérieur, ils maîtrisent tous les deux le bankai. Ou alors la vizard l’a appris, vu son niveau, ce n’est pas impossible.
Aizen ferma les yeux et murmura.
- Non, ça m’étonnerait. Kuchiki ne se séparerait pas de son lieutenant, Madarame n’a pas la motivation pour devenir capitaine et Hiyori n’est pas assez patiente pour apprendre le bankai. Je suis sûr qu’un capitaine était présent, mais qu’il ne s’est pas montré. Et j’ai ma petite idée sur son identité, termina-t-il avec un sourire. Beau travail Jay, Lyam, vous avez eu les informations que je voulais et c’est amplement suffisant pour une première mission sans vos mentors, je vous félicite.
Les deux apprentis inclinèrent la tête avec respect tandis que l’ancien capitaine se levait et se tournait vers Gin.
- Demande à notre espion de continuer à surveiller la soul society et de nous prévenir au moindre mouvement suspect. Ah et demande lui d’enquêter sur le clan Houseki.
- Le clan Houseki, s’étonna son second, qui sont-ils ?
- Un ancien clan de la soul society. J’ignore pourquoi, mais je sens que savoir des choses sur lui et ses membres nous sera utile un jour, répondit le beau brun en soupirant.
- Très bien, je le lui dirai.
- Merci Gin.
Il sortit de la salle et disparut bientôt.
Les autres sortirent à leur tour, seuls ou accompagnés de leurs apprentis ou encore d’un camarade, bien décidés à profiter de leur journée de congé.
Enfin sauf pour l’un d’eux qui soupirant demanda à son apprenti de s’entraîner pendant son absence et utilisa un Sonido pour aller quelque part.

- Ichigo, que se passe-t-il ? Depuis que tu as vu cette gamine, tu es bizarre.
Passant une main dans ses cheveux, le jeune homme regarda son amie qui le regardait mains sur les hanches et avec un air décidé.
- Cette fille, je l’ai déjà vu... C’était il y a quinze jours environ, un peu avant que je contacte le Gotei pour demander de l’aide, je l’ai sauvée d’un hollow...
Ecarquillant les yeux elle le regarda avec inquiétude, non parce qu’un hollow s’en était pris à une âme c’était très banal, mais à cause de son mauvais pressentiment à propos de Ayaki et de ce reaitsu qu’elle avait senti.
- Elle n’est pas ordinaire, conclut-elle.
Hochant la tête, son petit ami murmura.
- Je ne sais pas pourquoi, mais j’ai l’impression qu’elle se souvient de moi et de notre rencontre, je lui ai pourtant effacé la mémoire.
- Vous parlez de moi ?
Ils sursautèrent et se retournèrent, l’enfant se tenait derrière eux et les regardait avec un sourire amusé, puis elle s’approcha du porte-manteau et attrapa une veste bleu marine qu’elle enfila.
- Aya ? Tu t’en vas déjà ? fit une voix peinée.
Yuzu arrivait à son tour dans le hall d’entrée et regardait sa benjamine avec déception. Celle-ci eut un sourire peiné et acquiesça sans regarder les deux shinigamis.
- Oui Yuzu, désolée, mais mon frère m’a demandé de ne pas rentrer trop tard.
- Ah je comprends, c’est vrai que ça peut être dangereux de traîner dans les rues le soir, dit son amie en souriant. En tout cas, tu reviens quand tu veux, on s’est bien amusés, pas vrai ?
- Oh ça oui, répondit la blonde en souriant. Merci pour tout, au revoir.
Elle s’apprêtait à sortir quand la jeune Kuchiki eut une idée lumineuse et dit en souriant.
- Même à cette heure on peut faire de mauvaises rencontres alors Ichigo va t’accompagner.
- Qu... Ru...
Il grimaça en recevant un coup de talon sur le pied de la part de son amie ainsi qu’un regard qui devait signifier « ne gâche pas tout imbécile » et il marmonna.
- Oui, je vais te raccompagner Ayaki.
- Tu es sûr que cela ne te dérange pas ? demanda cette dernière.
- Mais non, il le fait tout le temps, allez partez avant qu’il ne fasse complètement nuit, recommanda la jeune noiraude en les poussant dehors et en claquant la porte.
Elle soupira et se laissa glisser par terre sous le regard inquiet de Yuzu et celui perplexe de Karin et leur adressa un sourire rassurant.
Essaie d’obtenir des infos Ichigo, songea-t-elle, je sens que cette fille ne nous dit pas tout... Et surtout qu’elle sera bientôt en danger...

Marchant en silence, les deux humains s’observaient chacun leur tour sans le savoir. Ayaki trouvait le jeune homme très beau avec ses cheveux couleur carotte, ses grands yeux bruns, sa grande taille et son physique d’athlète.
Niveau caractère il se souciait de ses sœurs, était plutôt gentil et courageux vu qu’il n’avait pas hésité à se battre. Mais il pouvait être aussi franchement stupide et malpoli. Mettant une main devant sa bouche pour ne pas rire devant cette dernière pensée, elle le regarda une dernière fois et détourna brusquement la tête en croisant son regard.
Ichigo, lui, trouvait la gamine mignonne (Rukia : hum...), mature pour son âge, mais franchement agaçante, encore pire que le capitaine de la sixième division si c’était possible...
Soudain il décida de passer à l’action et regardant devant lui demanda tranquillement.
- Ayaki, comment as-tu entendu parler de moi ? Je veux dire que tu savais qui j’étais avant que je me présente et ça m’ait fait bizarre.
- Tes sœurs m’ont parlé de toi, c’est tout, répliqua la gamine en croisant les bras.
- Vraiment ?
- Oui.
Bref silence, puis...
- En fait elles m’ont bien parlé de toi, mais je t’avais déjà rencontré avant...
- Tu es la gamine que j’ai sauvée il y a quinze jours n’est-ce pas ?
Hochant la tête Ayaki serra ses bras contre elle et murmura.
- J’étais là quand tu t’es battu avec le monstre bipède...
S’arrêtant net Ichigo la regarda avec stupeur, il n’avait pas senti sa présence une seule seconde.
- Il s’est passé tant de choses étranges, je... je ne sais plus où j’en suis... je ne comprends rien...
Touché, le jeune homme s’accroupit et la prit dans ses bras. Pour la première fois, elle montrait sa fragilité et elle éclata en sanglots dans les bras de son protecteur en serrant son T-shirt et en interrogeant ce dernier.
- Qui suis-je réellement ? Qu’ai-je à voir avec ce monde étrange ? Pourquoi je peux voir les fantômes et entendre cette maudite voix ?
- Je ne sais pas, mais je te promets qu’on va trouver ces réponses et bien d’autres, ensemble, murmura Ichigo et ses paroles sonnèrent comme une promesse dans l’air frais de cette nuit d’été...

Un homme se tenait derrière une fenêtre du premier étage d’une villa banale observant la scène avec indifférence. Refermant le rideau, il se dirigea vers un ordinateur, s’assit sur une chaise pliable et commença à taper quelque chose.
Un visage apparut bientôt à l’écran et une voix masculine lui demanda de patienter, mais ce visage fut bientôt remplacé par un autre qui parla d’une voix d’abord étonnée, puis, après les propos de son interlocuteur, sérieuse.
Leur discussion dura un moment, puis le jeune homme éteignit l’ordinateur et soupirant se leva et quitta la pièce en marmonnant.
- Maudite créature, interdiction de lui parler, mon œil... Il m’a bien affirmé avant que je ne parte qu’il serait toujours disponible pour mes rapports...
Et ce maudit shinigami qui se permet de se rapprocher de ma cible... Ils vont tous me le payer...
Un puissant reaitsu envahit la pièce, mais bizarrement resta à l’intérieur de la maison et ce sans que personne ne puisse le sentir, comme si l’inconnu le contrôlait suffisamment pour faire ça, chose normalement impossible...

Le lendemain dans la soul society, une personne marchait dans un couloir, regardant fréquemment autour d’elle comme si elle ne voulait pas être vue. Elle disparut bientôt en utilisant un shunpo et réapparut dans une forêt regardant à nouveau autour d’elle mais cette fois pour chercher quelqu’un qui ne tarda pas à apparaître de derrière un arbre.
Les deux personnes se regardèrent, puis commencèrent à parler calmement, mais rapidement, l’une d’entre elles étant pressée.

Ailleurs dans la soul society un capitaine examinait un dossier avec attention. Byakuya Kuchiki était chargé des archives de la soul society et une fois par année faisait un bilan de celles-ci afin de vérifier et de contrôler que tout était bien en ordre, c’était un travail épuisant surtout que Renji n’était pas là pour l’aider cette année, mais il ne se plaignait pas. C’était important et sa fierté en dépendait, il s’arrêta soudain, ses yeux s’étant stoppé sur un mot bien particulier. Il le relut, fronça les sourcils, termina de lire la page, puis enragea intérieurement.
Ce mot ou plutôt ce nom lui disait quelque chose, mais impossible de s’en souvenir... Il soupira, ferma le dossier, le remit en lieu sûr, puis sortit de son bureau sachant qu’un de ses aînés aurait la réponse.
Mais encore fallait-il savoir qui...

- Bon, pourquoi voulait-tu nous parler en privé Ichigo ? demanda Shinji d’un air intrigué en regardant le jeune Kurosaki. Et qui est cette fille ?
Dans la pièce, excepté les deux vizards se tenaient Urahara Kisuke et Shihōin Yoruichi qui regardaient le jeune homme avec curiosité.
- Je veux vous parler en premier, car je sais que vous pourrez entendre mes paroles sans paniquer, tirer des conclusions hâtives ou encore sans mettre Ayaki à l’écart. Je sais que vous êtes plus sages que ça...
Surpris, car peu habitués à entendre une analyse si poussée chez leur protégé, les trois shinigamis niveau capitaine acquiescèrent et écoutèrent attentivement les propos du jeune shinigami remplaçant.

Pendant ce temps dans une pièce à côté, Ayaki était assise avec les autres et parlait avec Inoue et Rukia tandis que les autres observaient la jeune humaine.
- Alors tu as un frère Aya-chan ? demanda la fille à la grosse poitrine en souriant à la petite fille.
- Oui, il s’appelle Fate, soupira Ayaki avant de prendre la tasse de thé que lui tendait Ururu, merci. Mais c’est un fainéant et un idiot alors je dois me débrouiller seule, enfin la plupart du temps.
- Ah ces frères, soupira Rukia avec un sourire amusé, ils nous énervent, mais on ne peut pas s’empêcher de les adorer.
- Vous en avez ? S’étonna la blonde en les regardant.
- Oui, enfin j’en avais un, expliqua Inoue, il est mort il y a quelques années.
- Oh... je suis désolée...
- Ne t’inquiète pas, ce n’est rien, assura la rousse.
- Moi j’ai un frère aîné, il s’appelle Byakuya Kuchiki. Mais il m’a adoptée alors que j’étais bébé, expliqua la noiraude.
- C’est aussi un shinigami ? demanda la fillette avec curiosité.
Rukia hocha la tête.
- Oui, il est le capitaine de la sixième division.
- Capitaine ? Ouah c’est quelqu’un d’important alors...
- Ouais ,le capitaine est important, mais faudrait pas m’oublier, rétorqua la tête d’ananas en les rejoignant.
Il baissa la tête et rencontra les yeux violets de la jeune Yururi et souriant lui ébouriffa les cheveux ce qui lui valut un regard noir.
- Abarai Renji, lieutenant de la sixième division. Enchantée petite.
- Lieutenant ? Tu te fais commander par ce capitaine et tu prétends qu’il est moins important que toi ? Tu es culoté.
Renji lança un regard noir à Rukia qui était pliée en deux ayant un fou rire et qui disait des choses du genre « Nii-sama va adorer, tu t’es pris une morale de la part d’une enfant de sept ans, Renji ».
- C’est bon Rukia, pas besoin de le prendre comme ça, marmonna le lieutenant en soupirant.
Il tourna soudain la tête et aperçut leur capitaine, les deux anciens et Ichigo entrer dans la pièce. Ils avaient un regard sérieux et soucieux, même le propriétaire du magasin avait quitté son air enjoué et semblait très grave.
- Changement de plan, annonça Shinji en s’appuyant contre le mur. On va se séparer en plusieurs groupes, chacun sera sous le commandement d’une certaine personne. Groupe un, Rukia et Inoue. Vous êtes sous les ordres de Yoruichi et vous repartez pour la soul society, Rukia tu vas remettre ces lettres à tous les capitaines, quand tu iras voir ton frère prends Inoue avec toi vous comprendrez pourquoi plus tard. Yoruichi, je compte sur toi pour nous assurer plus de soutien.
- Ne t’inquiète pas Shinji, ce sera fait, assura la jeune femme en souriant. Venez les filles, je vous expliquerai en chemin.
Elles sortirent sous les regards étonnés du reste de ceux qui n’étaient pas encore au courant.
- Groupe deux. Abarai Renji, Ichigo Kurosaki, Sado Yasutora et Uryu Ishida vous êtes sous mes ordres. Mission, protéger cette petite et tenir tête à une éventuelle nouvelle attaque de hollow ou d’arrancars.
- Et nous ? demanda Hiyori en fronçant les sourcils, t’as pas intérêt à nous avoir oublié Shinji !
- Ne t’inquiète pas, toi et Madarame-san vous venez avec moi, lui assura Kisuke en retrouvant son sourire jovial.
- Et pour faire quoi ? demanda Ikkaku, intrigué.
- Je dois faire des analyses et vous me servirez de gardes-du-corps.
- Comme si tu en avais besoin, marmonna son ancienne lieutenant en soupirant.
Son capitaine sourit, touché, et sortit en compagnie des deux shinigamis.

Dans la salle, les trois personnes à ne pas être encore au courant (nda : je ne compte pas Tessai, Jinta et Ururu qui n’ont pas un rôle important pour le moment) ne comprenaient rien. Renji se tourna vers Ichigo et lui demanda sourcils froncés.
- Que se passe-t-il ? On a reçu l’ordre de venir ici et on voit une gamine de six ans...
- J’ai sept ans, tête d’ananas, marmonna la gamine, vexée.
- On voit une gamine de sept ans qui est au courant pour les shinigami, les hollow, tout le reste et qui peut nous voir, rectifia le lieutenant avec agacement et après on apprend que l’on doit la protéger ou faire des recherches sur je ne sais quoi. Qu’est-ce qui se passe à la fin ?!
Shinji soupira et échangea un regard avec le jeune Kurosaki avant de prendre la parole.
- Calme-toi Abarai, nous allons tout expliquer en temps et en heure. Mais pour le moment j’ai besoin de confirmer quelque chose. Ichigo ?
- Oui ? répondit ce dernier en regardant le capitaine avec étonnement.
- Après que tu aies battu Aizen, que s’est-il passé ?
- Pourquoi tu me demandes ça ? S’étonna le jeune humain.
- Réponds, c’est tout.
- Hé bien... il était à terre, vaincu et...
- Et ? demanda Ishida suspicieux.
- Et je me suis évanoui, marmonna le jeune homme en rougissant
Cinq regards incrédules se posèrent sur lui juste à ce que le capitaine de la cinquième division s’approche et donne un grand coup de poing sur la tête de son ami.
- Crétin !!! Tu as conscience de qui on parle là ?! Aizen n’est pas n’importe qui, comment as-tu pu le laisser sans surveillance ?!
- Quand je me suis réveillé il était toujours là ! Protesta Ichigo en se relevant.
Et puis ce n’est pas toi qui t’es battu contre plusieurs arrancars avant de l’affronter ! Malgré ce que tout le monde pense, je ne suis pas invincible, ça m’arrive aussi de m’évanouir à cause d’une fatigue intense ou d’un manque de reaitsu !
- Très bien, il était toujours là, mais es-tu sûr que c’était le vrai Aizen Sosuke ? demanda Shinji calmement en regardant son protégé droit dans les yeux.
- Qu’est-ce que veux dire ? Je ne vois pas comment ça aurait pu être un...
Ichigo se tut et blêmit.
- T’as enfin compris ? Bon sang, pourquoi on ne s’en est pas rendu compte avant, marmonna Shinji en plaquant sa main sur son front.
- De quoi vous parlez ? demanda Renji, perdu.
- De notre plus grande bêtise, soupira une voix familière.
Ils sursautèrent et virent une silhouette dans le couloir accompagné de Tessai.
- Papa ?! S’exclama Ichigo en se levant d’un bond, qu’est-ce que tu fais là ?!
Isshin Kurosaki regarda son fils, puis le dépassa et s’assit par terre en tailleur sous les regards étonnés des autres et celui impassible de Shinji.
- Je connais Kisuke depuis longtemps fiston et ce magasin aussi d’ailleurs.
Cela faisait longtemps. Hirako-san.
Ce dernier se contenta d’acquiescer et murmura.
- Alors tu es son père... Pas étonnant, dit-il avec un sourire amusé en regardant Ichigo.
- Qu’est-ce qui n’est pas étonnant ? demanda ce dernier, sceptique.
- Que tu sois aussi doué, rétorqua le capitaine. Kurosaki, que voulait-tu dire par notre plus grande erreur ?
Le père de famille soupira et passa une main dans ses cheveux ras.
- Je veux dire que nous sommes probablement sous l’emprise de Kyouka suigestu.
L’assemblée tressaillit.
- Mais pas moi, bredouilla Ichigo, alors j’aurais dû m’en rendre compte...
- Il a dû trouver un moyen de te mettre sous son emprise lors de votre combat final, murmura son père. Cela ne m’étonnerait pas de Aizen. Bref, on est presque sûrs qu’il est vivant maintenant et donc qu’il a créé de nouveaux arrancars, j’ai senti les reaitsu de ces derniers. Que s’est-il passé exactement ?
Son fils ferma les yeux, les rouvrit et leur raconta tout depuis le début.
- Et bien...

- Capitaine ?
L’homme se retourna et regarda son lieutenant d’un regard triste et vide.
- Qu’il y-a-il Matsumoto ? Dépêche toi, j’aimerais être seul, murmura le capitaine de la dixième division en se retournant vers la fenêtre.
La femme le regarda avec tristesse avant de s’approcher et de poser une main sur l’épaule de son supérieur.
- Kotestu-chan m’a appris la nouvelle, je suis désolée taicho...
- Mais pourquoi a-t-elle fait une chose aussi stupide ?! S’exclama soudain le jeune capitaine en tapant son poing contre la fenêtre. Elle n’a donc pas encore compris qu’il était mauvais et fou ?!
Soudain Toshiro se retrouva plaqué contre la grande shinigami et craquant éclata en sanglots en se serrant contre son lieutenant.
- Là, taicho, laissez-vous allez, parfois cela fait du bien de pleurer, murmura Matsumoto en levant la tête vers le plafond de la pièce et en pensant avec rancune.
Comment peux-tu le faire souffrir à ce point pour un traître et un cadavre, Hinamori-chan ?

Une fille courait dans les rues du Rukongai, vêtue d’un vêtement anodin et cachant son arme, son seul bien, dedans, elle réfléchissait au meilleur moyen de le rejoindre, celui qu’elle refusait de croire mauvais, celui qu’elle admirait plus que tout et celui qui faisait battre son cœur à la chamade...
.................................
Mes autres fics sont en cours d'écriture, ne t'inquiète pas Kitch je n'oublie pas Naruto, c'est juste que je suis super inspiré pour cette fic...

_________________



et

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fanfictiongirl.skyrock.com/
Manoncamille
Admin en chef & fondatrice
avatar

Messages : 671
Date d'inscription : 19/05/2011
Age : 25
Localisation : Suisse

MessageSujet: Re: Ce que la chenille appelle la mort, le papillon l'appelle renaissance (fic bleach)   Mer 20 Juil - 9:26

Troisième chapitre : Vérité et secret

- Soi Fon ?

La femme tourna la tête et aperçut son ancienne supérieure derrière la fenêtre, elle se leva brusquement et s’approchant ouvrit cette dernière.

- Yoruichi-sama, que faites-vous là ?

- Laisse-moi entrer, j’ai quelque chose à te montrer.

La capitaine hésita, puis s’écarta et laissa entrer la shinigami.

- Qu’avez-vous à me dire, Yoruichi-sama ?

- Tout d’abord, tiens, ceci est une lettre destinée à tous les capitaines de la part de celui de la cinquième division.

L’attrapant, la commandante des forces spéciales l’ouvrit et la lut attentivement. Elle écarquilla les yeux à la fin et regarda son amie avec suspicion.

- C’est une blague ?

- Non, c’est sérieux. Tout est vrai et nous courons à notre perte si nous ne prenons pas de mesures appropriées.

Elles échangèrent un regard inquiet et sérieux, sachant très bien ce que signifierait une autre guerre.



- Aizen est vivant...

L’homme posa une main sur son front et regarda sa protégée avec inquiétude.

- Kuchiki, tout cela est la pure vérité, n’est-ce pas ?

- Oui Ukitake-taicho, répondit Rukia avec respect, j’ai bien peur que cela soit vrai.

- Je vois.

Le capitaine plongea dans ses pensées un moment, avant de dire calmement.

- Je vais m’occuper des recherches dont Shinji a besoin, je devrais pouvoir trouver quelques personnes pour m’aider.

- C’est vrai ? Merci capitaine, cela va beaucoup nous aider.

- De rien, au fait Kuchiki, salue Kurosaki-kun de ma part quand tu le verras et soyez heureux, ajouta-t-il avec un clin d’œil complice.

- Mais comment... Bredouilla sa lieutenante avec étonnement.

- Disons que cela fait longtemps que je ne t’ai pas vue si heureuse et puis mon instinct m’a donné un coup de main. J’espère que ton frère sera indulgent...

- Merci beaucoup, à plus tard.

Jūshirō Ukitake regarda sa protégée partir avec un sourire légèrement triste.

Désolé Kaien-san, songea-t-il, mais elle a bien changée depuis ta mort...



Rukia s’arrêta et regarda la porte du bureau de son frère avec appréhension. Elle savait qu’elle n’avait pas le choix, mais elle ne pouvait s’empêcher d’être nerveuse... Nerveuse parce qu’elle s’apprêtait à lui annoncer que leur plus grand ennemi n’était pas mort, nerveuse parce qu’elle n’avait pas pu battre les arrancars qui les avaient attaqués, nerveuse parce qu’elle ne lui avait toujours pas révélé l’identité de son adversaire de l’Espada trois ans plus tôt qui avait failli la tuer et enfin parce qu’elle allait lui annoncer qu’elle sortait avec Ichigo. Une main se posa sur son épaule et tournant la tête elle aperçut Inoue qui lui souriait. Soudain elles sursautèrent.

- Entre, Rukia, je sais que tu es là.

La voix froide et noble retentit de derrière la porte et tressaillant elle s’exécuta alors que son amie restait dehors pour le moment.



Le capitaine de la sixième division se tenait assis derrière son bureau et examinait un tas de documents, les sourcils froncés il leva la tête et observa sa sœur adoptive avec froideur. Cette dernière s’assit sur ses genoux et commença à parler d’une voix respectueuse.

- Byakuya nii-sama, je suis revenu de mission et j’ai plusieurs choses à vous dire.

- Comment s’est-passé la mission ? demanda le capitaine en regardant à nouveaux ses nombreux papiers.

- Euh... On a pu aider Ichigo à temps, il se battait contre...

Elle hésita, mais reprit devant le regard glacial de son aîné.

- Des arrancars.

Byakuya immobilisa sa main qui s’apprêtait à prendre une feuille. Pour la première fois de sa vie, le capitaine eut l’air troublé, il leva la tête et contempla sa cadette qui l’observait avec inquiétude avec un regard stupéfait.

- Nii-sama, vous allez bien ? Osa la jeune Kuchiki.

- Oui, tout va bien, rétorqua sèchement son frère en reprenant contenance et en redevenant lui-même. Raconte.

- Hirako-taicho m’a demandé de vous remettre ceci, je pense qu’il expliquera mieux que moi, répondit Rukia en se levant et en tendant la lettre à son frère.

Il la prit, ouvrit l’enveloppe et parcourut les nombreuses lignes du regard avec un air sérieux.

Il soupira, la posa sur son bureau et appela d’une voix sèche.

- Orihime, viens ici.
L’humaine s’empressa d’obéir et entra dans la pièce avec un air gêné. Elle déglutit quand le regard ténébreux se posa sur elle et demanda poliment.

- Oui, taicho ?

- Le capitaine Hirako me demande de t’apprendre le Kido.

Les deux filles écarquillèrent les yeux, une esquisse de sourire d’un millimètre apparut sur les lèvres du capitaine avant de disparaître.

Il reprit d’une voix sérieuse.

- Il pense que tu as des dispositions naturelles dans ce domaine vu tes pouvoirs et je suis d’accord avec lui, de toute façon devenir plus forte n’est pas un désavantage dans ton cas, bien au contraire.

Mais je te préviens, je ne serai pas un professeur facile et je compte bien être exigent, compris ?
- Euh oui, bredouilla Inoue encore sous le choc, je serai attentive.

- Bien, nous commencerons ce soir. Nous n’avons sans doute pas beaucoup de temps. Rukia ?

- Oui, nii-sama ?

- Continue ta mission, il te reste combien de capitaines à prévenir ?

- Trois, répondit la jeune shinigami. Le capitaine Hitsugaya, Yamamoto-dono et le lieutenant Hisagi.

- Je vois. Je m’occupe de prévenir le commandant, ajouta Byakuya en ignorant le regard soulagé de sa sœur. Une fois que tu les auras prévenus, rejoins ton capitaine et aide-le dans ses recherches.

- Entendu, euh Nii-sama, puis-je vous parler en privé ?

Elle soutint le regard grave et légèrement curieux de son aîné qui finit par acquiescer avant de jeter un regard amical vers l’adolescente.

- Inoue, je suis désolé, mais...

- Ne t’inquiète pas, Kuchiki-san, assura son amie en souriant, je vous laisse. Au revoir Kuchiki-taicho, bye Kuchiki-san.

Rukia sourit à la jeune fille alors que son frère se contentait d’un hochement de tête.



Puis le capitaine de la sixième division tourna la tête vers sa cadette et dit avec un ton plus doux que d’habitude.

- Je t’écoute.

Prenant une profonde inspiration, la jeune Kuchiki commença doucement.

- J’ai décidé de vous parler de mon combat contre le membre de l’Espada, il y a trois ans.

Son frère parut intéressé et remarqua avec une minuscule note d’amusement.

- Ce n’est pas trop tôt, je t’écoute.

- J’étais sur le pont quand il est arrivé, il m’a fait signe de le suivre à l’intérieur et je l’ai suivi sans savoir pourquoi, je n’ai pas vu son visage parce qu’il portait un masque. La porte s’est refermée tout seule et là...

Elle se tut, le visage troublé et ne reprit qu’à cause de l’ordre de son frère, mais sa voix tremblait.

- Il a parlé d’une voix amusée et il a retiré son masque. J’ai été tellement surprise que je ne me suis pas méfiée et je ne me suis pas défendue tout de suite et même quand je l’ai fait il était beaucoup plus fort que moi. C’était...

- Kaien Shiba, n’est-ce pas ? demanda son frère en soupirant.

Elle acquiesça et demanda d’une voix tremblante en retenant ses larmes.

- Comment le savez-vous ?

- Je l’ai deviné. A dire vrai, je le soupçonnais depuis longtemps... Et je n’étais pas le seul, Ukitake aussi avait des doutes, la façon dont il était mort était suspecte.

Le fait que le hollow a pris possession du corps de sa femme plutôt qu’un autre, comme s’il voulait attirer Kaien dans un piège par exemple. Ou encore que ce hollow puisse prendre possession de son corps... Mais nous ne t’avons rien dit de peur de te donner de faux espoirs, j’espère que tu ne m’en veux pas...

- Non, bien sûr que non... On s’est battu un moment, malgré Sode no Shirayuki je n’ai pas réussi à le mettre en difficulté. C’est lui qui m’a entraîné alors il savait parfaitement comment me bloquer et esquiver mes attaques. Un moment, il m’a blessé avec Nejibana, mais sans me tuer, il s’est accroupi près de moi alors que je tentais de me relever et a murmuré « Je suis désolé, mais je ne peux pas te laisser me battre, j’ai encore des choses à accomplir. Prends soin de toi Rukia et je t’en prie, pars avant qu’il ne soit trop tard... »

Et il est parti sans se retourner.

Un silence pesant dura quelques minutes pendant lesquelles les deux Kuchiki réfléchirent, puis Rukia leva la tête pour regarder son frère et décida que ce n’était pas le bon moment pour lui annoncer ses relations avec Ichigo...

Elle se leva, salua son frère poliment et sortit de la pièce en fermant la porte de sortie.



Plus tard, dans la salle de réunion de la première division les capitaines, excepté celui de la cinquième division, et Yoruichi faisaient face au

capitaine-commandant Genryūsai Shigekuni Yamamoto. Ce dernier tapa le sol de son bâton et prit la parole d’une voix forte.

- Parlez, ex-capitaine Shihōin Yoruichi !

Cette dernière acquiesça et dit sérieusement.

- Comme vous le savez tous, l’équipe du capitaine Hirako a été attaquée par deux arrancars et ils ont eu beaucoup de mal à les affronter. Ils ont fini par s’enfuir, ensuite Ichigo est rentré chez lui afin de prévenir sa famille qu’il repartait temporairement à la Soul society, mais là-bas il a revu une enfant de sept ans qu’il avait sauvé d’un hollow.

- Attendez, vous voulez dire que ce n’était pas une âme, mais une fillette vivante ? demanda Toshiro d’un air sceptique.

- Je sais que cela peut paraître étrange, mais c’est la vérité, affirma la femme en souriant. Ichigo a fini par l’emmener au magasin de Kisuke et nous a expliqué la situation à moi et à Kisuke et Hirako-san. Ce dernier a alors décidé les choses suivantes, un prévenir les capitaines de la situation et demander à certains des choses particulières. Deux, créer une équipe de surveillance et de protection pour la petite Ayaki et pour la ville de Karakura et trois demander à Kisuke et à deux shinigamis de se rendre sur le lieu de l’affrontement avec les arrancars pour faire des recherches. Je suis retournée ici accompagnée par la lieutenante de la treizième division Kuchiki Rukia ainsi que d’Inoue Orihime. Et la suite vous la connaissez.

- Aizen est vraiment vivant ? demanda Unohana avec inquiétude.

L’air sombre Yoruichi acquiesça et reprit la parole.

- Oui, Shinji m’a envoyé un messager qui est aussitôt reparti.

- C’est pas vrai, il ne manquait que ça, marmonna Toshiro en serrant les dents et les poings.

- Du calme Histugaya-taicho, prévint le capitaine de la septième division, ça ne sert à rien de s’énerver, bien au contraire.

- Très bien, les capitaines suivants auront une tâche à accomplir. Soi fon-taicho, vous et votre division serez chargés de protéger la soul society nous ne savons pas ce que compte faire Aizen et sa bande, mais il vaut mieux prendre des précautions, ordonna le commandant. Les capitaines de la sixième division et de la dixième devront se rendre sur terre afin de prêter main-forte au capitaine de la cinquième division et à Kurosaki Ichigo.

- Excusez-moi, intervint Byakuya sourcils froncés, mais ne croyez-vous pas qu’envoyer trois capitaines est un peu excessif ?

- Je préfère être prudent, rétorqua Yamamoto, nous ignorons les projets d’Aizen et si les arrancars sont aussi forts que Shihōin Yoruichi le prétend, trois capitaines ne seront pas de trop.

- Entendu.

- Capitaine Unohana, vous êtes priés d’envoyer un de vos shinigamis dans le monde réel pour prêter main-forte aux shinigamis et de vous préparer ici-même.

- Entendu, je vais envoyer mon septième siège, dit doucement la femme médecin.

- Capitaine Kurotsuchi, attendez les résultats de Urahara Kisuke et procédez à une vérification.

- En effet, il vaut mieux vérifier que cet imbécile ne s’est pas trompé, marmonna le capitaine.

- Les capitaines de la septième, neuvième et onzième division devront prêter main-forte aux forces spéciale en cas d’attaque. Et ceux de la troisième, huitième et treizième division devront participer aux recherches demandées par le capitaine Hirako. La réunion est terminée.

Le son du bâton frappant le sol retentit dans la pièce.

Et les capitaines commencèrent à se disperser, la capitaine de la division des soin s’approcha des deux capitaines envoyés dans le monde réel et expliqua en souriant.

- Je vous envoie tout de suite Yamada Hanataro et vous pourrez partir après.

- Entendu, je dois de toute façon aller chercher Matsumoto. On se retrouve à la porte Senkai ? demanda le plus jeune capitaine en regardant Byakuya.

Ce dernier acquiesça et disparut dans un shunpo. Toshiro et Unohana l’imitèrent afin de trouver leurs subordonnés.



- J’ai faim !

- Ichigo, c’est ta protégée alors occupe t’en, marmonna Renji en levant les yeux au ciel.

- Et depuis quand c’est ma protégée ?! Protesta le jeune homme.

- Discute pas, va lui chercher quelque chose à bouffer, ordonna Shinji occupé à écouter du Jazz.

Le vizard leur lança un regard noir et se levant quitta la pièce, traversa celle où se trouvait l’enfant qui boudait assis par terre et finit par arriver dans la cuisine où Jinta et Ururu rangeaient des ustensiles.

- Euh, désolé de vous déranger, mais...

- Que voulez-vous Kurosaki-dono ?

Sursautant le rouquin se retourna et aperçut Tessai qui le regardait de tout sa hauteur.

- Euh... Ayaki a faim, alors...

Ururu s’approcha et lui tendit un plateau rempli de onigiri.

- Merci.

Il attrapa le plateau et retourna au salon où la jeune Yururi boudait toujours, elle ne broncha pas quand le jeune homme posa le plateau sur la table.

- J’espère que tu aimes les onigiri et arrête de bouder.

Soupirant elle se retourna, regarda les boulettes de riz, en attrapa une et la croqua. Poussant un cri, elle l’avala en une fraction de secondes et passa aux suivantes sous le regard amusé de son nouvel ami.

- Ben dis donc, tu as vraiment faim. Tu as appelé ton frère ?

Acquiesçant elle avala ce qu’elle avait dans la bouche et expliqua.

- Oui, je lui ai dis que je passais quelques jours chez des amis, il a été surpris, mais il est d’accord.

Ses yeux se remplirent de tristesse pendant quelques secondes, mais cette dernière disparut bientôt remplacée par un sourire enjoué.

- Dis m’en plus sur les shinigamis s’il te plaît, poil-de carotte.

Grimaçant sous le surnom, le jeune Kurosaki interrogea du regard le capitaine qui les avait rejoints et qui était en train de s’appuyer contre le mur. Hésitant un moment, le vizard finit par hocher la tête alors Ichigo se tourna vers la gamine et lui demanda en souriant.

- Que veux-tu savoir exactement ?
Il regretta bientôt sa question, Ayaki le bombardant de questions dont les réponses étaient plus difficiles à trouver à chaque fois. Heureusement, elle en eut bientôt assez et s’arrêta de son plein gré. Se levant de sa chaise, elle alla se planter devant le blond et ils se fixèrent pendant un moment sans lâcher l’autre des yeux.

- Qu’est-ce que tu veux ? demanda Shinji en grimaçant et en touchant ses cheveux. Je ne suis pas aussi patient qu’Ichigo et je déteste les enfants...

- T’es pas un shinigami normal hein ? T’as le même pouvoir que poil de carotte n’est-ce pas ?

Tressaillant, les deux hommes de la pièce échangèrent un regard. Décidemment, la petite n’était pas qu’une simple humaine...

S’accroupissant devant elle, le blond murmura doucement.

- Non, tu as raison, moi et Ichigo nous ne sommes pas des shinigamis normaux. Peux-tu me dire pourquoi ?

La gamine plissa les yeux et fronça les sourcils en intense réflexion. Au bout d’un moment, elle regarda le vizard et dit d’une voix hésitante

- Vous n’avez pas le même, reaitsu je crois, que les autres shinigamis... Le vôtre est plus... sombre et plus, euh je dirais plus lourd que les leurs. En fait, on dirait ceux des deux types que poil de carotte et le binoclard ont affrontés l’autre jour, ils se ressemblent.

Elle a compris tout ça rien qu’en nous observant, songea Shinji avec stupeur, et en trois rencontres pour Ichigo et une pour moi... Impressionnant.

- C’est vrai, moi et Ichigo nous sommes ce qu’on s’appelle des vizards. Nous avons obtenu des pouvoirs de hollow, les monstres comme celui qui t’a attaqué ou ceux que tu as vus combattre Ichigo et Ishida, de deux façons différentes et nous sommes en principe plus forts que les shinigamis normaux.

Tu comprends ?

Elle acquiesça avant de tourner la tête vers le rouquin qui lui sourit et il eut pour réponse un sourire hésitant. Puis la petite s’effondra sur les genoux du capitaine et rapidement ils purent constater qu’elle s’était simplement endormie. Souriant Shinji la prit dans ses bras et alla l’allonger sur la paillasse que Ururu avait installée pour elle dans une pièce juste à côté.



Les lames s’entrechoquèrent, puis un bras poussa avec une force bestiale et grimaçante la jeune fille dût reculer et dégager son épée pour ne pas être blessée. Son adversaire, un arrancar assez grand aux cheveux bleus hirsutes et au masque blanc en forme de bouche situé sur le côté, baissa son Zanpakutō et dit d’une voix réprobatrice.

- Tu peux faire mieux que ça, Alice, ne me fais pas regretter de t’avoir pris comme apprentie.

- Désolé Grimmjow-sama, cela ne se reproduira plus, promit la jeune hollow avec respect.

Son mentor acquiesça et brusquement leva la main et fit apparaître une lumière rouge dans sa paume, son élève eut juste le temps de se mettre en garde avant qu’un cero surpuissant ne fonce vers elle. Grimaçante sous la puissance du flash couleur sang, elle poussa un cri et faucha la lumière avec son Zanpakutō avec une énergie sauvage. Haletante, couverte de poussière et d’égratignures superficielles, la jeune fille avait des cheveux brun chocolat dressés sur sa tête comme son supérieur, des yeux caramel et elle portait une jupe blanche, un pull blanc et des sandales. Assez grande, elle arrivait à l’épaule de l’arrancar et son Zanpakutō se trouvait habituellement sur son épaule.

- Pas mal, murmura Grimmjow avec un sourire carnassier, pas mal du tout même.

Un sourire ravi apparut sur le visage de la jeune fille qui s’inclina, mais elle déjanta vite quand son mentor fonça sur elle à une vitesse surhumaine et commença à lui donner des coups de poings qu’elle bloquait à chaque fois avec la lame de son Zanpakutō. Inquiète, elle finit par s’exclamer.

- Eteins, Tinieblas ! (Eteins, Ténèbres !)

Sautant en arrière, le membre de l’Espada atterrit quelques mètres plus loin et observa sa protégée avec attention, un léger sourire aux lèvres.

Cela va être intéressant, songea-t-il, voyons si tu peux me battre sans ma résurrection...

Le corps de la fille se colora de noir, ses cheveux foncèrent et s’allongèrent jusqu’à descendre au bas du dos, ses mains se munirent de griffes acérées et deux cornes apparurent sur son crâne. Courant vers la droite, elle regarda son maître qui l’observait calmement, l’air serein. Soudain elle disparut et réapparut dans son dos, mais il bloqua la boule noire (nda : un peu comme l’attaque balle ombre dans pokémon) qui s’était formée dans sa main avec aisance et souriant la repoussa tellement fort qu’elle alla cogner un mur et tomba par terre en crachant du sang. Levant la tête, elle aperçut le regard indifférent de l’Espada numéro cinq avant de tomber dans les pommes et de reprendre sa forme d’arrancar.

- C’était bien, Alice, mais pas suffisant, murmura la panthère en s’accroupissant et en la mettant sur son épaule avant de se diriger vers l’infirmerie.



Dans une autre salle du palais, un homme faisait face à un escalier menant à une estrade vide excepté un trône blanc élégamment sculpté et où le maître des lieux se tenait assis, l’air songeur.

- Aizen ?

Levant la tête d’un livre qu’il regardait avec attention, l’ancien capitaine contempla son deuxième lieutenant qui le regardait le visage grave.

- Ah, Kaien, merci d’être venu. J’ai une mission pour toi.

- Je t’écoute, bailla le lieutenant.

- Je veux que tu prennes deux espadas avec toi, de préférence deux qui ont déjà affrontées nos amis et particulièrement Kurosaki, et que vous leur rendiez une petite visite.

- Le raid de Jay et Lyam n’a pas suffi ?

- Non. Ils ne sont pas battus très longtemps et je veux un avis de personnes plus expérimentées. Je te conseille de prendre Grimmjow et un apprenti. Il veut sa revanche sur Kurosaki et je n’aime pas décevoir mes subordonnés, murmura le brun avec un sourire amusé.

- Tu ne crois pas en faire trop au sujet de ce gamin ? Je ne vois pas ce qu’il a de spécial...

- C’est parce que tu ne l’as jamais affronté Kai, rétorqua une voix chantante.

Gin sortit de l’ombre et demanda à son capitaine avec un regard suppliant.

- Laisse-moi les accompagner, je m’ennuie ici, s’il te plaît !

Levant les yeux au ciel, son supérieur secoua la tête et devant le regard renfrogné de son lieutenant lui expliqua avec patience.

- Non Gin, je ne veux pas révéler tous les survivants d’un coup. Ils sauront déjà que Kaien et Grimmjow sont vivants et ils se doutent probablement que je le suis également alors restons en là pour l’instant. De toute façon, j’ai une autre mission pour toi. Mais après sa réussite, tu pourras te montrer, mais interdiction de te battre.

- Ah oui ? Et laquelle ?

Le renard pencha la tête vers son supérieur et le regarda avec curiosité.

- Je veux que tu ailles voir quelqu’un et que tu la recrutes pendant que Kurosaki sera occupé.

- Ah et qui ça ?

- Karin Kurosaki.

Surpris ses deux bras-droits le dévisagèrent avec stupéfaction.

- La sœur du gamin ? demanda Kaien en fronçant les sourcils. Elle doit avoir dans les treize ans, je ne vois pas ce que tu lui trouves ce n’est qu’une gamine...

Aizen esquissa un sourire et se levant s’approcha du vide. Il posa sa main dessus et un écran noir apparut ressemblant à un écran de cinéma. D’autres gestes de la main créèrent l’allumage, puis le déclenchement de l’appareil, on aperçut Karin à plusieurs reprises et à chaque fois elle voyait les hollows et faisait de son mieux pour se défendre et protéger ses proches. Un moment on la vit avec le capitaine de la dixième division et elle shoota dans un ballon afin de défendre ses amis, malgré le fait que le monstre mesurait au moins trois mètres de haut...

Soudain un Zanpakutō bloqua le bras du hollow et on aperçut le capitaine de la dixième division protéger la fille et ses amis en battant la créature.

- Oh, elle est amie avec Histugaya-kun, remarqua Gin avec un sourire sournois. Je comprends mieux pourquoi tu t’intéresses à elle, capitaine, c’est pour embêter notre petit capitaine préféré ?

Aizen sourit et retourna s’asseoir après avoir éteint l’écran.

- En partie, mais je la trouve aussi très intéressante... Je compte sur vous deux, ne me décevez pas, compris ? demanda-t-il en regardant ses deux seconds avec un regard grave.

- Pas de souci, répliqua Gin en agitant la main. Bye, bye.

Il s’éloigna en sautillant et disparut dans un couloir.

- Je n’échouerai pas, promit le jeune Shiba avec un sérieux inhabituel.

- Je n’en doute pas, assura son supérieur avec un sourire affectueux. Kaien ?

- Oui ?

- Fais attention, on ne sait pas qui accompagnera Kurosaki.

Echangeant un regard entendu, les deux hommes se regardaient avec inquiétude pour l’un et impassibilité pour l’autre.

- Tout ira bien, murmura l’ancien membre de la treizième division en partant.

Le traître resta seul dans la grande pièce, il prit un livre que Gin avait ramené de la soul society et qu’il avait posé sur l’accoudoir de son trône. Le livre était assez épais et portait comme titre « Légendes et passé de la Soul society, par Urahara Kisuke ».

Il l’ouvrit délicatement et lut une page, un sourire apparut sur ses lèvres et le shinigami joua avec une mèche de ses cheveux.

- Intéressant, très intéressant... Vous n’êtes donc pas tous morts, membres du clan Houseki... Je me réjouis de rencontrer votre dernière membre...



Grimaçante, la jeune fille mit un genou à terre. Cela faisait trois jours qu’elle fuyait les forces spéciales qui la pourchassaient et elle savait qu’elle ne tiendrait pas longtemps à ce rythme. La jeune shinigami était fatiguée, affamée, assoiffée et elle n’en pouvait plus. La veille, elle avait réussi par elle ne savait quel miracle à emprunter un Senkai et à se rendre dans le monde réel, elle s’était réfugiée dans un bâtiment désaffecté et avait dormi quelques heures. Mais ce matin, elle s’était réveillée brusquement après un cauchemar et était partie refusant de se rendormir de peur de refaire de mauvais rêves. Momo Hinamori n’avait nulle part où aller... Elle ne voulait pas mettre d’autres personnes en danger et ne pouvait donc pas aller chez le shinigami remplaçant ou chez Urahara. Elle se releva et se tenant à un mur fit quelques pas, puis elle entendit un cri et tourna la tête vers une rue parallèle, une adolescente tentait de fuir, poursuivie par... un hollow !

La shinigami, malgré son état, se précipita vers l’humaine afin de l’aider et dégainant son Zanpakutō s’exclama.

- Explose Tobiume !

Des crochets apparurent sur la lame et une boule de feu en jaillit et s’écrasa sur le masque du hollow qui poussa un cri de douleur et s’arrêta. L’humaine trébucha et tomba par terre, s’asseyant elle aperçut la jeune fille se tenant devant elle épée brandie. Cette dernière dit calmement en tendant la main devant elle.

- Tu vas regretter de t’en être pris à une enfant, hollow. Hadō no sanjū ichi : Shakkahō !

Une boule de feu rouge jaillit de sa paume et explosa au contact du hollow le détruisant de suite. Puis la shinigami soupira, se retourna vers la fille et lui souriant s’écrasa par terre.

- Hé ! Shinigami, vous allez bien ?!

Karin s’approcha de la jeune fille qui lui avait sauvé la vie et la secoua. Puis grimaçante, elle la mit sur son dos tant bien que mal et rentra chez elle, espérant que son grand-frère pourrait l’aider.

Mais elle ignorait encore que Ichigo n’étais pas chez eux retenu par certaines personnes...
-----------

Délires de fin de chapitre écrits par moi, votre auteur favori et ouais, j’ai le droit de rêver quand même !

Ayaki : non, mais elle s’y croit vraiment...

Auteur : attention, je peux très bien faire faire à notre rouquin préféré du détournement de mineur...

Ayaki : non, au secours !

Elle part en courant devant le sourire machiavélique de l’auteur

Auteur : Bien, où en étions-nous ? Ah oui, ceux qui pensent que j’ai ressuscité Kaien, un des plus classes et beaus mecs du manga, juste par caprice vous avez... raison x). Enfin, il a quand même un rôle important dans mon histoire puisque j’ai décidé de faire pas mal souffrir Rukia dans cette fic...

Mais je ne vous dis en pas plus, à la prochaine j’espère.

Aizen arrive avec une tasse de thé fumante et la tend à la fille la plus cool, la plus douée, la plus mignonne, la plus...

Gin : stop !!!! Suffit la prétention, non mais, bye bye les amis !

Auteur : Ouinnnnnnnnnnnnnnnn !

Les personnages de bleach et de l’histoire : Faites pas attention, elle est folle...

Auteur avec les yeux larmoyants : Méchants... Un petit commentaire pour l’auteur qui a besoin de se faire consoler ?

Shinji : Ou donnez-lui du chocolat, elle adore ça, c’est sa faiblesse. Mais attention pas n’importe quel chocolat, celui au lait de chez Lindt, conseil d’ami^^.
-----------
Voilà, j'espère que vous avez aimé^^. Un petit commentaire ? Si oui, essayez de détailler un minimum s'il vous plaît, j'aurais besoin d'avis détaillés car je trouve que quelque chose cloche avec cette fic mais je sais pas quoi. Merci d'avance et à très bientôt !

_________________



et

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fanfictiongirl.skyrock.com/
Manoncamille
Admin en chef & fondatrice
avatar

Messages : 671
Date d'inscription : 19/05/2011
Age : 25
Localisation : Suisse

MessageSujet: Re: Ce que la chenille appelle la mort, le papillon l'appelle renaissance (fic bleach)   Mar 26 Juil - 15:17

Quatrième chapitre : Combat acharné, enlèvement et surprise pour un traître


Se relevant avec difficulté, Shinji grimaça et regarda autour de lui.
Abarai faisait face à une arrancar plutôt douée bien qu’elle semblait peu expérimentée et avait du mal à la battre, mais il n’avait pas encore utilisé son bankai alors on pouvait encore espérer qu’il gagne. Yasutora et Ishida faisaient face à un shinigami qu’il avait espéré ne plus revoir et enfin... Le capitaine serra les dents, Ichigo et son adversaire, un dénommé Grimmjow s’étaient éloignés et il ne pouvait pas les voir, mais vu la puissance de leurs reaitsus, il pouvait conclure que son protégé ne livrait pas un combat facile...
Quant à lui, il s’était fait bêtement avoir un peu plus tôt et avait été sonné, venant tout juste de se réveiller. Il décida que, malheureusement, Ishida et Yasutora avaient plus besoin d’aide que les deux autres et d’aller les aider bien qu’il n’ait aucune envie de se battre contre leur adversaire.
Tout en s’approchant de leur adversaire, le capitaine de la cinquième division se rappela comment tout cela avait commencé...

Flash-back
Il se trouvait chez Kisuke en compagnie d’Abarai et de l’ancien capitaine, les trois humains étant rentrés chez eux, en train de discuter de la jeune Yururi, qui dormait toujours à côté, quand ils avaient ressenti différents reaitsus très puissants provenant du parc de la ville et plus précisément de l’endroit où étaient apparus pour la première fois Ulquiorra et Yammy trois ans plus tôt. Le capitaine avait demandé à son ami de veiller sur Ayaki et accompagné du lieutenant de la sixième division s’était rendu là-bas, en chemin ils avaient croisés le Quincy et l’humain et avaient appris de leurs bouches qu’Ichigo était parti devant. Rageant devant la mauvaise habitude du rouquin de foncer sans réfléchir, le vizard avait accéléré et ils étaient rapidement arrivés à destination. Le jeune Kurosaki faisait face à trois ennemis, Shinji tressaillit en reconnaissant l’un d’eux, il savait qu’il n’était pas mort car il s’en était toujours douté, mais voir l’ancien lieutenant de la treizième division vivant et dans le camp ennemi en plus lui faisait un choc. Les trois autres étaient tous aussi surpris, mais fixaient l’arrancar qui regardait Ichigo avec arrogance. La troisième était une arrancar qui se tenait derrière ce dernier et le regardait avec respect, Shinji se demanda s’il s’agissait d’une fraccion, mais en déduisit que c’était peu probable.
- Grimmjow, gronda Ichigo regardant le gars aux cheveux bleus avec colère et en serrant la garde de son bankai. Je croyais que tu étais mort !
- Désolé de te décevoir Kurosaki, rétorqua le hollow avec un sourire carnassier, mais il en faut plus pour me tuer. Surtout en sachant que j’ai une revanche à prendre.
- Tu ne me battra pas, répliqua le rouquin en esquissant un sourire, je t’ai battu une fois et j’ai aussi battu Ulquiorra qui était deux rangs en dessous de toi.
Le jeune Kurosaki ne précisa pas qu’il avait été tué par ce dernier et que seul sa hollowfication bizarroïde l’avait sauvé à ce moment-là. Eclatant d’un rire mauvais, Grimmjow fit un pas en avant et le regardant avec suffisance demanda.
- Parce que tu crois que je suis au même niveau qu’il y a trois ans ? Ne rêve pas Kurosaki ! L’espada a changé depuis cette époque, regarde.
Il se tourna, remonta sa chemise et dévoila son dos où son nouveau numéro apparaissait.
- Et alors ? Tu n’as gagné qu’un niveau, je vais t’éclater.
- Il faut savoir que les trois premiers membres de l’Espada sont aussi les commandants de cette dernière, murmura Kaien en se grattant la tête.
Donc Aizen porte le numéro un, Gin le deux et moi le trois, le numéro quatre est porté par Stark.
L’équipe adverse tressaillit, cela expliquait bien des choses...
- Qui es-tu ? demanda Ichigo en regardant le shinigami en fronçant les sourcils car l’homme lui rappelait quelqu’un.
- Ne t’en occupe pas Kurosaki ! C’est moi ton adversaire !
L’arrancar fonça tout d’un coup sur le jeune homme qui eut juste le temps de parer le coup avec son arme.
- Arrête ! Protesta Ichigo en essayant de se dégager, je refuse de me battre contre toi à nouveau.
- Pourquoi ?! Tu as peur ?! Bats-toi Kurosaki !
Ichigo serra les dents et répliqua.
- Tu commences à me gonfler, je n’ai pas le temps pour ça. Tu veux te battre ? Très bien... Bankai !
- Ichigo ! Cria le chef d’équipe, c’est pas le moment de se battre !
- T’inquiète Shinji, je vais vite en finir et après on pourra les arrêter, dit Ichigo.
Soupirant le blond mit sa main dans ses cheveux et jeta un coup d’œil au reste de ses troupes.
Abarai avait la main sur son Zanpakutōet fixait le shinigami avec haine (nda : on ne le sait pas avec certitude, en tout cas pas dans l’anime, mais je pense que Renji et Kaien se connaissaient et de toute façon j’ai besoin que ce soit le cas alors nyark) alors que ce dernier semblait ennuyé. Uryu et Sado avaient déjà activés leurs pouvoirs et semblaient prêts à en découdre.
De toute façon, songea l’aîné du groupe, on n’a pas trop le choix...
- Entendu, dit-il à haute voix, on se sépare. Ichigo, tu t’occupes de ce Grimmjow, Abarai tu t’occupes de la fille et Ishida et Yasutora vous m’aider à vaincre le shinigami.
- Quoi ?! Protesta le lieutenant, c’est moi qui m’occupe de lui !
Le vizard secoua la tête et ordonna fermement.
- Non, je sais pourquoi tu veux l’affronter, mais c’est justement pour ça que tu ne le feras pas. Ta rage risque de te faire perdre tous tes moyens et le Gotei ne peut se permettre de te perdre, Abarai Renji.
Et puis, de toute façon, tu ne pourrais le vaincre seul. Ne discute pas ou je serai obligé de sévir, prévint Shinji en le regardant.
Renji grogna, mais obéit, il se posta face à la fille qui le regarda avec indifférence, mais elle semblait aussi un peu confuse.
- Va te battre Alice, même si Grimmjow n’est pas en état de te dire quoi faire, on doit les occuper, alors affronte Abarai, murmura Kaien sans quitter le capitaine de la cinquième division du regard.
- Entendu commandant. Et vous ?
- Je m’occupe de Hirako et des deux autres larves qui l’accompagne, bien que j’aurais bien aimé affronter Kurosaki. Sois prudente Alice, ton adversaire est lieutenant.
- Ne vous inquiétez pas.
Kaien lui jeta un bref coup d’œil, puis dégaina son Zanpakutōfaisant se tendre ses adversaires.
- Vu mes adversaires, autant y aller fort dés le début. Change le cours des eaux célestes, Nejibana.
Son épée se modifia et prit la forme d’un trident.
- C’est pas vrai, jura Shinji, faut toujours qu’il utilise les grands moyens... Yasutora, Ishida, restez sur vos gar...
Le vizard n’eut pas le temps de terminer sa phrase, il fut violemment frappé au ventre par un pied et se fit projeter à plusieurs mètres de là.
- Hirako-taicho ! Cria Ishida avant de se retourner.
Le traître venait d’effectuer un déplacement extrêmement rapide et de frapper si vite que même le shinigami n’avait pu le voir.
Mais qui est ce type ? pensa le Quincy en fronçant les sourcils, il est très fort...
Ils reprirent le combat sans leur capitaine.
Fin du Flash-back

- Getsuga Tensho !
L’arrancar para avec son épée et la lame sombre fut dispersée dans le ciel.
Ichigo serra les dents, la panthère avait peut-être progressé depuis leur dernière rencontre, mais lui aussi. Poussant un grognement, le shinigami attrapa Zangetsu et se téléporta derrière son adversaire qui utilisa son bras pour détourner le coup d’épée avant de tendre sa main et d’envoyer un cero sur son adversaire qui esquiva grâce à un shunpo.
- T’as fait des progrès Kurosaki, constata Grimmjow en abhorrant un sourire carnassier et en baissant son bras.
- Pareil pour toi, rétorqua le rouquin en souriant.
- Tu n’utilises pas ton masque de hollow ? Le combat serait plus intéressant.
Ichigo serra les dents.
- Je n’en ai pas besoin pour te battre, rétorqua le jeune homme avec froideur.
En réalité, Ichigo ne pouvait pas utiliser son masque, après l’incident dans le hueco mondo lors de son combat contre Ulquiorra, il avait toujours eu beaucoup de mal à l’utiliser et quand il y arrivait, il ne restait en place que très peu de temps, il avait fini par en parler à Urahara et Shinji une année auparavant et avec leur aide avait résolu en partie le problème, mais depuis l’affrontement avec l’arrancar et l’intervention de Ayaki, il n’y arrivait de nouveau plus...
Mais hors de question de l’admettre et encore moins devant quelqu’un, qu’il soit ami ou ennemi.
- Tss, serais-tu devenu prétentieux Kurosaki ? Mais ça me convient, j’aurais plus de chance de te tuer comme ça !
Il s’élança vers son adversaire qui se mit en garde. Ils échangèrent une série de coups, mais Grimmjow prit bientôt le dessus.
- Serais-tu en difficulté, mon roi ? Railla une voix dans l’esprit du rouquin.
- Bon sang, c’est pas le moment sale hollow, tu vois pas que je me bats ?
- Ben si, mais justement, je peux t’aider si tu veux.
- Non merci, j’ai pas...
Il asséna un coup à son adversaire qui bloqua la lame avec sa main, puis reprit.
- Besoin de toi Shirosaki.
- Mouais, attends un peu, tu changeras bientôt d’avis.

Pendant ce temps chez Ichigo, Karin était assise sur une chaise et parlait avec la shinigami qu’elle avait sauvée.
- Alors comme ça, tu es la sœur de Kurosaki-san ? demanda Hinamori avec un petit sourire.
La jeune fille était allongée dans le lit de sa nouvelle amie et fixait le plafond.
- Oui, Ichi-nii est bien mon grand frère. Dis Hinamori-chan, tu le connais bien ?
- Non, pas vraiment, murmura la brune en se redressant. On s’est jamais vraiment parlés tu sais et puis...
La fille se tut, son amie ne devait sans doute pas être au courant pour son ancien capitaine et la bataille de Karakura et elle ne voulait pas l’impliquer inutilement dans leurs histoires. Soudain les deux filles se figèrent, un reaitsu très puissant venait d’apparaître pas très loin de la maison. Un reaitsu familier pour la shinigami qui blêmit davantage, elle se leva, s’appuya contre le mur à cause des vertiges, puis tourna la tête vers la jeune Kurosaki et lui dit fermement.
- Karin-chan, il y a t’il un endroit où on serait en sécurité ?
- Hein ? C’est à cause de l’énergie qu’on ressent en ce moment ? C’est vrai qu’elle est puissante, mais je ne pense pas qu’on soit vraiment en danger et...
- Karin ! Je suis sérieuse, si on...
Elle se retourna, horrifiée.

Un homme se tenait assis sur le rebord de la fenêtre et souriait les yeux à demi fermés.
- Tiens tiens, je ne m’attendais pas à te trouver là Hinamori-chan, c’est le capitaine qui va être content.
Karin fixait l’inconnu avec stupeur, puis soudain elle sentit quelque chose de froid sur sa gorge et se figea.
- Ne bouge pas, gamine. Hina-chan, pose ton Zanpakutōpar terre si tu ne veux pas qu’il lui arrive malheur, ordonna Gin avec un sourire amusé.
Piégée, la shinigami n’eut pas le choix et s’exécuta. On entendit un cliquetis métallique quand l’arme tomba par terre. Le second d’Aizen se baissa, attrapa l’épée, puis lâcha Karin qui se réfugia vers Momo.
- Bien, maintenant vous allez gentiment me suivre, si vous essayez de fuir ou de tenter quelque chose de stupide, mes amis élimineront les vôtres. Compris ?
Hinamori serra les dents, elle savait qu’Ichimaru ne plaisantait pas, elles n’auraient aucune chance de s’échapper ou de le battre vu son niveau et il n’hésiterait pas à mettre ses menaces à exécution. Elle avait senti plusieurs reaitsus familiers en se réveillant, dont ceux de Kurosaki, son nouveau capitaine et Abarai.
Cela ne la dérangeait pas de le suivre, elle se doutait qu’il l’amènerait près de son ancien capitaine et être près d’Aizen était justement ce qu’elle voulait. Mais son amie n’avait pas demandée à être impliquée dans leurs affaires et elle était humaine de toute façon alors cela ne la regardait pas, mais d’après les paroles d’Ichimaru il n’était pas venu pour elle, troisième siège de la cinquième division, donc il était venu pour Karin ? C’était improbable... Quoique, si elle était la sœur de Kurosaki ils s’intéressaient peut-être à son possible potentiel.
Mais Momo savait qu’il y avait une autre raison à ce qu’Aizen veuille la jeune humaine, même si cette théorie ne lui plaisait pas. Rangiku lui avait parlé de l’amitié entre la noiraude et Shiro-chan et tout le monde connaissait la rivalité entre Sosuke et Hitsugaya...
Après avoir regardé l’expression de la shinigami, Karin comprit qu’elle n’avait pas le choix, elle essaya de contrôler sa voix quand elle répondit, mais en vain.
- Je... J’accepte.
Momo et Gin la regardèrent avec étonnement, puis un large sourire apparut sur les lèvres du traître qui posa une main sur l’épaule de la jeune adolescente.
- Tu as pris la bonne décision Karin-chan. Tu ne le regretteras pas, crois-moi.
Bien, allons-y. Hinamori-chan, que décides-tu ? demanda le renard avec un sourire mesquin, sachant pertinemment ce que la shinigami allait choisir.
Cette dernière serra les dents, il était hors de question de laisser la jeune humaine y aller seule.
- J’accepte aussi.
- Parfait, prends Karin sur ton dos, on va rejoindre mes alliés.

Pendant ce temps, à la soul society, un homme était en train de fouiller les documents des archives quand une voix l’interpella.
- Ukitake, as-tu trouvé quelque chose ?
Le capitaine de la huitième division approchait d’une allure décontractée suivie de sa lieutenante à l’allure sérieuse.
- Kyoraku, ce n’est pas trop tôt, tu n’étais pas censé venir nous aider bien plus tôt ?
- Si, mais il s’est endormi, expliqua la jeune femme en soupirant.
- Nanao-chan, se plaignit le capitaine en soupirant.
L’autre capitaine sourit, il s’en était douté, après tout il connaissait bien son ami.
- Taicho ! s’exclama soudain Rukia qui, assise par terre, regardait un épais bouquin. Je crois que j’ai trouvé quelque chose d’intéressant.
Bonjour Kyoraku-taicho, Nanao-fukutaicho.
- Qu’as-tu trouvé Rukia-chan ? S’enquit Shunsui en s’approchant.
- Ceci. Le phénomène que Ichigo a vu lors de son combat contre l’arrancar, avec le saphir, est cité dans ce livre.
- Vraiment ? S’étonna Jyûshiro en se baissant pour regarder la couverture de l’épais bouquin. Et que dit l’auteur ?
- Et bien... Le clan Houseki était un clan très réputé, autant que le clan Kuchiki voir plus, lut-elle en clignant des yeux, ses membres avaient des pouvoirs forts particuliers et très puissants, les membres devenaient shinigamis de génération en génération. Mais il y a une dizaine d’années, le clan fut accusé d’un crime capital, l’assassinat du fils du roi. Ils furent alors exterminés par le Gotei, mais trois membres réussirent à s’échapper, le fils du chef accompagné par sa fiancée et sa petite sœur. Personne ne sut ce qu’il leur était arrivé.
- Qui a écrit ce livre ? demanda Nanao, perplexe.
La jeune Kuchiki retourna le bouquin et grimaça en lisant le nom inscrit au bas de la couverture.
- Légendes et passé de la Soul society, par Urahara Kisuke... En fin de compte, je ne sais pas si on peut avoir confiance dans ce volume.
Et depuis quand Urahara est-il écrivain ?!
- Mais Kuchiki-san, Kisuke-san est très connu comme écrivain, répondit Ukitake en sortant des livres d’on ne sait où. Regarde, les divisions du Gotei 13, la nourriture du monde réel, tu vois il a écrit une foule de livres. Quoi ?
Les autres le fixaient avec étonnement, puis Rukia soupira et reprit sa lecture.
- Les Houseki avait des capacités uniques, par exemple ils avaient parfois des visions du passé, du présent et du futur extrêmement précises et qui se réalisaient toujours ou encore leurs zanpakutōs portaient tous des noms de pierres précieuses. Les deux plus connus d’entre eux étaient Shinju, le zanpakutō du chef et Suigyoku, un zanpakutō cité dans une légende du clan.
- Et que raconte cette légende ? fit une voix masculine s’approchant d’eux.
Ils se retournèrent et virent un capitaine avec de longs cheveux blonds et à l’air mélancolique suivi de son lieutenant, un grand maigre blond à l’air triste.
- Ōtoribashi-san, Izuru-san, les salua Kyôraku en souriant. Alors Rukia-chan ?
- Et bien... Ah la voilà, la légende de papillon étincelant. C’est une prophétie en réalité, elle a été écrite par un chef des Houseki il y a de cela plusieurs millénaires. Elle raconte que tous les cent ans naît une enfant, toujours une fille, appelée papillon et cette élue possèderait des pouvoirs encore plus puissants que ceux du reste du clan. Cette fille aurait la mission de protéger son clan et le monde contre ceux qui auraient un cœur impur. Elle posséderait notamment Suigyoku.
- Mais ce n’est qu’une légende, remarqua Kira, je ne vois pas en quoi elle pourrait nous aider...
- Ichigo a vu son opposant se faire attaquer par une tornade d’éclats de saphirs, rétorqua la lieutenante de la treizième division. Et au même moment, la gamine dont on vous a parlé se tenait sur les lieux.
- Attends, tu penses que ce serait une Houseki ?! Mais c’est impossible...
- Depuis que j’ai rencontré Ichigo, répliqua la shinigami, je ne crois plus au mot impossible. Après tout, c’était impossible qu’il réussisse à contrôler ses pouvoirs, c’était impossible qu’il arrive à me sauver, impossible de battre deux capitaines, impossible qu’il batte autant de membres de l’espada et impossible qu’il réussisse à battre Aizen.
Les autres sourirent, puis Ukitake acquiesça.
- Tu as raison, Kuchiki-san, avec Kurosaki-kun le mot impossible n’existe pas.
Bien, fouillons cette piste.
Les shinigamis opinèrent et se séparèrent.

- Ha ! Cria Ichigo en abattant son bankai sur son adversaire qui esquiva de justesse.
- Alors Kurosaki, tu ne peux pas faire mieux ? Se moqua Grimmjow, bien qu’il soit à bout de souffle.
Le rouquin lui lança un regard noir, il n’en pouvait plus, mais hors de question qu’il abandonne...
Soudain un cri se fit entendre et le jeune humain tourna brusquement la tête vers la zone des autres combats situés à quelques mètres de sa position, enfin en contrebas. Shinji et les autres s’étaient regroupés et faisaient face à cinq silhouettes... Cinq ?! Mais il n’y avait pas que deux ennemis à part Grimmjow ?
Le jeune homme ne comprenait rien, juste à ce qu’il fut interrompu par la panthère.
- Tiens, il a déjà fini ? Murmura ce dernier pour lui-même, c’était rapide, bon désolé Kurosaki, mais je dois y aller.
- Hein ?! Hé Grimmjow ! Attends !
Trop tard, l’arrancar utilisa le sonido et se téléporta. Grognant le shinigami le suivit en utilisant le shunpo, il arriva à côté du capitaine vizard qui fixait comme les autres les nouveaux arrivants. Il tourna à son tour la tête et manqua de défaillir, à côté de Grimmjow, l’arrancar femme et le shinigami se tenaient Ichimaru, l’ex-lieutenante Hinamori et...
- Karin ! Cria l’aîné en tentant d’avancer bloqué par le bras de son supérieur, que fais-tu avec eux ?! Ce sont nos pires ennemis !
- Ichi-nii... Murmura la noiraude en évitant le regard de son frère. Excuse-moi, mais je n’ai pas le choix.
- Qu’est-ce que tu racontes ?! Protesta le vizard alors qu’un rire dément se faisait entendre dans sa tête. On a toujours le choix !
- Si je veux apprendre à me battre je n’ai pas le choix ! Cria sa sœur, les larmes aux yeux. Et ne me dis pas le contraire Ichi-nee, tu refuseras toujours que je devienne une shinigami ou que j’apprenne à me battre.
- Mais parce que c’est dangereux ! Protesta Ichigo, depuis que j’en suis devenu un, je n’ai jamais été autant en danger ! Je ne veux pas que mes sœurs subissent la même chose !
- Et que tu ne t’es jamais demandé ce que Yuzu et moi on en pensait ? On a aussi notre mot à dire ! Tous les jours, on se demande si papa ou toi vous allez revenir en un seul morceau ou en plusieurs ou si vous êtes encore vivants... Tu ne sais pas ce que c’est ! Hurla la jeune humaine.
Ichigo tressaillit, elle avait raison, il était tellement égoïste, il n’avait pas pensé une seule fois que ses sœurs pouvaient s’inquiéter pour lui comme il s’inquiétait pour elle. Comprenant son erreur, il commença à paniquer.
- Karin, je... Je suis désolé... Reviens, je te promets que l’on va en parler, je t’en prie...
Elle posa son regard sombre sur lui et murmura d’une voix faible.
- C’est trop tard, excuse-moi...
- Non !
Mais au même moment, Shirosaki profita du trouble de son hôte pour prendre le dessus. Shinji, qui connaissait bien les symptômes de la prise de contrôle par un hollow, eut juste le temps de mettre son masque et de sauter sur Ichigo dont les yeux étaient devenus jaunes. Ce dernier se débattit tout en parlant d’une voix grinçante.
Gin esquissa un sourire et tourna la tête vers Ishida et Renji qui commençaient à avancer. Il pointa les deux vizards du doigt, le capitaine ayant du mal à maîtriser son camarade.
- Vous ne devriez pas l’aider au lieu de vous occuper de nous ? Vous savez aussi bien que moi ce dont le hollow de votre ami est capable...
Serrant les dents, Renji voulut parler, mais il n’en eut pas le temps.
- Hinamori ! Karin !

Tous se tournèrent vers l’origine de la voix, exceptés les deux vizards trop occupés à tuer l’autre pour l’un et à survivre pour l’autre.
Les deux capitaines, la lieutenante et le septième siège, étaient arrivés. Toshiro regardait ses deux amies avec inquiétude, Matsumoto avec inquiétude, Byakuya avec impassibilité, du moins en apparence, le regard fixé sur Kaien et Hanataro avec terreur.
- Shiro-chan, murmura Hinamori, san bouger toutefois.
Karin, elle, était trop occupée à regarder son frère pour s’occuper de l’arrivée des shinigamis.
- Taicho, dit Renji avec soulagement croyant que l’arrivée de son capitaine allait tout changer.
Le sourire de Gin s’élargit, il adorait taquiner Hitsugaya, c’était sa cible favorite pour les railleries avec Kurosaki et son capitaine adoré.
- Tiens, mais regardez qui est là, ne serait-ce pas notre cher minimoy-taicho ?
Accompagné par sa blonde, par Ice-man et trouillard-man, fine équipe, se moqua-t-il.
- Tu riras moins quand on vous auras tués, rétorqua Toshiro en lui lançant un regard flamboyant de colère.
- Désolée, je serais resté m’amuser avec vous avec plaisir, mais malheureusement on est attendu.
- Tu n’iras nulle part Gin, rétorqua Matsumoto en avançant d’un pas. Cette fois, tu es allé trop loin.
Son ami posa un regard impassible sur elle, puis claqua des doigts. Grimmjow griffa l’air et ouvrit un Garganta.
- Bye bye, fit le traître en agitant la main.
Kaien et Grimmjow se placèrent devant les autres tandis que la fille arrancar, l’humaine et la shinigami se faufilaient dans le passage suivis de Gin et enfin des deux autres.
- Chire Senbonzakura/Oten ni zase, Hyourinmaru/Hoeru Zabimaru/Unare Haineko !
Les différentes attaques jaillirent des différents zanpakutōs et foncèrent sur le passage où Kaien les regarda arriver d’un air amusé, mais le Garganta se referma avant qu’elles aient atteint leurs cibles.
- Non !!! Hurla le gamin aux cheveux blanc en tombant à genoux.
Il tapa le sol avec son poing, les yeux remplis de larmes de rage.
- Ressaisissez-vous capitaine Hitsugaya, murmura Byakuya. Leur fuite n’est pas notre seul problème, ils ont avec eux deux personnes capables de leur dire beaucoup de choses sur nous et nos pouvoirs et puis...
Il tourna la tête vers le jeune Kurosaki, enfin redevenu lui-même. Ichigo se tenait la tête, il tremblait et n’écoutait pas les paroles de son aîné vizard qui essayait de le rassurer.
Déprimée, la petite équipe s’occupa des blessés avec l’aide de Hanataro, puis rentra dans leur quartier général du monde réel, le moral à zéro.

Ils marchaient en silence, Alice ouvrant la marche et Kaien la fermant.
Karin avait croisé les bras, le regard baissé vers le sol, elle n’avait jamais assisté à la perte de contrôle de son frère et cela l’avait fortement perturbée.
Elle sentit soudain une main se poser sur l’épaule et surprise tourna la tête et rencontra le regard inquiet de sa nouvelle amie.
- Tout va bien Karin-chan ?
Esquissant un sourire amer, la jeune humaine secoua la tête, puis murmura.
- Avant... Ce n’était pas aniki, n’est-ce pas ? Je veux dire... Il avait l’air tellement...
- Ce n’était pas tout à fait lui, assura Gin qui marchait devant elles, sans les regarder. Ton frère est ce qu’on appelle un vizard. Il a, je ne sais comment, un hollow à l’intérieur de lui, le capitaine blond en est aussi un. Ils sont shinigami, mais ils ont des pouvoirs de hollow. Et malheureusement pour ton frère, son hollow est très puissant et arrive parfois à prendre le dessus, c’est ce qui s’est passé. Grimmjow et Alice que tu vois-là sont exactement l’inverse, ils sont hollow, mais ont des pouvoirs de shinigami. On les appelle des arrancars.
- Je vois, murmura Karin, légèrement rassurée.
- Tu étais sérieuse ?
- Pardon ?
- Etais-tu sérieuse quand tu as dit que tu voulais apprendre à te battre ? demanda Gin en la regardant cette fois. Apprendre l’art des shinigami n’est pas facile, surtout pour une humaine, tu risques d’en baver. Et puis ton frère a raison, notre monde peut être extrêmement dangereux.
- Je n’ai pas peur, rétorqua la jeune Kurosaki en soutenant son regard azur. J’ai été mise à l’écart trop longtemps, je veux être en première ligne à présent.
Gin acquiesça et rattrapa l’arrancar qui était déjà sortie du Garganta.
Il attendit les deux filles et les deux derniers, puis d’un mouvement du bras indiqua le palais immaculé.
- Bienvenue à Las noches, mesdemoiselles, votre nouvelle demeure. Allons-y, le capitaine déteste attendre les autres.
Il poussa la lourde porte et la troupe pénétra dans un couloir droit et long, les murs étaient immaculés, le sol et le plafond également. L’endroit était légèrement déprimant, très monotone.
- Sympa la déco, railla Karin.
Les autres esquissèrent un sourire malgré eux et Gin ébouriffa les cheveux de l’humaine, il l’aimait bien cette petite. Le chef d’équipe prit la parole.
- Kai, tu viens avec nous, Grimmjow et Alice vous pouvez disposer. Suivez-moi les filles.

Cinq minutes plus tard, le shinigami aux cheveux argentés s’arrêta devant une porte double décorée de motifs gravés, contrairement aux autres. Il toqua et le son résonna clairement. Une voix douce s’éleva peu après.
- Gin ?
- Oui, je ramène notre invitée et... une surprise.
- Entrez.
Son ancien lieutenant poussa la porte et pénétra dans la pièce suivi de Hinamori qui sentait son cœur exploser dans sa poitrine en même temps qu’une vague d’excitation, de Karin qui se sentait un peu anxieuse et de Kaien qui poussa gentiment en avant l’humaine. La salle était très grande (nda : c’est celle où Ichigo et Ulqui ont fait leur deuxième combat), des colonnes soutenaient le plafond, le sol était dallé de bleu foncé et au fond de la pièce une très haute estrade avec un escalier blanc y montant. S’arrêtant en bas des marches, les deux « invitées » regardèrent le shinigami qui les observait de haut (nda : Il est perché à plusieurs mètres d’elles... Littéralement.)
- Bon travail Gin, Kaien. Deux invitées pour le prix d’une, remarqua Aizen avec amusement, avant de poser son regard chocolat sur son ancienne lieutenante qui avait les larmes aux yeux. Content de te revoir Hinamori-kun, dit-il doucement, presque tendrement tout en descendant les marches (nda : Arrête ta manipulation, sale hypocrite ! Aizen : mais c’est quoi qui me la fait faire là... Auteur : ...)
- Aizen-taicho... Je...
- Je suis désolé pour ce que j’ai fait, je n’avais pas le choix, mais j’ai fait attention de ne pas toucher tes points vitaux. Me pardonneras-tu ?
- Je... je ne vous en veux pas, je savais que vous n’aviez pas le choix, bredouilla la shinigami en s’essuyant les yeux et en se serrant contre son idole sous le regard amusé de Gin qui observait la scène. Kaien et Karin, eux, paraissaient franchement surpris. L’ennemi juré des shinigami, l’homme le plus dangereux des trois mondes, consolait une gamine fragile et shinigami qui plus est.
Hinamori s’écarta ensuite à contrecœur, mais ne lâcha pas la main de son ex capitaine, comme l’enfant apeurée qu’elle était. Le traître lui sourit, puis se tourna vers sa deuxième hôtesse qui leva la tête et soutint son regard.
- Et voici donc Kurosaki Karin, je présume ?
- Effectivement, rétorqua la fille d’un air rebelle, mais chez moi avant de demander son nom à quelqu’un, on se présente.
Gin plaça sa main devant sa bouche pour retenir un pouffement, décidemment il sentait que cette gamine et lui allaient bien s’entendre... Le cadet Shiba esquissa un sourire amusé, lui aussi, ce n’était pas souvent qu’une fille tenait tête à Aizen. Hinamori, elle, n’apprécia pas, comment Karin osait-elle se moquer de son capitaine ? Mais elle ne dit rien, ne voulant pas se fâcher avec sa nouvelle amie. Pour finir, Aizen fronça les sourcils, mais finit par sourire à son tour et par répondre d’une voix charismatique.
- Je te prie de m’excuser, je ne suis en effet pas très poli, je me nomme Aizen Sosuke. Je suis un ancien shinigami et un ancien capitaine.
Fronçant les sourcils Karin opina. Elle savait que cet « homme » avait tenté de détruire sa ville et ses habitants en plus d’avoir blessé les autres shinigamis.
Après avoir interrogé son frère et l’avoir fait cédé, elle avait appris que les ennemis de la soul society et d’Ichigo étaient très dangereux, mais dans quoi elle s’était fourré...
Mais c’était probablement la seule solution pour devenir plus forte, songea-t-elle.
- Vous devez sans doute être fatiguées, conclut le traître en souriant. Gin, amène-les dans leurs appartements. Hinamori dormira dans ma chambre et Karin dans la tienne.
Ne vous inquiétez pas, j’ai fait installé un deuxième lit et vous pourrez utiliser la salle de bain pour votre intimité.
Au sourire que lui adressa Momo, cela ne la dérangeait pas de partager une chambre avec son capitaine. Mais Karin retint une grimace, elle avait certes déjà dormi dans la même pièce que son frère, mais jamais avec un inconnu, un garçon qui plus est. Une image d’un garçon bien précis s’imposa dans son esprit et elle sentit son cœur se serrer, mais elle la chassa rapidement.
Une main se posa sur son épaule et elle jeta un coup d’œil derrière elle.
- Allons-y, fit son nouveau colocataire en souriant. Viens, Hina-chan.
Ils sortirent de la pièce sous le regard satisfait du maître des lieux.

Une silhouette tomba par terre depuis les airs. Elle grimaça et tenta de se relever en vain, soudain un cri parvint à ses oreilles et elle eut juste le temps d’apercevoir un nuage de roux parvenir à ses yeux avant de sombrer dans l’inconscience.
-----------
Délires de fin de chapitre écrits par moi, votre auteur favori et ouais, j’ai le droit de rêver quand même !

Karin : Mais pourquoi je me retrouve chez manipulateur-man et sa clique ?!
Auteur haussant les épaules : Ben... pour mettre de l’ambiance. Ils ont sérieusement besoin d’une casse-pieds là-bas. Ça changera Aizen de ses arrancars super obéissants ou de sa chienne pot-de-colle.
Aizen : Pitié... J’ai déjà Gin pour mettre de l’ambiance ça suffit...
Gin : Taicho ! C’est méchant ça... Et puis si je ne vous taquinais pas, qui le fera ? ^
Aizen pleurant sur l’épaule de l’Auteur : Pitiéééééééé ! Ressuscite Kaname, lui au moins ne m’embêtait pas...
Auteur : Non. Et puis il s’appelle Tôsen, comment ose-t-il avoir le même prénom que le vampire le plus classe au monde d’abord ?!
Yuki Kuran : ça c’est bien vrai, grand-frère est le meilleur, mais il est à moi.
Auteur : Euh Yuki, tu t’es trompé d’histoire je crois...
Yuki : Ah oups, désolée je m’en vais.
Toshiro : Hinamori... Karin... Hinamori... Karin...
Ichigo s’accrochant aux jambes de sa sœur : Karinnnnnnnnnnnnnnnnnn, ne pars passssssssssssss !
Auteur désespérée : Mais comment voulez-vous que je fasse des histoires de bonne qualité avec des personnages pareils moi ?! Je vais me plaindre aux auteurs si ça continue, bon, un commentaire pour l’auteur ? Ah non !
Kisuke tu restes dehors, j’ai déjà assez de mal avec ceux qui sont là alors si tu entres dans ce dialogue... Brr, je préfère ne pas y penser.

_________________



et

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fanfictiongirl.skyrock.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Ce que la chenille appelle la mort, le papillon l'appelle renaissance (fic bleach)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Ce que la chenille appelle la mort, le papillon l'appelle renaissance (fic bleach)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
I can believe in Japan and in Bleach...  :: Choses à part :: Coin des artistes :: Écrivains :: Fanfictions personnelles :: Fanfictions de Manoncamille-
Sauter vers: